NÉOLOGISME

CATACHRÈSE, rhétorique

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 200 mots

La langue pourvoit aux besoins nouveaux de dénomination, nés des modifications de la réalité, en réutilisant des mots déjà existants. Le nouveau mot obtenu par extension métaphorique, métonymique ou par synecdoque, se lexicalise ou non : les « fruits de mer » n'évoquent pas « les produits de la terre » (sens étymologique), tandis que le comique de l'expression « à cheval sur un âne » témoigne de s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catachrese-rhetorique/#i_93703

LANGAGES DE MASSE

  • Écrit par 
  • Jean BAUDRILLARD
  •  • 3 000 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Abolition de la syntaxe »  : […] C'est peut-être la tendance la plus caractéristique. « Persil-lave-plus-blanc » n'est pas une phrase à proprement parler, un énoncé articulé. C'est un syntagme figé, signalétique, un seul signe plein, un indicatif sans phrase qui s'impose comme un impératif. Même chose pour le « changement dans la continuité », ou le « grand parti des travailleurs ». Au niveau de ces blocs de langage, toute discur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langages-de-masse/#i_93703

MORPHOLOGIE (psycholinguistique)

  • Écrit par 
  • Séverine CASALIS, 
  • Pascale COLÉ
  •  • 2 908 mots

Dans le chapitre « Produire et comprendre des mots complexes »  : […] Il est fréquent d’observer le jeune enfant produire des néologismes, tels que « démariage » ou « glissage ». Ces productions témoignent que l’enfant, qui n’a pas encore appris et mémorisé la forme lexicale usuelle, est capable de produire un mot adapté par construction morphologique. Cette connaissance peut aussi lui permettre de comprendre des mots construits morphologiquement qu’il n’a jamais e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morphologie/#i_93703