NÉOLITHISATIONFrance et Méditerranée occidentale

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Considérant que les terres du Proche-Orient (Anatolie, Syrie, Liban, Palestine, Mésopotamie, Zagros) et leurs marges immédiates présentent de manière actuellement peu discutable les plus anciennes traces des civilisations agropastorales, on ne peut que constater la position secondaire dans le temps de la néolithisation (la transition de l'économie de chasse à l'économie agricole) des rivages occidentaux de la Méditerranée (Italie, péninsule Ibérique, Maghreb littoral, France). Quelle est donc la part exacte du Proche-Orient dans la constitution des premiers groupes néolithiques de l'Occident méditerranéen ?

Remarquons d'emblée les implications de cette question :

– deux volets économiques au moins : l'apparition de l'élevage des animaux et des premières communautés pastorales d'une part ; la culture des céréales et la généralisation des phénomènes agricoles de l'autre ;

– diverses facettes technologiques : la connaissance de la fabrication de la poterie et la signification culturelle précise à accorder à cet élément ; la pratique du polissage de la pierre ; la fabrication d'outils nouveaux liés au cycle agricole, etc. ;

– des caractères sociaux : la sédentarisation progressive et l'apparition des premières agglomérations villageoises ; une inévitable poussée démographique ; l'évolution de la société vers de nouvelles structures, etc. ;

– des questions de chronologie absolue à même d'éclaircir la position respective des divers groupes humains parvenus à des stades d'évolution équivalents.

Selon quels processus ces divers caractères apparurent-ils à l'Ouest ? On peut considérer, par exemple, que les terres orientales ont sécrété des groupes de colons qui ont migré vers l'Occident, apportant des pratiques économiques et des connaissances technologiques ignorées à l'Ouest (diffusionnisme). On peut également admettre qu'il y eut en fait de simples contacts entre quelques migrants orientaux et les populations autochtones : l'acquisition de certaines techniques et certains traits auraient fini par modifier plus ou moins profondément l'identité culturelle de ces dernières (acculturation). Enfin, il est aussi permis d'envisager l'émergence de caractères propres à la néolithisation de certaines régions hors de toute pression externe (par exemple le polygénisme lié à certaines tentatives de domestication des animaux). Ces hypothèses sont sans doute moins contradictoires qu'il n'y paraît, et chacune contient à coup sûr une part de vérité.

Remarquons aussi que pendant longtemps furent considérées comme « néolithiques » les civilisations dans lesquelles apparaissaient pour la première fois la connaissance de la poterie. En Méditerranée occidentale, ce problème se confondait avec la mise en place des groupes utilisant une céramique à décor d'impressions, puisqu'il s'agissait là du repère essentiel marquant les débuts des premières civilisations paysannes. C'était un peu prendre la partie pour le tout. Aujourd'hui, des critères économiques retiennent davantage l'attention : un groupe est considéré comme néolithique ou néolithisé lorsqu'il produit sa propre nourriture, en maîtrisant certaines techniques d'élevage ou d'agriculture. Bien entendu, ces divers éléments (élevage, agriculture, céramique) n'apparaissent pas forcément en même temps.

Le rôle de la navigation

Il va de soi que l'éventuelle transmission de techniques nouvelles à l'Ouest a été largement favorisée par la navigation importante en Méditerranée dès le VIIIe millénaire, antérieurement à la connaissance de la poterie. En Égée, l'obsidienne de Mélos était déjà importée sur le continent bien avant cette époque. Chypre était déjà fréquentée au Xe millénaire. La Corse montre des traces d'une occupation humaine dès l'Épipaléolithique, au VIIe millénaire (abris du Curacchiaghiu et d'Araguina-Sennola). Les Baléares ont parallèlement révélé l'existence d'un peuplement au VIe ou au Ve millénaire.

Tout cela explique le rôle joué, peu de temps après, par cette même navigation dans l'implantation des premières cultures à céramique. Les premiers groupes à poterie imprimée, la plus vieille production céramique de l'Occident méditerranéen, s'égrèneront dès les VIe et Ve millénaires le long des côtes de la Méditerranée occidentale : Dalmatie, Sud-Est italien, Toscane, Ligurie, Provence, Languedoc, Catalogne, pays valencien, Sud-Est ibérique, Portugal, Oranais, nord du Maroc ; mais aussi dans les îles : îles de l'Adriatique, de Malte, de Sicile (peuplée, elle, dès le Paléolithique), de Sardaigne, de Corse, d'Elbe, petites îles provençales. L'obsidienne des îles Éoliennes (Lipari) fera même l'objet d'échanges en Sicile, à Malte, mais aussi en divers points de la péninsule italique et même jusqu'en Languedoc ; l'obsidienne sarde sera exportée en Corse et sans doute aussi en Ligurie, voire plus loin. C'est pourquoi la néolithisation sera d'abord un phénomène côtier, à partir duquel s'amorcera la colonisation de régions plus continentales.

Sites à poterie antérieurs à 5000 ans

Dessin : Sites à poterie antérieurs à 5000 ans

Carte de répartition en Méditerranée occidentale des sites à poterie ayant fourni des datations au carbone 14 antérieures à 5 000 ans. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Sites à poterie du Ve millénaire

Dessin : Sites à poterie du Ve millénaire

Carte de répartition en Méditerranée occidentale des sites à poterie imprimée ayant fourni des datations au carbone 14 (non calibré) du Ve millénaire. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Sites à poterie antérieurs à 5000 ans

Sites à poterie antérieurs à 5000 ans
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Sites à poterie du Ve millénaire

Sites à poterie du Ve millénaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Industrie lithique (Néolithique ancien)

Industrie lithique (Néolithique ancien)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Industrie lithique (Néolithique ancien) [2]

Industrie lithique (Néolithique ancien) [2]
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 12 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, professeur au Collège de France

Classification

Autres références

«  NÉOLITHISATION  » est également traité dans :

NÉOLITHISATION - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Jacques CAUVIN, 
  • Marie-Claire CAUVIN
  •  • 881 mots

Le terme de « néolithisation », comme celui de « néolithique » qui apparaît dès 1865 (J. Lubbock) dans la littérature archéologique, fait référence par son étymologie à un changement technologique : l'apparition dans les outillages préhistoriques de la pierre polie (neos lithos, nouvelle pierre), opposée à la pierre taillée, seule connue de l'humanité «  […] Lire la suite

NÉOLITHISATION - Afrique saharienne et subsaharienne

  • Écrit par 
  • Henri-Jean HUGOT
  •  • 3 487 mots
  •  • 2 médias

La « néolithisation » de l'Afrique saharienne et subsaharienne ne correspond pas au schéma élaboré dans le Croissant fertile du Moyen-Orient.La néolithisation est l'une des notions les plus imprécises de la préhistoire africaine, si l'on excepte de ce jugement les ethnies bordières de la Méditerranée dont il ne sera d'ailleurs pas traité ici. La fa […] Lire la suite

NÉOLITHISATION - Europe du Sud-Est

  • Écrit par 
  • René TREUIL
  •  • 3 537 mots
  •  • 12 médias

Jusqu'aux environs de 1960, la néolithisation de l'Europe sud-orientale était généralement envisagée comme un phénomène global, datable et, à la limite, ponctuel. Le mode de vie paléolithique, fondé sur la chasse et la cueillette, y avait été remplacé rapidement, pensait-on, par le mode de vie […] Lire la suite

NÉOLITHISATION - Proche-Orient et Turquie orientale

  • Écrit par 
  • Jacques CAUVIN, 
  • Marie-Claire CAUVIN
  •  • 3 349 mots
  •  • 11 médias

L'étude de la néolithisation au Proche-Orient offre un intérêt particulier : remarquablement précoce, elle s'y déclenche et s'y poursuit sans aucune influence extérieure. D'autre part, tous les facteurs qui caractérisent un Néolithique accompli (villages construits, agriculture et élevage, […] Lire la suite

ANATOLIENNE PRÉHISTOIRE

  • Écrit par 
  • Jacques CAUVIN, 
  • Marie-Claire CAUVIN
  •  • 2 340 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La néolithisation de l'Anatolie du Sud-Est (7400-6500 av. J.-C.) »  : […] La première phase de la néolithisation proche-orientale, celle qui fut marquée dans les pays du Levant par l'invention de l'agriculture au début du VIII e  millénaire, ne s'est pas étendue à l'Anatolie. Celle-ci reste alors à peu près vide : on pense qu'un réchauffement postglaciaire plus tardif qu'ailleurs l'a gardée plus longtemps inhospitalière. Lorsque le Néolithique y apparaît, il n'est pas […] Lire la suite

ARCHITECTURE MÉGALITHIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 207 mots
  •  • 1 média

Au cours du V e  millénaire, la façade atlantique de l'Europe se couvre, depuis le Danemark jusqu’au Portugal, de monuments mégalithiques ou dolmens. Il s'agit de chambres funéraires construites en gros blocs de pierre, pesant souvent plusieurs tonnes, et recouvertes d'un tertre, ou tumulus, de terre et de pierres. Les dolmens permettent d'honorer des morts importants ; on pouvait y placer de nou […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 9 481 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Archéologie du Soudan »  : […] Passons à des centaines de kilomètres au sud vers un autre domaine, où le patrimoine mondial a failli connaître un désastre irrémédiable : la Nubie et le nord du Soudan. Tous ont encore en mémoire les appels lancés dans les années 1960 par l'U.N.E.S.C.O. en faveur du sauvetage des vestiges de la Nubie vouée à la submersion sous les eaux du grand lac Nasser. Comme nous l'avons rappelé, des dizaine […] Lire la suite

JERF EL AHMAR SITE ARCHÉOLOGIQUE DE, Syrie

  • Écrit par 
  • Danielle STORDEUR
  •  • 1 528 mots
  •  • 4 médias

Les habitants du Proche-Orient ont accompli, entre 12 000 et 7500 avant J.-C., une importante « révolution » dont a bénéficié l'humanité. Ils se sédentarisent à partir de 12 000 avant J.-C. en construisant les premières maisons (rondes et partiellement enterrées) et les premiers hameaux. Grâce à l'existence locale de céréales et de petits ruminants sauvages, de chasseurs-collecteurs ils deviennen […] Lire la suite

NÉOLITHIQUE

  • Écrit par 
  • Jean VAQUER
  •  • 3 559 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les domestications »  : […] Le changement de mode de vie engendré par le passage d'une économie d'acquisition de subsistance naturelle à une économie de production d'espèces végétales cultivées et animales domestiquées a été considéré comme le progrès décisif du Néolithique. Il libérait l'homme de sa soumission à la nature, les communautés pouvaient se fixer, modifier leur environnement, croître et multiplier en créant les […] Lire la suite

ORIGINES DE L'URBANISME AU PROCHE-ORIENT

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 7 299 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Le développement des cités le long des grands systèmes fluviaux »  : […] C'est dans la plaine alluviale du Tigre et de l'Euphrate que semble s'être opéré le grand changement qui a marqué la fin du Néolithique et qui a conduit à l'urbanisation : telle est du moins l'image qui semble prévaloir actuellement. La néolithisation du Proche-Orient, qui s'était accompagnée de l'extension de l'aire occupée par les villages, avait, semble-t-il, atteint plus tardivement les grand […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean GUILAINE, « NÉOLITHISATION - France et Méditerranée occidentale », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/neolithisation-france-et-mediterranee-occidentale/