NÉO-INSTITUTIONNALISME, économie

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Néo-institutionnalisme

  • Écrit par 
  • Claude MÉNARD
  •  • 1 809 mots
  •  • 1 média

Le néo-institutionnalisme se développe essentiellement depuis les années 1980, sur la base des travaux fondateurs plus anciens de Ronald Coase sur la théorie de l'entreprise (The Nature of the Firm, 1937) et le problème des coûts sociaux (The Problem of Social Cost, 1960), de Douglass North sur les conditions institutionnelles de la croissance ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-neo-institutionnalisme/#i_26998

AMÉRIQUE LATINE, économie et société

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL
  •  • 13 178 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Divergence Nord-Sud »  : […] L' approche institutionnaliste permet à un historien économiste comme Douglass North (Prix Nobel d'économie en 1993) d'expliquer l'évolution divergente de l'Amérique latine et de l'Amérique anglo-saxonne depuis leur découverte. Pourquoi ces deux parties du continent qui ont une histoire proche, découvertes et peuplées par des Européens à partir de 1492, sont-elles si différentes, l'une faisant p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-latine-economie-et-societe/#i_26998

COÛTS DE TRANSACTION

  • Écrit par 
  • Claude MÉNARD
  •  • 5 298 mots

Dans le chapitre « Le poids des institutions »  : […] Or de nombreux travaux (pour des synthèses, voir Ménard et Shirley, 2005, et Ménard et Ghertman, 2009) révèlent combien cet environnement institutionnel pèse ex ante sur le choix des modes d'organisation des transactions et ex post sur les conditions de mise en œuvre ou d'échec de ces transactions. En effet, ex ante les caractéristiques institutionnelles déterminent le domaine des possibles et, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couts-de-transaction/#i_26998

CYCLES ÉCONOMIQUES

  • Écrit par 
  • Denis CLERC
  •  • 4 002 mots

Dans le chapitre « Le cadre institutionnel de l'innovation »  : […] À l'opposé, tout un ensemble de « néo-schumpetériens » défendent l'approche des « vagues d'innovations », sans pour autant reprendre à leur compte ce que Schumpeter disait du rôle central de l'entrepreneur, prêt à prendre des risques pour tenter de gagner beaucoup d'argent en cas de réussite. En France, ce sont principalement les économistes du courant de la « régulation » (Robert Boyer, Michel A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cycles-economiques/#i_26998

DROIT - Économie du droit

  • Écrit par 
  • Bruno DEFFAINS
  •  • 3 736 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Les fondements analytiques de l'économie du droit »  : […] L'analyse micro-économique du droit est donc une discipline récente. Elle a toutefois connu une histoire mouvementée au cours des dernières décennies (Cooter et Ulen, 1996 ; Fluet, 1990 ; Hovenkamp, 1995). Durant la période des années 1960, elle a été principalement marquée par des travaux appliquant la théorie des prix aux notions de base de la common law  : propriété, contr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-economie-du-droit/#i_26998

INSTITUTIONNALISME, économie

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques GISLAIN
  •  • 1 683 mots

Dans le chapitre « Postérité des traditions institutionnalistes »  : […] L'analyse quantitative initiée par Mitchell, avec la caractérisation statistique des cycles économiques et la construction d'indicateurs de conjoncture, fut progressivement éclipsée par la macroéconométrie, mais elle connaît un renouveau depuis les années 1990. Les deux autres traditions, celle de Veblen et celle de Commons, se sont maintenues aux États-Unis et ont gagné l'Europe. La première fut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/institutionnalisme-economie/#i_26998

LAW AND ECONOMICS

  • Écrit par 
  • Jean-Bernard AUBY
  •  • 1 086 mots

Ce que l'on désigne sous l'appellation de « Law & Economics » est un appareil théorique provenant de la science économique, et qui a développé des outils conceptuels particuliers pour analyser les phénomènes juridiques : pour en étudier les effets, pour en apprécier aussi l'efficacité en termes de contribution au bien-être social. Le berceau de la Law & Economics a été l'université de Chicago a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/law-and-economics/#i_26998

MARKET AND HIERARCHIES. ANALYSIS AND ANTITRUST IMPLICATIONS, Oliver E. Williamson - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Carine STAROPOLI
  •  • 1 177 mots
  •  • 1 média

Lorsqu'il publie, en 1975, son premier ouvrage, Market and Hierarchies , Oliver Williamson (né en 1932) a déjà un riche parcours. Après des études d'ingénieur au M.I.T., il s'est orienté vers la gestion, d'abord à Stanford auprès de Kenneth Arrow, puis à Carnegie-Mellon auprès d'Herbert Simon pour étudier le comportement managérial dans la firme. Un passage à la division […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/market-and-hierarchies-analysis-and-antitrust-implications/#i_26998

LA NATURE DE LA FIRME, Ronald Harry Coase - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Samuel FEREY
  •  • 986 mots

Dans le chapitre « Vers une approche institutionnelle de l'économie »  : […] The Nature of the Firm marque un déplacement du regard de l'économiste. Coase met au centre de l'analyse l'étude des coûts de transaction, mais ne les définit que succinctement. Or les recherches ultérieures montreront que la principale difficulté, pour rendre opérationnelle cette approche, tient à la définition précise des coûts de transaction. En effet, ils regroupent des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-nature-de-la-firme/#i_26998

NÉO-LIBÉRALISME ou NÉOLIBÉRALISME

  • Écrit par 
  • Liêm HOANG NGOC
  •  • 7 261 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le courant néo-institutionnaliste »  : […] Le courant néo-institutionnaliste regroupe un ensemble de travaux ayant pout objet l'explication des phénomènes institutionnels du capitalisme. Il est à l'origine des théories néo-libérales de l'entreprise. L'ouvrage de Oliver Williamson (1985) tente d'en fournir la synthèse. Le postulat de départ est que l'économie n'est pas une somme de purs marchés, mais un ensemble d'institutions composées de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-liberalisme-ou-neoliberalisme/#i_26998

THE PROBLEM OF SOCIAL COST, Ronald H. Coase - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Élodie BERTRAND
  •  • 1 129 mots

Dans le chapitre « L'introduction des coûts de transaction : le rôle du droit »  : […] Le « théorème de Coase » ne concerne que le premier tiers du « Problème du coût social », dont la suite est trop souvent méconnue. Coase y développe les conséquences du fait que, si les coûts de transaction sont élevés, ils peuvent empêcher la réalisation de certaines transactions mutuellement avantageuses. Par exemple, si le confiseur possède le droit de nuire mais que le coût de la vente de ce d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/the-problem-of-social-cost/#i_26998


Affichage 

Oliver E. Williamson

photographie

L'approche néo-institutionnaliste fondée par Oliver E Williamson marque une véritable rupture analytique avec l'approche microéconomique standard du rôle des firmes dans une économie de marché 

Crédits : University of California, Haas School of Business/ DR

Afficher

Oliver E. Williamson
Crédits : University of California, Haas School of Business/ DR

photographie