NÉO-CLASSICISME, arts

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Composantes d'un style

Par néo-classicisme, on désigne le mouvement du goût et du style, de portée internationale, qui apparaît dans la seconde moitié du xviiie siècle, culmine pendant la période napoléonienne (style Empire) et exerce ensuite une influence décroissante qui marquera pourtant le style officiel de plusieurs pays, particulièrement l'Amérique du Nord (Greek Revival), au cours du xixe siècle. L'adoption de ce style par l'autorité politique, à commencer par Napoléon, explique qu'on associa au néo-classicisme l'idée de rhétorique vide et de froideur académique résumée dans le sobriquet de style pompier. Ce jugement négatif, malgré un timide retour d'intérêt à l'époque de l'Art nouveau, a persisté jusqu'au milieu du xxe siècle ; récemment, un examen objectif des œuvres d'art néo-classiques, avant tout de l'architecture, a permis de placer le mouvement dans sa juste lumière et d'en voir les mérites. Le néo-classicisme a connu une longue et intense préparation théorique avant d'éclore dans la courte mais exubérante floraison de l'Empire, après laquelle il s'est désagrégé sous l'action des ferments romantiques qu'il contenait dès ses origines.

Rationalisme et primitivisme

Le néo-classicisme est un des aspects typiques du siècle des Lumières. L'esprit scientifique et rationnel des encyclopédistes s'allie au retour à la nature prêché par Rousseau et à l'évolution du goût qui voit dans l'art antique et dans les héros de Plutarque les modèles d'une perfection qu'on doit s'efforcer de restaurer dans le monde. Ainsi, un élément utopique et en même temps didactique accompagne l'idée du retour à l'antique ; et le reflet du mythe de l'âge d'or participe de la Sehnsucht qui anime les premiers romantiques (que l'on pense aux odes de Hölderlin). Le retour au primitif comportait une ambiguïté que permet de saisir la manière d'envisager Homère et Ossian. L'Homère de Pope était encore un Homère en perruque, celui de Mme Dacier et de William Cowper ne l'était plus : on cherchait en lui cette même simplicité de mœurs que l'on trouvait [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages



Médias de l’article

Psyché ranimée par le baiser de l'Amour, A. Canova

Psyché ranimée par le baiser de l'Amour, A. Canova
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Syon House

Syon House
Crédits : John Bethell/ Bridgeman Images

photographie

Étude d'ensemble pour le «Serment des Horaces», J. L. David, 1

Étude d'ensemble pour le «Serment des Horaces», J. L. David, 1
Crédits : École nationale supérieure des beaux-arts, Paris

photographie

Autoportrait, A. R. Mengs

Autoportrait, A. R. Mengs
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 12 médias de l'article





Écrit par :

  • : ancien professeur à l'université de Rome
  • : professeur à l'université de Paris-I-Sorbonne, directeur du centre Ledoux

Classification


Autres références

«  NÉO-CLASSICISME, arts  » est également traité dans :

NÉO-CLASSICISME (littérature)

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 010 mots

Il semble aller de soi que le néo-classicisme se définit par rapport au classicisme. Or, au moins en littérature, ce dernier est une notion étroite, d'ailleurs problématique : elle ne vaudrait que pour la France, et durant une courte période (les années 1660-1680). Faut-il en déduire qu'il n'y aurait de néo-classicisme que français, ou en rapport avec le […] Lire la suite

ADAM ROBERT (1728-1792) ET JAMES (1730-1794)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 587 mots
  •  • 6 médias

Les architectes et décorateurs Robert et James Adam sont les fils d'un architecte écossais, William Adam. Ce dernier, déjà mêlé au courant du retour à l'antique qui depuis Inigo Jones triomphait en Angleterre, voulut que ses fils étudient directement les œuvres de l'Antiquité et non pas seulement, comme ses compatriotes, à travers Palladio. Au cours d'un voyage en Italie et en Dalmatie, aidés de l […] Lire la suite

BOFILL RICARDO (1939- )

  • Écrit par 
  • François CHASLIN
  •  • 871 mots
  •  • 2 médias

L'architecte catalan Ricardo Bofill, né en 1939 à Barcelone, construit dès le début des années 1960 des édifices remarqués. Il travaille d'abord dans la veine organique, foisonnante, attentive aux effets de matières qui est celle de l'école de Barcelone. En 1963, il crée le Taller de arquitectura , atelier pluridisciplinaire qui connaît une grande notoriété grâce à son inventivité formelle et à un […] Lire la suite

BOSIO FRANÇOIS-JOSEPH (1768-1845)

  • Écrit par 
  • Jacques de CASO
  •  • 406 mots

Sculpteur français. Né à Monaco, François-Joseph Bosio, certainement le sculpteur le plus en vue de l'Empire et de la Restauration, se forma seul, en marge des écoles ; il passa quelque temps à Paris dans l'atelier de Pajou, puis de nombreuses années en Italie où l'on pense qu'il rencontra Canova. Sa production italienne, qui fut abondante et consista surtout en œuvres religieuses, n'est pas bien […] Lire la suite

BOUCHARDON EDME (1698-1762)

  • Écrit par 
  • Gabriella RÈPACI-COURTOIS
  •  • 963 mots
  •  • 1 média

Sculpteur parmi les plus illustres sous le règne de Louis XV, Bouchardon est considéré par ses contemporains comme l'artiste qui a « amené le goût simple et noble de l'antique » (Cochin) . Son rôle fut en effet celui d'un précurseur : alors que les Adam et les Slodtz portaient à son extrême épanouissement le style rocaille, il s'en détourna pour se faire l'interprète du mouvement culturel qui, à […] Lire la suite

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 144 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La sculpture et l'architecture »  : […] On n'a guère parlé jusqu'ici que de la peinture, ne citant que quelques sculptures. L'époque romantique produisit cependant des œuvres retentissantes dans ce domaine, telles que le Roland furieux (Salon de 1831, Louvre) de Jehan Duseigneur (1808-1866). Mais les vraies réussites, comme les chefs-d'œuvre de Rude et de Barye, ou Une tuerie (musée de Chartres) d'Auguste Préault (1809-1879), sont tr […] Lire la suite

CAMERON CHARLES (vers 1740-1812)

  • Écrit par 
  • Olga MEDVEDKOVA
  •  • 937 mots

La biographie de l'architecte écossais Charles Cameron à longtemps posé des problèmes jusqu'à ce que des recherches récentes, notamment celles de Dimitri Shvidkovsky ( The Empress and the Architect , New Haven-Londres, Yale University Press, 1996) fassent le point sur cette question. Charles Cameron est né vers 1740. Son père, Walter Cameron, était entrepreneur en bâtiment à Londres et l'ami du cé […] Lire la suite

CANOVA ANTONIO (1757-1822)

  • Écrit par 
  • Gérard HUBERT
  •  • 1 464 mots
  •  • 7 médias

Après avoir été célébré comme le dernier classique, Antonio Canova fut ravalé au rang des pasticheurs de l'antique et estimé le représentant le plus typique d'une période néfaste de l'art occidental. Les travaux d'E. Bassi lui ont rendu justice, en révélant esquisses, dessins et peintures qui découvrent une personnalité curieuse. Il ne convient cependant pas de séparer ses recherches de ses œuvres […] Lire la suite

CARSTENS ASMUS JAKOB (1754-1798)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 385 mots

Peintre et dessinateur danois-allemand ; né dans un village qui se trouvait alors au Danemark, mais qui appartient aujourd'hui à l'Allemagne, Asmus Jakob Carstens est revendiqué par les deux pays. Il se forme dans le climat esthétique de l'académisme nordique, à Copenhague, où il est l'élève d'Abildgaard, puis il voyage en Italie (1783), en particulier à Mantoue, où il étudie l'œuvre de Jules Roma […] Lire la suite

COROT JEAN-BAPTISTE CAMILLE (1796-1875)

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 1 653 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Corot, chef d'école ? »  : […] Corot se distingue donc autant du néo-classicisme qui constituait sa culture de jeunesse que d'un romantisme, devenu style officiel à l'époque de sa maturité. Admiré par Delacroix et par Baudelaire, par Millet et par Zola, il s'affiche indifférent aux débats artistiques de son temps. Sans préoccupations politiques, il commence en 1830 à peindre la cathédrale de Chartres, achevée en 1872 (musée du […] Lire la suite

FLAXMAN JOHN (1755-1826)

  • Écrit par 
  • Jacques de CASO
  •  • 479 mots

L'Anglais John Flaxman fut à la fois un sculpteur et un dessinateur de grand talent. Son œuvre gravé, plus que sa sculpture, eut une action déterminante sur la formation et le rayonnement européen de l'esthétique néo-classique. Né dans le Yorkshire, John Flaxman a eu la carrière internationale typique des artistes à la fin du xviii e siècle. Après des études à Londres à la Royal Academy, où il re […] Lire la suite

FÜSSLI JOHANN HEINRICH, FUSELI ou FUSELY HENRY (1741-1825)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 671 mots
  •  • 4 médias

Deux hommes ont coexisté en bonne intelligence dans la personnalité d'Heinrich Füssli. Descendant d'un graveur zurichois du xvii e siècle qui avait imité avec succès Callot, fils d'un érudit qui pratiquait en amateur la peinture et entretint une longue correspondance avec Winckelmann, le jeune Füssli se brouilla cependant très vite avec sa famille. Il visita Berlin et l'Angleterre, puis, après un […] Lire la suite

GOÛT NÉOCLASSIQUE, Mario Praz - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 820 mots

Goût néoclassique de Mario Praz (1896-1982), foisonnante somme d'essais et d'articles publiés dès 1939 et ensuite enrichi d'éditions en éditions, marque une date dans l'histoire du goût : signal de la réhabilitation du style néoclassique, et en particulier du style Empire, cet ouvrage ouvre le chemin à des études scientifiques qui, en Italie comme dans toute l'Europe et aux États-Unis, eurent un […] Lire la suite

HEPPLEWHITE GEORGE (mort en 1786)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 507 mots

Ébéniste anglais et créateur de meubles dont le nom est associé, outre-Manche, au style néoclassique, qu'il contribua à y développer avec grâce dans le domaine des arts décoratifs. On sait peu de choses de l'existence de George Hepplewhite, sinon qu'il fut apprenti chez le fabricant de meubles anglais Robert Gillow (1703-1773) à Lancaster, puis ouvrit une boutique sur Redcross Street, à Londres. H […] Lire la suite

ISABEY JEAN-BAPTISTE (1767-1855)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 481 mots
  •  • 2 médias

« Peintre en miniature » — comme il est simplement gravé sur la tombe du Père-Lachaise où repose également son fils Eugène (1803-1886), le peintre romantique — mais aussi, selon la titulature dont il bénéficie sous le Premier Empire, « peintre dessinateur du cabinet de S.M. l'Empereur, des cérémonies et relations extérieures », Jean-Baptiste Isabey a tenu une place considérable dans la vie artisti […] Lire la suite

JOHANNOT ALFRED (1800-1837) & TONY (1803-1852)

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 379 mots
  •  • 1 média

Les plus célèbres et les plus prolifiques des illustrateurs romantiques furent les frères Johannot d'origine française. Le plus connu des trois frères est Tony, le plus jeune, qui naquit en Allemagne à Offenbach-sur-le-Main ; le père, François Johannot, avait été un pionnier de la lithographie. Alfred fut le collaborateur de Tony après avoir essayé, avec un succès certain mais fort éphémère, de fa […] Lire la suite

KAUFFMANN ANGELICA (1741-1807)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 885 mots

L'œuvre abondante et diverse d'Angelica Kauffmann s'étend sur une demi-siècle, et intéresse une grande partie de l'Europe du xviii e  siècle. Ce peintre, né en Suisse, vit à Rome, essaie de s'installer à Londres, travaille pour les cours d'Italie, d'Allemagne, de Russie, et fréquente une grande partie de l'élite intellectuelle : Goethe, Klopstock par exemple. La carrière d'Angelica Kauffmann est p […] Lire la suite

LA FASCINATION DE L'ANTIQUE(exposition)

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 1 083 mots

Il faut saluer la double réussite d'une exposition et de son livre-catalogue, dont la complémentarité est exemplaire. L'exposition La Fascination de l ' Antique, 1700-1770 s'est tenue au musée de la Civilisation gallo-romaine, à Lyon, du 20 décembre 1998 au 14 mars 1999. Cent soixante objets, peintures, dessins, sculptures, mosaïques, fragments antiques, intailles, recueils gravés étaient intelli […] Lire la suite

LANDON CHARLES-PAUL (1760-1826)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 546 mots

Peintre, critique d'art et éditeur. Élève de F.-A. Vincent et de J.-B. Regnault (dont les ateliers étaient rivaux de celui de David), Landon remporta le grand prix de Rome en 1792 et exposa au Salon jusqu'en 1812 des tableaux mythologiques et des allégories. Son style précieux, à la composition harmonieuse et au coloris frais, est empreint de la suavité aimable chère à une époque qui n'oublia jama […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Mario PRAZ, Daniel RABREAU, « NÉO-CLASSICISME, arts », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-classicisme-arts/