YOUNG NEIL (1945- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le solitaire

Neil Percival Young naît le 12 novembre 1945 à Toronto (Ontario). Il grandit à Winnipeg (Manitoba) avec sa mère, après que celle-ci a divorcé de son père, journaliste sportif canadien célèbre. Ayant joué dans des groupes pendant son adolescence, puis en solo dans des bars de Toronto, Neil Young est à la fois un interprète de musique folk et de rock lorsque, en 1966, il arrive à Los Angeles, où il rejoint les Buffalo Springfield, un groupe polyvalent et novateur dont la musique repose sur l'expérimentation de formes et de sons inhabituels. Les duels à la guitare saturée avec Stephen Stills compensent la voix aiguë et nasale de Young. Ses paroles passent du romantisme affecté à la satire sociale métaphorique, mais sa voix tremblante à la vulnérabilité sans artifice est l'élément constant de toutes les explorations tourmentées et multiformes de Neil Young.

S'il ne rencontre pas le succès commercial, l'album de ses débuts en solo, Neil Young (1969), est néanmoins ambitieux en termes de novation et d'expérimentation musicales. Pour son album suivant, Everybody Knows This Is Nowhere (1969), Young est accompagné par un petit groupe, le Crazy Horse. Il devient une véritable icône grâce à cet album dont les titres « Cinnamon Girl » – avec son célèbre solo de guitare qui incarne à lui seul tout le sarcasme du chanteur à l'égard des modèles prédéfinis – et « Down by the River » – avec son jeu de guitare haché et obsédant, tel un martèlement intense et sauvage et ses paroles qui évoquent le meurtre – sont diffusés par les toutes premières radios libres.

Neil Young se joint rapidement au groupe Crosby, Stills & Nash, qui a déjà rencontré le succès avec son premier album. L'arrivée de Young donne du poids à la formation devenue Crosby, Stills, Nash & Young mais celle-ci compte trop de fortes personnalités pour que cette collaboration ne donne pas lieu à des conflits incessants. Après la sortie du premier album du groupe, Déjà vu (1970), Young compose et chante « Ohio », qui devient, sur les campus américains, l'hymne de tous les [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Gene SANTORO, « YOUNG NEIL (1945- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/neil-young/