NÉGOCIATION, psychologie sociale

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Thématiques

Les psychologues de la négociation cherchent donc à prédire le comportement. Le comportement est entendu dans son acception la plus large. Il recouvre tant les conduites émises que les processus décisionnels à la base de ces dernières. Les variables les plus fréquemment étudiées sont les suivantes :

Les processus cognitifs : l’intérêt porte ici sur la façon dont les individus jugent et analysent l’information disponible en situation de négociation. Les recherches ont, par exemple, illustré les erreurs de jugement les plus fréquemment commises par les négociateurs.

Les caractéristiques individuelles : ces caractéristiques concernent tous les éléments qui différencient les individus les uns des autres. Elles englobent à la fois des particularités liées à leur personnalité et des spécificités plus larges, comme leur genre ou leur ancrage culturel.

La motivation : en plus des intérêts économiques communément présents en négociation, les psychologues étudient d’autres formes de motivations telles que les motivations relationnelles, celles qui sont liées aux procédures mobilisées ou encore celles qui sont liées à la préservation ou à l’amélioration de l’image de soi.

Les variables contextuelles : le comportement des négociateurs est largement déterminé par la situation dans laquelle ils se trouvent. Le pouvoir dont un négociateur dispose, par exemple, modifie sa façon de traiter l’information et les tactiques et stratégies qu’il est susceptible de déployer.

Les émotions : les émotions sont omniprésentes en négociation. Elles influencent le processus à deux niveaux. D’abord, elles jouent sur la façon dont le négociateur appréhende son environnement. Ensuite, elles transmettent de l’information à l’interlocuteur qui les utilise pour adapter son comportement à l’évolution de la situation.

Toutes ces variables sont étudiées quant à leur impact sur la façon dont les individus jugent et analysent les informations en négociation, leurs comportements pendant l’interaction et, in fine, la qualité des accords obtenus.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  NÉGOCIATION, psychologie sociale  » est également traité dans :

CONFLITS SOCIAUX

  • Écrit par 
  • Alain TOURAINE
  •  • 15 390 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La conception objectiviste »  : […] L'autre conception, dont notre analyse s'éloigne, peut être nommée, à l'inverse, objectiviste. Elle ne définit le conflit de classes que par le fonctionnement d'un système économique, ce qui est indispensable, en effet, pour comprendre les mécanismes de la domination d'une classe et pour analyser les rapports sociaux de travail, mais ce qui dissocie complètement les rapports de classes et l'action […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conflits-sociaux/#i_56747

Voir aussi

Pour citer l’article

Stéphanie DEMOULIN, « NÉGOCIATION, psychologie sociale », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/negociation-psychologie-sociale/