NAURU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Nauru : carte physique

Nauru : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Nauru : drapeau

Nauru : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Île de Nauru

Île de Nauru
Crédits : AFP/ Getty

photographie


Nom officielRépublique de Nauru (NR)
Chef de l'État et du gouvernementLionel Aingimea (depuis le 27 août 2019)
Capitale 1
Note : Il n'y a pas de capitale officielle ; les bureaux du gouvernement se trouvent dans le district de Yaren, qui est considéré comme la capitale de facto.
Langue officielleaucune 2
Note : Le nauruan est la langue nationale, l'anglais est la langue de l'administration et des affaires
Unité monétairedollar australien (AUD)
Population11 100 (estim. 2018)
Superficie (km2)21,1

Histoire

La date et l'origine du premier peuplement de Nauru sont inconnues. Une période d'isolement relativement longue expliquerait le caractère unique de la langue locale.

Le capitaine d'un baleinier anglais aperçoit l'île en 1798, mais le premier contact prolongé avec les Européens ne se fait que dans les années 1830, lorsque l'industrie baleinière gagne la Micronésie orientale. Nauru devient alors une escale pour les vaisseaux ayant besoin de se ravitailler en nourriture et en eau. Peu après, des déserteurs et des contrebandiers européens s'installent dans l'île, apportant avec eux de l'alcool, des armes à feu et des maladies jusqu'alors inconnues. À l'arrivée des Européens, la société de l'île compte douze groupes de parenté matrilinéaire, dirigés chacun par un chef. Les apports extérieurs déstabilisent la vie de Nauru et des luttes internes apparaissent entre les différents districts ; elles culminent dans les années 1880. Encouragée par quelques marchands allemands ne considérant que leurs intérêts particuliers dans l'île, l'Allemagne intègre Nauru dans son protectorat sur les îles Marshall à la fin de l'année 1888. L'administration allemande et l'arrivée peu après des missionnaires mettent fin aux conflits armés. En 1906, l'entreprise britannique Pacific Phosphate Company négocie un accord avec l'administration allemande pour exploiter les gisements de phosphate, et les opérations démarrent l'année suivante.

Après la déclaration de la Première Guerre mondiale, une petite force armée australienne occupe l'île et force les Allemands à partir. En 1920, Nauru devient un territoire sous mandat de la Société des Nations. Officiellement placée sous l'autorité de l'Australie, du Royaume-Uni et de la Nouvelle-Zélande, l'île est en réalité administrée par l'Australie. L'exploitation du phosphate est confiée à la British Phosphate Commission, entreprise tout juste créée par des Australiens, des Britanniques et des Néo-Zélandais.

La Seconde Guerre mondiale voit un nouvel [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : directeur du Centre pour les études sur les îles pacifiques de l'université d'Hawaii à Manoa, Honolulu

Classification


Autres références

«  NAURU  » est également traité dans :

AUSTRALIE

  • Écrit par 
  • Benoît ANTHEAUME, 
  • Jean BOISSIÈRE, 
  • Bastien BOSA, 
  • Harold James FRITH, 
  • Yves FUCHS, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE, 
  • Xavier PONS
  • , Universalis
  •  • 26 539 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Renaissance aborigène et migrations internationales  »  : […] Les Australiens considèrent qu'ils vivent dans un « pays chanceux » ( Lucky Country , selon l'expression australienne consacrée), à la fois protégé par son éloignement et miraculeusement doté en ressources, où il fait bon vivre pour ceux qui ont une âme de pionnier. Mais à côté de ce mythe, l'Australie se voulait blanche et de préférence britannique. Originellement terre de bagne, pays d'éleveurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/australie/#i_37951

OCÉANIE - Géographie humaine

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 8 725 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  La faiblesse des mines et de l'industrie »  : […] Il n'y a que relativement peu de ressources minières en Océanie insulaire, exception faite de la Papouasie - Nouvelle-Guinée et de la Nouvelle-Calédonie. Il faut mettre à part le cas du petit atoll soulevé de Nauru (21 km 2 ) avec son très riche gisement de phosphates qui lui permit de devenir, dès 1968, le plus petit État indépendant du monde. Entre 1968 et 2001, 43 millions de tonnes de phospha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanie-geographie-humaine/#i_37951

OCÉANIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 7 524 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  De la Seconde Guerre mondiale à nos jours : l'émergence des États insulaires »  : […] La partie européenne de la guerre n'a certes pas été sans conséquences importantes pour les îles du Pacifique, avec l'envoi massif de troupes et de matériel depuis les colonies et dominions britanniques, avec le ralliement des territoires français à la France libre et la création d'un deuxième bataillon du Pacifique (après celui de 1916), qui s'illustra notamment à Bir Hakeim et en Italie. Mais, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanie-histoire/#i_37951

PARADIS FISCAUX

  • Écrit par 
  • Jean de MAILLARD
  •  • 4 471 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une approche politisée »  : […] Ces listes n'ont jamais donné une image exacte de la carte des paradis fiscaux et bancaires, car des considérations politiques et diplomatiques ont influé sur leur établissement et leur évolution. Il est étrange, par exemple, que la Russie n'ait pas été inscrite dans la liste de l'O.C.D.E., quand on connaît la situation déplorable de sa législation fiscale. Aucun État du continent sud-américain –  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paradis-fiscaux/#i_37951

YAREN

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 202 mots
  •  • 1 média

Le district de Yaren, dans la partie sud-ouest de la minuscule île de Nauru (21 km 2 ), est la petite capitale de facto du plus petit État insulaire de la planète. Yaren est traversé de part en part par la grande piste de l'aéroport, et abrite de nombreux édifices gouvernementaux, le Parlement (théâtre de joutes politiques intenses), le siège de la police, l'école secondaire, etc. Certains bâtimen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yaren/#i_37951

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert C. KISTE, « NAURU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nauru/