NAURU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nom officielRépublique de Nauru (NR)
Chef de l'État et du gouvernementLionel Aingimea (depuis le 27 août 2019)
Capitale 1
Note : Il n'y a pas de capitale officielle ; les bureaux du gouvernement se trouvent dans le district de Yaren, qui est considéré comme la capitale de facto.
Langue officielleaucune 2
Note : Le nauruan est la langue nationale, l'anglais est la langue de l'administration et des affaires
Unité monétairedollar australien (AUD)
Population11 100 (estim. 2018)
Superficie (km2)21,1

Géographie et économie

Le relief d'une grande partie de Nauru s'élève de façon abrupte, si bien que l'île ne possède ni port naturel ni point d'ancrage protégé. Une étroite plaine fertile encercle l'île et la lagune Buada, située à l'intérieur de l'île. Plus avant dans les terres, un plateau corallien s'élève à 30 mètres d'altitude et culmine à 64 mètres. Il est essentiellement composé de phosphate naturel, provenant de guano accumulé. Ce gisement minéral couvre 70 p. 100 de l'île, et son extraction a laissé un affleurement calcaire irrégulier et parsemé de pics, qui rend le paysage inhospitalier.

Île de Nauru

Île de Nauru

Photographie

L'intérieur de l'île de Nauru est un plateau corallien composé de phosphate naturel, au sol inhospitalier. Seules les côtes sont habitées. 

Crédits : AFP/ Getty

Afficher

Le climat de Nauru, tropical, est tempéré par les vents océaniques ; la température en journée atteint 28 0C. Les précipitations annuelles (2 060 mm en moyenne) sont extrêmement variables, et des périodes de sécheresse prolongées surviennent parfois. Le seul moyen de trouver de l'eau sur l'île est de la recueillir par des dispositifs installés sur les toits des habitations, et l'eau est importée en tant que lest sur les navires qui viennent charger du phosphate. Les sols sont en général pauvres et très poreux, et l'irrégularité des précipitations limite les cultures à la plaine côtière et sur le bord de la lagune. Les cultures de subsistance (cocotiers, pandanus, bananes, ananas, légumes) sont insuffisantes pour nourrir la population. De nombreux oiseaux migrateurs font escale à Nauru. Il n'y avait aucun mammifère avant l'introduction de rats, de souris, de chats, de chiens et de cochons.

Le peuplement est dispersé. Les habitants sont éparpillés le long du littoral, et dans un petit village, Buada, près de la lagune.

Environ 60 p. 100 des habitants sont des Nauruans. Le reste de la population, étrangère, est constituée d'Européens qui travaillent dans l'administration ou dans la Nauru Phosphate Corporation, et de quelques commerçants chinois. Le nauruan est la langue nationale. Aucune grammaire écrite complète de la langue n'a été compilée, et sa parenté avec les autres langues micronésiennes est mal établie. L'anglais est très répandu.

Des missionnaires arrivèrent à Nauru à [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

Nauru : carte physique

Nauru : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Nauru : drapeau

Nauru : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Île de Nauru

Île de Nauru
Crédits : AFP/ Getty

photographie




Écrit par :

  • : directeur du Centre pour les études sur les îles pacifiques de l'université d'Hawaii à Manoa, Honolulu

Classification


Autres références

«  NAURU  » est également traité dans :

AUSTRALIE

  • Écrit par 
  • Benoît ANTHEAUME, 
  • Jean BOISSIÈRE, 
  • Bastien BOSA, 
  • Harold James FRITH, 
  • Yves FUCHS, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE, 
  • Xavier PONS
  • , Universalis
  •  • 26 539 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Renaissance aborigène et migrations internationales  »  : […] Les Australiens considèrent qu'ils vivent dans un « pays chanceux » ( Lucky Country , selon l'expression australienne consacrée), à la fois protégé par son éloignement et miraculeusement doté en ressources, où il fait bon vivre pour ceux qui ont une âme de pionnier. Mais à côté de ce mythe, l'Australie se voulait blanche et de préférence britannique. Originellement terre de bagne, pays d'éleveurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/australie/#i_37951

OCÉANIE - Géographie humaine

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 8 725 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  La faiblesse des mines et de l'industrie »  : […] Il n'y a que relativement peu de ressources minières en Océanie insulaire, exception faite de la Papouasie - Nouvelle-Guinée et de la Nouvelle-Calédonie. Il faut mettre à part le cas du petit atoll soulevé de Nauru (21 km 2 ) avec son très riche gisement de phosphates qui lui permit de devenir, dès 1968, le plus petit État indépendant du monde. Entre 1968 et 2001, 43 millions de tonnes de phospha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanie-geographie-humaine/#i_37951

OCÉANIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 7 524 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  De la Seconde Guerre mondiale à nos jours : l'émergence des États insulaires »  : […] La partie européenne de la guerre n'a certes pas été sans conséquences importantes pour les îles du Pacifique, avec l'envoi massif de troupes et de matériel depuis les colonies et dominions britanniques, avec le ralliement des territoires français à la France libre et la création d'un deuxième bataillon du Pacifique (après celui de 1916), qui s'illustra notamment à Bir Hakeim et en Italie. Mais, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanie-histoire/#i_37951

YAREN

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 202 mots
  •  • 1 média

Le district de Yaren, dans la partie sud-ouest de la minuscule île de Nauru (21 km 2 ), est la petite capitale de facto du plus petit État insulaire de la planète. Yaren est traversé de part en part par la grande piste de l'aéroport, et abrite de nombreux édifices gouvernementaux, le Parlement (théâtre de joutes politiques intenses), le siège de la police, l'école secondaire, etc. Certains bâtimen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yaren/#i_37951

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert C. KISTE, « NAURU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nauru/