NATURE WRITING, littérature

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Oiseau Anhinga-Anhinga, J. J. Audubon

Oiseau Anhinga-Anhinga, J. J. Audubon
Crédits : AKG-Images

photographie

Le Cours de l’Empire. Désolation, T. Cole

Le Cours de l’Empire. Désolation, T. Cole
Crédits : The New York Historical Society/ Getty Images

photographie

A Storm in the Rocky Mountains. Mt. Rosalie (Orage dans les montagnes Rocheuses), A. Bierstadt

A Storm in the Rocky Mountains. Mt. Rosalie (Orage dans les montagnes Rocheuses), A. Bierstadt
Crédits : Geoffrey Clements/ Corbis Historical/ VCG via Getty Images

photographie


L’écocritique

Le développement rapide, depuis une vingtaine d’année, de l’écocritique, qui cherche à interpréter les textes littéraires à l’aune de la vision écologique (ou non) qu’ils véhiculent, sous l’impulsion de l’association américaine ASLE (Association for the Study of Literature and Environment) et de sa revue ISLE (Interdisciplinary Studies in Literature and Environment), témoigne lui aussi de l’impact de la conscience écologique sur les « humanités ». L’écocritique postule que la crise environnementale s’alimente à une pensée de la nature méritant d’être décodée dans les textes littéraires et autres formes d’expression (photographies, films, séries) où elle se déploie. Simultanément, elle affirme que le sens des textes ne peut s’élucider sans prendre en compte leur vision des relations entre l’homme et l’écosystème, l’humain et le non-humain. Comme l’explique Cheryll Glotfelty dans son introduction à l’une des premières anthologies de textes d’écocritique, parue en 1996, « De la même façon que la critique féministe aborde la littérature et la langue à partir d’une perspective genrée, […] l’écocritique ouvre les études littéraires à une perspective centrée sur la terre ». Dans son ouvrage fondateur The Environmental Imagination (1995), l’universitaire Lawrence Buell remarque et regrette que, « trente ans après la publication de Printemps silencieux, de Rachel Carson », la théorie critique littéraire accuse un tel retard sur les autres disciplines dans sa prise en compte des problématiques environnementales. Mais ce retard aujourd’hui se comble, tant Buell et d’autres – dont les auteurs représentés ou recommandés dans l’anthologie de Cheryll Glotfelty, ainsi que des penseurs comme Theodore Roszak, dont La Voix de la Terre a contribué à ouvrir le champ de l’écopsychologie, à côté de l’écoféminisme, ou la justice environnementale – ont au cours de ces vingt dernières années suscité de nombreuses vocations de chercheurs, aux États-Unis et partout dans le monde aujourd’hui, décidés à gloser à leur manière l’ad [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Yves-Charles GRANDJEAT, « NATURE WRITING, littérature », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-writing-litterature/