NATURE MORTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Antiquité classique : trompe-l'œil et « Carpe diem »

La nature morte en tant que genre pictural à part entière trouve son origine en Grèce, au début de la période hellénistique, quand apparaît, à côté de la peinture monumentale (mégalographie) ou sur panneau d'inspiration mythologique et historique, un art tourné vers la nature et la vie quotidienne, privilégiant la description de victuailles, de fleurs et de menus objets (rhopographie). De cette production ne nous sont parvenus, hélas, que des copies et des dérivés tardifs : mosaïques et fresques romaines du ier siècle avant J.-C. au ive siècle, découvertes notamment en Campanie (Pompéi, Herculanum) et sur certains sites d'Afrique du Nord.

Nature morte avec des œufs et une cruche de lait

Photographie : Nature morte avec des œufs et une cruche de lait

Photographie

Nature morte avec des œufs et une cruche de lait, peinture murale romaine, Ier siècle. Villa di Giulia Felice, Pompéi, Italie. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Selon le témoignage de Pline l'Ancien (Histoire naturelle), le plus illustre adepte du genre aurait été un certain Piraeicos (ive-iiie siècle ?), auteur de tableaux (tabellae) représentant des artisans au travail, des animaux ou des « provisions de bouche et autres denrées du même type » (obsonia ac similia), qui font penser aux xenia, ces présents de vivres que les Grecs fortunés mettaient à la disposition de leurs hôtes. Le fait que Piraeicos ait été surnommé rhyparographos (« peintre de choses sordides ») est à mettre au compte d'une hiérarchie des valeurs esthétiques, d'inspiration littéraire, qui préfigure celle en vigueur en France au xviie siècle, mais dissimule mal le succès d'un genre prisé avant tout pour ses effets illusionnistes : depuis Apollodore, inventeur de la « skiagraphie » (jeu des ombres et des lumières) et le naturaliste Zeuxis (env. 464 avant J.-C.-env. 398 avant J.-C.), l'esthétique du trompe-l'œil prévaut dans la peinture} grecque, inspirant entre autres chefs-d'œuvre la mosaïque dite asarotos oïkos (« la chambre mal balayée ») de Sosos de Pergame (iiie siècle avant J.-C. ; perdue, mais connue par une copie du iie siècle apr. J.-C.). En marge du domaine proprement pictural, on peut mentionner ég [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Nature morte avec des œufs et une cruche de lait

Nature morte avec des œufs et une cruche de lait
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Nature morte à la tourte, au citron et au pain, P. Claesz

Nature morte à la tourte, au citron et au pain, P. Claesz
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Vanité ou Allégorie de la vie humaine, P. de Champaigne

Vanité ou Allégorie de la vie humaine, P. de Champaigne
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Nature morte avec lièvre, fruit et perroquet, J. Fyt

Nature morte avec lièvre, fruit et perroquet, J. Fyt
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  NATURE MORTE  » est également traité dans :

PSYCHANALYSE & PEINTURE

  • Écrit par 
  • Jean-François LYOTARD
  •  • 7 908 mots

Dans le chapitre « La peinture et l'impouvoir »  : […] Depuis le recensement monumental fait par Venturi sur l'œuvre de Cézanne, on a coutume de distinguer dans celle-ci quatre périodes : sombre, impressionniste, constructive, synthétique. Liliane Brion-Guerry reprend cette analyse à son compte, mais elle la dramatise deux fois. Tout d'abord, elle montre que ce qui motive cette odyssée plastique, c'est la recherche d'une solution à un problème égaleme […] Lire la suite

CÉZANNE PAUL (1839-1906)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 3 960 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Parcours et formes »  : […] La classification traditionnelle de l'œuvre du peintre repose avant tout sur la chronologie de son évolution stylistique, qui elle-même recoupe les grandes étapes de sa biographie. Aux années de jeunesse et de formation parisienne correspond ainsi une période “romantique”. Lui succède, de 1872 à 1877, la période “impressionniste”, puis, après qu'il s'est détaché du groupe, la période “constructive […] Lire la suite

CARAVAGE (vers 1571-1610)

  • Écrit par 
  • Arnauld BREJON DE LAVERGNÉE, 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 799 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les œuvres de jeunesse »  : […] Michelangelo Merisi ou Merighi dit il Caravaggio est originaire de Caravaggio en Lombardie. On pense aujourd'hui que Caravage est né vers 1571. Les débuts du peintre sont mystérieux. Quelle a été sa formation entre 1584 environ et 1590-1591 ? Quelles œuvres d'art a-t-il vues ? Quelles villes a-t-il traversées avant d'arriver à Rome ? Bien que Caravage ait souvent déclaré qu'il ne devait rien à per […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Performances d'excentriques »  : […] Si le réalisme minutieux, si caractéristique de tant de toiles américaines du xix e  siècle, s'accorde souvent avec le poids de suspicion et la demande sociale d'utilité qui pèsent alors sur l'art, il participe aussi, de loin en loin, à des démarches plus audacieuses, quoique plus confidentielles. La nature morte, genre par excellence formaliste et anti-utilitaire, n'eut guère d'audience aux État […] Lire la suite

DESPORTES FRANÇOIS (1661-1743)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 869 mots

Il semble que l'apprentissage de François Desportes chez le Flamand Nicasius Bernaerts — installé en France et chargé de décorer la ménagerie de Versailles — ait beaucoup compté. La leçon de son maître, un élève de Snyders, demeura présente tout au long de sa carrière de peintre animalier. Très tôt pourtant, il essaie de se faire un nom dans le genre plus noble du portrait, et passe une année à la […] Lire la suite

SÉBASTIEN STOSKOPFF (exposition)

  • Écrit par 
  • X.-Y. LANDER
  •  • 1 498 mots

À l'occasion du quatre centième anniversaire de la naissance de Sébastien Stoskopff, le musée de l'Œuvre Notre-Dame de Strasbourg – relayé par le Suermont-Ludwig Museum d'Aix-la-Chapelle – a organisé en 1997 une grande exposition de l'œuvre de ce peintre strasbourgeois, la seconde après celle, plus modeste, d'Idstein, en 1987. Comme La Tour et Vermeer, Stoskopff est l'un de ces artistes du xvii e […] Lire la suite

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 165 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le premier quart du XVIIe siècle »  : […] Le premier quart du siècle est marqué par la diversité. Toutes sortes de courants se rencontrent et s'influencent mutuellement. On a déjà mentionné les « académistes » de Haarlem et d'Utrecht. L'avenir eût été à eux si Rubens n'était pas revenu d'Italie. Grâce à une technique minutieuse et à l'emploi du petit format, Jan Breughel dit Breughel de Velours avait gardé son indépendance à l'égard du j […] Lire la suite

PICASSO PABLO (1881-1973)

  • Écrit par 
  • André FERMIGIER, 
  • Hélène SECKEL
  •  • 3 145 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Souvenirs romains et thèmes freudiens »  : […] En 1917, Picasso, que la guerre a séparé de Braque et des peintres de Montmartre, part pour Rome, sur les instances de Jean Cocteau, et exécute les décors de Parade pour Serge de Diaghilev. Il collaborera souvent par la suite aux Ballets russes ( Le Tricorne , Pulcinella ), s'éprendra du monde du théâtre et de la danse, ramènera d'Italie une curiosité durable pour la sculpture antique et le class […] Lire la suite

VAN DE VELDE LES

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 1 186 mots

Dynastie de peintres hollandais. Né à Amsterdam, Esaias van de Velde (env. 1590-1630) était probablement le fils du peintre Anthony van de Velde et le cousin de Jan van de Velde le graveur. Dès 1610, on le trouve à Haarlem où il entre dans la gilde en 1612. En 1618, il est inscrit comme membre à la gilde de La Haye où il a été honoré des commandes des stadhouders Maurice et Frédéric-Henri. Selon H […] Lire la suite

MATISSE HENRI (1869-1954)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 3 015 mots

Dans le chapitre « La peinture mise en scène »  : […] La peinture de Matisse met en scène la peinture elle-même et ses éléments constitutifs ; elle expose, interroge et dérègle méthodiquement ses conventions. En 1907, le critique Louis Vauxcelles saisissait parfaitement devant le Nu bleu (souvenir de Biskra) , un jeu d'influences réciproques (qu'il redoutait) entre les lois internes du tableau, la réalité observée et la représentation : « Je ne voudr […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert FOHR, « NATURE MORTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-morte/