NATURALISATION, sociologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Selon les auteurs du Métier de sociologue (1968), la « naturalisation » est à l’œuvre dès lors qu’est transgressé « le précepte de Marx interdisant d’éterniser dans une nature le produit d’une histoire ou le précepte de Durkheim exigeant que le social soit expliqué par le social et par le social seulement ».

Elle se manifeste, par exemple, dans la prétention à rendre compte des écarts observés entre pratiques masculines et féminines en les attribuant à des invariants « naturels ». Ce faisant, elle apparaît d’autant plus vraisemblable que les habitus incorporés au fil d’une action pédagogique précoce et ininterrompue s’expriment dans une hexis corporelle (masculine/féminine) facilement « naturalisée » : le corps est spontanément classé du côté de la « nature ». En d’autres termes, la « naturalisation » attribue à des effets du « sexe » (biologique) le « genre » (socio-historiquement construit). De façon générale, le concept de « nature humaine », « la plus simple et la plus naturelle des natures simples », est à l’œuvre dans les usages de critères d’analyse comme le sexe, l’âge, la race ou les aptitudes, conçus comme des données naturelles, nécessaires et éternelles, ou encore « sous les espèces de concepts qui en sont comme la monnaie », « tendances » ou « propensions », « motivations » ou « besoins ».

Ainsi, la « naturalisation » attribue-t-elle à des dons, des capacités, des talents « innés », les inégalités constatées de réussites scolaires. Or, outre qu’« on ne voit pas de raison pour que les hasards de la génétique ne distribuent pas ces dons inégaux entre les différentes classes sociales », « il n’y a jamais lieu d’être certain du caractère naturel des inégalités que l’on constate entre les hommes dans une situation sociale donnée […] tant qu’on n’a pas exploré toutes les voies par où agissent les facteurs sociaux d’inégalité » (Bourdieu, Passeron, 1964). C’est dans la même perspective, expliquant les pratiques et les écarts entre les pratiques par une « nature » (« bonne » ou « mauvaise »), que Cesare Lombroso s’est rendu célèbre pour ses thèses sur le « cri [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :


Autres références

«  NATURALISATION, sociologie  » est également traité dans :

CORPS - Cultes du corps

  • Écrit par 
  • Bernard ANDRIEU
  •  • 5 041 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Cultiver son genre »  : […] Le genre est ce qui sépare culturellement l'homme de la femme, ensemble assimilé de discours et de pratiques caractéristiques qui trouvent leur légitimation dans la différence sexuelle, la différenciation organique naturelle des corps masculin et féminin. Le genre contraint chaque sexe à des cultes corporels stéréotypés selon l'idéologie masculine dominante. Le féminisme a pu libérer la femme du […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gérard MAUGER, « NATURALISATION, sociologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/naturalisation-sociologie/