NATURALISATION, sociologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Selon les auteurs du Métier de sociologue (1968), la « naturalisation » est à l’œuvre dès lors qu’est transgressé « le précepte de Marx interdisant d’éterniser dans une nature le produit d’une histoire ou le précepte de Durkheim exigeant que le social soit expliqué par le social et par le social seulement ».

Elle se manifeste, par exemple, dans la prétention à rendre compte des écarts observés entre pratiques masculines et féminines en les attribuant à des invariants « naturels ». Ce faisant, elle apparaît d’autant plus vraisemblable que les habitus incorporés au fil d’une action pédagogique précoce et ininterrompue s’expriment dans une hexis corporelle (masculine/féminine) facilement « naturalisée » : le corps est spontanément classé du côté de la « nature ». En d’autres termes, la « naturalisation » attribue à des effets du « sexe » (biologique) le « genre » (socio-historiquement construit). De façon générale, le concept de « nature humaine », « la plus simple et la plus naturelle des natures simples », est à l’œuvre dans les usages de critères d’analyse comme le sexe, l’âge, la race ou les aptitudes, conçus comme des données naturelles, nécessaires et éternelles, ou encore « sous les espèces de concepts qui en sont comme la monnaie », « tendances » ou « propensions », « motivations » ou « besoins ».

Ainsi, la « naturalisation » attribue-t-elle à des dons, des capacités, des talents « innés », les inégalités constatées de réussites scolaires. Or, outre qu’« on ne voit pas de raison pour que les hasards de la génétique ne distribuent pas ces dons inégaux entre les différentes classes sociales », « il n’y a jamais lieu d’être certain du caractère naturel des inégalités que l’on constate entre les hommes dans une situation sociale donnée […] tant qu’on n’a pas exploré toutes les voies par où agissent les facteurs sociaux d’inégalité » (Bourdieu, Passeron, 1964). C’est dans la même perspective, expliquant les pratiques et les écarts entre les pratiques par une « nature » (« bonne » ou « mauvaise »), que Cesare Lombroso s’est rendu célèbre pour ses thèses sur le « criminel-né » (LHomme criminel, 1876). De façon générale, la cécité aux inégalités sociales et l’amnésie de la genèse qui condamnent et autorisent à expliquer toutes les inégalités comme inégalités « naturelles », sont la matrice du racisme, en général, et du « racisme de classe », en particulier.

De façon générale, « l’idéologie du don » – c’est-à-dire la croyance à la vocation, à la prédestination, à des capacités « génétiques », à des talents « innés », à des qualités « naturelles » exceptionnelles, sinon au « génie » – occupe non seulement une place centrale dans le fonctionnement du système scolaire (qui, convertissant le privilège de l’héritage en « don », légitime le privilège), mais semble aussi s’être imposée comme le principe ultime de rationalisation et de légitimation de l’ordre social. Dans le droit fil des « idéologies charismatiques » qui justifient les hiérarchies par « la naissance » ou « le sang », elle considère que les inégalités sociales sont le reflet d’inégalités « naturelles ». Dans cette perspective, chacun occupe la place qui lui revient compte tenu de ses propriétés « innées » : les uns sont « faits pour commander », d’autres « pour obéir ».

Percevant et interprétant les « faits sociaux » comme des « faits de nature », la « naturalisation » universalise le particulier, absolutise le relatif, éternise le provisoire, légitime l’arbitraire. Et les faits sociaux sont d’autant plus facilement naturalisés qu’objectivés, matérialisés, ils apparaissent comme « un donné » et non comme « une construction » et que, résistant au changement et donnant prise au schème de pensée selon lequel « il n’y rien de nouveau sous le soleil », ils semblent immuables, éternels, bref « naturels ». Montrant que l’imputation de faits sociaux à la nature suppose l’oubli de leur genèse, Marx (1847) soulignait que la fréquence de cette erreur de méthode tient aux fonctions idéologiques dont elle s’acquitte : en affirmant le caractère « naturel » des institutions bourgeoises et des rapports de production capitalistes, les économistes classiques justifiaient l’ordre bourgeois en même temps qu’« ils prémunissaient la classe dominante contre l’idée du caractère historique, donc transitoire, de sa domination ».

Mais, bien qu’il lui faille rompre, pour se constituer, avec le [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Autres références

«  NATURALISATION, sociologie  » est également traité dans :

CORPS - Cultes du corps

  • Écrit par 
  • Bernard ANDRIEU
  •  • 5 042 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Cultiver son genre »  : […] Le genre est ce qui sépare culturellement l'homme de la femme, ensemble assimilé de discours et de pratiques caractéristiques qui trouvent leur légitimation dans la différence sexuelle, la différenciation organique naturelle des corps masculin et féminin. Le genre contraint chaque sexe à des cultes corporels stéréotypés selon l'idéologie masculine dominante. Le féminisme a pu libérer la femme du […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gérard MAUGER, « NATURALISATION, sociologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/naturalisation-sociologie/