NATIONALISME, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'apport des musiques traditionnelles

Porté par le romantisme, l'intérêt pour les musiques folkloriques et traditionnelles se développe au xixe siècle. Il coïncide avec l'éveil des nationalismes, qui s'étend essentiellement en Europe centrale et orientale.

Particulièrement vif en Europe centrale, ce phénomène fut l'occasion pour les peuples de commencer à affirmer leur personnalité en entrant en lutte pour se libérer des diverses formes d'oppression qui s'exerçaient sur eux. Ce patriotisme exacerbé s'appuya sur la découverte du fonds culturel populaire propre à chacune de ces nations. Un folklore musical fut découvert et utilisé comme moyen de s'émanciper d'une tradition imposée de l'extérieur. Ces peuples cherchaient, chacun à sa manière, à se dégager de l'emprise culturelle allemande et autrichienne. Des compositeurs comme Leoš Janáček (1854-1928) ou Béla Bartók (1881-1945) entreprirent de très longues recherches sur les musiques traditionnelles.

Béla Bartók

Béla Bartók

Photographie

Béla Bartók entreprend dès 1905 les premières enquêtes systématiques sur le folklore hongrois. On le voit ici en 1907, enregistrant sur un phonographe les chants des habitants du village de Darázs (aujourd'hui Draš, en Croatie). Cette même année 1907, Bartók publie «Trois Chants... 

Crédits : G. Hackett/ Hulton Getty

Afficher

Poursuivant la quête de Bedřich Smetana et d'Antonín Dvořák, qui désiraient affirmer l'existence d'une musique spécifiquement tchèque, Janáček eut une carrière beaucoup plus militante que ses prédécesseurs en appartenant dès sa jeunesse à des mouvements nationalistes. Sur le plan musical, il collecta de nombreux thèmes populaires en Moravie ; il en étudia les modes et les rythmes, découvrit les instruments locaux au timbre inaccoutumé. Sans plaquer ces thèmes populaires dans ses œuvres, Janáček composa dix opéras, parmi lesquels Jenůfa (1904) et Kát'a Kabanová (1921), ainsi que des pièces symphoniques comme la Sinfonietta (1926), dans lesquels l'influence du folklore tchèque est particulièrement forte.

Allant plus loin que Janáček, le Hongrois Bartók, aidé de son compatriote et ami le compositeur Zoltán Kodály (1882-1967), enregistra des thèmes populaires dans toute l'Europe centrale. Considéré comme le père fondateur de l'ethnomusicologie, Bartók étudia toutes les richesses du folklore slave au-delà de la Hongrie, ce qui l'amena à fond [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : ancien critique à Sud-Ouest et à Contact Variété, professeur d'improvisation et d'histoire de la musique

Classification


Autres références

«  NATIONALISME, musique  » est également traité dans :

MUSIQUE SOUS L'OCCUPATION

  • Écrit par 
  • Myriam CHIMÈNES
  •  • 3 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Éduquer et divertir »  : […] La guerre a des incidences sur la diffusion et la réception de la musique : le développement du chant choral et la création des Jeunesses musicales de France (J.M.F.) témoignent d’un souci d’éducation et de formation du public ; le succès des concerts symphoniques traditionnels et la création des Concerts de la Pléiade d’une part, mais aussi la vogue du jazz et de la chanson de variétés, hors des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-sous-l-occupation/#i_41465

PALMGREN SELIM (1878-1951)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 232 mots

Le pianiste, chef d'orchestre et compositeur finlandais Selim Palmgren est un des protagonistes de l'émergence du nationalisme dans la musique de son pays. Né le 16 février 1878, à Pori, sur la rive orientale du golfe de Botnie (ville appartenant alors à l'empire russe), Selim Palmgren étudie de 1895 à 1899 à l'Institut de musique d'Helsinki, puis se perfectionne à Berlin de 1899 à 1901, auprès de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/selim-palmgren/#i_41465

WAGNÉRISME

  • Écrit par 
  • Jean PAVANS
  •  • 1 860 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Wagnérisme et antiwagnérisme »  : […] Le cas d'Hector Berlioz mérite une attention particulière, car il s'est trouvé, à son corps défendant, au confluent du wagnérisme et de l'antiwagnérisme européens, et en particulier français. D'une part, les wagnériens voulaient en quelque sorte l'enrôler comme précurseur de la « musique de l'avenir », ce contre quoi tout son être musical se cabrait, en une période où lui-même était tourné vers le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wagnerisme/#i_41465

Voir aussi

Pour citer l’article

Antoine GARRIGUES, « NATIONALISME, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nationalisme-musique/