NATIONNation et idéologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les idéologies ethnico-nationales et le monde

Les tâches essentielles des idéologies ethnico-nationales

Les idéologies ethnico-nationales ont une fonction par rapport aux tâches essentielles qui s'imposent à toute société. Aussitôt qu'une formation d'envergure plus large que la tribu, la cité, etc., est rendue possible par les conditions économiques, démographiques, géographiques et autres, elles fournissent un mécanisme d'intégration indispensable. En même temps, comme toute formation sociale nécessite une image, une conscience d'elle-même, elles fournissent au groupe ethnico-national une image fonctionnelle et opératoire, adaptée aux exigences vitales de cette formation.

On peut préciser, avec E. Lemberg, les modes d'intégration que fournit l'idéologie : délimitation vis-à-vis de l'extérieur, affirmation d'une supériorité, et cela d'autant plus qu'on part d'une situation d'infériorité, résistance (parfois offensive) à la pression de l'extérieur, à une menace réelle ou imaginée, structuration morale interne par la définition et l'imposition d'un système de valeurs proclamées supérieures à toutes autres, déploiement de mesures destinées à assurer l'unité et la pureté de la formation ethnico-nationale, appel à l'abnégation, au dévouement à celle-ci. On retrouve les trois principes qu'Alain Touraine définit comme indispensables à un « mouvement social complet » : principe d'identité, principe d'opposition (à un adversaire donné), principe de totalité, c'est-à-dire référence à des valeurs supérieures, à de grands idéaux théoriquement admis par tous, à une philosophie ou théologie prétendant rendre compte de l'univers tout entier.

Ces définitions permettent de critiquer à la fois ceux qui considèrent les idéologies ethnico-nationales comme des épiphénomènes superstructurels à éliminer, par réductionnisme, d'un tableau des phénomènes sociaux essentiels (comme les marxistes dogmatiques qui tendent à les réduire à des idéologies de classes) et ceux qui les regardent comme un donné inconditionné [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification


Autres références

«  NATION  » est également traité dans :

NATION - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Anne-Marie THIESSE
  •  • 1 330 mots
  •  • 1 média

Conformément à son étymologie (natio, en latin, a pour origine nascere, « naître »), le terme nation désigne initialement un groupe plus ou moins vaste d'individus ayant une origine commune. Ainsi, dans l'université de Paris, avant le xve siècle, les étudiants étaient classés en quatre nations (France, Picardie, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nation-vue-d-ensemble/

NATION - L'idée de nation

  • Écrit par 
  • Georges BURDEAU, 
  • Pierre-Clément TIMBAL
  •  • 4 391 mots

L'Académie française, en 1694, définit la nation comme l'ensemble des habitants d'un même État, d'un même pays, vivant sous les mêmes lois et utilisant le même langage.Au xixe siècle, on ne se contente plus d'une définition et on cherche à expliquer la formation des nations. En Angleterre, Disraeli écrit que les nations ont été « créées graduellement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nation-l-idee-de-nation/

NATION - La construction nationale

  • Écrit par 
  • Émile SICARD
  •  • 5 623 mots
  •  • 1 média

Chercher à discerner, sur la base de l'observation des nations « en train de se faire » (selon l'expression des sociologues latino-américains), les caractéristiques, les éléments constituants – éventuellement les moments – de ces « constructions nationales », s'efforcer simultanément de remonter dans le temps, de vague en vague, jusqu'aux premières nations historiquement admises, afin de tenter d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nation-la-construction-nationale/

LA CRÉATION DES IDENTITÉS NATIONALES (A.-M. Thiesse)

  • Écrit par 
  • Pierre MILZA
  •  • 985 mots

Que l'idée de nation et le sentiment identitaire qui s'y rattache soient non pas des faits « naturels » mais des constructions de l'esprit, apparues au début de l'ère industrielle, il est peu d'historiens aujourd'hui pour le nier. Les Français ne furent certainement ni les premiers ni les plus ardents défenseurs de cette thèse dont la diffusion relève au premier chef de l'historiographie anglo-sax […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-creation-des-identites-nationales/#i_5832

AFRIQUE (conflits contemporains)

  • Écrit par 
  • René OTAYEK
  •  • 4 928 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des ethnicités fabriquées et manipulées »  : […] La mobilisation de l'ethnicité comme mode d'énonciation du politique s'inscrit donc dans un contexte socio-historique particulier, marqué par la déstructuration et la recomposition en profondeur des sociétés africaines sous l'effet de la mise en place du projet colonial. Mais, malgré la violence de cette imposition, ou grâce à elle, la mise en valeur coloniale, si limitée soit-elle à l'exception d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique/#i_5832

ALLEMAGNE (Géographie) - Géographie économique et régionale

  • Écrit par 
  • Guillaume LACQUEMENT
  •  • 12 047 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'ancrage territorial de la nation »  : […] Le démantèlement de la « frontière indigne » (selon l'écrivain Günter Grass) et la reconnaissance des frontières de 1945 participent à l'ancrage territorial de la nation allemande, conforté à partir de 1990 par un nouveau reflux des minorités allemandes d'Europe centrale et orientale. Contrairement à la France, le sentiment national allemand n'a jamais coïncidé avec une forme étatique. Fractionnés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-geographie-geographie-economique-et-regionale/#i_5832

ANDERSON BENEDICT (1936-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 219 mots

L’historien et politologue irlandais Benedict Anderson tient une place importante dans l’historiographie anglo-saxonne pour ses travaux sur les origines du nationalisme. Benedict Richard O’Gorman Anderson est né le 26 août 1936 à Kunming, dans le sud de la Chine, où son père occupe un poste au Bureau des douanes maritimes de l’Empire, un organisme britannique chargé de superviser le commerce avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benedict-anderson/#i_5832

ARABISME

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 5 510 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les théoriciens et les théories »  : […] Après les pionniers du proto-nationalisme anti-impérialiste, qui rêvaient d'un affranchissement et d'une rénovation dans le cadre de l'Empire ottoman et de la communauté musulmane, le nationalisme arabe fut long à trouver des théoriciens. Au sein des mouvements politiques qui revendiquaient l'indépendance, l'activité pratique, fondée sur les sentiments à peine conscients des masses, tendit spontan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabisme/#i_5832

AUX ORIGINES D'ISRAËL (Z. Sternhell) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Ariane BONZON
  •  • 1 515 mots

Qu'est-il advenu de la société nouvelle que les pères fondateurs d'Israël voulaient instaurer sur la Terre promise ? Tel est l'objet de la recherche que propose Zeev Sternhell dans son livre Aux origines d'Israël. Entre nationalisme et socialisme (Fayard). Présentée dès l'introduction de l'ouvrage, la réponse est abrupte : l'âge d'or n'a jamais existé, ce n'est qu'un mythe mobilisateur ou un alib […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aux-origines-d-israel/#i_5832

CITOYENNETÉ

  • Écrit par 
  • Dominique SCHNAPPER
  •  • 4 676 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La légitimité politique »  : […] En proclamant la souveraineté du citoyen, les révolutionnaires posaient un principe de transcendance des particularismes. Constitués en « nation », pour reprendre la formule de l'article 3 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, les citoyens cessaient d'être des individus concrets pour agir dans l'espace public en tant que citoyens. C'est pourquoi ils devenaient en principe citoyen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/citoyennete/#i_5832

CITOYENNETÉ ET NATIONALITÉ EN FRANCE ET EN ALLEMAGNE (R. Brubaker)

  • Écrit par 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 1 297 mots

Professeur de sociologie à l'université de Californie à Los Angeles (U.C.L.A.), Rogers Brubaker considère que la définition juridique de la nationalité joue un rôle central dans le développement et le fonctionnement de l'État. Pour ne pas en rester au niveau des généralités, il étudie deux cas très différents, celui de la France et celui de l'Allemagne ( Citoyenneté et nationalité en France et en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/citoyennete-et-nationalite-en-france-et-en-allemagne/#i_5832

CIVISME

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 4 694 mots

Dans le chapitre « Civisme et patriotisme »  : […] Il est devenu évident qu'un groupe fortement intégré, puisqu'il ignore le quant-à-soi et refuse l'indépendance à ses éléments, ne saurait faire appel au civisme. Le civisme est absent par nature de la cité-État. Ni la Grèce ni Rome ne l'auraient imaginé, et les références héroïques des conventionnels trahissent surtout la médiocrité de leur culture historique. Lorsque Platon écrivait « ... entre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civisme/#i_5832

COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

  • Écrit par 
  • Roland LOMME
  •  • 21 016 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'ère des débats théoriques »  : […] Au tournant du siècle, comme le constate Otto Bauer en 1907, « dans tous les États du centre-Europe, la position du parti ouvrier social-démocrate envers les questions nationales se situe au centre des débats » et c'est alors seulement que le marxisme élabore une théorie de la nation et de son rôle dans le processus révolutionnaire. Mais ces débats sont alors indissociablement théoriques et prati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communisme-mouvement-communiste-et-question-nationale/#i_5832

ETHNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Loup AMSELLE
  •  • 3 853 mots

Dans le chapitre « Préhistoire de la notion »  : […] L'idée selon laquelle il existe une hiérarchie entre des sociétés occupant des positions voisines dans l'espace n'est pas nouvelle. Les Grecs opposaient ainsi les ethnè (sing. ethnos ) et la polis (cité). Les sociétés qui relevaient de leur culture mais auxquelles « manquait » l'organisation en cités-États étaient des ethnè . Le terme est souvent traduit par « tribu » (en allemand, Stamm ), ou p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnie/#i_5832

EUROPE - Histoire de l'idée européenne

  • Écrit par 
  • Jean-Baptiste DUROSELLE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 10 490 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ère des nationalités (1789-1919) »  : […] Au moment où les États ne se souciaient que de balance of power et où les intellectuels pratiquaient le cosmopolitisme, on vit apparaître, d'abord en Europe occidentale, puis en Europe centrale et enfin dans les Balkans, une tendance nouvelle qui devait, aux xix e et xx e siècles, gagner le monde entier : le sentiment national. Certes, le patriotisme est de toutes les époques ; on aime le pays d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/europe-histoire-de-l-idee-europeenne/#i_5832

FÉDÉRALISME

  • Écrit par 
  • Carl Joachim FRIEDRICH
  • , Universalis
  •  • 5 358 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Fédéralisme et démocratie »  : […] Les rapports du fédéralisme et du processus de fédéralisation avec le fonctionnement de la démocratie sont d'une grande importance. Dans une démocratie strictement majoritaire, de type rousseauiste, il n'y a pas de place pour le fédéralisme, et ses partisans ont toujours été hostiles à ce dernier, quelle que soit sa forme. Le fédéralisme étant une sorte de division du pouvoir est incompatible ave […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/federalisme/#i_5832

FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 12 872 mots
  •  • 7 médias

À l'encontre de ce qui fut jadis soutenu par nombre d'historiens, il semble établi aujourd'hui que la monarchie d' Ancien Régime ne connut presque jamais de politique des frontières naturelles. Aux xvi e et xvii e  siècles, les préoccupations et les méthodes des gouvernants en matière diplomatique et pour tout ce qui touche à l'expansion territoriale conservent bien des traits archaïques. Le droi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-formation-territoriale/#i_5832

FRANCE (Arts et culture) - Les Français en question

  • Écrit par 
  • Theodore ZELDIN
  •  • 12 309 mots

« Une nation, a dit Renan, est une grande solidarité constituée par le sentiment des sacrifices qu'on a faits et de ceux qu'on est disposé à faire encore. » Mais des enquêtes nous apprennent qu'un pourcentage considérable des citoyens français, loin d'avoir la moindre idée un peu claire de ce qu'ont été les sacrifices de leurs ancêtres, est incapable de retrouver dans sa mémoire ne fût-ce que la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-les-francais-en-question/#i_5832

FRONTIÈRE

  • Écrit par 
  • Guillaume LACQUEMENT
  •  • 6 352 mots

Dans le chapitre « La « frontière westphalienne » »  : […] Ainsi, à partir du bas Moyen Âge en Europe occidentale, l’ordre politique se modifie avec l’émergence de royaumes qui concentrent progressivement les moyens de contrôle militaire, fiscal et administratif. L’organisation du pouvoir prend une forme territoriale qui s’appuie sur l’exercice d’une souveraineté, comprise comme le transfert des droits naturels des individus à un souverain qui exerce le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frontiere/#i_5832

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Les usages sociaux de l'histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 3 820 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une histoire nationale »  : […] Au-delà de la commande reconnue et acceptée par l'historien s'organise une zone grise où la quête de la vérité s'inscrit dans le contexte de production d'une légitimité pour une collectivité. Ainsi, le xix e  siècle devient le « siècle de l'histoire » parce que l'histoire s'y fait science tout en fournissant l'arsenal de justifications et d'identifications qui fonde les États-nations. Dans cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-les-usages-sociaux-de-l-histoire/#i_5832

HISTOIRE MONDIALE DE LA FRANCE (dir. P. Boucheron) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Dominique KALIFA
  •  • 1 128 mots

La publication en janvier 2017 de l’ Histoire mondiale de la France constitue un surprenant événement, à la fois éditorial, scientifique et politique. Avec cent mille exemplaires vendus en quelques mois, c’est d’abord un extraordinaire succès public, rare pour un livre d’universitaires, récompensé dès le printemps par le prix Aujourd’hui. L’entreprise, il est vrai, fut rondement menée. Son maître […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-mondiale-de-la-france/#i_5832

IDENTITÉ

  • Écrit par 
  • Annie COLLOVALD, 
  • Fernando GIL, 
  • Nicole SINDZINGRE, 
  • Pierre TAP
  •  • 13 233 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des investigations nouvelles »  : […] Constituée ainsi en objet d'étude, l'identité sociale voit tout un ensemble d'évidences qui lui étaient attachées être dénaturalisées et réfutées. Elle devient moins une donnée qui explique les lignes d'action adoptées qu'un phénomène social à expliquer et à élucider. L'identité objective cernée à partir des attributs sociaux individuels (sexe, position sociale, niveau d'études) est distinguée de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/identite/#i_5832

INTERNATIONALES RELATIONS

  • Écrit par 
  • Marcel MERLE
  • , Universalis
  •  • 6 036 mots

L'expression « relations internationales » présente un double inconvénient. Le premier est de désigner à la fois un ensemble de phénomènes et la discipline qui s'efforce de les appréhender (cf.  histoire -Histoire des relations internationales). Cette anomalie traduit le malaise des spécialistes qui, au moins en France, ont préféré pendant des générations se cantonner dans des approches sectoriell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/relations-internationales/#i_5832

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 428 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Découpage administratif »  : […] Le classement administratif ne faisait qu'accentuer la complexité des peuples musulmans. Car, sur la base d'une typologie dessinée par Staline en 1913, une hiérarchie des ethnies était aménagée, qui qualifiait de «  nation » ( natsija ) tout groupement de plus de 300 000 sujets ayant communauté de langue, de territoire, de vie économique et de culture. Si l'un des éléments constitutifs de la « nat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-histoire-le-monde-musulman-contemporain/#i_5832

JAPON (Le territoire et les hommes) - Droit et institutions

  • Écrit par 
  • Jacques ROBERT
  • , Universalis
  •  • 9 634 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'empereur »  : […] On retrouve certes toujours l'empereur, immuable et sacré, chargé d'assurer la continuité de l'État et la permanence du Japon éternel ; mais il n'est plus qu'un pâle reflet de la splendeur passée des dynasties divines. Détenant jadis tous les droits de souveraineté, il ne doit plus aujourd'hui ses fonctions qu'à la volonté du peuple « en qui réside le pouvoir souverain » (art. 1 er de la Constit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-droit-et-institutions/#i_5832

MINORITÉS DROIT DES

  • Écrit par 
  • Yves PLASSERAUD
  •  • 11 209 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Prolégomènes à un droit international des minorités »  : […] Le premier traité international prévoyant explicitement une protection pour les minorités est semble-t-il la paix d'Oliva conclue entre Polonais et Suédois en 1660. Quant au traité de Paris (1763) qui mettait fin à la guerre franco-britannique de sept ans et transférait le Canada au Royaume-Uni, il prévoyait une protection spécifique pour les catholiques francophones. Au xviii e  siècle, avec les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-des-minorites/#i_5832

MONARCHIE

  • Écrit par 
  • Jacques ELLUL
  •  • 9 646 mots

Dans le chapitre « La nation souveraine »  : […] Comment se posait le problème ? Le monarque ne peut se concevoir que comme souverain. Il y avait d'ailleurs normalement confusion entre les termes, et le mot de souverain avait servi au roi pour combattre les grands féodaux qui ne pouvaient se prétendre souverains et pour affirmer la spécificité du monarque en face de tous les autres pouvoirs. Souverain qualifiait la situation de celui qui ne dépe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monarchie/#i_5832

NATALISME

  • Écrit par 
  • Hervé LE BRAS
  •  • 2 731 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Origine du natalisme »  : […] Beaucoup de populations traditionnelles et de régimes politiques anciens ont été favorables à une natalité élevée, mais le natalisme en tant que doctrine politique et d'État n'apparaît qu'à la fin du xix e  siècle en France. On a souvent mis cette naissance du natalisme en rapport avec la baisse précoce de la natalité en France (en 1896 et 1897, les décès dépassèrent les naissances) et avec la dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/natalisme/#i_5832

NATIONALISME

  • Écrit par 
  • Raoul GIRARDET
  •  • 3 759 mots

Dans le chapitre «  Difficultés d'approche et essai de définition »  : […] À la complexité et à la fluidité du vocabulaire à travers le temps et à travers l'espace viennent s'ajouter d'autres difficultés d'approche. La première difficulté reste liée à l'ambiguïté même du vocable. Il existe, dans certains pays et à certaines époques, un nationalisme hautement proclamé, organisé et structuré, et dont certaines doctrines et certains partis se font l'interprète : c'est le na […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nationalisme/#i_5832

NATIONALITÉS PRINCIPE DES

  • Écrit par 
  • André THÉPOT
  •  • 2 480 mots
  •  • 1 média

On peut définir ainsi le principe des nationalités : le dogme suivant lequel État et nation doivent coïncider dans les groupements politiques. La notion de nationalité s'est peu à peu formée au cours des siècles. On peut noter dès le Moyen Âge des manifestations de sentiment national, mais celui-ci apparaissait plus comme une réaction contre une menace extérieure que comme une conviction raisonn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/principe-des-nationalites/#i_5832

PEUPLE NOTION DE

  • Écrit par 
  • Yves SUREL
  •  • 1 501 mots

Dans le chapitre « Des univers de sens »  : […] La première acception, celle de peuple-souverain, semble évidente aujourd'hui par l'effet de naturalisation progressive qu'a provoqué l'expansion de la démocratie. Pourtant, la conception du peuple comme fondateur et acteur principal de l'ordre politique vient pour l'essentiel du Moyen Âge, avant de connaître une première formalisation moderne avec Thomas Hobbes et Jean-Jacques Rousseau. C'est ai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notion-de-peuple/#i_5832

POLITIQUE - Les régimes politiques

  • Écrit par 
  • Georges BURDEAU
  •  • 8 477 mots

Dans le chapitre « La représentation politique »  : […] Quelle que soit la sincérité avec laquelle les institutions et la pratique politiques consacrent l'origine populaire du pouvoir, le peuple ne peut exercer directement sa souveraineté. Là même où les mécanismes de la démocratie directe (initiative populaire, veto, référendum) sont en vigueur, comme dans la Confédération helvétique, ils n'interviennent que sporadiquement. La gestion des affaires es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/politique-les-regimes-politiques/#i_5832

QU'EST-CE QU'UNE NATION ? Ernest Renan - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 084 mots
  •  • 1 média

Conférence prononcée le 11 mars 1882 à la Sorbonne et publiée le 26 mars suivant dans le bulletin de l' Association scientifique de France , Qu'est-ce qu'une nation  ? apparaît comme le testament politique de Renan (1823-1892). Partagée entre la religion et la science, l'existence de ce dernier aura été marquée par deux événements majeurs : une crise de conscience qui l'amena en octobre 1845 à ren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qu-est-ce-qu-une-nation/#i_5832

RECONNAISSANCE, droit international

  • Écrit par 
  • Patricia BUIRETTE
  •  • 1 061 mots

Acte juridique par lequel un État prend acte de l'existence de certains faits (État ou gouvernement nouveaux, situation, traité) et déclare ou admet implicitement qu'ils lui sont opposables. L'objet de la reconnaissance est variable et dépend des situations reconnues. La reconnaissance d'État est l'acte par lequel un État constate un faisceau de faits qui sont les conditions d'existence d'un autre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reconnaissance-droit-international/#i_5832

RÉGIME PARLEMENTAIRE

  • Écrit par 
  • André DEMICHEL, 
  • Pierre LALUMIÈRE
  • , Universalis
  •  • 7 476 mots

Dans le chapitre « Une démocratie gouvernée »  : […] La théorie parlementaire a été construite à partir de deux grandes méfiances, l'une à l'égard des détenteurs du pouvoir, l'autre à l'égard du peuple. Elle a formulé trois principes juridiques qui continuent à inspirer le droit constitutionnel de ces régimes : la séparation des pouvoirs, la soumission du pouvoir au droit et la théorie de la représentation. La séparation des pouvoirs est un princip […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regime-parlementaire/#i_5832

SIONISME

  • Écrit par 
  • Alain DIECKHOFF
  •  • 9 987 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le triomphe du « sionisme étatique » »  : […] Bien que le mouvement sioniste, tel que conçu par Herzl, ait été centré sur la construction d'un État, il a toujours été caractérisé par un fort pluralisme idéologique, et donc par l'existence de courants qui entendaient donner un contenu national au judaïsme tout en étant enclins à un certain minimalisme politique. Trois types de réticences ont ainsi accompagné l'expansion du sionisme. La premièr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sionisme/#i_5832

SUFFRAGE UNIVERSEL

  • Écrit par 
  • Dominique CHAGNOLLAUD
  •  • 4 487 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Deux conceptions de la souveraineté »  : […] Il n'en demeure pas moins que les élus, malgré l'avènement du suffrage universel, ont un mandat qui reste encore de nos jours étrangement « représentatif ». En vertu de la théorie élaborée par Sieyès, la souveraineté n'appartient pas au peuple mais à la nation, personne morale distincte des individus qui la composent. C'est le sens de l'article 3 de la Déclaration des droits de l'homme et du cito […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suffrage-universel/#i_5832

SUPRANATIONALITÉ

  • Écrit par 
  • Jacques TÉNIER
  •  • 2 177 mots

Les constructions nationales ont hérité d'une conception théologique et monarchique de la souveraineté. Celle-ci est « une, indivisible, inaliénable et imprescriptible », selon l'article 1 er du titre III de la Constitution française du 3 septembre 1791. Le xix e  siècle est celui des nationalités. La vie démocratique s'organise à l'intérieur des frontières nationales. Le concert diplomatique s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/supranationalite/#i_5832

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 40 595 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La question kurde : l'État jacobin face à une revendication identitaire »  : […] Dans la réticence de l'État turc à reconnaître la pluralité de la société, la revendication identitaire de ses citoyens d'origine kurde tient une place particulière. Comme tous les empires, l'Empire ottoman fut une mosaïque de peuples. Tirant la leçon des interventions des puissances européennes dans les affaires intérieures ottomanes, au nom de la protection des minorités chrétiennes, tout au lo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turquie/#i_5832

VATTEL EMMERICH DE (1714-1767)

  • Écrit par 
  • Patricia BUIRETTE
  •  • 926 mots

Publiciste et diplomate suisse. Né à Couvet dans la principauté de Neuchâtel, Vattel est le fils d'un pasteur de l'Église réformée. Poussé par son père à embrasser la même carrière, il fait ses humanités à l'Université de Bâle, puis étudie à Genève (1733) la théologie et la métaphysique. La lecture des œuvres de Leibniz et de Christian Wolff va décider de son orientation. Il dédie à Frédéric II sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmerich-de-vattel/#i_5832

Pour citer l’article

Maxime RODINSON, « NATION - Nation et idéologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nation-nation-et-ideologie/