NATIONNation et idéologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les idéologies ethnico-nationales et les autres idéologies

Aux débuts de l'histoire, quand le monde humain apparaît comme un univers d'ethnies juxtaposées, l'idéologie ethnico-nationale domine fréquemment. Il n'apparaît que des linéaments d'idéologies construites sur d'autres fondements, par exemple dans les groupes cultuels spécialisés ou les associations fondées sur l'âge et sur le sexe. Mais la concurrence est vive avec des idéologies d'autres groupes globaux plus restreints : tribus, cités, villages, etc. Fréquemment celles-ci l'emportent, conduisant à des luttes que les gens de siècles futurs dominés par l'idéologie ethnico-nationale qualifieront de fratricides, à des alliances avec l'étranger qu'elles appelleront trahisons. Les polémiques s'entrecroisent. Le plus ancien chant de guerre conservé des tribus israélites du Nord, celui de Debora, dirigé contre le chef étranger Sisera, loue les tribus participantes, adresse des reproches aux neutres, maudit une cité dont l'abstention a été particulièrement grave (Jug., v). Des tribus gauloises alliées des Romains, et même les fidèles Éduens, finissent par se rallier à l'appel à la solidarité ethnique que lance Vercingétorix. Après un désastre espagnol en 1520, le sénat de la cité alliée de Tlaxcala délibère s'il ne convient pas d'abandonner Cortés et de se rallier à Tenochtitlán (Mexico), ennemie traditionnelle, mais ethniquement parente.

Dans les empires pluri-ethniques se forment des idéologies de l'État avec des mythes du souverain, de la dynastie ou de l'ordre impérial lié à l'ordre cosmique. Elles entrent souvent en tension avec les idéologies ethnico-nationales des diverses ethnies que l'empire englobe, idéologies de domination de l'ethnie dominante, idéologies de résistance ou de soumission des ethnies dominées.

Lorsque des groupes ethnico-nationaux différents sont englobés, fût-ce partiellement, dans des communautés idéologiques universalistes, religieuses autrefois, laïques aujourd'hui, s'identifiant ou non à un État, des tensions de même se font jour entre idéologie universaliste et idéologies ethnico-natio [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages





Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification


Autres références

«  NATION  » est également traité dans :

NATION - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Anne-Marie THIESSE
  •  • 1 330 mots
  •  • 1 média

Conformément à son étymologie (natio, en latin, a pour origine nascere, « naître »), le terme nation désigne initialement un groupe plus ou moins vaste d'individus ayant une origine commune. Ainsi, dans l'université de Paris, avant le xve siècle, les étudiants étaient classés en quatre nations (France, Picardie, […] Lire la suite

NATION - L'idée de nation

  • Écrit par 
  • Georges BURDEAU, 
  • Pierre-Clément TIMBAL
  •  • 4 391 mots

L'Académie française, en 1694, définit la nation comme l'ensemble des habitants d'un même État, d'un même pays, vivant sous les mêmes lois et utilisant le même langage.Au xixe siècle, on ne se contente plus d'une définition et on cherche à expliquer la formation des nations. En Angleterre, Disraeli écrit que les nations ont été « créées graduellement […] Lire la suite

NATION - La construction nationale

  • Écrit par 
  • Émile SICARD
  •  • 5 623 mots
  •  • 1 média

Chercher à discerner, sur la base de l'observation des nations « en train de se faire » (selon l'expression des sociologues latino-américains), les caractéristiques, les éléments constituants – éventuellement les moments – de ces « constructions nationales », s'efforcer simultanément de remonter dans le temps, de vague en vague, jusqu'aux premières nations historiquement admises, afin de tenter d' […] Lire la suite

LA CRÉATION DES IDENTITÉS NATIONALES (A.-M. Thiesse)

  • Écrit par 
  • Pierre MILZA
  •  • 985 mots

Que l'idée de nation et le sentiment identitaire qui s'y rattache soient non pas des faits « naturels » mais des constructions de l'esprit, apparues au début de l'ère industrielle, il est peu d'historiens aujourd'hui pour le nier. Les Français ne furent certainement ni les premiers ni les plus ardents défenseurs de cette thèse dont la diffusion relève au premier chef de l'historiographie anglo-sax […] Lire la suite

AFRIQUE (conflits contemporains)

  • Écrit par 
  • René OTAYEK
  •  • 4 928 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des ethnicités fabriquées et manipulées »  : […] La mobilisation de l'ethnicité comme mode d'énonciation du politique s'inscrit donc dans un contexte socio-historique particulier, marqué par la déstructuration et la recomposition en profondeur des sociétés africaines sous l'effet de la mise en place du projet colonial. Mais, malgré la violence de cette imposition, ou grâce à elle, la mise en valeur coloniale, si limitée soit-elle à l'exception d […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Géographie) - Géographie économique et régionale

  • Écrit par 
  • Guillaume LACQUEMENT
  •  • 12 047 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'ancrage territorial de la nation »  : […] Le démantèlement de la « frontière indigne » (selon l'écrivain Günter Grass) et la reconnaissance des frontières de 1945 participent à l'ancrage territorial de la nation allemande, conforté à partir de 1990 par un nouveau reflux des minorités allemandes d'Europe centrale et orientale. Contrairement à la France, le sentiment national allemand n'a jamais coïncidé avec une forme étatique. Fractionnés […] Lire la suite

ANDERSON BENEDICT (1936-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 219 mots

L’historien et politologue irlandais Benedict Anderson tient une place importante dans l’historiographie anglo-saxonne pour ses travaux sur les origines du nationalisme. Benedict Richard O’Gorman Anderson est né le 26 août 1936 à Kunming, dans le sud de la Chine, où son père occupe un poste au Bureau des douanes maritimes de l’Empire, un organisme britannique chargé de superviser le commerce avec […] Lire la suite

ARABISME

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 5 510 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les théoriciens et les théories »  : […] Après les pionniers du proto-nationalisme anti-impérialiste, qui rêvaient d'un affranchissement et d'une rénovation dans le cadre de l'Empire ottoman et de la communauté musulmane, le nationalisme arabe fut long à trouver des théoriciens. Au sein des mouvements politiques qui revendiquaient l'indépendance, l'activité pratique, fondée sur les sentiments à peine conscients des masses, tendit spontan […] Lire la suite

AUX ORIGINES D'ISRAËL (Z. Sternhell) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Ariane BONZON
  •  • 1 515 mots

Qu'est-il advenu de la société nouvelle que les pères fondateurs d'Israël voulaient instaurer sur la Terre promise ? Tel est l'objet de la recherche que propose Zeev Sternhell dans son livre Aux origines d'Israël. Entre nationalisme et socialisme (Fayard). Présentée dès l'introduction de l'ouvrage, la réponse est abrupte : l'âge d'or n'a jamais existé, ce n'est qu'un mythe mobilisateur ou un alib […] Lire la suite

CITOYENNETÉ

  • Écrit par 
  • Dominique SCHNAPPER
  •  • 4 676 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La légitimité politique »  : […] En proclamant la souveraineté du citoyen, les révolutionnaires posaient un principe de transcendance des particularismes. Constitués en « nation », pour reprendre la formule de l'article 3 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, les citoyens cessaient d'être des individus concrets pour agir dans l'espace public en tant que citoyens. C'est pourquoi ils devenaient en principe citoyen […] Lire la suite

CITOYENNETÉ ET NATIONALITÉ EN FRANCE ET EN ALLEMAGNE (R. Brubaker)

  • Écrit par 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 1 297 mots

Professeur de sociologie à l'université de Californie à Los Angeles (U.C.L.A.), Rogers Brubaker considère que la définition juridique de la nationalité joue un rôle central dans le développement et le fonctionnement de l'État. Pour ne pas en rester au niveau des généralités, il étudie deux cas très différents, celui de la France et celui de l'Allemagne ( Citoyenneté et nationalité en France et en […] Lire la suite

CIVISME

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 4 694 mots

Dans le chapitre « Civisme et patriotisme »  : […] Il est devenu évident qu'un groupe fortement intégré, puisqu'il ignore le quant-à-soi et refuse l'indépendance à ses éléments, ne saurait faire appel au civisme. Le civisme est absent par nature de la cité-État. Ni la Grèce ni Rome ne l'auraient imaginé, et les références héroïques des conventionnels trahissent surtout la médiocrité de leur culture historique. Lorsque Platon écrivait « ... entre […] Lire la suite

COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

  • Écrit par 
  • Roland LOMME
  •  • 21 016 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'ère des débats théoriques »  : […] Au tournant du siècle, comme le constate Otto Bauer en 1907, « dans tous les États du centre-Europe, la position du parti ouvrier social-démocrate envers les questions nationales se situe au centre des débats » et c'est alors seulement que le marxisme élabore une théorie de la nation et de son rôle dans le processus révolutionnaire. Mais ces débats sont alors indissociablement théoriques et prati […] Lire la suite

ETHNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Loup AMSELLE
  •  • 3 853 mots

Dans le chapitre « Préhistoire de la notion »  : […] L'idée selon laquelle il existe une hiérarchie entre des sociétés occupant des positions voisines dans l'espace n'est pas nouvelle. Les Grecs opposaient ainsi les ethnè (sing. ethnos ) et la polis (cité). Les sociétés qui relevaient de leur culture mais auxquelles « manquait » l'organisation en cités-États étaient des ethnè . Le terme est souvent traduit par « tribu » (en allemand, Stamm ), ou p […] Lire la suite

EUROPE - Histoire de l'idée européenne

  • Écrit par 
  • Jean-Baptiste DUROSELLE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 10 490 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ère des nationalités (1789-1919) »  : […] Au moment où les États ne se souciaient que de balance of power et où les intellectuels pratiquaient le cosmopolitisme, on vit apparaître, d'abord en Europe occidentale, puis en Europe centrale et enfin dans les Balkans, une tendance nouvelle qui devait, aux xix e et xx e siècles, gagner le monde entier : le sentiment national. Certes, le patriotisme est de toutes les époques ; on aime le pays d […] Lire la suite

FÉDÉRALISME

  • Écrit par 
  • Carl Joachim FRIEDRICH
  • , Universalis
  •  • 5 358 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Fédéralisme et démocratie »  : […] Les rapports du fédéralisme et du processus de fédéralisation avec le fonctionnement de la démocratie sont d'une grande importance. Dans une démocratie strictement majoritaire, de type rousseauiste, il n'y a pas de place pour le fédéralisme, et ses partisans ont toujours été hostiles à ce dernier, quelle que soit sa forme. Le fédéralisme étant une sorte de division du pouvoir est incompatible ave […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 12 872 mots
  •  • 7 médias

À l'encontre de ce qui fut jadis soutenu par nombre d'historiens, il semble établi aujourd'hui que la monarchie d' Ancien Régime ne connut presque jamais de politique des frontières naturelles. Aux xvi e et xvii e  siècles, les préoccupations et les méthodes des gouvernants en matière diplomatique et pour tout ce qui touche à l'expansion territoriale conservent bien des traits archaïques. Le droi […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - Les Français en question

  • Écrit par 
  • Theodore ZELDIN
  •  • 12 309 mots

« Une nation, a dit Renan, est une grande solidarité constituée par le sentiment des sacrifices qu'on a faits et de ceux qu'on est disposé à faire encore. » Mais des enquêtes nous apprennent qu'un pourcentage considérable des citoyens français, loin d'avoir la moindre idée un peu claire de ce qu'ont été les sacrifices de leurs ancêtres, est incapable de retrouver dans sa mémoire ne fût-ce que la […] Lire la suite

FRONTIÈRE

  • Écrit par 
  • Guillaume LACQUEMENT
  •  • 6 352 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La « frontière westphalienne » »  : […] Ainsi, à partir du bas Moyen Âge en Europe occidentale, l’ordre politique se modifie avec l’émergence de royaumes qui concentrent progressivement les moyens de contrôle militaire, fiscal et administratif. L’organisation du pouvoir prend une forme territoriale qui s’appuie sur l’exercice d’une souveraineté, comprise comme le transfert des droits naturels des individus à un souverain qui exerce le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Maxime RODINSON, « NATION - Nation et idéologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nation-nation-et-ideologie/