NATALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avenir du natalisme

La montée en puissance des démocraties a ainsi été l'un des obstacles les plus puissants au natalisme. « Un enfant si je veux, quand je veux », scandaient les féministes des années 1960, et non « un enfant pour la nation quand elle le demande ». Le natalisme est alors sur la voie du déclin. L'I.N.E.D. a retiré de ses statuts la promotion de la natalité, le Haut Conseil de la population et de la famille somnole, l'Alliance rencontre des difficultés financières. La part des allocations familiales dans le revenu des ménages a sans cesse diminué. Au cours de son siècle d'existence, le natalisme aura été à la remorque des événements, ne lâchant les points de vue conservateurs que quand ils devenaient réactionnaires : contre l'avortement et la contraception entre les deux guerres, puis acceptant la loi Neuwirth qui légalisa la contraception en 1967 et la loi Veil qui institua l'I.V.G. en 1975 ; pour le retour de la femme au foyer jusqu'à une époque récente, et plaidant aujourd'hui pour la conciliation de l'activité féminine et de la famille. En outre, le natalisme a favorisé une interprétation alarmiste de la baisse de fécondité sans s'apercevoir qu'elle était largement explicable par l'important retard pris par les couples dans la constitution de leur famille. De plus en plus marquée du côté d'un conservatisme étroit, discréditée scientifiquement par ses erreurs d'interprétation, il est donc logique que cette idéologie perde son emprise, mais, en tant qu'idéologie, elle reste tapie dans l'argumentation de nombreuses questions sociales dont elle peut influencer l'appréciation. C'est cette influence diffuse qui constituera peut-être sa dernière trace.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, directeur de recherche à l'Institut national d'études démographiques, directeur du laboratoire de démographie historique au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  NATALISME  » est également traité dans :

DÉMOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Hervé LE BRAS
  •  • 8 952 mots

Dans le chapitre « Les politiques de population »  : […] Depuis longtemps, et même depuis l'apparition de la démographie dont c'était l'une des raisons d'être, les gouvernements puis les organisations internationales ont cherché à influencer l'évolution des populations dans des directions souvent opposées. Durant les xvii e et xviii e  siècles, la croissance démographique a été encouragée, notamment par immigration. Par exemple, la Prusse, dépeuplée pa […] Lire la suite

ESTONIE

  • Écrit par 
  • Céline BAYOU, 
  • Suzanne CHAMPONNOIS, 
  • Jean-Luc MOREAU
  •  • 9 142 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une nouvelle politique nataliste ? »  : […] En 2011, l'Estonie comptait 1 294 000 habitants dont 15 p. 100 seulement avaient moins de quinze ans. Les Estoniens représentent 68 p. 100 de cette population, les Russophones 25 p. 100 et les minorités venues d'autres républiques 7 p. 100. La situation démographique, très préoccupante (le taux de natalité étant inférieur au taux de mortalité), a conduit le gouvernement à adopter une mesure tout […] Lire la suite

FAMILLE - Sociologie

  • Écrit par 
  • Rémi LENOIR
  •  • 5 316 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'enjeu social et politique des définitions de la famille »  : […] Ce n'est pas un hasard si Durkheim s'est tant intéressé à la famille. Car les réformes du droit de la famille cristallisaient à la fin du xix e  siècle et au début du xx e  siècle des oppositions parmi les plus profondes dans les univers politique, idéologique et économique de son temps. Il n'est guère d'époques, en dehors de la Révolution française et de celle de la révolution juridique des anné […] Lire la suite

LOGEMENT SOCIAL

  • Écrit par 
  • Susanna MAGRI
  •  • 4 032 mots

Dans le chapitre « Logement social et aménagement urbain »  : […] Si les principes régissant la forme de l'habitation restèrent immuables, l'objet de l'action changea au contraire au début du xx e  siècle. Dans le projet réformateur, celle-ci s'étend alors du logement au quartier, l'habitat nouveau étant placé dans une ville elle-même rationalisée. L'objectif s'en trouva déplacé : autant que la vie domestique, c'est la vie sociale qu'il s'agissait désormais de r […] Lire la suite

MALTHUSIANISME ET NÉO-MALTHUSIANISME

  • Écrit par 
  • Jean-François FAURE-SOULET
  •  • 4 241 mots

Dans le chapitre « Pays non surpeuplés »  : […] Alfred Sauvy remarque que la prévention est liée à l'idée d'affranchissement ; les pays non surpeuplés veulent s'affranchir moins de la rareté des biens que de la tyrannie des riches (chômage), des hommes (féminisme) ou simplement de la nature qui associe plaisir et procréation. Entre les deux guerres mondiales, le chômage fait considérer plutôt favorablement la réduction du taux de natalité. On […] Lire la suite

MUSSOLINI BENITO (1883-1945)

  • Écrit par 
  • Pierre MILZA
  •  • 3 761 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le maître de l'Italie fasciste (1922-1940) »  : […] À partir de 1920, la vie de l'ancien directeur de l' Avanti ! se confond avec celle de son mouvement (devenu Parti national fasciste en 1921), puis avec celle du régime qu'il a instauré en octobre 1922 à la suite d'une période de violence dont le point d'aboutissement fut la « marche sur Rome » et la désignation de Mussolini comme Premier ministre : un régime dont le raidissement autoritaire et t […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé LE BRAS, « NATALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/natalisme/