NĀLANDĀ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au cœur des ruines

Les ruines de briques chaudement colorées de la cité du savoir se répartissent de chaque côté d'une large voie orientée nord-sud. Huit monastères (vihāra) s'ouvrent à l'ouest et deux au nord. Leur disposition varie peu. Un porche hypostyle y donnait accès à un vaste patio, pourvu d'un puits (et souvent d'un four) et cerné d'une galerie à colonnes sur laquelle s'ouvraient des cellules. Ces édifices comportaient un ou deux étages. Dans la cour du vihāra 1, deux chambres sont adossées au mur nord ; leur plafond voûté est réalisé à l'aide de briques de formes différentes ; une chapelle abritait une effigie colossale du Bienheureux et une estrade où probablement les professeurs prenaient place pendant les cours. Le temple, ou caitya principal (site no 3), domine de sa masse rose tout l'ensemble ; on l'aperçoit de loin au-dessus de la plaine fertile et verdoyante. C'est une sorte de pyramide tronquée dont l'âme serait le stūpa construit sur les reliques de Śāriputra et qui résulte de la superposition de structures exécutées au cours des âges. Les trois premières en constituent le noyau (invisible). Les quatre suivantes correspondent aux quatre derniers états du monument. On les a dégagées, ce qui permet d'admirer, sur les sixième et septième « enveloppes », d'importants fragments d'une élégante décoration de stuc recouvrant la brique sculptée des murs et des petits stūpa d'angles : des Buddha et des Bodhisattva, illustrant la première phase du style Pāla, occupent des niches qui alternent avec des pilastres. De nombreux stūpa votifs, de taille réduite, entourent la base du monument. Sur la face nord de celui-ci, un escalier à plusieurs volées conduit à une plate-forme où s'élevait jadis une chapelle abritant un Buddha gigantesque. Au nord du temple principal se trouvent trois autres temples (nos 12, 13 et 14), bâtis selon le même plan et dont chacun devait se distinguer par quelque détail d'ornementation et par l'image du Buddha que l'on y vénérait.

Enfin, à l'est du site, et séparé de ces lieux de culte par la r [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : chargée de recherche au CNRS, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet

Classification


Autres références

«  NALANDA  » est également traité dans :

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des Gupta au XIIe siècle »  : […] La transformation la plus importante du bouddhisme est la formation d'une nouvelle branche qui n'a pas fait disparaître les anciennes écoles, mais a donné une nouvelle histoire à la religion. Il n'y a pas de date de schisme qui en marque la naissance. Il y a constitution progressive de nouvelles orientations, le plus souvent dues à de fortes personnalités. Elle se sont donné le nom de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-indien/#i_23486

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « La sculpture »  : […] Le Buddha de style Gupta (env. iv e - v e  s. et vi e  s.) transfigure les types créés antérieurement. Se détachant sur un grand nimbe délicatement ouvragé, la face aux yeux mi-clos rayonne d'une sérénité recueillie. Les effigies sorties de l'atel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_23486

Voir aussi

Pour citer l’article

Rita RÉGNIER, « NĀLANDĀ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nalanda/