NAISSANCE DE LA PHYSIOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Installé en 1709 à Teddington, dans le comté de Middlesex en Angleterre, en tant que clergyman, Stephen Hales (1677-1761) entreprend de mettre en pratique les cours de physique, chimie et botanique qu'il a suivis. Il expose ses multiples expériences dans les Statical Essays. Un premier volume, analysant les végétaux, paraît en 1727. Le second, consacré à la vie animale, est publié en 1733, à la suite d'une réimpression du précédent. Ces deux ouvrages traitent du mouvement des fluides (sève, sang) chez les êtres vivants.

Pour étudier les forces mises en jeu dans l'écoulement de ces fluides, Hales a conçu différents appareils de mesure qui lui ont permis de quantifier la poussée radiculaire ou la pression sanguine. Il réalise aussi des prélèvements pour caractériser les émissions gazeuses. Il reconnaît l'existence de la nutrition minérale des végétaux et invoque le rôle de la lumière dans ce phénomène. Il a ainsi initié – à la fois par les thèmes choisis, la méthode employée et la rigueur dans la pensée – l'étude fonctionnelle, c'est-à-dire physiologique, du vivant.

—  Didier LAVERGNE

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Didier LAVERGNE, « NAISSANCE DE LA PHYSIOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/naissance-de-la-physiologie/