NABUCHODONOSOR II

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Guerres de conquête et destruction du royaume de Juda (605-585)

Avant son avènement, le prince héritier Nabuchodonosor aurait été, selon Bérose, associé au trône. Uni à Amytis, fille du roi mède Cyaxare, il est commandant en chef des armées babyloniennes lors de la destruction de Ninive. En cette même qualité, il bat les Égyptiens à Karkémish et les oblige à se replier jusqu'à Péluse, à l'entrée du Delta (605), quand la mort de son père le fait roi. Pressé de regagner Babylone pour y défendre son trône contre les intrigues de son frère cadet, le vainqueur traite avec le pharaon Néchao : il se voit reconnaître la domination de la Syrie et prend pour seconde épouse Nitocris, fille du pharaon. Pendant cette trêve de courte durée, Nabuchodonosor lève sans difficultés le tribut dans ses provinces de l'Ouest.

Mais bientôt, à l'instigation de l'Égypte, le royaume de Juda se dresse contre lui, malgré les objurgations du parti des prophètes, pro-babylonien. Nabuchodonosor attaque Jérusalem dont le roi, Joaquim, disparaît, peut-être assassiné ; le successeur se rend après trois mois de règne et est remplacé par son oncle, Sédécias. Le vainqueur déporte à Babylone trois mille otages (597). L'année suivante, il dompte une révolte de l'Élam, la seule menace qu'il ait connue sur sa frontière orientale. Les intrigues égyptiennes, en réussissant à circonvenir Sédécias, contraignent Nabuchodonosor à intervenir une seconde fois : après un siège de dix-huit mois, la ville et le temple de Jérusalem sont brûlés, et Sédécias figure, enchaîné, au triomphe du vainqueur ; ainsi le royaume de Juda est définitivement dompté (587).

Siège de Jérusalem par Nabuchodonosor II

Photographie : Siège de Jérusalem par Nabuchodonosor II

En 587 avant J.-C., dix ans après une première intervention et au terme d'un long siège, le Babylonien Nabuchodonosor II détruit Jérusalem et le premier temple, édifié par Salomon. Enluminure d'un manuscrit de la bible de saint Jérôme, vers 1390. British Library, Londres. 

Crédits : British Library/ AKG

Afficher

Deux ans plus tard, Nabuchodonosor, qui s'est insinué en Cilicie, fait reconnaître sa conquête en intervenant comme médiateur entre la Lydie et la Médie, en guerre depuis six ans. Une éclipse favorise la mission du diplomate babylonien qui fut le roi lui-même ou son gendre Nabonide ; la paix, conclue en mai 585, donne à Babylone deux avantages : elle confirme son accès à la Méditerranée et [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Façade de la salle du trône du palais de Nabuchodonosor II à Babylone

Façade de la salle du trône du palais de Nabuchodonosor II à Babylone
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Siège de Jérusalem par Nabuchodonosor II

Siège de Jérusalem par Nabuchodonosor II
Crédits : British Library/ AKG

photographie

Porte d'Ishtar, Babylone

Porte d'Ishtar, Babylone
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  NABUCHODONOSOR II (605-562 av. J.-C.)  » est également traité dans :

NABUCHODONOSOR II, en bref

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 180 mots
  •  • 1 média

Successeur en — 604 de son père Nabopolassar qu'il avait assisté dans ses opérations guerrières contre les Assyriens, couronnées, grâce à l'aide des Mèdes, par la prise de Ninive (— 612), Nabuchodonosor apparaît comme le souverain emblématique de l'empire néo-babylonien. Son règne fut glorieux, mais peu belliqueux. Il dut pourtant, à ses débuts, intervenir pr […] Lire la suite

BABYLONE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 7 320 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La dynastie chaldéenne (627-539), les splendeurs de Babylone »  : […] Après la mort de Kandalanou, le trône de Babylone est saisi par le Chaldéen Nabou-apla-outsour (626-605), qui fonde une dynastie. Après avoir éliminé les garnisons assyriennes, il part à l'attaque de l'Assyrie qui est finalement détruite avec l'aide du roi mède Cyaxare : malgré l'intervention tardive de l' Égypte en faveur des Assyriens, Assour tombe en 614 et Ninive en 612. Le pharaon Néchao est […] Lire la suite

BALTHASAR

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 361 mots

Balthasar (hébreu : bēlšaṣṣar  ; akkadien : bēl-šarra-uṣṣur , c'est-à-dire « Que Bel protège le roi ! ») est mentionné dans le livre de Daniel ainsi que dans Baruch comme le fils de Nabuchodonosor et, selon Daniel, comme le dernier roi de Babylone avant l'entrée en scène de l'Empire perse. En fait, le dernier roi de Babylone fut Nabonide, qui n'était pas apparenté à Nabuchodonosor. Le thème de la […] Lire la suite

DANIEL LIVRE DE

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 856 mots

Le Livre de Daniel est classé, dans la Bible hébraïque, parmi les Écrits ( Ketubim ), entre Esther et l'ensemble formé par Esdras et Néhémie (pour les karaïtes, il est un livre prophétique). Dans la Septante et dans les autres versions, il figure à la suite d'Ézéchiel ; la Bible chrétienne a homologué cette disposition. C'est dans ces traductions que l'on rencontre des additions « deutérocanonique […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte pharaonique

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 12 253 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'époque saïte »  : […] Mais l'Assyrie, saignée à blanc par ses raids militaires incessants, devenait moins dangereuse. Aussi l'un des princes qu'elle protégeait et à qui Assourbanipal avait donné la principauté d'Athribis, Psammétique, descendant de Tefnakht, cessa de payer tribut aux Assyriens et fonda la XXVI e dynastie indigène, dite saïte, du nom de sa capitale Saïs. Il dut d'abord éliminer, dans le Delta, les féod […] Lire la suite

EMPIRE NÉO-BABYLONIEN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 264 mots

— 612 La chute de Ninive, sous les coups de la coalition des Mèdes et des Babyloniens de Nabopolassar, marque la fondation de l'empire néo-babylonien, qui se résume à un changement de capitale, Babylone remplaçant Ninive à la tête de l'empire. — 608-— 607 Nabuchodonosor est associé par son père Nabopolassar aux opérations conduites en Urartu. — 605 La prise de Carcémish par Nabuchodonosor fait […] Lire la suite

MÉSOPOTAMIE - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HUOT
  •  • 5 135 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'unification de la Mésopotamie »  : […] Ces riches cités furent unifiées, vers 2340 avant J.-C., en un État militaire fondé par le Sémite Sargon d' Akkad. La recherche archéologique n'a pas encore réussi à identifier sa capitale, mais l'art royal de l'époque, retrouvé sur de nombreux sites mésopotamiens, illustre la naissance d'une véritable propagande au service du souverain. Sur la pierre, la victoire royale devient le thème presque […] Lire la suite

MOAB

  • Écrit par 
  • André LEMAIRE
  •  • 808 mots

Pays du Proche-Orient ancien situé à l'est de la mer Morte et limité généralement par la rivière de l'Arnon (Wādī al-Mūjib) au nord et le Wādī al-Hāsa au sud. D'après les traditions bibliques (Gen., xix , 30-37, rapporte la ruse par laquelle les deux filles de Loth se sont assuré une descendance), les Moabites étaient un peuple apparenté aux Israélites. Ils s'installèrent à l'est de la mer Morte, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Guillaume CARDASCIA, « NABUCHODONOSOR II », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nabuchodonosor-ii/