MYXOMYCÈTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Plasmodiophorales

Les Plasmodiophorales comportent une quinzaine d'espèces seulement, toutes parasites d'autres végétaux où elles provoquent souvent des tumeurs importantes par hypertrophie des tissus malades. Elles sont classées en quelque dix genres : Octomyxa et Woronina, parasites des Vaucheria et Saprolegnia ; Lignera, Molliarda, Sorosphaera, Tetramyxa, etc., parasites des plantes supérieures. L'ordre est important pour l'étude de la phylogénie des Champignons et parce que deux espèces causent de graves maladies des plantes cultivées : Spongospora subterranea, agent de la gale poudreuse de la pomme de terre, s'attaque aux tubercules et les déprécie ; Plasmodiophora brassicae provoque la hernie du chou, maladie du collet de nombreuses Crucifères et plus spécialement des Brassica cultivés en terrains non calcaires ; son cycle de développement est schématisé dans la figure.

Plasmodiophora brassicae : développement

Plasmodiophora brassicae : développement

Dessin

Cycle de développement de Plasmodiophora brassicae (d'après Smith, 1955, et Chadefaud, 1960) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La spore, libérée dans le sol par pourriture des tissus parasités, peut s'y maintenir longtemps au repos grâce à sa paroi chitineuse. En conditions favorables, elle germe en un myxoflagellé (ou zoïde) à deux flagelles très inégaux, lequel pénètre dans une radicelle et devient une myxamibe non flagellée, qui se multiplie activement pour donner un plasmode, contenant jusqu'à trente noyaux, et susceptible de migrer d'une cellule à l'autre par diapédèse. Les noyaux s'apparient ensuite en donnant un plasmode diploïde, qui passe par une phase dite « akaryote », car à ce moment les noyaux, non colorables, paraissent absents. Ces noyaux subissent ensuite une méiose comportant trois divisions successives accompagnées de bipartitions, ce qui mène à la formation des spores haploïdes.

L'étude des cycles de développement des Plasmodiophorales est rendue très difficile par leur vie parasitaire ; malgré de nombreuses recherches, bien des points importants restent à élucider ou à coordonner.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

Plasmodiophora brassicae : développement

Plasmodiophora brassicae : développement
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Dictyostelium sp. : développement

Dictyostelium sp. : développement
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Myxomycètes : cycle de développement

Myxomycètes : cycle de développement
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin




Écrit par :

  • : directeur adjoint du laboratoire de mycologie et de phytopathologie tropicale à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  MYXOMYCÈTES  » est également traité dans :

CŒNOCYTE ou CÉNOCYTE ou SYNCYTIUM

  • Écrit par 
  • Jacques DAUTA
  •  • 647 mots

Structure dérivée de la structure cellulaire et caractérisée par l'existence de noyaux plus ou moins nombreux au sein d'un cytoplasme indivis (absence de membrane plasmique). Synonymes de cœnocyte : syncytium, ou plasmode (ce dernier terme étant le plus souvent réservé aux cas des myxomycètes et des myxobactéries). Il suffit que la division des noyaux, constituant l'essentiel de la division cellul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coenocyte-cenocyte-syncytium/#i_2773

PLASMODE

  • Écrit par 
  • Jacques DAUTA
  •  • 389 mots

Masse de protoplasme visqueux, appartenant à des organismes singuliers, qui se rattachent, les uns aux bactéries (myxobactéries), les autres aux champignons (myxomycètes). Les plasmodes de myxobactéries se rencontrent sur des milieux organiques humides (débris végétaux, sol moussu, etc.), sous l'aspect de masse gluante immobile, dotée d'une forme définie (vésicules, parfois attachées sur des pédic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plasmode/#i_2773

THALLE

  • Écrit par 
  • Jean FELDMANN, 
  • Marie-Thérèse L'HARDY-HALOS
  •  • 3 946 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les archéthalles »  : […] Formées de cellules nues et amiboïdes, les structures archéthalliennes caractérisent l'appareil végétatif des Myxomycètes. Les archéthalles unicellulaires sont des amibes isolées et uninucléées susceptibles de se transformer en amibes géantes et plurinucléées qualifiées de plasmodes. Les archéthalles pluricellulaires appelés pseudoplasmodes sont des agrégats d'amibes uninucléées. Ces deux types d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thalle/#i_2773

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis FAUREL, « MYXOMYCÈTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/myxomycetes/