MYXOMATOSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Clinique et diagnostic

Après trente ans d'épizooties en Australie (depuis 1950) et en Europe (France, 1952), la maladie s'est transformée par l'apparition de mutants moins virulents et de lignées de lapins moins réceptives. Elle présente actuellement trois formes principales :

– Une forme virulente classique (degrés I-II), avec 99 p. 100 de morbidité et de létalité, sans possibilité thérapeutique, en huit à dix jours, après une incubation de trois à cinq jours. À la suite d'une blépharo-conjonctivite initiale (écoulements oculaires et nasaux), apparaissent de nombreuses tumeurs hémisphériques et suintantes céphaliques, dorso-lombaires et ano-génitales. En particulier, la bouffissure de la face et des oreilles confère à l'animal un aspect hideux et repoussant (faciès léonin).

– Une forme atténuée (degrés III-IV) de plus en plus fréquente, où les myxomes sont rares, plats, croûteux, non exsudatifs, et guérissent en laissant des dépilations suivies de régénération du pelage. La survie avec immunité est assez fréquente, mais des lésions microscopiques génitales (utérus et testicules) amoindrissent la fertilité et la reconstitution des populations de garennes, assurant un nouvel équilibre hôte/maladie, sans transmission de l'immunité de la mère aux produits.

– Une forme sans tumeurs (amyxomateuse), tantôt virulente tantôt atténuée, d'apparition récente et difficile à discerner de la pasteurellose respiratoire fréquente chez cette espèce.

L'aspect univoque des lésions n'exige pas en général de recours au laboratoire, bien que les techniques de diagnostic (microscopie électronique, inclusions cytoplasmiques de Splendore, culture en cellules de lignée de rein de lapin, sérologies nombreuses) soient d'une grande fiabilité. Il est bon toutefois d'indiquer que la maladie, peu ou pas fébrile, n'est pas décelable sur l'animal dépouillé.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MYXOMATOSE  » est également traité dans :

CATASTROPHES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 7 339 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'analyse des catastrophes »  : […] Si les failles dans les systèmes évoquées plus haut se retrouvent systématiquement à la lecture des faits, il s'agit le plus généralement d'une succession de ces erreurs. C'est ce que les spécialistes du risque (risk managers, cindyniciens...) appellent l'arbre des événements ou arbre des défaillances. Le retour d'expérience consiste à recenser l'ensemble des erreurs possibles, à étudier leurs en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catastrophes/#i_17890

FENNER FRANK JOHN (1914-2010)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 650 mots
  •  • 1 média

Le nom de l’Australien Frank Fenner est associé à deux événements majeurs en virologie médicale  : d’une part le contrôle de la prolifération des lapins en Australie grâce au virus de la myxomatose au début des années 1950, d’autre part l’éradication de la variole en 1980. Frank John Fenner est né le 21 décembre 1914 à Ballarat, ville minière de l’État de Victoria. Il grandit à Adélaïde (Australie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frank-john-fenner/#i_17890

LAPIN

  • Écrit par 
  • Marie-Claude BOMSEL
  •  • 902 mots
  •  • 1 média

Mammifère, sauvage ou domestique, répandu dans le monde entier et adapté à tous les biotopes. Classe : Mammifères. Ordre : Lagomorphes. Famille : Léporidés. Bien qu'il « ronge » tout ce qu'il trouve, le lapin n'est pas un rongeur ; il s'en différencie notamment par sa denture. Il possède un corps arrondi et des pattes robustes. Parfois confondu avec le lièvre, qui appartient à la même famille, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lapin/#i_17890

Pour citer l’article

Louis JOUBERT, « MYXOMATOSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/myxomatose/