MYSTIQUE JUIVE

AZRIEL DE GÉRONE (1re moitié XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 333 mots

Kabbaliste appartenant au Cénacle des kabbalistes de Gérone, qui était le deuxième après celui de la Provence et était constitué des disciples d'Isaac l'Aveugle. Azriel était le contemporain et, suivant certaines traditions, le gendre de Ezra ben Salomon, kabbaliste lui-même et auteur d'un Commentaire sur le Cantique des cantiques (trad. G. Vajda, Paris, 1969). On ne connaît pratiquement rien de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/azriel-de-gerone/#i_86742

BAAL SHEM TOV ISRAËL BEN ÉLIÉZER dit LE (1700 env.-1760)

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 931 mots

L'application hébraïque de Baal Shem Tov ( Ba‘al Šem Tov  : maître du Nom [divin] ou maître du Bon Nom [divin]  ; abrégé en Bešt ) désignait au xvii e siècle, chez les juifs d'Europe centrale un thaumaturge en état d'effectuer des guérisons par l'usage magique du Nom divin qu'il connaissait par grâce spéciale. Elle désigne aujourd'hui un maître spirituel dont la vie émerge mal de la légende et a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baal-shem-tov/#i_86742

BAAL SHEM TOV, FONDATEUR DU HASSIDISME

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 219 mots

Israël ben Éliézer, dit le Baal Shem Tov (maître du Nom divin), orphelin pauvre des Carpates, oppose la piété et la charité au judaïsme talmudique fondé sur l'étude. Une relation charismatique s'établit bientôt entre lui et son entourage, et son ascendant éclipse l'autorité du rabbin. Le ḥassid , ou dévot, se rapproche de Dieu par la ferveur des actes et des pensées grâce à un maître librement ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baal-shem-tov-fondateur-du-hassidisme/#i_86742

BIBLE - L'étude de la Bible

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 6 431 mots

Dans le chapitre « Le judaïsme ancien et les études bibliques »  : […] Une autre riposte à ce que l'on peut considérer comme l'impérialisme méthodologique allemand s'agissant des études bibliques consiste dans les travaux et publications sur l'histoire sociale et littéraire du judaïsme ancien. D'une certaine façon, la Bible, le Nouveau Testament y compris, fait partie de cet univers ancien, dont elle est une pièce intimement solidaire. Il faut noter la participation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-l-etude-de-la-bible/#i_86742

BUBER MARTIN (1878-1965)

  • Écrit par 
  • Dominique BOUREL
  •  • 1 692 mots

Dans le chapitre « Entre érudition et militantisme »  : […] À partir de 1906, ce sont les grands ouvrages sur le hassidisme, Die Geschichten des Rabbi Nachman , Die Legenden des Baalschem (1908) qui culmineront avec Die Erzählungen der Chassidim en 1949 (trad. franç. 1963). Mais il s'intéresse aussi aux religions non juives ainsi que le montrent son anthologie des Confessions extatiques (1909), sa traduction des Discours et images de Tchouang Tse (1910 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-buber/#i_86742

CARO JOSEPH (1488-1575)

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 500 mots

Maître des talmudistes et de la communauté de Safed au xvi e siècle, Joseph Karo naquit sans doute à Tolède en Espagne. Après l'expulsion de 1492, sa famille s'exila au Portugal et prit le chemin de la Turquie. Il vécut là quarante années, d'abord à Istanbul, puis à Andrinople, à Nicosie et à Salonique. Il eut pour premier maître son père, Éphraïm Karo, talmudiste de classe. Le martyre de Salomon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-caro/#i_86742

CORDOVERO MOÏSE (1522-1570)

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 408 mots

Il fut l'élève de Joseph Karo et de Salomon Alkabetz, et le maître d'Isaac Luria. Cordovero est, avec ce dernier, la plus grande figure du centre kabbalistique de Safed (en Galilée) au xvi e siècle. Les deux œuvres principales de Moïse Cordovero sont le Pardess Rimmonim ( Jardin des grenades ), qu'il acheva à l'âge de vingt ans, et le Elimah Rabbati , terminé dix ans plus tard. Il rédigea aussi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moise-cordovero/#i_86742

ÉLÉAZAR DE WORMS (1163-1235)

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 415 mots

Une des figures dominantes du judaïsme allemand au Moyen Âge, Éléazar, né à Mayence, étudie dans les grandes académies talmudiques de France et de la vallée du Rhin. Il appartient à la grande famille des Kalonymides. Son père, Judah ben Kalonymos, lui enseigne la halakah et la théologie ésotérique ; mais, concernant cette dernière, ce fut Judah ben Samuel le Hassid (le Pieux), la plus grande figu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eleazar-de-worms/#i_86742

ÉZÉCHIEL (env. 627-env. 570 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 1 857 mots

Dans le chapitre « Le Livre d'Ézéchiel et sa postérité »  : […] En dépit de ses qualités littéraires modestes, le Livre d'Ézéchiel parvint à maintenir sa grande autorité. Ben Sira (190 av. J.-C.) en est le témoin antique ; Schiller aurait voulu apprendre l'hébreu pour le lire dans l'original et Victor Hugo le placera avec Homère, Eschyle, Juvénal et quelques autres dans « l'avenue des géants immuables de l'esprit humain ». Cependant, l'utilisation d'Ézéchiel f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ezechiel/#i_86742

DIALOGUE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Robert MISRAHI
  •  • 4 420 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La relation dialoguée des mystiques »  : […] C'est, paradoxalement, chez les mystiques que l'on trouve, fécondé, le meilleur, quant à son contenu, de l'inspiration platonicienne. Le néo-platonicien Plotin (Alexandrin du ii e  s.) avait déjà, dans les Ennéades , symbolisé la relation de l'âme individuelle avec l'Un (substance ultime et unifiante de la totalité du cosmos) par la relation « érotique » de deux âmes, assoiffées l'une de l'autre e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dialogue/#i_86742

GUEMATRIA

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 217 mots

Procédé d'herméneutique qui consiste à utiliser la valeur numérique des lettres constitutives d'un mot, ou d'un groupe de consonnes, pour l'interpréter moyennant le rapprochement avec un autre mot ayant la même valeur numérique. Par exemple le passage de la Genèse xxxii , 5 : « J'ai séjourné chez Laban » est expliqué par Bereshit Rabbati 145 de la manière suivante : la valeur numérique de « J'ai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guematria/#i_86742

HASSIDISME MÉDIÉVAL

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 459 mots

Courant mystique à tendance ascétique, mouvement social et religieux qui se développa principalement entre 1150 et 1250 dans le judaïsme allemand à partir des villes de Ratisbonne dans le Sud, de Spire, Worms et Mayence en Rhénanie. « Hassidisme » dérive du mot talmudique qui désigne le dévot ( ḥasid ) et qui, dès l'origine, se réfère à la pratique assidue des vertus religieuses et éthiques. Les t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hassidisme-medieval/#i_86742

HASSIDISME MODERNE

  • Écrit par 
  • Jacques GUTHWIRTH
  •  • 899 mots

Né en Ukraine vers 1750, le hassidisme moderne a eu pour initiateur le légendaire Baal Shem Tov (1700-1760) ; il compte aujourd'hui encore plusieurs dizaines de milliers de fidèles, les ḥasidim , groupés en des communautés qui se réclament chacune de rebs , leurs chefs spirituels, et qui s'assemblent dans des maisons d'étude et de prière ( chtibel ). Les hommes ont un aspect caractéristique ; ils […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hassidisme-moderne/#i_86742

HEYHALOT ou HEYKHALOT LES

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 394 mots

Le mot hébreu Heyhalot , qui signifie « palais », désigne les textes fondamentaux que nous ont légués les mystiques juifs de la Merkaba. Les plus importants de ces textes sont, dans l'ordre chronologique, les Heyhalot Zutrati , rapportées à Rabbi Aquiba, les Heyhalot Rabbati , dont le porte-parole principal est Rabbi Ismaël et enfin les Sefer Heyhalot , publiées sous le nom de troisième livre d'Én […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heyhalot-heykhalot/#i_86742

ISAAC L'AVEUGLE DE NARBONNE (1160 env.-env. 1235)

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 285 mots

Personnage éminent de la kabbale d'Espagne, fils d'Abraham ben David de Posquières. C'est dans cette ville et à Narbonne qu'a vécu Isaac l'Aveugle. Les données biographiques le concernant se limitent aux traditions rapportées par ses élèves (parmi lesquels Azriel, Ezra ben Salomon et Naḥmanide) et reprises par des auteurs plus récents. Son surnom indique qu'il était aveugle, et certains auteurs (I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isaac-l-aveugle/#i_86742

ISMAEL BEN ELISHA (1re moitié IIe s.)

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 258 mots

Tanna (docteur juif de la période dite des tannaim) Ismael ben Elisha fut, après la destruction du second Temple, alors qu'il était encore enfant, emmené en captivité à Rome. Il fut racheté par Rabbi Joshua, dont il devint l'élève. Il vécut à Kfar Aziz, au sud d'Hébron. Son collègue le plus proche était Rabbi Akiba, avec qui il discutait souvent de halakha ou de haggadah. La différence principale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ismael-ben-elisha/#i_86742

IYYUN CERCLE D'

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 260 mots

Expression désignant un ensemble de textes, non de personnes, ces écrits étant tous anonymes. Leurs dénominateurs communs sont leur lieu d'origine (on suppose qu'il s'agit de la Provence ou de la Castille), leur date (fin du xii e  s. ou déb. du xiii e  s.) et une similarité idéologique qui comporte toutefois des nuances assez différentes d'un texte à un autre, mais dont l'ensemble a des rapports […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cercle-d-iyyun/#i_86742

JACOB NAZIR DE LUNEL (XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 204 mots

De son vrai nom Jacob b. Saül, frère d'Asher ben Saül, auteur d'un ouvrage juridique : Sefer ha - minhagot . Le qualificatif nazir indique que Jacob appartenait à un groupe de dévots qui se retiraient des affaires de ce monde pour se consacrer exclusivement à l'étude de la Tōrah et qui suivaient des règles ascétiques comportant, parmi bien d'autres, l'abstention de viande. Les pratiques de tels g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacob-nazir-de-lunel/#i_86742

JOSEPH IBN GIQATILIA (1248-1325)

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 289 mots

Kabbaliste espagnol, né à Medinaceli en Castille, Joseph ben Abraham Giqatilia passa de nombreuses années à Ségovie. Entre 1272 et 1274, il étudie auprès d'Abraham Abulafia, et son premier ouvrage, 'Ginnat Egōz ( Le Verger des noyers ), rédigé en 1276, porte l'empreinte de la kabbale prophétique et extatique de son premier maître. Il s'agit d'une introduction au symbolisme mystique de l'alphabet, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-ibn-giqatilia/#i_86742

JUDA BEN YAQAR (mort entre 1200 et 1218)

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 226 mots

Talmudiste et kabbaliste, probablement né en Provence (G. Scholem, Les Origines de la kabbale , Paris, 1966). Pendant sa jeunesse, Juda ben Yaqar accomplit un séjour d'études dans les communautés du nord de la France, puis auprès d'Isaac ben Abraham de Narbonne. Les documents d'archives signés par lui (Barcelone, 1175) et par son fils (Narbonne) montrent que sa carrière active se situait en Proven […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juda-ben-yaqar/#i_86742

JUDA DE RATISBONNE dit JUDA LE PIEUX (1150-1217)

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 401 mots

Le maître le plus éminent du mouvement piétiste rhénan. Juda vécut quelque temps à Spire, mais passa la plus grande partie de sa vie à Ratisbonne. En dehors des légendes colportées à son sujet, on ne connaît que peu de détails sur son existence. Ce silence est volontaire : Rabbi Juda ou Juda le Pieux ne signait pas ses livres de son nom, de peur que ses enfants n'en tirent de l'orgueil ; et même s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juda-de-ratisbonne/#i_86742

JUDAÏSME - La religion juive

  • Écrit par 
  • Georges VAJDA
  •  • 6 502 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La mystique théosophique et la kabbale »  : […] Le mouvement mystique (ou plus exactement théosophique) qui apparut dans le judaïsme en plein xii e  siècle ne saurait être réduit à une simple réaction contre l'intellectualisme. On est en réalité en face d'une résurgence d'éléments dont le dynamisme réel n'avait pu se déployer, en des domaines et des milieux juifs que les historiens connaissent encore mal. À partir du xii e siècle se manifestèr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-la-religion-juive/#i_86742

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 274 mots

Le terme kabbala , littéralement «   tradition », désignait à l'origine toute tradition doctrinale, même biblique à l'exclusion du Pentateuque, et plus particulièrement la transmission, d'abord orale, ensuite écrite, d'enseignements concernant la pratique religieuse. C'est seulement au xiii e  siècle que ce terme désigne un système doctrinal particulier et au xiv e  siècle que les penseurs de ce c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kabbale/#i_86742

LIVRE DE LA SPLENDEUR, KABBALE JUIVE

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 223 mots

À côté de la Torah et du Talmud axés sur les aspects juridiques et moraux, enseignés publiquement dans les académies, un courant mystique réservé à des initiés se développe à partir de la fin du second temple (70) et durant le Moyen Âge : la Kabbale ou tradition. Des cénacles kabbalistes œuvrent au xii e  siècle dans le bas Languedoc avant de passer en Catalogne, autour d'Isaac l'Aveugle puis d'Ez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-de-la-splendeur-kabbale-juive/#i_86742

LURIA ISAAC (1534-1572)

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 906 mots

Surnommé « Ha Ari » (le Lion sacré), Isaac ben Salomon Luria fut, avec Cordovero, la personnalité la plus impressionnante du centre kabbalistique de Safed. Il descendait d'une famille ashkénaze originaire de Pologne et d'Allemagne, venue s'installer à Jérusalem. Après la mort de son père, il fut conduit en Égypte, où il étudia sous la direction de Bezalel Askenazi et de David ben Salomon ibn Zimra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isaac-luria/#i_86742

LUZZATTO MOSHE HAYYIM (1707-1747)

  • Écrit par 
  • André NEHER
  •  • 1 030 mots

L'une des plus géniales personnalités juives du xviii e  siècle. Grand mystique, disciple attardé de Sabbataï Zevi, auteur de nombreuses études kabbalistiques, Moshe Hayyim Luzzatto est, en même temps, un moraliste distingué, un styliste et un maître en didactique littéraire, le créateur, enfin, d'un genre presque entièrement nouveau dans l'histoire de la littérature hébraïque : le drame. Il est c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moshe-hayyim-luzzatto/#i_86742

MA‘ASE BERESHIT

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 338 mots

On groupe sous l'appellation hébraïque de Ma‘ase Bereshit (qui veut dire « les œuvres de la création ») des écrits ésotériques ayant pour sujet des spéculations mystiques sur le premier chapitre de la Genèse. D'après des critères littéraires et doctrinaux, ils remontent probablement à la période de la Mishna ( ii e s.), dont plusieurs affirmations (notamment Hagiga , ii , 1) prouvent que ces ens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ma-ase-bereshit/#i_86742

MEIR BEN SALOMON ABU SAHULA (1260 env.-1335)

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 228 mots

Kabbaliste espagnol qui vécut entre les années 1280 et 1290 à Guadalajara, alors centre d'un groupe de la kabbale. Le maître d'Ibn Abu Sahula fut Joshua ben Shaib, lui-même disciple de Salomon ben Abraham Adret. On ne sait si le supercommentaire qui lui est attribué sur les passages ésotériques du commentaire de Naḥmanide sur le Pentateuque est de lui-même ou de son maître. Ibn Abu Sahula écrivit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meir-ben-salomon-abu-sahula/#i_86742

MERKABA

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 424 mots

L'expression Ma‘aseh Merkaba (œuvre du char) désigne le premier chapitre d'Ézéchiel dans la Mishna Haguiga I, ii . Les textes talmudiques rapportent que ce chapitre avait fait l'objet — avec le premier chapitre de la Genèse, désigné par le terme de Ma‘aseh Bereshit (œuvre du commencement) — des spéculations ésotériques des rabbins de l'Antiquité, en particulier Rabbi Yohanan ben Zakkai et Rabbi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/merkaba/#i_86742

MOÏSE DE LEÓN MOÏSE BEN SHEM TOB dit (1240-1305)

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 397 mots

Kabbaliste espagnol, Moïse Ben Shem Tob de León est l'auteur de la majeure partie du Zohar  ; il fut d'abord attiré par la philosophie, comme en témoigne un manuscrit du Guide des égarés de Maïmonide qui fut copié pour lui en 1264. Par la suite, il se familiarise aussi bien avec les traditions kabbalistiques de Gérone qu'avec la tendance gnostique représentée par Moïse de Burgos et Todros Abulafi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moise-de-leon-moise-ben-shem-tob-dit-1240-1305/#i_86742

MOPSIK CHARLES (1956-2003)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 129 mots

Spécialiste français de la Kabbale. Disciple de Jean Zacklad, Charles Mopsik fait partie du cercle étroit des chercheurs dans le domaine de la mystique juive. Il a, sans pouvoir achever son ouvrage, entrepris la traduction de l'araméen et l'annotation du Zohar , le plus important ensemble de la littérature kabbalistique. Il est notamment l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages, traductions et éditio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-mopsik/#i_86742

PHILON D'ALEXANDRIE (20 av. J.-C. env.-45)

  • Écrit par 
  • Annie JAUBERT
  •  • 2 477 mots

Dans le chapitre « La théologie mystique »  : […] La préoccupation dominante est de se rapprocher de Dieu, Dieu étant appelé l'Existant, l'Étant, suivant la traduction de la Septante, en Exode, iii , 14. Ce Dieu est au-dessus de toute expression, y compris celle de theos (dieu), beaucoup trop ambiguë. Aucun homme ne peut prétendre atteindre l'Existant. Moïse lui-même, qui s'est enfoncé dans la ténèbre du Sinaï, n'a pénétré que dans les concepts […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philon-d-alexandrie/#i_86742

SABBATAI TSEVI (1626-1676)

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 4 404 mots

Le mouvement messianique qui s'est manifesté au xvii e siècle autour du nom de Sabbatai Tsevi est le plus important qu'ait connu le judaïsme depuis la destruction du Temple de Jérusalem et la révolte de Bar Kokhba. C'est d'ailleurs pratiquement le seul qui ait eu cette ampleur universelle. Un événement si grave a eu forcément un retentissement profond sur l'idée que le judaïsme se fait de la ven […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sabbatai-tsevi/#i_86742

SCHOLEM GERSHOM (1897-1982)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 645 mots

Philologue, historien et théologien israélien, né à Berlin, Gershom Scholem étudia à Berlin, à Iéna, à Berne et à Munich. Il enseigne à l'université de Jérusalem et, depuis 1968, est président de l'Académie israélienne des sciences et des humanités. Son adhésion au mouvement sioniste alors qu'il était encore étudiant l'amena à s'intéresser aux sources de la tradition juive ; il devint alors un vér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gershom-scholem/#i_86742

SEFER YESIRA

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 343 mots

Bref traité qui eut une influence considérable sur la mystique juive de toutes les époques et qui a été écrit entre le ii e et le vi e siècle, peut-être au iii e , dans un style elliptique ayant des affinités avec celui de la littérature de la Merkaba . Il contient des spéculations sur la Création, d'une nature très différente de celles du groupe d'écrits qui sont connus sous le nom de Ma‘ase B […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sefer-yesira/#i_86742

SEFIROT

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 385 mots

Terme technique de la kabbale, qui apparaît la première fois dans le texte anonyme du Sefer Yesira , où sefirot désigne les dix nombres primordiaux ou idéaux (à partir du sens littéral de la racine SFR : dénombrer). Dès les premiers écrits kabbalistiques, au xii e siècle, il est employé avec le sens, à la fois plus large et plus précis, des dix niveaux de l'émanation à partir d' En-sof (Infini). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sefirot/#i_86742

SHEKINA, mystique juive

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 323 mots

Mot hébreu (signifiant littéralement, « demeure ») qui désigne dans la Bible la présence de Dieu parmi son peuple ou l'immanence divine dans le monde. Les images associées à la Shekina sont la lumière, la Gloire divine, la manifestation de Dieu. Son équivalent araméen est employé dans le targum pour atténuer les expressions anthropomorphiques incompatibles avec la transcendance de Dieu. Dans la th […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shekina-mystique-juive/#i_86742

SHNEUR ZALMAN DE LADI (1745-1813)

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 470 mots

Fondateur du hassidisme rationnel appelé ḤaBaD (acrostiche des mots hokhmah , binah , da‘hat , c'est-à-dire sagesse, compréhension, connaissance), Shneur Zalman est né à Liozna, dans le gouvernement de Moghilev (Biélorussie). Après avoir reçu une formation de talmudiste et étudié les mathématiques, l'astronomie, la philosophie et la kabbale, il devint un adepte du système kabbalistique de Luria, c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shneur-zalman-de-ladi/#i_86742

TŌRAH

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 2 855 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La pensée juive médiévale et la Tōrah »  : […] Différents courants parcourent la pensée juive médiévale, qui reste solidement entée sur le tronc du judaïsme rabbinique, mais se trouve aux prises avec des problèmes nouveaux résultant de son insertion dans les milieux culturels chrétien et musulman. Le rationalisme juif est déjà présent chez Saadia Ben Joseph (882-942), qui développe dans son œuvre une théorie des rapports entre la raison et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/torah/#i_86742

ZAKKAI JOHANAN BEN (mort en 80 env.)

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 296 mots

Chef spirituel de la période du second Temple, Johanan ben Zakkai est le fondateur de l'école de Javné, qui fut le centre intellectuel du judaïsme après la chute de Jérusalem et jusqu'à l'échec de la révolte de Bar Kokhba, en 135. Sa figure est entourée de légendes, qui n'indiquent cependant ni la date ni le lieu de sa naissance. Il aurait vécu cent vingt ans, dont quarante consacrés à des activit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johanan-ben-zakkai/#i_86742

ZOHAR LE

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 513 mots

Le plus important des ouvrages de la littérature kabbalistique, le Zohar se présente sous la forme d'une collection de livres qui incluent des énoncés midrashiques brefs, mais aussi des développements homilétiques et des discussions sur tel ou tel sujet particulier. Il ne s'agit pas d'un livre, mais plutôt d'un corpus d'œuvres qui, dans les éditions imprimées, se répartissent en cinq volumes. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-zohar/#i_86742