MYSTÈRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le « mysterion » chez saint Paul et les Pères grecs

Avant la naissance du christianisme, le mot « mystère » (en grec, mysterion) apparaît dans quelques livres tardifs de l'Ancien Testament, en particulier le livre de Daniel (ii, 18, 27-28, 47). Son équivalent hébreu (sôd) se rencontre dans les textes de Qumrân ; il y est question du « mystère à venir » qui déterminera, « au jour de la Visite », le sort des justes et des pécheurs ; le « docteur de justice » a reçu de Dieu la connaissance de tous les mystères contenus dans les prophètes ; mais « les derniers temps seront plus longs que tout ce qu'ont prédit les prophètes, car les mystères de Dieu sont merveilleux ». Ces textes du judaïsme tardif annoncent, en quelque sorte, la notion de mysterion qu'on trouve dans les épîtres de saint Paul. Dans le langage paulinien, « mystère » désigne le dessein rédempteur, conçu par la sagesse du Père, de « tout rassembler dans le Christ » (Éph., i, 9-10). Le mystère, selon Paul de Tarse, englobe donc toute l'histoire du salut : la venue du Christ sur terre, sa mort et sa résurrection, sa croissance dans l'Église qui est son corps mystique, son retour (parousie) à la fin des temps. C'est surtout dans les lettres adressées aux communautés qui baignaient dans une ambiance gnostique (Corinthe, Colosses, Éphèse) que Paul parle du mystère : I Cor., ii, 7 ; iv, 1 ; Coloss., i, 26 ; ii, 2 ; Éph., i, 9 ; iii, 3-10 ; v, 32 ; vi, 19, etc. L'évangile de Jean ignore le mot mystère, mais non les synoptiques : « À vous il est donné de connaître les mystères du Royaume des cieux » (Matth., xiii, 11 ; Marc, iv, 11). Comme plusieurs autres mots clefs du langage théologique – « allégorie », par exemple –, le terme de mystère a pour ainsi dire été baptisé par saint Paul, et s'est imposé par là aux auteurs chrétiens.

Chez les Pères grecs, le mysterion désigne, d'une part, les [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MYSTÈRE  » est également traité dans :

CASEL dom ODON (1886-1948)

  • Écrit par 
  • André GOZIER
  •  • 503 mots

Né à Coblence, Odon Casel entre en 1905 au noviciat de l'abbaye bénédictine de Maria-Laach (Rhénanie), où il fait profession monastique en 1907 et est ordonné prêtre en 1911. Après une double thèse de doctorat en théologie et en philosophie à Bonn, il publie des travaux où il pose les fondements de sa conception de la liturgie. En 1932 paraît Das christliche Kultmysterium (traduit sous le titre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/casel-dom-odon/#i_3966

ECCLÉSIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 5 742 mots

Dans le chapitre « L'Église, sacrement du salut et société humaine »  : […] La tradition chrétienne affirme que l'Église est née à la Croix , nouvelle Ève sortie du côté transpercé du Christ. Elle affirme aussi que l'Église a été manifestée à la Pentecôte  : par l'Esprit envoyé du Père, l'Église a été sanctifiée dans la vérité. Elle constitue ainsi dans le temps un mystère , c'est-à-dire qu'elle est une manifestation divine dans l'histoire, comme Jésus est la manifestatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecclesiologie/#i_3966

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 225 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Les théologies contemporaines »  : […] Il est un point au moins par lequel toutes les théologies contemporaines s'accordent avec les origines chrétiennes et avec la tradition qui les relie les unes aux autres : la place centrale et décisive qu'elles accordent à la christologie. C'est avec cette dernière que, pour elles aussi, se décide tant ce qu'on peut dire de Dieu et de son mystère que ce qu'il peut en être de l'homme et de son des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesus-jesus-christ/#i_3966

MARCEL GABRIEL (1889-1973)

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 1 134 mots

Dans le chapitre « Existence et mystère »  : […] Né à Paris, agrégé de philosophie à vingt et un ans, membre de l'Institut, Gabriel Marcel renonça en 1923 à l'enseignement pour faire œuvre de philosophe et de dramaturge. Construite autour de quelques thèmes qui situent et explicitent une thèse centrale, cette œuvre s'assortit avec les années d'un commentaire perpétuel où les intuitions premières sont sans cesse reprises, éclairées et souvent app […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-marcel/#i_3966

RAISON

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 13 167 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théologie et le mystère »  : […] Pourtant, ce mystère sera pensé, ne serait-ce que parce que la prédication exige que la bonne nouvelle soit rendue, sinon accessible à l'entendement, du moins acceptable : la théologie naît de là, tentative de penser le mystère, de le penser dans le seul discours que l'on ait à sa disposition, celui de la philosophie platonico-aristotélicienne (et stoïcienne). La foi ne veut pas rester pure répéti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raison/#i_3966

SACRÉ, religion

  • Écrit par 
  • Dominique CASAJUS, 
  • André DUMAS, 
  • Universalis
  •  • 10 203 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Sacralisation et sanctification »  : […] À première vue, il n'y a pas de différence entre les termes de sacralisation et de sanctification. Le saint, comme le sacré, est séparé, fondateur et idéal. Comme lui, il appelle des interdits et il contient des promesses. C'est ainsi que Roger Caillois écrit : « Le sacré est un univers de prohibitions transcendantes, capitales, arbitraires, ou qui paraissent telles, inexplicables en tout cas au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sacre-religion/#i_3966

SACREMENTS

  • Écrit par 
  • Louis-Marie CHAUVET, 
  • Jean TROUILLARD
  • , Universalis
  •  • 3 801 mots

Dans le chapitre « Des origines au XIIe siècle »  : […] Figure révélatrice du dessein secret de Dieu sur le monde et notamment de l'établissement eschatologique de son Règne : telle était la signification fondamentale, héritée de l'apocalyptique juive, du mystèrion de la version biblique des Septante et de son décalque latin mysterium , ainsi que de sacramentum . C'est dans cette perspective d'« apocalypse » (révélation) que Paul parle du « mystère » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sacrements/#i_3966

SOCIÉTÉS SECRÈTES

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 2 730 mots

Dans le chapitre « Associations clandestines et sociétés de mystères »  : […] L'expression « sociétés secrètes », consacrée par l'usage, n'en est pas moins la source d'une confusion fréquente et grave, notamment par ses conséquences juridiques répressives, entre deux notions qui ne sont voisines qu'en apparence, celle de « secret » et celle de « mystère ». Les associations clandestines qui cachent leurs fins, leurs moyens, leur organisation et les noms de leurs membres se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societes-secretes/#i_3966

THÉOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 5 364 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Perspectives théosophiques »  : […] Il s'agit donc toujours, pour la théosophie – de même que, d'une manière différente, pour la prophétie –, d'amplifier la Révélation. Dans la tradition judaïque, la fonction du midrash est d'actualiser celle-ci en l'interprétant en fonction du présent ; consultations et interprétations ont fini par l'organiser comme tōrah . Le christianisme conserve, comme un besoin inhérent à sa nature profonde, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theosophie/#i_3966

Pour citer l’article

Édouard JEAUNEAU, « MYSTÈRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mystere/