MYCOSES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mycoses de l'homme et des animaux

Chez l'homme et l'animal, les mycoses sont caractérisées par une allure subaiguë ou chronique, par une formule sanguine non modifiée et par l'absence de fièvre ; les lésions cutanées sont fréquentes dans ces affections. Ces données cliniques guident le médecin et le vétérinaire dans leur diagnostic.

Les mycoses superficielles provoquées par les champignons des teignes sont connues depuis la fin du xixe siècle et les premières années du xxe siècle grâce aux remarquables travaux de R. Sabouraud. Cet auteur a en effet étudié l'évolution clinique des mycoses superficielles et les a classées ; il a en outre cultivé et déterminé les caractères des champignons qui les provoquent ; enfin, il a mis au point des remèdes efficaces, en particulier la radiothérapie.

L'importance des mycoses profondes est une découverte des années 1950 : les grandes endémies, comme l'histoplasmose et la coccidioïdomycose sur le continent américain, en sont les exemples les plus frappants. Le développement moderne de la mycologie médicale coïncide avec cette découverte.

La mycologie médicale présente certaines particularités qui seront traitées dans cet article : les caractères des champignons pathogènes, les problèmes d'épidémiologie et d'écologie, celui des facteurs favorisant le développement des mycoses, enfin le diagnostic et le traitement.

Les champignons pathogènes pour l'homme et les animaux

Tous les champignons pathogènes pour l'homme et les animaux sont microscopiques. Ils se cultivent en général facilement sur des milieux sucrés, mais leur développement est le plus souvent lent. Leur identification est fondée soit sur l'étude de la sporulation, qui ne se produit qu'au contact de l'air (il faut donc cultiver ces champignons sur milieux solidifiés par de la gélose), soit sur la détermination des caractères physiologiques.

La morphologie macroscopique, la consistance, la couleur, le temps de développement des colonies obtenues en culture sont des caractères importants. Certaines colonies sont lisses, crémeuses et formées de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MYCOSES  » est également traité dans :

ALOPÉCIES

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 591 mots
  •  • 1 média

L'absence ou la rareté des cheveux est quelquefois congénitale, mais dans l'alopécie acquise la chute des cheveux est un symptôme, au retentissement psychique souvent très net . La recherche de ses causes est avant tout orientée par sa topographie, circonscrite, diffuse ou régionale. Les alopécies circonscrites sont d'origines diverses : – Certaines dermatoses portent atteinte au cuir chevelu : […] Lire la suite

ASPERGILLOSE

  • Écrit par 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE
  •  • 165 mots

Affection commune chez l'oiseau, mais qui apparaît moins fréquemment chez l'homme ; elle est causée par le champignon ubiquitaire et habituellement saprophyte Aspergillus , spécialement Aspergillus fumigatus . Dans la plupart des cas, l'aspergillose humaine survient primitivement dans l'oreille externe et y reste limitée (otomycose) ; l' Aspergillus peut rarement produire une maduromycose (résult […] Lire la suite

BLASTOMYCOSES

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 203 mots

Mycoses profondes provoquées par deux variétés de champignons assez voisines : Blastomyces dermatitidis , pour la blastomycose nord-américaine (ou maladie de Gilchrist), et Blastomyces brasiliensis , pour la blastomycose sud-américaine (para-coccidioïdomycose, ou maladie de Lutz). La blastomycose nord-américaine est relativement fréquente dans la vallée du Mississippi ; on la retrouve cependant au […] Lire la suite

CANDIDOSES ou MONILIASES

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 604 mots
  •  • 1 média

Infections humaines dues à des champignons microscopiques levuriformes du genre Candida , et principalement à l'espèce Candida albicans . Les Candida sont fréquemment retrouvés à l'état commensal chez l'homme (voies digestives, rhinopharynx, muqueuses génitales), mais ils n'y sont qu'en très petit nombre. Le passage du saprophytisme à l'état pathogène est le fait d'une rupture d'équilibre, au dét […] Lire la suite

DERMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Robert DEGOS
  •  • 4 579 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Facteurs infectieux »  : […] Les microbes, les virus ou les champignons donnent lieu à des lésions cutanées d'aspect plus ou moins bien caractérisé. Rappelons en premier lieu le bacille tuberculeux, le bacille de la lèpre, les tréponèmes (cf. tuberculose , lèpre , syphilis ). Le staphylocoque est surtout responsable d'inflammations suppuratives des follicules pileux (folliculites, furoncles). Le streptocoque détermine des pla […] Lire la suite

DROUHET ÉDOUARD (1919-2000)

  • Écrit par 
  • François MARIAT, 
  • Gabriel SEGRETAIN
  •  • 595 mots

Édouard Drouhet, professeur honoraire à l'Institut Pasteur, s'est éteint le 1 er  janvier 2000. Ainsi disparaît une personnalité scientifique emblématique de la mycologie médicale. Il naît le 8 juin 1919 en Roumanie, où son grand-père, médecin originaire de Blaye, en Gironde, enseignait le français. Renouant avec la tradition familiale, Drouhet entreprend des études médicales à Bucarest. Il y renc […] Lire la suite

FAVUS ou TEIGNE FAVIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 202 mots
  •  • 1 média

Teigne du cuir chevelu et de la peau glabre, due à Trichophyton schoenleinii . La prolifération et l'agglomération des filaments mycéliens au niveau de l'orifice des follicules pileux entraînent une lésion tout à fait caractéristique : le godet favique, sorte de capsule jaunâtre, molle, occupant l'orifice folliculaire. Le cheveu est également envahi par le mycélium, mais contrairement à ce qui se […] Lire la suite

LEVURES

  • Écrit par 
  • Jacques BOIDIN, 
  • Jean-Bernard FIOL, 
  • Simone PONCET
  • , Universalis
  •  • 3 440 mots
  •  • 2 médias

Les Levures sont des Champignons microscopiques, aux cellules ovoïdes de quelques millièmes de millimètres de largeur, se détachant facilement les unes des autres et, de ce fait, bien adaptées à la propagation dans les liquides. Les représentants les plus utilisés par l'homme sont les levures de bière et de boulangerie, agents très actifs de la fermentation alcoolique. Elles transforment rapideme […] Lire la suite

MYCÉTOME

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 284 mots

Tumeur inflammatoire polyfistulisée, à évolution très lente, siégeant en général aux membres inférieurs (réalisant le « pied de Madura »). Les mycétomes sont des mycoses qui s'observent le plus souvent dans les contrées tropicales à humidité modérée. Deux types de micro-organismes sont responsables de mycétomes : soit des champignons, soit des actinomycètes anaérobies (qui sont des bactéries fila […] Lire la suite

ONYXIS

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 144 mots

Inflammations chroniques du derme unguéal qui s'accompagnent d'ulcérations et de fongosités. Les onyxis d'origine mycosique (ou onychomycoses) entraînent l'épaississement et la déformation de l'ongle. Les champignons responsables sont soit des dermatophytes (voisins de ceux des teignes du cuir chevelu), soit des levures de l'espèce Candida albicans  ; dans ce dernier cas, il existe aussi une attei […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick JOLY, Gabriel SEGRETAIN, « MYCOSES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mycoses/