MUSIQUE TECHNO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une musique à part entière

La naissance aux États-Unis de la house et de la techno

Prolongement logique du disco – popularisé par Chic ou Donna Summer –, la house est originellement une musique noire qui s'inspire de l'héritage du rhythm'n'blues ou de la soul mais en donne une nouvelle version. Toujours une musique de danse (dance-music en anglais) mais synthétique, la house est basée sur un rythme répétitif. Ses inventeurs ont sans doute été disc-jockeys (DJ), comme l'Américain Larry Levan ou le Français François Kevorkian qui, à la fin des années 1970, ont ajouté du rythme sur des titres de disco. Néanmoins, « officiellement », c'est à Chicago, en 1986, que la house naît vraiment avec les musiciens noirs Marshall Jefferson, Farley Jackmaster Funk ou Frankie Knuckles – DJ du Warehouse, le club qui a donné son nom à la house. Celle-ci connaît très rapidement sa première variante, le garage de Paradise Garage, nom du club de Larry Levan, plus porté sur les chansons, et une nuance, la deep-house, plus profonde (deep en anglais) et planante, créée en partie par Larry Heard.

L'appellation techno vient de technologique. Construite seulement à partir de machines telles que des boîtes à rythme, elle est le produit du croisement entre les expérimentations électroniques européennes (le groupe allemand Kraftwerk, les groupes pop anglais Depeche Mode, New Order) et l'influence des groupes funk américains, plus dansants, tel Funkadelic. Elle repose sur une pulsation déterminée par le nombre de B.P.M. (battements par minute ou beats per minute) autour de laquelle progressent de courtes parties mélodiques indépendantes entre elles, les boucles. Ce sont trois Noirs américains, Juan Atkins, Derrick May et Kevin Saunderson, qui inventent la techno entre 1986 et 1987 à Detroit. Kevin Saunderson obtient même avec le groupe Inner City le premier grand succès public de la techno en 1988. Sombre et mélodique, la techno de Detroit reste la référence pour les puristes.

L'Europe se réapproprie la techno

L'invention, en 1987, du son acid (baptisé d'après sa préférence pour les aigus) peut être considérée comme la dernière innovation formelle provenant des États-Unis. La Grande-Bretagne va aussitôt l'utiliser pour donner sa propre version de la house, plus accessible. L'acid-house, portée par les groupes Coldcut ou S-Express, profite des progrès du sampler, innovation technologique permettant d'échantillonner des éléments d'un morceau déjà existant pour les réutiliser à discrétion. Les premières batailles de droits d'auteur se déclenchent, notamment à l'occasion du premier tube house britannique, Pump up the volume de M.A.R.R.S. En Belgique, le courant new-beat donne une version plus dure de la techno et sera le prétexte à quelques dérapages vers l'extrême droite. Au tout début des années 1990, la techno et la house ont aussi droit à leur imitation édulcorée, l'euro-dance.

Sous l'impulsion des premières raves anglaises, rassemblements sauvages et massifs de danseurs, la Grande-Bretagne apporte sa propre sensibilité à la techno avec des groupes tels que 808 State ou Orbital. Des descendants plus brutaux surgissent, comme le hardcore, la forme la plus extrême de techno, ou la trance, très rapide et marquée par une mélodie simple, pour ne pas dire simplette. À l'opposé, une techno plus adaptée à une écoute domestique est créée : l'intelligent-techno trouve ses hérauts chez la maison de disques Warp avec Aphex Twin, Autechre ou Black Dog. KLF ou The Orb popularisent l'ambient, coupé des pistes de danse, dénué de rythme et relaxant.

Spécialisation et démocratisation des années 1990

Cette décennie voit les sous-genres de la musique électronique devenir de plus en plus nombreux, l'influence de la techno et de la house y étant diluée. La jungle (ou drum'n'bass), avec Goldie ou les 4 Hero, incorpore des éléments du hip-hop – une culture née aux États-Unis dans les ghettos noirs et comprenant le rap, les graffitis et la danse – et du jazz, dans une mixture très rapide aux basses vrombissantes. Le trip-hop, musique mélancolique vulgarisée par Massive Attack ou Portishead, mélan [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MUSIQUE TECHNO  » est également traité dans :

TECHNO

  • Écrit par 
  • Walter SCASSOLINI
  •  • 862 mots

Musique de danse principalement instrumentale, la techno a pour caractéristique d'être exclusivement créée avec des machines électroniques. Ce courant musical urbain, qui s'exprime depuis le début à travers la culture DJ*, est plus dur et plus froid que la house. Le terme techno recouvre une grande variété de styles électr […] Lire la suite

DJ (disc-jockey)

  • Écrit par 
  • Raphaël RICHARD
  •  • 3 614 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « … à la naissance de la house et de la techno »  : […] Ami d'enfance de Larry Levan, Frankie Knuckles s’est produit avec le DJ du Paradise Garage dans quelques clubs new-yorkais. Il a fréquenté le Loft avant de déménager à Chicago où il va développer les types d’ambiance et les techniques expérimentées à Manhattan. Il s'installe à la Warehouse, une ancienne usine de trois étages située dans une zone industrielle. Le nom Warehouse est à l'origine du […] Lire la suite

HOUSE MUSIC

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 888 mots

Dans le chapitre « Diffusion de la house »  : […] La house partage avec les musiques techno l'utilisation de circuits parallèles de distribution qui diffusent les disques* vinyles dans des magasins spécialisés. À Detroit, la techno purement instrumentale, que certains assimilent à une branche de la house, est apparue avec Juan Atkins, Derrick May (influencé par Funkadelic et Kraftwerk), Kevin Saunderson ( Rock the Beat, 1988), Jeff Mills ou Carl […] Lire la suite

JUNGLE ou DRUM AND BASS

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 314 mots

Inspirée du dub*, dont elle emprunte la mise en valeur de la rythmique basse-batterie, et du reggae* digital (parfois appelé raggamuffin), la jungle, ou drum and bass (ou drum'n'bass), apparaît en Grande-Bretagne dans les années 1990. Elle ne doit pas être confondue avec la jungle music prônée par Duke Ellington dans les années 1920. Cette musique électronique se caractérise par des motifs de batt […] Lire la suite

MADONNA (1958- )

  • Écrit par 
  • Lucy O'BRIEN
  •  • 792 mots

Chanteuse, auteur-compositeur, actrice et chef d'entreprise américaine. Son immense popularité au cours des années 1980 et 1990 lui a permis d'atteindre un niveau de puissance et de contrôle sans précédent pour une femme dans l'industrie du spectacle. Issue d'une famille nombreuse italo-américaine, Madonna Louise Ciccone est née le 16 août 1958 à Bay City, dans le Michigan. Elle étudie la danse à […] Lire la suite

TRIP-HOP

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 571 mots

Apparu en Grande-Bretagne au début des années 1990, le trip-hop se situe au carrefour de plusieurs courants musicaux : dub, reggae digital, hip-hop, techno. Massive Attack et Portishead l'ont popularisé. Le terme trip-hop est surtout utilisé pour définir un son né à Bristol. Les recherches du label On-U Sound ou du collectif The Wild Bunch aboutiront à ce mélange qu'on peut définir comme une renco […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

27 mai 2018 Allemagne. Manifestation de l'extrême droite et contre-manifestation à Berlin.

Une contre-manifestation réunit au même moment vingt-cinq mille personnes dans la capitale au son de la musique techno. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Vincent BRUNNER, « MUSIQUE TECHNO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-techno/