STOCHASTIQUE MUSIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme « stochastique » est issu du grec stokhastikos, dérivé de stokhasein, qui signifie « viser », « tendre vers un but » ; il désigne un processus qui relève du calcul des probabilités. Son application à la musique semble avoir été évoquée pour la première fois au début des années 1950, par deux des fondateurs de la théorie statistique de la communication (souvent appelée improprement théorie de l'information), Claude Shannon et Warren Weaver. L'expression « musique stochastique » est quant à elle indissociable du nom de Iannis Xenakis, qui, quelque temps après Shannon et Weaver, va l'utiliser pour désigner la méthode à laquelle il recourt afin de dépasser le paradoxe organique de la musique sérielle. Le compositeur avait en effet pris conscience qu'une surdétermination des paramètres musicaux par les techniques du sérialisme intégral aboutissait à une audition globalisante de phénomènes sonores indifférenciés, et il avait dégagé la notion de sons en masses, évoluant de façon asymptotique vers un état stable, un dessein : « La polyphonie linéaire se détruit d'elle même par sa complexité actuelle. Ce qu'on entend n'est en réalité qu'amas de notes à des registres variés. [...] Il y a par conséquent contradiction entre le système polyphonique linéaire et le résultat entendu, qui est surface, masse » (I. Xenakis, « La Crise de la musique sérielle », in Gravesaner Blätter, no 1, 1955). Xenakis décide d'adopter des processus compositionnels liés au calcul des probabilités : « Cette contradiction inhérente à la polyphonie disparaîtra lorsque l'indépendance des sons sera totale. En effet, les combinaisons linéaires et leurs superpositions polyphoniques n'étant plus opérantes, ce qui comptera sera la moyenne statistique des états isolés de transformation des composantes à un instant donné. [...] Il en résulte l'introduction de la notion de probabi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Classification


Autres références

«  STOCHASTIQUE MUSIQUE  » est également traité dans :

ALÉATOIRE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 299 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  L'aléatoire organisé chez Iannis Xenakis »  : […] L'aléatoire tient une place singulière dans l'œuvre de Iannis Xenakis. Ce compositeur-mathématicien sait que, loin de relever du hasard, les phénomènes naturels comme la pluie, la grêle, la neige, les nuages, le vent, les bruits et mouvements de foules sont en fait régis par la loi des grands nombres. Au début des années 1950, le but de Xenakis est de reconstituer dans la musique qu'il compose ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-aleatoire/#i_17353

ARCHITECTURE & MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 7 421 mots

Dans le chapitre « Une nouvelle problématique ? »  : […] Il semble bien que les années 1910 aient vu la remise à zéro de l'ensemble des anciens indicateurs et compteurs artistiques (et non artistiques). C'est à cette époque, selon Jean Gebser, que commence véritablement à se profiler ce qu'il appelle « la percée vers un monde sans perspective » : aux trois dimensions traditionnelles, on ressent le besoin d'ajouter la « quatrième dimension » du temps et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-et-musique/#i_17353

BRUIT, musique

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 1 518 mots

Les compositeurs ont toujours manifesté un intérêt pour les sonorités étranges, pour des timbres agressifs, pour des combinaisons sonores originales considérées comme expression musicale à part entière, et l'utilisation du bruit – ou, plus généralement, des bruits – dans les œuvres musicales est une constante, même si son évolution, depuis la mention de l'enclume par Michael Praetorius dans son T […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bruit-musique/#i_17353

DISCONTINUITÉ, musique

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 630 mots

On trouve le concept de discontinuité musicale en action au sein de la polyphonie prétonale (chacune des lignes de la polyphonie étant pensée pour elle-même, en dehors de la « verticalité » de leurs rencontres). Cependant, cette discontinuité ne resurgira véritablement qu'avec la naissance de la musique sérielle, si l'on excepte Charles Ives, qui, avant Arnold Schönberg, utilise des grilles série […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/discontinuite-musique/#i_17353

FROUNBERG IVAR (1950- )

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 1 285 mots

Né en 1950 à Copenhague, le compositeur Ivar Frounberg fut, dans son pays, le premier à s'intéresser à l'ordinateur et à ses possibilités de manipulation en direct du matériau sonore ( live electronic music ). Il obtient son diplôme d'organiste en 1976 au Conservatoire royal de sa ville natale, où il sera ultérieurement nommé professeur de musique électro-acoustique puis de composition, avant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ivar-frounberg/#i_17353

IMPROVISATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • André-Pierre BOESWILLWALD, 
  • Alain FÉRON, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 5 114 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Improvisation et aléa »  : […] Dans les années cinquante, en Amérique, Earle Brown, Morton Feldman, John Cage brisent le concept d'œuvre envisagée comme objet d'art « fini », déterminée par le contrôle « absolu » du compositeur sur l'écriture. L'indétermination va contaminer jusqu'à l'acte même de création. Ainsi, la responsabilité face au résultat sonore, face à la partition écrite se voit remise en question et, avec elle, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/improvisation-musicale/#i_17353

XENAKIS IANNIS (1922-2001)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 2 892 mots

Dans le chapitre « Un pythagoricien »  : […] En 1955, Xenakis s'était livré à une critique lucide de la musique sérielle. Selon lui, la démarche des disciples de l'école de Vienne ne pouvait pas aboutir à une véritable rénovation des matériaux sonores, n'apportait pas, en ce qui concerne la « forme », de solutions radicalement nouvelles, et, en un mot, était déjà la victime d'un inéluctable académisme. Il tente donc, et réussit, une synthèse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iannis-xenakis/#i_17353

Pour citer l’article

Alain FÉRON, « STOCHASTIQUE MUSIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-stochastique/