CHAMBRE MUSIQUE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'âge d'or

Quand on considère les critiques publiées dans la presse et les traces sonores qui nous sont parvenues, une évidence s'impose : l'interprétation de la musique de chambre a connu du début du xixe siècle jusqu'à la Seconde Guerre mondiale un véritable âge d'or. Les musiciens les plus prestigieux lui consacrent une part essentielle de leur carrière et s'y investissent avec un sens du collectif et une passion qui élèvent leurs interprétations – du moins celles dont l'enregistrement aura pu être préservé – au rang d'incontournables références. Les noms se bousculent sous la plume : Alfred Cortot-Jacques Thibaud-Pablo Casals, Adolf Busch-son frère Hermann Busch-Rudolf Serkin, Jascha Heifetz-Arthur Rubinstein-Emanuel Feuermann, ou Edwin Fischer-Wolfgang Schneiderhan-Enrico Mainardi (en sonates et trios) ; pour les seules sonates, sont entrées dans la légende les associations Wilhelm Backhaus ou Arthur Schnabel-Pierre Fournier, Eugène Ysäye-Raoul Pugno ou Yves Nat, Joseph Szigeti-Béla Bartók, Fritz Kreisler-Serge Rachmaninov, Lili Kraus-Szymon Goldberg, Yehudi Menuhin et sa sœur Hephzibah. Au royaume du quatuor à cordes, l'abondance est plus grande encore : les Quatuors Joachim, Rosé, Geloso, Ysäye, Kolisch, Poulet, Busch, Capet, Beethoven, Calvet, de Budapest, Flonzaley, Amar, de Hollywood, Lener, Roth, Pro Arte, Tchèque, Wiener Konzerthaus, Hongrois, Bohémien... Bien longue serait la liste de tous ces ensembles dont l'ombre plane sur la musique de chambre comme le souvenir d'un paradis perdu. Tous semblaient détenir le secret d'un accord des tempéraments et des sensibilités trop souvent inaccessible de nos jours. Un état de grâce dont les causes sont multiples.

Tempo : Andante

Les conditions d'existence des artistes sont bien différentes de celles d'aujourd'hui. Leur réputation se construit lentement. Les études sont longues et, à de rares exceptions près, les carrières ne sont g [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHAMBRE MUSIQUE DE  » est également traité dans :

ARENSKI ANTON STEPANOVITCH (1861-1906)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 666 mots

Le compositeur russe Anton Stepanovitch Arenski naît le 12 juillet (nouveau style ; 30 juin, ancien style) 1861 à Novgorod, dans une famille musicienne qui l'encourage à développer ses dons précoces : son père, médecin, joue du violoncelle ; sa mère, excellente pianiste, lui donnera ses premières leçons de musique. En 1879, il entre au Conservatoire de Saint-Pétersbourg, où il suit notamment les c […] Lire la suite

ARGERICH MARTHA (1941- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 382 mots

Rien ne semble pouvoir contraindre la pianiste argentine Martha Argerich à plier sa vie personnelle et professionnelle aux normes communément admises. Dotée de moyens hors du commun et d'une aisance instrumentale qui défie l'entendement, elle fascine et déconcerte tout à la fois. Imprévisible, elle annule ses concerts au dernier moment, ou en modifie sans préavis le programme. Cauchemar et provid […] Lire la suite

BADURA-SKODA PAUL (1927-2019)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 677 mots

Issu d’une famille d’ascendance hongroise et morave, Paul Badura-Skoda naît à Vienne le 6 octobre 1927. Il étudie le piano et la direction d’orchestre au conservatoire de la capitale autrichienne sous la férule de Martha Wiesenthal, Viola Thern et Otto Schulhof. Il y obtient en 1948 les plus hautes distinctions dans ces deux disciplines. La même année, il remporte le deuxième prix du concours int […] Lire la suite

BOCCHERINI LUIGI (1743-1805)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 672 mots

Né à Lucques d'un père chanteur et contrebassiste, Boccherini est envoyé à Rome dès 1757 pour y étudier le violoncelle (instrument auquel il attachera son renom) et la musique vocale ancienne (Palestrina), dont les traces se retrouveront jusque dans son Stabat Mater de 1801. De retour dans sa ville natale, il y donne deux oratorios, Giuseppe riconosciuto et Gioa, re di Giuda . Puis il se met à v […] Lire la suite

BRIDGE FRANK (1879-1941)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 950 mots

Chambriste et chef d'orchestre remarquables, Frank Bridge est aussi le plus grand et le plus important compositeur britannique de musique de chambre. Frank Bridge naît le 26 février 1879 à Brighton (Sussex). Son père, professeur de violon, encourage ses dons précoces pour la musique. À partir de 1896, le jeune homme étudie le violon et le piano au Royal College of Music de Londres. Une bourse, obt […] Lire la suite

CALVET JOSEPH (1897-1984)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 673 mots

Le violon offre de nombreux choix de carrière à ceux qui le jouent : musicien du rang d'un orchestre symphonique, soliste, partenaire d'un ensemble de musique de chambre. Celle-ci occupe une place de choix rarement appréciée à sa juste valeur ; or c'est elle qui réclame le travail le plus constant en compagnie de partenaires qui doivent devenir des alter ego , alors que le public concerné se limit […] Lire la suite

CANTATE

  • Écrit par 
  • PIERRE-PETIT
  •  • 1 894 mots

Dans le chapitre « La cantate de chambre »  : […] Ce ne sera que par hasard, et par une utilisation abusive du mot, que la cantate prendra à certains moments de l'histoire musicale un sens plus précis. Il faut bien affirmer que, la plupart du temps, le terme servira aux compositeurs à « chapeauter » un peu n'importe quelle œuvre comportant du chant – de préférence choral – accompagné. De sorte qu'on ne peut presque jamais parler de style fixe po […] Lire la suite

Concerto grosso op. 6 n° 8, CORELLI (Arcangelo)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 446 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Arcangello Corelli accomplit la quasi-totalité de sa carrière à Rome, où il acquiert la célébrité comme violoniste virtuose, maître de chapelle et compositeur. Curieusement, à l'encontre de tous ses contemporains italiens, il n'écrira jamais pour la voix. Son catalogue, qui ne comprend donc ni musique sacrée ni opéra, est riche de six recueils de douze œuvres pour son instrument ; dans les cinq pr […] Lire la suite

Concerto pour flûte en mi mineur, BENDA (Franz)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 419 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] La vie de Benda, né en Bohême, est associée à Frédéric II de Prusse : en 1733, il entre dans l'orchestre que le prince entretient contre le désir de son père (les concerts y sont souvent donnés en secret) ; apprécié pour sa voix et son jeu expressif au violon, il suit Frédéric à la cour à Potsdam lors de son accession au trône, en 1740. L'orchestre devient vite le plus réputé d'Europe et Benda en […] Lire la suite

Concerto pour violon, hautbois, cordes et basse continue, VIVALDI (Antonio)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 427 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Le nom de Vivaldi est attaché à Venise, où il exerce la fonction de violoniste à Saint-Marc et où il occupe divers postes à l'Ospedale della Pietà. Son œuvre, immense - près de 800 numéros dans le catalogue Ryom -, comporte des pièces instrumentales (sonates, concertos...) et vocales (cantates, oratorios, opéras...). Mais seuls 13 recueils de musique instrumentale seront édités de son vivant, dont […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Belgique. Menaces de mort contre des militantes pro-climat. 15-26 août 2019

Le 15, à Hasselt (Limbourg), la militante Anuna De Wever et ses amies, qui menaient une action en faveur du climat lors du festival de musique Pukkelpop, sont huées, prises à partie et menacées de mort par des festivaliers porteurs de drapeaux flamands jaunes frappés du lion noir. Le 16 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BRETON, Marc VIGNAL, « CHAMBRE MUSIQUE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-de-chambre/