MUSÉES DE SOCIÉTÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un antimusée ?

Dans l'élan de 1991, celui de l'écomusée d'Ungersheim et d'une politique culturelle à volonté sociale, l'expression musée de société a permis de surmonter des frontières d'école et de mettre l'accent sur une démarche commune. Seules deux catégories restent d'emblée hors champ : les musées de Beaux-Arts, où les choix s'opèrent sur des critères esthétiques ou historiques, et ceux de Sciences, qui parlent de la nature, non de l'homme, dans le langage de différentes disciplines : biologie, zoologie, paléontologie, géologie.

La synthèse qu'entendent incarner les musées de société n'est donc pas si large, ni la politique culturelle aussi consensuelle qu'on était fondé à le croire à la fin des années 1980. Répondant en 1992 à la question « Qu'est-ce qu'un musée des Arts et Traditions populaires ? », Claude Lévi-Strauss tint à distinguer celui-ci des nouveaux venus : ici, la priorité est accordée aux photographies ou aux textes, les objets servent d'illustration. Le musée de société est d'abord un atelier de réflexion levant des problématiques à partir desquelles sont élaborées des expositions. On retrouve donc en partie l'idée d'un « musée social » selon Lévi-Strauss et du rôle qu'il se proposait de lui donner : apprendre à mieux se situer dans la société où l'on vit. Pour Lévi-Strauss, enfin, les musées d'Art et de Traditions populaires sont, ou devraient être, aussi des musées d'Art, même si les objets y prennent, outre leur valeur esthétique, une signification de documents. Ils ne sont donc pas seulement musées de société : le champ de ces derniers en est réduit d'autant.

Lié ou non au devenir des musées d'Ethnographie, celui des musées de société reste en effet soumis à une double contrainte, qui règle en France la vie de ces institutions et demeure aussi prégnante qu'à l'époque (juin 1991) où Jean Cuisenier en faisait l'analyse. La première, la décentralisation, suscite partout des équipements localisés, par rapport à la tradition des musées de Beaux-Arts, de manière disparate : en pleine campagne (Cuzals), en site industriel (Mulhouse, le puits Couriot à Saint-Étienne), en milieu portuaire (Concarneau, Dunkerque). Un fossé demeure donc, en particulier pour la formation d'agents compétents, entre la logique des musées de société et celle, dominante, des musées de Beaux-Arts.

La seconde est liée au succès même des musées de société. L'ouverture d'un marché de l'art populaire, comme de tout type d'objet ou de document, mobilise de plus en plus souvent associations ou particuliers qui entendent soustraire tel ou tel vestige au circuit économique, les sauvegarder sur place (une grue ancienne faisant partie du paysage, un haut-fourneau éteint, voire une correspondance de guerre) ou les présenter dans des locaux publics. Mais de la mairie annexe aux combles du musée, le pas est vite franchi. C'est par centaines que des associations mobilisent des moyens pour sauver ce qu'elles tiennent pour un patrimoine. Et par centaines que leurs responsables se tournent vers les collectivités, et celles-ci à leur tour vers l'État. Cette demande est si générale, si pressante, que pour l'opinion le débat est tranché : tout ce que peut donner à voir un musée de société relève d'un patrimoine (dit parfois ethnologique) que nous ont légué les générations antérieures avec le devoir de le transmettre, et pour cela de le conserver. On tient à ce patrimoine, même plus qu'à tout, parce qu'on peut se le réapproprier, alors que l'autre, formé de tableaux, de marbres antiques, de cathédrales et de châteaux (celui dont s'occupe principalement l'État), demeure à jamais lointain. Ce dernier critère joue même au sein des musées de société : tel marteau-pilon est sauvé de la casse parce qu'une population ouvrière se reconnaît en lui ; telle grue implantée à Saint-Nazaire au cours des années 1930 ne peut l'être faute d'une identification aussi large.

Il y a donc une contradiction entre la logique des musées de société et celle d'instances de légitimation (ministère de la Culture, Direction des musées de France) pour lesquelles les beaux-arts restent le modèle. L'aide publique ou la simple reconnaissance que constitue le droit d'être contrôlé par l'État sont logiquement [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé de philosophie, ancien chargé de mission à la Direction des Musées de France

Classification

Autres références

«  MUSÉES DE SOCIÉTÉ  » est également traité dans :

ÉCOMUSÉES INDUSTRIELS

  • Écrit par 
  • Louis BERGERON
  •  • 2 505 mots

L'hypothèse est dans l'air aujourd'hui d'une crise durable de fréquentation des musées. Le tassement ou la baisse de la clientèle tiendraient à plusieurs facteurs : la difficulté pour un musée de se renouveler, puisque par définition il vit sur des collections qui ne peuvent connaître qu'un accroissement lent ; celle aussi d'exercer sur un public élargi un attrait suffisant, en dépit de la multipl […] Lire la suite

ÉCONOMUSÉES

  • Écrit par 
  • Denis CHEVALLIER
  •  • 2 496 mots
  •  • 1 média

Une enquête française réalisée en 1995 à la demande du C.N.R.S. recensait dans 29 pays d'Europe 286 établissements ayant pour mission de documenter, de conserver et de montrer au public des techniques et des savoir-faire artisanaux ou industriels traditionnels. Cette enquête faisait apparaître, à côté de 136 musées, écomusées, musées de plein air ou musées techniques réalisant des démonstrations e […] Lire la suite

GRENOBLE MUSÉE DAUPHINOIS DE

  • Écrit par 
  • Jack LIGOT
  •  • 1 082 mots

Créé en 1906 par un érudit grenoblois, Hippolyte Müller (1865-1933), le Musée dauphinois s'inscrit dans la première lignée des musées d'arts et de traditions populaires ancrés dans une culture régionale. C'est à partir d'une accumulation d'objets-souvenirs – silex taillés, outils, meubles rustiques – que les collections s'organisent peu à peu. S'y distinguent aujourd'hui, avec l'argenterie locale, […] Lire la suite

LEWARDE CENTRE HISTORIQUE MINIER DE

  • Écrit par 
  • Jack LIGOT
  •  • 870 mots

Le Centre historique de Lewarde se situe au cœur du bassin minier, à quelques kilomètres de Douai, dans le Nord. Installé sur le carreau de l'ancienne fosse Delloye, fermée en 1971, il en réutilise les 7 000 mètres carrés de bâtiments et de superstructures, sur un site de huit hectares. Dans ce siège d'extraction d'importance moyenne, un millier de mineurs, dont huit cents au fond, ont produit, d […] Lire la suite

MULHOUSE

  • Écrit par 
  • Raymond WOESSNER
  •  • 1 147 mots
  •  • 2 médias

Ville née de l'industrie textile – le « Manchester français » –, Mulhouse, dans le Haut-Rhin, constitue un cas particulier en Alsace, avec un brassage continu de populations et un patrimoine de brique, de fer et de béton. Ses manufactures ont été ruinées à partir des années 1950, mais l'arrivée de Peugeot, le travail frontalier et la montée en puissance des services ont permis sa reconversion. La […] Lire la suite

MUSÉE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 11 414 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'empire des musées »  : […] Nous vivons encore aujourd'hui, en matière de musées, sur l'œuvre de la Révolution et sur ses répercussions. En nationalisant les collections royales et les biens de l'Église et des émigrés, les hommes de la Constituante et de la Convention mettaient en application l'idée, déjà en germe dans l'esprit des Lumières, que le patrimoine culturel, jusque-là aux mains d'une minorité de privilégiés, étai […] Lire la suite

MUSÉE DES CONFLUENCES

  • Écrit par 
  • Bruno JACOMY
  •  • 1 345 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des collections au projet culturel »  : […] La singularité du musée des Confluences repose autant sur son architecture que sur son projet culturel. Ce dernier a été confié en 2000 à Michel Côté, muséologue canadien issu du musée de la Civilisation de Québec, qui a proposé un concept et un programme tout à fait originaux pour la France, et dans la lignée des musées réalisés à la fin du xx e  siècle, particulièrement en Amérique du Nord. 2 80 […] Lire la suite

MUSÉES DE PROVINCE, France

  • Écrit par 
  • Robert DUPIN
  •  • 2 764 mots

Dans le chapitre « Musées d'art contemporain, d'archéologie et de société »  : […] Deux aspects essentiels de ce renouveau sont la création en France d'un grand réseau de musées voués à l'art contemporain et le renforcement des musées d'archéologie avec l'apparition d'importants musées de site. Si dans ces deux domaines l'impulsion de l'État a été déterminante, il en va peut-être différemment de la multiplication des musées de société qui en bien des cas semble un phénomène plus […] Lire la suite

PATRIMOINE ETHNOLOGIQUE & MÉTIERS MENACÉS

  • Écrit par 
  • Denis CHEVALLIER, 
  • Isac CHIVA
  •  • 3 149 mots

Dans le chapitre « Protéger les métiers : une question de survie »  : […] Combien de métiers sont utiles, voire indispensables, à des productions et à des services de qualité qui pourtant sont menacés de disparition ? Sauver ces métiers est donc devenu un impératif pour les pouvoirs publics, qui vont mettre en œuvre toute une gamme de solutions. Lorsqu'il ne reste que quelques représentants d'un métier à sauvegarder et que par surcroît ce métier n'a d'intérêt économique […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4-30 mai 2020 Belgique. Mise en place d'un déconfinement progressif.

Les musées, les marchés en plein air, les salons de coiffure et autres professions de contact peuvent reprendre leurs activités. Les mariages et les enterrements peuvent désormais se dérouler en présence de trente personnes. Le 20, les ministres de la Santé, de l’Emploi et du Budget s’engagent à suspendre les deux arrêtés royaux contestés par le personnel soignant et à ouvrir une concertation sociale sur le métier d’infirmier. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jack LIGOT, « MUSÉES DE SOCIÉTÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/musees-de-societe/