MALMAISON MUSÉE NATIONAL DU CHÂTEAU DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Chambre de Joséphine de Beauharnais, Malmaison

Chambre de Joséphine de Beauharnais, Malmaison
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Rosier de Portland, P. J. Redouté

Rosier de Portland, P. J. Redouté
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Malmaison, Trianon consulaire, est un musée dédié au souvenir de Joséphine de Beauharnais qui y habita de 1799 à 1814. Musée national depuis 1904, document essentiel pour l'histoire du goût Empire, il constitue un jalon dans le passage d'un néo-classicisme à la française à la première génération du romantisme historiciste. Le château, qui comportait à l'époque un vaste domaine, aujourd'hui démembré (il reste six hectares sur les soixante-dix d'origine), contenait en effet mobilier et collections de peintures et de sculptures ; il servait en outre, dans ses serres que toute l'Europe connaissait, de conservatoire de l'exotisme et des raretés florales que Redouté et les « peintres du muséum » s'appliquaient alors à aquareller. Les collections de Malmaison sont complétées par celles du château voisin de Bois-Préau, plus spécifiquement historique, centrées sur les souvenirs de Sainte-Hélène et des témoignages de la légende napoléonienne.

Chambre de Joséphine de Beauharnais, Malmaison

Chambre de Joséphine de Beauharnais, Malmaison

Photographie

Chambre de Joséphine de Beauharnais. Style Empire. Musée national du château de Malmaison, Rueil-Malmaison. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Rosier de Portland, P. J. Redouté

Rosier de Portland, P. J. Redouté

Photographie

Pierre Joseph REDOUTÉ, Rosier de Portland, 1817-1824. Bibliothèque nationale de France, Paris. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Lorsque Joséphine achète aux environs de Paris, en empruntant l’argent, « la Malmaison » avec tous ses meubles – l'introduction dans les documents officiels du « Palais impérial de Malmaison » est l'occasion de l'abandon de l'article devant le toponyme – elle acquiert déjà un haut lieu historique. Propriété d'une des plus puissantes familles de la noblesse libérale du temps de Louis XVI, les Le Couteulx, le domaine dont parle Élisabeth Vigée Le Brun dans ses Mémoires et le baron de Frénilly dans ses Souvenirs rassemblait autour de cette dynastie de banquiers une élite intellectuelle que la Révolution devait décimer. Charlotte Le Couteulx de la Noraye a inspiré à André Chénier ses poèmes À Fanny, elle reçoit Laclos, Condorcet, l'abbé Delille ou Pauline de Beaumont, qui ne connaît pas encore Chateaubriand dont elle fut l'égérie quelques années plus tard. C'est cette vie de l'esprit des dernières années de l'Ancien Régime que la générale Bonaparte tient à acquérir en se fixant dans ce lieu – cet esprit du temps de la [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, ancien élève de l'École normale supérieure, maître de conférences à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Adrien GOETZ, « MALMAISON MUSÉE NATIONAL DU CHÂTEAU DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/musee-national-du-chateau-de-malmaison/