ṬŪSĪ MUḤAMMAD IBN MUḤAMMAD NAṢĪR AL-DĪN AL- (1201-1274)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe, scientifique et mathématicien persan, né le 18 février 1201 à Ṭūs (Khūrāsān), mort le 26 juin 1274 à Bagdad.

Naṣīr al-Dīn al-Ṭūsī, de son vrai nom Muḥammad ibn Muḥammad ibn al-Ḥasan al-Ṭūsī, commence son apprentissage à Ṭūs, où son père est juriste à l'école du douzième Imām, principale secte shī‘ite. Il termine cependant son éducation à Nīshāpūr, environ 80 kilomètres à l'est de la ville. Ce déménagement est une sage décision car Gengis Khan, après avoir conquis Pékin en 1215, tourne son regard vers le monde islamique et atteint la région de Ṭūs en 1220. Vers 1227, le gouverneur ismaélite Naṣīr al-Dīn ‘Abd al-Raḥīm offre refuge à al-Ṭūsī dans sa forteresse montagnarde de Khūrāsān. Ce dernier lui dédie en retour son plus célèbre ouvrage, Akhlāq-e nāsirī (1232, « Éthique »), avant d'être invité à demeurer dans la capitale, à Alamūt, où il épouse la foi ismaélite sous les encouragements du nouvel imām, ‘Ala’ al-Dīn Muḥammad. (Cet État ismaélite naît en 1090 lors de la conquête d'Alamūt par Ḥāsan al-Ṣabbāh et disparaît avec la prise de la ville par les Mongols en 1256.) Pendant cette période, al-Ṭūsī écrit divers ouvrages sur la théologie ismaélite (Kitāb-e Rawdat al-taslīm yā Taṣawwūrāt, traduit sous le titre La Convocation d'Alamut : somme de philosophie ismaélienne), la logique (Asās al-iqtibās, « Fondement de l'inférence ») et les mathématiques (Tahrir al-Majiṣtī, « Commentaire sur l'Almageste »).

Lorsqu'en 1256 Alamūt tombe aux mains d'Hūlāgū (1217 env.-1265), le petit-fils de Gengis Khan, al-Ṭūsī accepte immédiatement le poste de conseiller scientifique du nouveau souverain. (La rapidité avec laquelle il se met au service des Mongols lui vaudra d'être accusé d'avoir feint sa conversion à l'ismaélisme et fera naître des rumeurs selon lesquelles il aurait révélé les défenses de la cité.) Al-Ṭūsī épouse une Mongole, puis est nommé ministre des dons religieux. Sa présence lors de la prise de Bagdad par les Mongols en 1258 demeure sujette à controverse, bien qu'il ait certainement visité les villes shī‘ites des environs peu de temps après l'événement. Mett [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  TUSI MUHAMMAD IBN MUHAMMAD NASIR AL-DIN AL- (1201-1274)  » est également traité dans :

CHIISME ou SHĪ‘ISME

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN, 
  • Yann RICHARD
  •  • 9 424 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les périodes »  : […] On peut à grands traits distinguer quatre périodes dans l'histoire du shī‘isme duodécimain. La première période est celle des saints Imāms et de leurs adeptes et familiers. Elle s'étend jusqu'à la date qui marque le début de la « Grande Occultation » ( al-ghaybat al-kobrā ) du XII e Imām (329/940). Cette même date est celle de la mort de l'un des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chiisme-shi-isme/#i_37423

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Dans le chapitre « La philosophie en Iran »  : […] Si la tradition philosophique de la falsafa prend fin avec la polémique d'Ibn Rushd, cet événement n'épuise pas la vitalité de la philosophie islamique. Les penseurs iraniens n'ont cessé d'en nourrir la pensée, et cela pendant dix siècles. Rédigeant leurs traités en arabe ou en persan, les philosophes iraniens ont conçu leur œuvre comme une expli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-la-philosophie/#i_37423

ISLAM (La civilisation islamique) - Les mathématiques et les autres sciences

  • Écrit par 
  • Georges C. ANAWATI, 
  • Roshdi RASHED
  • , Universalis
  •  • 22 470 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'analyse combinatoire »  : […] L'activité combinatoire a commencé par se manifester comme telle, mais d'une manière dispersée, chez les linguistes, d'une part, et chez les algébristes, d'autre part. Ce n'est que plus tard que se fera la liaison entre les deux courants, et que l'analyse combinatoire se présentera comme un instrument mathématique applicable aux situations les plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-les-mathematiques-et-les-autres-sciences/#i_37423

Pour citer l’article

« ṬŪSĪ MUḤAMMAD IBN MUḤAMMAD NAṢĪR AL-DĪN AL- - (1201-1274) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/muhammad-ibn-muhammad-nasir-al-din-al-tusi/