MU‘TAZILISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Origines politiques

L'ancien mu‘tazilisme

H. S. Nyberg et après lui H. Laoust ont insisté sur les circonstances politiques dans lesquelles est apparu le mu‘tazilisme. En arabe, mu‘tazila est le participe du verbe i‘tazala qui signifie « se séparer » (d'où i‘tizāl, « action de se séparer »). Pour expliquer cette dénomination, les hérésiographes musulmans rapportent que Wāṣil b. ‘Ata' et ‘Amr b. ‘Ubayd, les deux promoteurs du mu‘tazilisme, se seraient séparés du cercle de Ḥasan al-Baṣrī, sous le calife Hishām (début du iie siècle de l'hégire), sur la question du fāsiq, celui qui a commis une faute grave (kabīra). C'est là donner une origine théologique à la secte. En réalité, le statut juridique du fāsiq avait fait problème bien auparavant, et cela à propos de situations concrètes nées des conflits sanglants qui avaient agité l'Islam à la suite de l'assassinat, en 656, du troisième calife, ‘Uthmān, et sous le califat de son successeur ‘Alī. Dès la révolte de Ṭalḥa et de Zubayr contre ‘Alī, un groupe de musulmans refusa de prendre parti et resta à l'écart. L'historien Tabarī (839-923), parlant de l'attitude de l'un d'eux, al-Ahnaf b. Qays, utilise le verbe i‘tazala. Ce même verbe est employé à propos de ceux qui, plus tard, se séparèrent de ‘Alī et cessèrent de le soutenir sans pour autant le combattre. Aux yeux de ces premiers tenants de l'i‘tizāl, pieux croyants, il était évident que, dans ces luttes entre musulmans, l'un des partis, sinon les deux, avait commis une grave faute. Mais comme on ne pouvait savoir avec certitude lequel était coupable, il n'y avait aucun fondement à traiter l'un en fidèle et l'autre en infidèle. Il semble que cette impossibilité pratique de prononcer un jugement d'infidélité (takfīr) ait conduit à l'idée générale que le fāsiq (ou le fādjir) n'était pas un infidèle (kāfir) comme le voulaient les khāridjites : les descriptions que donne le Coran de l'homme qui n'a pas la foi ne s'appliquent pas à lui, car le kāfir est essentiellement celui qui nie les signes que Dieu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  MU'TAZILISME  » est également traité dans :

ABBASSIDES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 429 mots

750 Une révolution soutenue par les clients persans de l'empire et par les Alides renverse la dynastie omeyyade de Damas et donne le pouvoir à al-Saffāh, descendant d'al-‘Abbās, oncle de Mahomet : début de la dynastie abbasside. 762 Création d'une nouvelle capitale, la ville Ronde de Madīnat al-Salām (« ville du salut »), aussi appelée Bagdad. 786-809 Règne du célèbre Hārūn al-Rashīd, héros lé […] Lire la suite

ABŪ L-HUDHAYL AL-‘ALLĀF (752-842)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 792 mots

Premier grand penseur de la théologie mu‘tazilite, disciple indirect de Wāṣil b. ‘Atā', Abū l-Hudhayl al-‘Allāf est né à Baṣra et mort à Sāmarā. S'étant initié à la philosophie, il s'oppose vivement aux « physiciens » matérialistes, la dahriyya , qui soutiennent l'éternité du monde, défendant dans les polémiques les grands principes de l'École. Des doctrines de Platon et d'Aristote sur l'acte, le […] Lire la suite

APOLOGÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 540 mots

Dans le chapitre « La littérature apologétique juive »  : […] Le judaïsme antique n'a eu une littérature apologétique qu'à partir du moment où il a été en contact avec les peuples environnants. On doit mentionner le Contre Apion de Flavius Josèphe (95 apr. J.-C.), adressé aux Romains, et l'œuvre philosophique de Philon qui, bien qu'elle n'ait jamais été reconnue par le judaïsme orthodoxe, a constitué une première tentative d'explication du judaïsme par rapp […] Lire la suite

ASH‘ARĪ ABŪ L-ḤASAN ‘ALĪ BEN ISMĀ‘ĪL AL- (874 env.-935)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 555 mots

Fondateur de l'école de théologie musulmane à laquelle se sont ralliés la majorité des sunnites. Né à Baṣra, mort à Baghdād, al-Ash‘arī, d'abord disciple d'al-Djubbā'ī, quitte le mu‘tazilisme vers 912, à la suite de trois visions qu'il aurait eues du Prophète. Il aurait compris qu'il lui était ordonné d'allier la tradition et la théologie spéculative ( kalām ). C'est bien, en tout cas, cette tenta […] Lire la suite

ASH‘ARISME

  • Écrit par 
  • Louis GARDET
  •  • 880 mots

L'ash‘arisme est l'école dont l'influence fut prépondérante pendant des siècles ( x e - xix e s.) en ‘ilm al-kalām , c'est-à-dire dans la théologie, ou, mieux peut-être, dans l'« apologie défensive » de l'islam sunnite. Elle fut fondée par Abū l-Ḥasan al-Ash‘arī (260-324 de l'hégire/874-935), transfuge du mu‘tazilisme. Elle entendit défendre contre les mu‘tazilites l'absolue toute-puissance de Di […] Lire la suite

CORAN (AL-QURĀN)

  • Écrit par 
  • Régis BLACHÈRE, 
  • Claude GILLIOT
  •  • 13 323 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'évolution ultérieure de l'exégèse coranique »  : […] Les diverses composantes de l'exégèse qu'on a évoquées se retrouvent peu ou prou dans les commentaires postérieurs. On en distinguera, en simplifiant, deux types : « l'exégèse en tradition » et l'exégèse « spéculative ». Quant à la première, les successeurs de Tabari marcheront sur ses pas, citant, pour chaque verset, des traditions des anciens introduites par des chaînes de garants. Toutefois, le […] Lire la suite

DJĀḤIẒ ou ĞĀḤIẒ (776-868)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 2 772 mots

Dans le chapitre « Le théologien mu‘tazilite »  : […] Élève d'an-Naẓẓām, Djāḥiẓ est le maître d'un groupe baṣrien de la septième classe des mu‘tazilites. Les rares fragments dont on dispose ici – notations contenues dans des ouvrages d'hérésiographie, glanes diverses – devraient être confrontés et réintégrés dans le contexte philosophico-dogmatique, pour reconstituer un ensemble. Djāḥiẓ a dû rédiger une demi-douzaine d'opuscules où il exposait les ar […] Lire la suite

GHAZĀLĪ AL- (1058-1111)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 3 442 mots

Dans le chapitre « Ghazālī et l'ash‘arisme »  : […] Ghazālī, en théologie, était ash‘arite. Abū'l-Ḥasan al-Ash‘arī peut être considéré comme le créateur d'une doctrine du juste milieu entre les interprétations purement littérales du Coran qui conduisent à l'anthropomorphisme de certains ḥanbalites, et l'exégèse rationnelle des mu‘tazilites qui risque d'escamoter le contenu des textes par le commentaire figuré. Sur deux points en particulier, l'ash […] Lire la suite

IBN ḤAZM (994-1064)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 2 210 mots

Dans le chapitre « Le savant ẓāhirite »  : […] Suivant Ibn Ḥazm, le langage est fait pour la communication et son but est l'intercompréhension ( tafāhum ). Il doit être clair, ne pas se construire sur des sous-entendus ( taqdīr ) et ne pas être énigmatique. Cela est encore plus vrai pour la Parole de Dieu qui, d'après le Coran lui-même, a été révélée en un « arabe clair ». Il faut donc comprendre les textes du Livre et ceux du ḥadīṯ (traditio […] Lire la suite

ISLAM (La religion musulmane) - Les fondements

  • Écrit par 
  • Jacques JOMIER
  •  • 12 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Étapes du développement ultérieur »  : […] Un certain nombre de courants et de phénomènes – soufisme, shī‘isme, développement de la théologie, rencontre avec la civilisation moderne – ont eu sur la religion de l'islam des incidences qu'il convient d'évoquer ici. Malgré la méfiance des juristes qui craignent toujours que les soufis n'en viennent à négliger la loi, le mouvement soufi se développe de façon continue. Outre l'idée de l'amour d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger ARNALDEZ, « MU‘TAZILISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mu-tazilisme/