KĀDHĀFI MU‘AMMĀR AL- (1942-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mu’ammar al-Kādhāfi, homme politique libyen, a dirigé son pays d'une main de fer de 1969 à 2011.

Né le 19 juin 1942, dans une famille semi-nomade des environs de Syrte qui appartient à la tribu des Kadhafa, Mu’ammar Mohammad ’Abd al-Salām Abū Minyār al-Kādhāfi est envoyé en 1956 dans une école préparatoire à Sebha, dans la province méridionale du Fezzan, avant d'entrer à vingt et un ans à l'Académie militaire royale de Benghazi, d'où il sort diplômé en 1966. Affecté dans le corps des ingénieurs avec le grade de lieutenant, il développe rapidement, dans le sillage du leader égyptien Nasser, une sensibilité politique nationaliste arabe. Il s'oppose à la tutelle américaine et britannique imposée sur la Libye après la Seconde Guerre mondiale, malgré l'indépendance du pays en 1951. Il considère également la monarchie senoussienne au pouvoir comme un régime corrompu et pro-occidental.

Ainsi, Kādhāfi organise avec un groupe de jeunes officiers un coup d'État qui renverse, le 1er septembre 1969, le roi Idris Ier et établit la République arabe libyenne. S'assurant rapidement la prééminence sur les autres officiers ayant organisé la révolution, il s'attache à émanciper la Libye des tutelles étrangères, en fermant des bases militaires, en imposant un meilleur partage des revenus pétroliers et en expulsant les derniers colons italiens. Pourtant, dès le milieu des années 1970, la politique panarabe et panmaghrébine s'avère être une impasse. Sur le plan intérieur, alors que les services secrets britanniques, français et américains tentent à plusieurs reprises de l'éliminer, le colonel Kādhāfi (qui s'est octroyé ce grade militaire) organise la répression de la dissidence, notamment en emprisonnant et faisant assassiner divers opposants.

En 1977 s'ouvre une nouvelle phase dans le régime de Kādhāfi, dont l'idéologie aussi bien socialiste qu'islamique est issue de son Livre vert (dont le premier tome est publié en 1976). [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : docteur en histoire, habilitée à diriger des recherches, chercheur D.F.G. au Zentrum Moderner Orient, Berlin

Classification


Autres références

«  KADHAFI MU'AMMAR AL- (1942-2011)  » est également traité dans :

IDRĪS Ier, MUḤAMMAD IDRĪS AL-MAHDĪ AL-SANŪSĪ (1890-1983) roi de Libye (1951-1969)

  • Écrit par 
  • Taoufik MONASTIRI
  •  • 1 416 mots
  •  • 1 média

Roi de Libye (1950-1969). Mohamed Idris as- Sanoussi est né le 13 mars 1890 à El-Jaghboub dans le nord-est du désert libyen, non loin de la frontière égyptienne. Oasis perdue entre sebkhats et dunes, El-Jaghboub était le siège de la « Zaouiya mère » de la confrérie sanoussiya. Idris est le fils aîné de Mohamed el-Mahdi as-Sanoussi et le petit-fils du prestigieux fondateur de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/muhammad-idris-al-mahdi-al-sanusi-idris-ier/#i_31744

JUSTICE - Justice politique

  • Écrit par 
  • Robert CHARVIN
  •  • 8 851 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  De l'ordre interne à l'ordre international »  : […] La justice est traditionnellement l'une des composantes majeures de la souveraineté de chaque État. Néanmoins, l'intensité des conflits internationaux contemporains et les crimes de guerre commis ont soulevé le problème de la responsabilité de ceux qui les ont ordonnés ou perpétrés. La fin de la Première Guerre mondiale a posé le principe de la mise en accusation de l'ex-empereur Guillaume II (ar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justice-justice-politique/#i_31744

KHALED IBN ‘ABD AL-‘AZĪZ (1914-1982) roi d'Arabie Saoudite (1975-1982)

  • Écrit par 
  • Fernand TOMICHE
  •  • 1 289 mots

Né en 1914, à Riyadh, la capitale du royaume fondé en 1932 par son père, le grand Saoud, Khaled est mort à Taif, dans son palais d'été, le 14 juin 1982. Son règne a duré du 25 mars 1975, lorsqu'il succède à son frère Fayçal, assassiné par un neveu, au 14 juin 1982, jour où il succombe à une crise cardiaque. Toute sa vie, Khaled a été très influencé par son frère Fayçal, de sept ans son aîné. Comm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/khaled-ibn-abd-al-aziz/#i_31744

LIBYE

  • Écrit par 
  • Nora LAFI, 
  • Olivier PLIEZ, 
  • Pierre ROSSI
  •  • 11 695 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Chute du régime »  : […] Mais dans le sillage de la révolution tunisienne de janvier 2011, et alors que l'Égypte entre également dans une période de profonds bouleversements, la Libye connaît une série de manifestations qui débouchent, en février, sur une véritable insurrection. La ville de Benghazi en est l'épicentre. Face à la violence de la répression, l'équilibre négocié au cours des années 2000 par le colonel Kadhaf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libye/#i_31744

MAGHREB - Le Maghreb politique

  • Écrit par 
  • Karima DIRÈCHE
  •  • 7 437 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La chute de deux dictateurs : Ben Ali et Kadhafi »  : […] En Tunisie, l'immolation par le feu d'un jeune marchand ambulant, en décembre 2010, en réaction aux harcèlements et brimades de la police locale, est l'événement improbable qui a déclenché ce qu'on appellera la « révolution de jasmin ». En moins d'un mois, le système népotiste de Ben Ali, qui a gangréné, par des logiques de corruption au plus haut sommet de l'État, la société et l'économie tunisi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maghreb-le-maghreb-politique/#i_31744

PRINTEMPS ARABE ou RÉVOLUTIONS ARABES

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT
  •  • 8 179 mots

Dans le chapitre « L'armée, arbitre ultime ? »  : […] La place de l' armée constitue un autre élément de différenciation entre ces multiples révoltes. Dans le cas de la Tunisie, la petite armée (35 000 hommes), qui a une tradition légaliste, est toujours restée soumise au pouvoir civil (le pays indépendant a été construit par les élites civiles du Néo-Destour). Elle n'a pas participé à la répression depuis les années 1990, qui a été menée par un appa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/printemps-arabe-revolutions-arabes/#i_31744

TOUAREGS

  • Écrit par 
  • René OTAYEK
  •  • 4 564 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La question touarègue et l’après-Kadhafi »  : […] Mais cet intérêt des grandes puissances n’empêche pas le Sahara de s’embraser après la chute du régime du colonel Kadhafi à l’automne de 2011. Confronté, comme d’autres États arabes (Tunisie, Égypte, Maroc, Bahreïn, etc.), à une vague de contestation démocratique à partir de février 2011, le régime libyen doit, en outre, faire face à une intervention militaire internationale menée sous l’égide de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/touaregs/#i_31744

TRIPOLI, Libye

  • Écrit par 
  • Nora LAFI
  •  • 818 mots

Tripoli ( Tarablus al-Gharb , Tripoli d'Occident, également connue en Europe comme Tripoli de Barbarie) est la capitale, la plus grande ville ainsi que le principal port et centre économique de la Libye. Située au nord-ouest du pays, l'agglomération compte environ 1,8 million d'habitants en 2011. Dès l'Antiquité, la ville, qui se nomme alors Oea, forme un établissement urbain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tripoli-libye/#i_31744

Pour citer l’article

Nora LAFI, « KĀDHĀFI MU‘AMMĀR AL- - (1942-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mu-ammar-al-kadhafi/