MOZI [MO-TSEU] (env. 479-env. 390 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'initiateur d'une doctrine antiféodale

Le ressort originel de la réflexion de Maître Mo fut sa répulsion pour la guerre sous toutes ses formes, intérieures et extérieures, telle qu'elle sévissait de son temps en prenant des proportions terrifiantes. Il se sépare d'abord des confucianistes sur le reproche qu'il leur fait de prêter la main, pour arriver au pouvoir, à des complots générateurs de guerre civile ; et lorsqu'il entre lui-même en scène politiquement, c'est pour dissuader des princes puissants de lancer leurs armées sur de petits pays sans défense. Le plus glorieux des conquérants, écrit-il, responsable de quantité de morts, n'est qu'un meurtrier incomparablement plus criminel que l'assassin d'un seul homme. Voyant l'origine de la guerre et de tous les crimes dans l'hostilité avec laquelle l'homme en général, isolé dans son égoïsme, considère ceux de ses semblables qui lui sont étrangers, il prêche pour une vaste communauté humaine solidaire où chacun traiterait autrui, si éloigné qu'il soit, en prochain, par la pratique de l'amour universel, thème central de la doctrine moïste. Divergeant considérablement de la conception confucéenne de la vertu, qui distingue des degrés dans le respect et l'affection que se doivent mutuellement les hommes selon la plus ou moins grande proximité de leurs positions réciproques familiales et sociales, cet idéal d'altruisme indifférencié est soutenu, non plus par une philosophie morale des sentiments naissant spontanément des relations diversifiées de la parenté naturelle et extrapolées aux relations sociales, mais par un calcul logique de l'intérêt faisant ressortir le plus grand avantage pour tous d'une discipline commune de la recherche du profit. Une telle discipline est rendue impraticable par les vices de l'ordre établi. Inspiré comme tous les penseurs de l'époque par l'utopie de la grande harmonie, Maître Mo réclame l'abolition des structures familiales de l'État ainsi que de l'hérédité des fonctions en vue d'établir une nouvelle société, hiérarchisée selon le seul mérite et [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MOZI [ MO-TSEU ] (env. 479-env. 390 av. J.-C.)  » est également traité dans :

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 675 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Le mouvement des idées »  : […] Les transformations de la société et du pouvoir politique qui sont intervenues à partir du vi e  siècle coïncident avec l'apparition d'un nouvel esprit plus positif. Dans les relations entre royaumes, les considérations morales et religieuses cèdent le pas à l'analyse des rapports de forces. L'influence des grands marchands se manifeste par un intérêt croissant pour les questions économiques. D'au […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Confucius et Mozi (env. 550-400) »  : […] Confucius (Kongzi) est plus important dans l'histoire de la pensée chinoise que dans celle de la littérature. Dans le domaine littéraire, disons que le seul ouvrage où l'on ait des chances de percevoir un écho direct de sa personnalité et de son enseignement n'est pas de sa main : c'est un recueil de ses entretiens, intitulé Discussions et conversations ( Lunyu ) et compilé bien après sa mort par […] Lire la suite

CONFUCIUS & CONFUCIANISME

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 14 466 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les écoles combattantes »  : […] Après la mort de Confucius, sa pensée fut violemment prise à partie, et de tous côtés. Le plus âpre et l'un des plus doués parmi ses adversaires, Mozi, condamnait en lui un ennemi du genre humain : rites funèbres, relations de clan, arts libéraux tenaient à son avis trop de place chez Kongzi, qui, d'autre part, « néglige de former le peuple ». Dans une période de guerres civiles et féodales, Mozi […] Lire la suite

MINGJIA [MING-KIA]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 814 mots

L'appellation de Mingjia (« École des noms ») fut donnée a posteriori à un mouvement de dialectique et de sophistique de la Chine classique qui, pour être mal connu et pour avoir été apparemment de peu d'ampleur, n'en a pas moins exercé une influence considérable sur le développement de la philosophie chinoise. Ce mouvement correspond à un effort très particulier entrepris par différents théoricie […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Léon VANDERMEERSCH, « MOZI [MO-TSEU] (env. 479-env. 390 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mozi-mo-tseu/