SOCIALISTES MOUVEMENTS

AMIENS CHARTE D' (1906)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 860 mots

Motion votée au IX e  congrès confédéral de la C.G.T., tenu du 8 au 16 octobre 1906, la Charte d'Amiens est considérée comme le texte fondamental du syndicalisme révolutionnaire. La C.G.T. avait été créée au congrès de Limoges en 1895 par la Fédération des Bourses du travail (et à son initiative) et la Fédération des syndicats. Elle est alors une association formelle plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charte-d-amiens/#i_93450

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 605 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les revendications sociales et culturelles »  : […] Aussi est-il frappant que les premières formes de lutte d'émancipation n'aient pas visé les hausses de salaire mais des idéaux comme le suffrage universel et la réduction de la durée du travail. Après bien des tentatives locales naquit en 1885 le Parti ouvrier belge ( P.O.B.), qui regroupait des sections bruxelloises, wallonnes et flamandes. Des enquêtes et études antérieures n'avaient rien pu cha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-histoire/#i_93450

BLANC LOUIS (1811-1882)

  • Écrit par 
  • Élisabeth CAZENAVE
  •  • 794 mots

Né à Madrid, où son père est inspecteur général des Finances du roi Joseph Bonaparte, Louis Blanc se rend à Paris peu après la révolution de 1830, qui ruine sa famille. À Paris, un ami de son père lui donne des cours de droit. Contraint de gagner sa vie, il est précepteur pendant deux ans à Arras où il collabore au Progrès du Pas-de-Calais . Revenu à Paris, il travaille au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-blanc/#i_93450

BOLCHEVISME

  • Écrit par 
  • Georges HAUPT
  •  • 7 566 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le bolchevisme et la IIe Internationale »  : […] Les div ergences et les controverses qui opposaient les différentes fractions de la social-démocratie russe furent considérées longtemps par la plupart des chefs de la social-démocratie occidentale comme des altercations personnelles, caractéristiques du milieu de l'émigration. Le bolchevisme, même après la révolution de 1905, ne représentait pas, à leurs yeux, un courant nouveau, mais une simpl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bolchevisme/#i_93450

BRIAND ARISTIDE (1862-1932)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 990 mots
  •  • 3 médias

De famille modeste, Aristide Briand devient avocat. Comme militant socialiste, puis comme journaliste, il se fait une réputation de révolutionnaire. En 1883, il quitte Nantes et vient à Paris. Secrétaire général du journal La Lanterne , il se lie alors avec Jaurès et fonde avec lui le Parti socialiste français en opposition au parti de Jules Guesde. En 1902, il est élu député […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristide-briand/#i_93450

BURNS JOHN ELLIOT (1858-1943)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 530 mots
  •  • 1 média

Alors qu'il n'est qu'un jeune ouvrier mécanicien, Burns adhère au socialisme. Il participe, avec Hyndmann notamment, à la fondation de la Democratic Federation, première organisation ouvrière anglaise se réclamant du marxisme. Dénonçant le « défensisme » des leaders syndicalistes, Burns et ses camarades exigent une action ouvrière offensive débouchant sur la politique ; ils avancent les mots d'ord […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-elliot-burns/#i_93450

COMMUNE DE PARIS

  • Écrit par 
  • Édith THOMAS
  •  • 6 467 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'inspiration sociale »  : […] Dans chaque arrondissement se sont constitués, pendant le siège, des comités de vigilance. De son côté, le Comité central républicain des vingt arrondissements, composé de délégués ouvriers, dont beaucoup appartiennent à l'Internationale, siège depuis le 5 septembre rue de la Corderie. Deux pouvoirs commencent à s'opposer : celui de l'État bourgeois, représenté par le gouvernement du 4 septembre ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commune-de-paris-1871/#i_93450

CONGRÈS PARTI DU

  • Écrit par 
  • Laurent-Xavier SIMONEL
  •  • 908 mots
  •  • 2 médias

Aboutissement d'une lente évolution qui trouva son origine, au xviii e siècle, dans le Mouvement de la renaissance hindoue de Rāmmohan Rāy (1772-1833), le parti du Congrès national indien, ou plus communément parti du Congrès, est d'abord une simple organisation de concertation ; il se transformera en cheville ouvrière de l'indépendance indienne, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parti-du-congres/#i_93450

CONGRÈS DE TOURS, en bref

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 206 mots

Du 25 au 30 décembre 1920 se tient à Tours le XVIII e  congrès du Parti socialiste unifié, Section française de l'Internationale ouvrière (S.F.I.O.). Il est consacré à la question qui agite le parti depuis le milieu de l'année précédente : l'acceptation ou non des vingt et une conditions imposées par le Komintern pour adhérer à la III e  Internatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/congres-de-tours-en-bref/#i_93450

DÜHRING KARL EUGEN (1833-1921)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 807 mots

Fils d'un petit fonctionnaire prussien, Karl Dühring mène de front des études de droit et de mathématiques à l'université de Berlin. Il envisage une carrière dans la magistrature, mais devient aveugle et doit renoncer (1861). Il se dirige alors vers l'enseignement et est chargé de cours ( Privat-Dozent ) de philosophie et d'économie à l'université de Berlin. Très influencé pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-eugen-duhring/#i_93450

ERFURT CONGRÈS D' (1891)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 841 mots

Trois ans après son congrès de fondation à Gotha (1875), le Parti social-démocrate allemand se voit interdire toute activité. L'unification s'était faite sur un programme d'inspiration lassallienne, violemment critiqué par Karl Marx. La clandestinité empêche la social-démocratie allemande de tenir un véritable congrès, et le programme de Gotha reste le seul texte de référence. En 1890, les lois d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/congres-d-erfurt/#i_93450

ESQUIROS ALPHONSE (1812 ou 1814-1876)

  • Écrit par 
  • France CANH-GRUYER
  •  • 972 mots

Le poète romantique et écrivain socialiste Alphonse Esquiros n'est pas, comme il le prétend, un enfant du peuple ; il est issu d'une famille de chirurgiens et de négociants. Il reçoit au petit séminaire de Saint-Nicolas une éducation religieuse qui le marquera fortement. Admirateur passionné de Victor Hugo, il fréquentera de façon intermittente le Petit Cénacle, qui réunit autour de Pétrus Borel l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alphonse-esquiros/#i_93450

FABIAN SOCIETY ou SOCIÉTÉ FABIENNE

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 975 mots
  •  • 1 média

Les « Fabiens » constituent depuis 1884 le plus célèbre club de pensée socialiste en Angleterre . Gros de quelques centaines de membres dans les années 1890, il en compte 2 462 en 1909, dont plus de la moitié sont des Londoniens. Ce nombre a plus que doublé à notre époque. Depuis sa naissance, on y a vu figurer la plupart des grands intellectuels de gauche, à commencer par G. B. Shaw et les Webb, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fabian-society-societe-fabienne/#i_93450

FÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE (F.S.I.)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 837 mots

Très tôt le mouvement syndical a senti la nécessité de se regrouper par-delà les frontières nationales. Mais les premières associations se forment sur la base des fédérations de métiers : ainsi se créent les fédérations professionnelles internationales des mineurs, des métallurgistes, des travailleurs des transports. De nombreuses tentatives, émanant notamment des centrales syndicales scandinaves, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/federation-syndicale-internationale/#i_93450

GUESDE JULES (1845-1922)

  • Écrit par 
  • Madeleine REBÉRIOUX
  •  • 2 306 mots
  •  • 1 média

Le nom de Jules Guesde est indissolublement lié à un courant historique du socialisme français, le guesdisme, qui apparaît dans les années 1880 et qui a joué un rôle important dans la fondation de la Section française de l'Internationale ouvrière (S.F.I.O.) en 1905. « Le socialisme fait homme » : ainsi a-t-on souvent qualifié Jules Guesde. Nul doute qu'il ait exercé sur ses « fidèles » et même sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-guesde/#i_93450

HUYSMANS CAMILLE (1871-1968)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 392 mots

Né à Bilzen dans le Limbourg, Huysmans suit les cours de l'École normale des humanités, rattachée à l'université de Liège. Socialiste convaincu, il milite dès l'âge de dix-sept ans. Licencié ès lettres, spécialiste des langues germaniques, agrégé enfin, il n'exerce que peu de temps le professorat ; en 1897, le ministère le révoque en raison de ses opinions politiques. Il se consacre, dès lors, au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/camille-huysmans/#i_93450

IGLESIAS Y POSSE PABLO (1850-1925)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 290 mots

Né dans une famille pauvre, Iglesias est mis en apprentissage très jeune dans une imprimerie. Ouvrier typographe, autodidacte, il s'affilie en 1868 à la section madrilène de la I re Internationale ainsi qu'à l'Alliance de la démocratie sociale de Bakounine. En 1870, il collabore pour la première fois à un journal de Madrid, Solidaridad ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pablo-iglesias-y-posse/#i_93450

INDONÉSIE - L'Indonésie contemporaine

  • Écrit par 
  • Romain BERTRAND, 
  • Françoise CAYRAC-BLANCHARD
  •  • 17 690 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La « démocratie dirigée » (1959-1965) »  : […] Issue du compromis entre Sukarno et Nasution, la démocratie dirigée est marquée par le retour à un système politique de type autoritaire, et sera de toute façon dominée (sauf un bref intermède en 1963) par l'état d'urgence. Les partis politiques y perdent définitivement le premier rôle au profit de l'exécutif. Il n'y a plus d'élections – surtout parce que les forces conservatrices redoutent les c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/indonesie-l-indonesie-contemporaine/#i_93450

INTERNATIONALES SOCIALISTES ET SYNDICALES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PERNOT
  •  • 840 mots

28 septembre 1864 Naissance à Londres de l'Association internationale des travailleurs, qui sera dissoute douze ans plus tard, le 15 juillet 1876. 2-7 septembre 1872 Le congrès de La Haye exclut les anarchistes de Michel Bakounine et décide le transfert de l'Internationale à New York. 14-21 juillet 1889 Naissance d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/internationales-socialistes-et-syndicales-reperes-chronologiques/#i_93450

JAMAÏQUE

  • Écrit par 
  • Oruno D. LARA, 
  • Jean Marie THÉODAT
  • , Universalis
  •  • 7 647 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le tournant socialiste des années 1972-1980 »  : […] Aux élections législatives de 1972, l'électorat sanctionne l'action du J.L.P. C'est le P.N.P. qui l'emporte, et Michael Manley (le fils de Norman Manley) devient Premier ministre. En réponse à l'agitation sociale, et compte tenu de l'aspiration de la population à plus d'équité dans la répartition des fruits de la croissance, Michael Manley opère un virage à gauche qui constitue un épisode importa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jamaique/#i_93450

JAURÈS JEAN (1859-1914)

  • Écrit par 
  • Madeleine REBÉRIOUX
  •  • 2 656 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Au tournant du siècle. Les nouvelles responsabilités nationales »  : […] Les écrits et les actes de Jaurès, entre 1893 et 1898, expriment une foi très vive, presque messianique, dans l'imminence de la révolution, foi qu'il partage avec la grande majorité des socialistes français, en particulier avec les guesdistes, sur le programme desquels, sans adhérer à leur parti, il a été élu député. Cependant, la reprise de l'expansion économique, la contre-attaque de la bourgeoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-jaures/#i_93450

JOUFFA YVES (1920-1999)

  • Écrit par 
  • Madeleine REBÉRIOUX
  •  • 1 011 mots

La vie et la carrière d'Yves Jouffa sont marquées par ses origines juives et laïques, par les compétences juridiques qu'il a tôt acquises et par la constance d'un militantisme de gauche, longtemps « dissident » par rapport aux grands partis, qui le porta, de 1984 à 1991, à la présidence de la Ligue française pour la défense des droits de l'homme et du citoyen. Yves Jouffa est né à Paris le 20 janv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yves-jouffa/#i_93450

KATAYAMA SEN (1859-1933)

  • Écrit par 
  • Catherine CADOU
  •  • 589 mots

Pionnier du mouvement ouvrier et du mouvement révolutionnaire au Japon, Katayama Sen reflète par sa vie l'évolution du radicalisme japonais, qui le mènera d'une révolte fondée sur sa formation d'humaniste chrétien à la consécration internationale pour son dévouement à la cause de la révolution mondiale ; son élévation au rang de membre d'honneur du Komintern en est le signe. Né dans une famille pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/katayama/#i_93450

KAUTSKY KARL (1854-1938)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 422 mots

Né à Prague, Kautsky milite tout d'abord au sein de la social-démocratie autrichienne ; exilé à Zurich, il devient marxiste sous l'influence de Bernstein avec lequel il anime Der Sozial-Demokrat (1880-1881). Pendant deux ans, il est à Londres le secrétaire d'Engels, puis il adhère au Parti social-démocrate allemand et fonde à Stuttgart Le Temps nouveau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-kautsky/#i_93450

KIENTHAL CONFÉRENCE DE (1916)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 918 mots

La première conférence des socialistes opposés à la guerre s'était tenue à Zimmerwald, en septembre 1915. Malgré l'opposition de la direction de l'Internationale socialiste et des partis socialistes ralliés à la politique d'union sacrée, malgré la censure des gouvernements engagés dans le conflit, elle connaît un retentissement considérable ; en Allemagne, en décembre 1915, vingt députés sociaux-d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conference-de-kienthal/#i_93450

KŌTOKU SHŪSUI (1871-1911)

  • Écrit par 
  • Catherine CADOU
  •  • 442 mots

Pionnier du socialisme japonais, Kōtoku Shūsui (dont le vrai nom personnel est Denjirō) évolua à la fin de sa vie vers l'anarcho-syndicalisme. Il exerça sur le mouvement socialiste du Japon une influence de premier plan par ses brillants écrits. Son nom reste associé au complot de haute trahison de 1910 dont on ne sait s'il exista vraiment, mais qui servit de prétexte à l'exécution de Kōtoku et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kotoku/#i_93450

LAFARGUE PAUL (1842-1911)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 386 mots

Né à Santiago de Cuba, Français de souche bordelaise, Paul Lafargue se vante de réunir en lui le sang de trois races opprimées : les races juive, caraïbe, mulâtre. Pendant qu'il poursuit ses études à la faculté de médecine de Paris, il collabore au journal La Rive gauche , de tendance proudhonienne. Comme il participe au premier Congrès international étudiant (Liège, 1865), i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-lafargue/#i_93450

LARGO CABALLERO FRANCISCO (1869-1946)

  • Écrit par 
  • André DESSENS
  •  • 418 mots

Né à Madrid, Francisco Largo Caballero dut gagner sa vie, comme ouvrier, dès l'âge de sept ans. Membre de l'Union générale des travailleurs (U.G.T.) dès 1890, il adhère au Parti socialiste en 1894. Il est l'un des organisateurs de la grève insurrectionnelle des Asturies d'août 1917, à la suite de laquelle il est condamné à la prison à vie, puis relâché l'année suivante. Il devient secrétaire génér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francisco-largo-caballero/#i_93450

LONGUET CHARLES (1840-1903)

  • Écrit par 
  • Jean BANCAL
  •  • 381 mots

Né à Caen d'une famille monarchiste, Charles Longuet commence ses études de droit et dirige Les Écoles de France et La Rive gauche, organes de l'opposition. Il a alors la réputation d'être blanquiste. Exilé en Belgique, puis à Londres, il entre en janvier 1862 au Conseil général de l'Internationale et devient secrétaire correspondant pour la Belgique. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-longuet/#i_93450

LUMIÈRES

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 7 857 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la tolérance à la défense des droits de l'homme »  : […] Cette division des Lumières entre un centre-gauche modéré et une extrême gauche révolutionnaire s'illustre dans les débats sur les Lumières qui agitent le milieu marxiste à la fin du xix e  siècle. Si la tentation est grande d'établir une filiation légitimatrice de la contestation, des millénaristes aux socialistes guesdistes, des résistances se m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lumieres/#i_93450

LUXEMBOURG

  • Écrit par 
  • Christian DESSOUROUX, 
  • Paul MARGUE, 
  • Philippe POIRIER
  •  • 4 043 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un fonctionnement consensuel »  : […] Depuis l'introduction du suffrage universel direct tant pour les hommes que pour les femmes en 1919, tous les gouvernements luxembourgeois sont de coalition. Depuis 2004, le gouvernement associe le Parti chrétien social (P.C.S.) et le Parti ouvrier socialiste luxembourgeois (P.O.S.L.). Cependant, à l'exception de la période 1974-1979, tous les Premiers ministres et ministres d'État sont issus du P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luxembourg/#i_93450

MACDONALD JAMES RAMSAY (1866-1937)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 926 mots
  •  • 1 média

Né dans une famille écossaise pauvre du Morayshire, d'esprit très religieux mais influencé très jeune par Henry George et Henry Mayers Hyndman, James Ramsay MacDonald eut une adolescence difficile. Membre de la Société fabienne dès 1886, il devient l'un des orateurs de la Fédération social-démocrate. Passé au journalisme, poursuivant une formation d'autodidacte, il entre, en 1894, dans l'Independe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-ramsay-macdonald/#i_93450

MALON BENOÎT (1841-1893)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 599 mots

Né dans une famille de journaliers, Benoît Malon, dès l'âge de sept ans, travaille aux champs. Autodidacte, il monte à Paris en 1863 et se fait embaucher dans une teinturerie de Puteaux ; il y anime en 1866 la grande grève des ouvriers teinturiers. Adhérent à l'Internationale dès la création de la section parisienne, il est aussi un partisan de la coopération : la coopérative ouvrière de productio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benoit-malon/#i_93450

MAN HENRI DE (1885-1953)

  • Écrit par 
  • Xavier MABILLE
  •  • 1 148 mots

D'origine bourgeoise, Henri de Man adhère très jeune au mouvement socialiste. C'est en Allemagne que s'achève sa formation, avec un doctorat en philosophie à l'université de Leipzig. C'est en allemand que paraît son premier texte important, écrit en collaboration avec Louis de Brouckère et consacré au mouvement ouvrier en Belgique, texte critique dans lequel les coauteurs sont respectivement très […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-de-man/#i_93450

MAURICE ÎLE

  • Écrit par 
  • Jean BENOIST, 
  • Jean-François DUPON, 
  • Louis FAVOREU
  • , Universalis
  •  • 5 721 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une étonnante maturité politique »  : […] Les années 1970 ont été incontestablement marquées par la montée de ce nouveau parti. Créé en 1969 par quelques hommes, dont Paul Bérenger, le M.M.M. se veut multicommunautaire, c'est-à-dire hostile à l'identification d'un parti à une communauté raciale, et donc différent des partis déjà existants. Il est socialiste, et même marxiste, dans la mesure où il reprend le thème de la lutte des classes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ile-maurice/#i_93450

MENCHEVISME

  • Écrit par 
  • Georges HAUPT
  •  • 2 710 mots
  •  • 1 média

Tout comme la dénomination de bolchevisme, celle de menchevisme est issue du II e congrès du Parti ouvrier social-démocrate de Russie ( P.O.S.D.R.) qui siégea pendant un mois à Bruxelles puis à Londres en août 1903 et établit un nouveau clivage fondamental à l'intérieur du mouvement ouvrier russe. Les mencheviks ( menchinstvo = minorité) doivent ce q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/menchevisme/#i_93450

MILLERAND ALEXANDRE (1859-1943)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 426 mots

Avocat à Paris, Millerand collabore au journal La Justice de Georges Clemenceau ; élu député de la Seine en 1885, il évolue rapidement vers le socialisme. Il refuse cependant de s'affilier à l'un des partis se réclamant de lui et anime le groupe des socialistes indépendants. Millerand développe un programme qui va servir de charte au socialisme réformiste, dans son discours […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-millerand/#i_93450

MUSSOLINI BENITO (1883-1945)

  • Écrit par 
  • Pierre MILZA
  •  • 3 761 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Entre le rouge et le noir (1883-1922) »  : […] Né le 29 juillet 1883 à Dovia di Predappio, près de Forlì, en Romagne, Benito Mussolini est issu par son père – forgeron et cafetier – d'un milieu de modestes propriétaires terriens prolétarisés, puis reconvertis dans l'artisanat et la boutique, et par sa mère de la moyenne bourgeoisie citadine (Rosa Maltoni est fille de vétérinaire et a fait des études secondaires avant d'obtenir son diplôme d'in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benito-mussolini/#i_93450

OLYMPIADES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 1 119 mots

Le mouvement sportif ne s'est pas structuré en épousant unanimement les idées de Pierre de Coubertin. En effet, durant le premier xx e  siècle, les organisations ouvrières internationales refusent l'approche élitiste du baron. Le C.I.O. se voit présenté par celles-ci comme un « ramassis d'aristocrates et de bourgeois » qui, sous couvert d'univers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/olympiades-populaires/#i_93450

OWEN ROBERT (1771-1858)

  • Écrit par 
  • Antoine LION
  •  • 696 mots

Né au pays de Galles, Robert Owen partit de rien et devint à vingt-huit ans le propriétaire d'une importante manufacture de coton à New Lanark (Écosse). Industriel philanthrope, paternaliste et autoritaire, il en fait une usine modèle, bientôt célèbre à travers l'Europe. Ses innovations pédagogiques en particulier retiennent l'attention : jardin d'enfants, méthodes actives, cours du soir. Owen mèn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-owen/#i_93450

PARTI RADICAL, France

  • Écrit par 
  • Jean MENDELSON
  •  • 1 243 mots

L'organisation dite communément Parti radical se nomme en réalité Parti républicain radical et radical-socialiste. À sa naissance, le 21 juin 1901 à Paris, ce parti hérite de la tradition des divers comités radicaux dont le programme avait été exprimé par Gambetta (Belleville, 1869) puis par Clemenceau (Montmartre, 1881) ; plusieurs radicaux avaient déjà été présidents du Conseil (Ferdinand Buisso […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parti-radical-france/#i_93450

PAYS-BAS

  • Écrit par 
  • Christophe DE VOOGD, 
  • Frédéric MAURO, 
  • Guido PEETERS, 
  • Christian VANDERMOTTEN
  • , Universalis
  •  • 35 581 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Les années 1960 »  : […] Comparés à ceux des États-Unis, de l'Allemagne et de la France, les troubles des années 1960 furent relativement modérés : les provos minèrent le régime en le ridiculisant. Les jeunes excités qui perturbèrent, en mars 1966, le mariage de la princesse Beatrix avec Claus von Amsberg à Amsterdam cherchaient à exprimer violemment leurs sentiments anti-fascistes ou anti-allemands. Ces sentiments n'éta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pays-bas/#i_93450

P.C.F. (Parti communiste français)

  • Écrit par 
  • Bernard PUDAL
  •  • 7 066 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le congrès de Tours et son sens (décembre 1920) »  : […] Dans la conjoncture de l'après-Première Guerre mondiale, marquée par une intense mobilisation sociale (les grèves de 1920) et intellectuelle, naît à Tours en décembre 1920, à la suite d'une scission majoritaire de la S.F.I.O. sur la question de l'adhésion à l'Internationale communiste fondée en 1919 à Moscou, un Parti socialiste (Section française de l'Internationale communiste) qui ne deviend […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parti-communiste-francais/#i_93450

PELLOUTIER FERNAND (1867-1901)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 332 mots

Fils d'un fonctionnaire des postes, Pelloutier est né à Paris. Il fait ses études au petit séminaire de Guérande puis au collège de Saint-Nazaire. Ayant échoué au baccalauréat, il se consacre au journalisme et collabore à un journal local, La Démocratie de l'Ouest , où il rencontre Aristide Briand. Devenu rédacteur en chef en 1892, il adhère au Parti ouvrier français de Guesd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fernand-pelloutier/#i_93450

POLOGNE

  • Écrit par 
  • Jean BOURRILLY, 
  • Georges LANGROD, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Georges MOND, 
  • Jean-Yves POTEL, 
  • Hélène WLODARCZYK
  •  • 44 181 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Vers une société et une mentalité nouvelles (1865-1914) »  : […] La Prusse et la Russie étaient décidées à faire disparaître toute trace de particularisme polonais. Bismarck et Guillaume II s'y employèrent pour leur part en interdisant l'usage de la langue nationale (notamment dans les écoles), en persécutant les catholiques (M gr  Ledóchowski), en installant des colons germaniques à la place des propriétaires locaux (Commission de colo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pologne/#i_93450

POSSIBILISME

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 392 mots

Au sein de ce qui allait s'appeler le Parti ouvrier français, fondé en 1879, s'est formée une tendance opposée à l'orientation marxiste prônée par Jules Guesde et Paul Lafargue. Conduits par Paul Brousse, Jean Allemane et Jules Joffrin, ses membres décident de se séparer des guesdistes lors du congrès de Saint-Étienne (1882) et créent la Fédération des travailleurs socialistes de France. Ils affir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/possibilisme/#i_93450

P.S. (Parti socialiste), France

  • Écrit par 
  • Frédéric SAWICKI
  • , Universalis
  •  • 7 369 mots
  •  • 5 médias

En avril 2005, le P.S. avait célébré son centenaire, sans pompes particulières, principalement sous la forme d'un colloque. Cette discrète commémoration traduit le rapport problématique que ses dirigeants entretiennent avec leur histoire. Si ces derniers n'ont jamais cessé de revendiquer l'héritage de Jean Jaurès et de Léon Blum, la filiation avec la S.F.I.O. a toujours été beaucoup plus difficil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/p-s-parti-socialiste-france/#i_93450

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « Les difficultés politiques »  : […] Les grands problèmes qui divisent l'opinion et le Parlement ont varié. Au départ, on peut en recenser trois à l'intérieur : la politique économique, la réforme sociale et la question de la démocratisation. La première est surtout celle du choix du système douanier : aux protectionnistes invétérés, soutenus par les « intérêts fonciers », s'opposent les libre-échangistes de l'école de Manchester, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_93450

ROYAUME-UNI - Le système politique

  • Écrit par 
  • Jacques LERUEZ
  •  • 10 912 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le parti travailliste : du « labourisme » au blairisme »  : […] Constitué en 1906 par les syndicats autour du leader écossais Keir Hardie, il s'impose comme l'opposition officielle dès 1922, formant son premier gouvernement (minoritaire) dès 1923. En 2007, il avait gouverné la Grande-Bretagne pendant plus d'un quart de siècle. Son chef n'a pas toujours été aussi dominant qu'aujourd'hui au sein du parti. Jusqu'en 1981, il n'est l'élu que des seuls députés aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-le-systeme-politique/#i_93450

SAKAI TOSHIHIKO (1870-1933)

  • Écrit par 
  • Catherine CADOU
  •  • 439 mots

Dirigeant du mouvement socialiste du Japon. Sakai Toshihiko, moraliste impénitent marqué par le confucianisme, fort doué pour les contacts humains, est le meilleur représentant de la vieille garde socialiste de ce pays, théorisante et peu portée vers l'action. Sa particularité fut l'absence d'esprit de faction et une influence assez diffuse. Insatisfait de sa position de professeur d'anglais, Saka […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sakai-toshihiko/#i_93450

SEMBAT MARCEL (1862-1922)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 257 mots

Avocat, Marcel Sembat fréquente les peintres Matisse, Signac et Marquet. Socialiste indépendant, il est élu député en 1893 dans le XVIII e  arrondissement de Paris et sera réélu constamment jusqu'à sa mort. Il adhère au Comité révolutionnaire central d'Édouard Vaillant, de tendance blanquiste. Partisan de l'unité des forces socialistes, il se rapproche de Jaurès après l'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-sembat/#i_93450

S.F.I.O. (Section française de l'Internationale ouvrière)

  • Écrit par 
  • François BROUSSE, 
  • Universalis
  •  • 1 499 mots

Après la défaite de la Commune, le mouvement ouvrier français est réduit au silence pendant plusieurs années, puis, à partir de 1876, se tiennent des congrès ouvriers regroupant des délégués de syndicats et de coopératives, auxquels se joignent bientôt des représentants des groupes d'études socialistes animés notamment par Jules Guesde. Sous l'impulsion de ces derniers, le Congrès ouvrier de Marse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/section-francaise-de-l-internationale-ouvriere/#i_93450

SHAW GEORGE BERNARD (1856-1950)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude AMALRIC
  •  • 1 880 mots

Dans le chapitre « Le réformateur social et le critique »  : […] George Bernard Shaw naît à Dublin, d'une bonne famille d'origine anglo-écossaise et protestante. Élevé entre un père éthylique aux moyens financiers réduits et une mère, musicienne remarquable et professeur de chant, il tire peu de profit des différentes écoles qu'il fréquente, mais il acquiert par lui-même, un peu au hasard, une culture littéraire et musicale étendue. Après avoir travaillé quelqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-bernard-shaw/#i_93450

SIONISME

  • Écrit par 
  • Alain DIECKHOFF
  •  • 9 987 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La lente reconnaissance du sionisme dans le monde juif »  : […] Bien qu'il ait nettement privilégié l'aspect diplomatique, Herzl n'avait pas négligé « la conquête des communautés », c'est-à-dire la conversion de l'ensemble de la Diaspora à la cause sioniste. Cet objectif ambitieux, Herzl et ses successeurs devront le réviser considérablement à la baisse face à la sourde indifférence, ou à la franche hostilité, de nombreux secteurs du monde juif tant en Occiden […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sionisme/#i_93450

SOARES MÁRIO (1924-2017)

  • Écrit par 
  • Alfredo MARGARIDO
  •  • 925 mots
  •  • 3 médias

Homme politique portugais, président de la République de 1986 à 1996. Né en 1924 à Lisbonne, Mário Soares, après avoir fait des études d'histoire et de philosophie, s'est orienté vers le droit, pour s'inscrire au barreau de Lisbonne, où il a défendu un nombre important d'opposants au régime dictatorial de Salazar. Son engagement politique débute assez tôt, dans une famille d'opposants traditionnel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mario-soares/#i_93450

SOCIALISME - Histoire des mouvements socialistes (1870-1914)

  • Écrit par 
  • Daniel LIGOU
  •  • 8 056 mots
  •  • 6 médias

De 1870 à 1914, le mouvement socialiste est, dans son ensemble, « ascendant ». Au moment de la guerre franco-allemande et de la Commune, il n'existait guère, nulle part, comme force organisée. En 1914, au contraire, il était, du moins dans le monde occidental et en Europe centrale, partout présent et il jouait un rôle politique souvent important. Ces progrès sont en relation étroite avec le dével […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-des-mouvements-socialistes-socialisme/#i_93450

SOCIALISME - Social-démocratie

  • Écrit par 
  • Philippe MARLIÈRE
  •  • 10 049 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Naissance du mot »  : […] Dans le vocabulaire politique, le terme « social-démocratie » est apparu pour la première fois en France peu après la révolution de 1848. Face au parti de l'Ordre, les députés républicains démocrates et les socialistes concluent une alliance. Cette union débouche en février 1849 sur la création du parti « démocrate socialiste », ou « social-démocrate ». Karl Marx note alors que « le parti des tra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/socialisme-social-democratie/#i_93450

SOCIOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 6 414 mots

Dans le chapitre « Le temps des pionners »  : […] Après ces réflexions liminaires, les sciences sociales commencent à s'affirmer à la fin du xviii e  siècle. En France, sous l'impulsion de Condorcet ou encore des idéologues, elles le font en se frayant une voie à égale distance d'un espace scientifique en pleine expansion et d'un mouvement littéraire dont le romantisme constitue le principal fer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-histoire/#i_93450

STROUMILINE STANISLAV GOUSTAVOVITCH (1877-1974)

  • Écrit par 
  • Joëlle LE GOFF
  •  • 838 mots

Économiste et sociologue né en Ukraine Stroumiline fit des études scientifiques poussées (économie et statistiques) à l'Institut polytechnique de Saint-Pétersbourg. Membre de l'Académie des sciences de l'U.R.S.S., il a enseigné à l'université de Moscou, où il eut notamment pour élève Léontiev ; ses travaux sont largement connus tant en U.R.S.S. que dans les autres pays. De sa participation à la ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stanislav-goustavovitch-stroumiline/#i_93450

TKATCHEV PETR NIKITITCH (1844-1886)

  • Écrit par 
  • Vladimir Claude FISERA
  •  • 713 mots

Issu de la moyenne noblesse provinciale russe, capacitaire en droit, Petr Nikititch Tkatchev est exclu en 1861 de l'université de Saint-Pétersbourg pour sa participation au mouvement étudiant et incarcéré deux mois dans la forteresse de Cronstadt. De 1862 à 1869, il anime le courant populiste tout en publiant sous divers pseudonymes de nombreux articles (droit, économie, statistique, critique litt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petr-nikititch-tkatchev/#i_93450

TOURS (CONGRÈS DE)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 988 mots

Le XVIII e  congrès du Parti socialiste unifié, section française de l'Internationale ouvrière, s'ouvre le 25 décembre 1920 à Tours, salle du Manège. L'enjeu en est clair : le parti adhérera-t-il ou n'adhérera-t-il pas à la III e Internationale, fondée par les révolutionnaires russes en 1919. Quelle que soit l'issue du vote, les délégués au congrè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tours-congres-de/#i_93450

TRAVAILLISME

  • Écrit par 
  • Monica CHARLOT
  •  • 4 598 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'essor »  : […] La partie est loin d'être gagnée pour les tenants du travaillisme : un an après sa création, le L.R.C. compte 469 000 adhérents quand les syndicats en ont près de deux millions. Le puissant syndicat des mineurs, notamment, continue de faire cavalier seul. C'est alors que les maladresses du pouvoir établi vont renforcer involontairement le L.R.C. Le droit de grève menacé par la jurisprudence de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/travaillisme/#i_93450

TRISTAN FLORA (1803-1844)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 489 mots

Née à Saint-Mandé, enfant naturelle d'une mère française et d'un père aristocrate péruvien, dont la mort prématurée laissera la famille dans la misère, Flora Tristan est d'abord ouvrière coloriste. Son mariage avec le graveur André Chazal sera une catastrophe qui la poursuivra toute sa vie. En 1825, elle s'enfuit du domicile conjugal avec ses deux enfants dont Aline, future mère de Gauguin. En 182 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/flora-tristan/#i_93450

VAILLANT ÉDOUARD (1840-1915)

  • Écrit par 
  • Claude LEFORT
  •  • 405 mots

Après avoir reçu une formation d'ingénieur et de médecin, Vaillant se tourna vers la philosophie qu'il étudia à Heidelberg, à Tübingen et à Vienne. Adhérent de l'Internationale et lié à Blanqui, il participa à toutes les actions de la gauche socialiste pendant le siège de Paris. Membre élu de la Commune, celle-ci le nomma à sa Commission exécutive et le délégua à l'Instruction publique. S'il ne pu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-vaillant/#i_93450

VANDERVELDE ÉMILE (1866-1938)

  • Écrit par 
  • Oscar DEBUNNE
  •  • 1 036 mots

Fils d'un juge de paix du canton d'Ixelles, faubourg de Bruxelles, élevé dans un milieu bourgeois, Émile Vandervelde est attiré, dès sa jeunesse, par la pensée des socialistes français (Proudhon, Benoît Malon, Fourier) qui répond à son profond sentiment de révolte devant l'iniquité sociale qu'entraîne l'industrialisation capitaliste de la fin du xix e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-vandervelde/#i_93450

VERMOREL AUGUSTE (1841-1871)

  • Écrit par 
  • Jean BANCAL
  •  • 504 mots

Fils d'un instituteur du Rhône, il est journaliste à vingt ans et fonde La Jeune France , qui lui vaut deux condamnations. Il crée, avec un groupe de jeunes proudhoniens, Le Courrier français , qui va connaître une grande audience. « Nous avons relevé, écrit Vermorel dans Le Courrier français , le drapeau socialiste affirmant les gr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auguste-vermorel/#i_93450

VICTORIENNE ÉPOQUE

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT, 
  • Roland MARX
  •  • 10 869 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les luttes sociales »  : […] La crise économique a relancé d'inévitables conflits de classes. Peu préparés à des luttes sévères et victimes de la conjoncture, les syndicats sont impuissants à prévenir des réductions de salaires et des licenciements, leur idéologie comme leur appareil paraissent du coup inadaptés. Les idées socialistes, fort peu influentes malgré la présence à Londres de Karl Marx, qui y meurt en 1883, connai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epoque-victorienne/#i_93450


Affichage 

John Burns

photographie

Le socialiste John Burns (1858-1943) est le premier ouvrier britannique à entrer dans un gouvernement en qualité de ministre Il participe, en 1900, à la fondation du Labour Representation Committee, précurseur du Labour Party 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

La Fabian Society

photographie

Des membres de la Fabian Society, EF Errington, à gauche, et J Davies, association britannique fondée en 1884, à Londres, et qui participa à la naissance du Parti travailliste 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Mário Soares, 1974

photographie

Le leader du Parti socialiste portugais Mário Soares, lors d'un meeting à Lisbonne le 1er mai 1974, quelques jours après son retour d'exil Il sera nommé Premier ministre à l'issue des élections législatives de 1976, puis élu président de la République en 1986 

Crédits : Keystone/ Getty Images

Afficher

Ramsay MacDonald

photographie

Le Premier ministre britannique Ramsay MacDonald (1866-1937), après les élections générales de 1931 Il fut un des fondateurs du Parti travailliste 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

John Burns
Crédits : Hulton Getty

photographie

La Fabian Society
Crédits : Hulton Getty

photographie

Mário Soares, 1974
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Ramsay MacDonald
Crédits : Hulton Getty

photographie