M.S.I. (Mouvement social italien)

ALMIRANTE GIORGIO (1914-1988)

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES
  •  • 611 mots

En 1946, il fonde le Mouvement social italien (M.S.I.), clairement inspiré par l'idéologie fasciste. Remplacé à la tête du parti en 1950 par Michelini, il devient le leader de l'aile la plus radicale du M.S.I. Alors que le nouveau secrétaire s'oriente vers des accords avec la démocratie chrétienne et avec les monarchistes, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giorgio-almirante/#i_14914

BORGHESE JUNIO VALERIO (1906-1974)

  • Écrit par 
  • Vittorio SPINAZZOLA
  •  • 877 mots

ses terres, soigner son bétail et entretenir le mythe de l'ancien combattant. L'admiration de quelques fanatiques, l'idée qu'il serait possible d'exploiter les défauts de la vie politique italienne pour prendre sa revanche sur la démocratie le font adhérer au parti néo-fasciste, le Mouvement social italien (M.S.I.), dont il devient le président […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/junio-valerio-borghese/#i_14914

ITALIE - La vie politique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES, 
  • Marc LAZAR
  • , Universalis
  •  • 31 397 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le gouvernement Ciampi : une nouvelle tentative d'assainissement »  : […] Le P.D.S., souvent allié à d'autres formations, enregistre de bonnes performances. Le Mouvement social italien (M.S.I.), parti néo-fasciste, réalise une percée et annonce son intention de se réformer en s'ouvrant à d'autres courants. La petite-fille du Duce, Alessandra Mussolini, figure du M.S.I., brigue la mairie de Naples, tandis qu'à Rome, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-la-vie-politique-depuis-1945/#i_14914