M.D.C. (Mouvement des citoyens)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du C.E.R.E.S. au M.D.C. (1966-1993)

Au début des années 1960, quelques jeunes énarques (Jean-Pierre Chevènement, Didier Motchane, Alain Gomez) proposent de mettre leurs compétences scolaires au service de dirigeants de la gauche non communiste (de Guy Mollet, secrétaire général de la S.F.I.O., ou de François Mitterrand, candidat à l'élection présidentielle de 1965) et, parfois, adhèrent à la S.F.I.O. Cette entrée en politique très spécifique (par le « centre » et à la S.F.I.O. même) les différencie d'autres jeunes militants socialistes, engagés dans des clubs pour produire de l'expertise, ou dans un militantisme socialiste plus traditionnel, autour de l'animation de structures socialistes et de l'insertion dans la vie politique locale. La démarche de ces nouveaux venus, qui vont fonder le Centre d'études, de recherches et d'éducation socialistes (C.E.R.E.S.), est cependant bien peu linéaire : de la production d'une expertise a-partisane à des publications marxisantes, avant de se muer en un militantisme de fédération qui coïncide avec leur conquête de la fédération de Paris en 1969. Leur contribution à la victoire de François Mitterrand lors du congrès d'Épinay en 1971 leur procure des positions centrales au sein du nouveau Parti socialiste, à partir desquelles ils tentent de promouvoir de nouvelles façons d'être socialiste : militantisme dans les entreprises, intellectualisation des enjeux internes au parti, contrôle du parti sur ses élus, programme commun de gouvernement avec le Parti communiste.

Si certains socialistes (Pierre Mauroy par exemple) y voient un « parti dans le parti », ses membres ne se structurent en courant socialiste, avec création de positions internes et de publications militantes ou activité programmatique spécifique, qu'entre 1975 et 1979, à l'occasion de leur passage dans la minorité du P.S. La direction socialiste tend à renforcer ce processus, traquant la moindre « dérive » du C.E.R.E.S. Ces tensions resserre [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur en science politique, chercheur associé (contractuel) au Groupe de sociologie politique européenne, I.E.P. de Strasbourg

Classification

Autres références

«  M.D.C. (Mouvement des citoyens)  » est également traité dans :

CHEVÈNEMENT JEAN-PIERRE (1939- )

  • Écrit par 
  • Bruno DIVE
  •  • 727 mots

Né le 9 mars 1939, énarque, Jean-Pierre Chevènement commence sa carrière comme attaché commercial au ministère de l'Économie et des Finances avant de devenir conseiller commercial à Djakarta. Il adhère en 1964 à la S.F.I.O., crée l'année suivante le Centre d'études, de recherche et d'éducation socialistes (C.E.R.E.S.) et s'allie à François Mitterrand au congrès d'Épinay en 1971, ce qui permet à ce […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 262 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Vote-sanction lors des législatives anticipées de 1997 »  : […] Jacques Chirac choisit comme Premier ministre un de ses proches, Alain Juppé, secrétaire général du R.P.R., ministre des Affaires étrangères de 1993 à 1995. Les fortes attentes générées par le discours sur la fracture sociale et la volonté de changement vont laisser place rapidement à l'amertume et à l'insatisfaction. Il n'y aura pas d'état de grâce. Les deux têtes de l'exécutif mènent, il est vr […] Lire la suite

PS (Parti socialiste), France

  • Écrit par 
  • Frédéric SAWICKI
  • , Universalis
  •  • 7 695 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le temps des fiefs et des clans (1988-1995) »  : […] La défaite électorale aux législatives de 1986, dont les effets sont atténués par l'adoption du scrutin proportionnel (avec 31 p. 100 des voix, le PS sauve 206 sièges), est vite oubliée en raison de la large réélection de François Mitterrand en 1988 avec 54 p. 100 des voix sur le thème de « la France unie ». La politique d'ouverture décidée par le président sortant s'impose au PS qui n'en n'a pas […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Zimbabwe. Élection d’Emmerson Mnangagwa à la présidence. 29 juillet - 3 août 2018

du Mouvement pour le changement démocratique (MDC) à l’élection présidentielle, plutôt que son ancien vice-président Emmerson Mnangagwa, candidat de la ZANU-PF, qui lui a succédé à la tête de l’État. Il s’agit des premières élections générales depuis l’indépendance du pays en 1980 auxquelles Robert Mugabe ne […] Lire la suite

Zimbabwe. Accord de partage du pouvoir. 15 septembre 2008

Le président Robert Mugabe et les opposants Morgan Tsvangirai et Arthur Mutambara signent un accord de partage du pouvoir, élaboré sous l'égide du président sud-africain Thabo Mbeki. Arrivé en tête au premier tour de l'élection présidentielle, en mai, Morgan Tsvangirai s'était retiré du second tour, le mois suivant, sous les pressions du camp présidentiel. L'accord prévoit que Robert Mugabe reste […] Lire la suite

Zimbabwe. Résultats du premier tour de l'élection présidentielle. 1er-24 mai 2008

Le 1er, alors que la tension est toujours très vive dans le pays, la Commission électorale annonce les résultats du premier tour de l'élection présidentielle tenu en mars. L'opposant Morgan Tsvangirai, candidat du Mouvement pour le changement démocratique (M.D.C.), arrive en tête avec 47,9 p. 100 des suffrages, devant le président sortant Robert Mugabe, de la Z.A.N.U.-P.F. ( […] Lire la suite

Zimbabwe. Dégradation de la situation politique. 11-29 mars 2007

Le 11, à Harare, la répression d'une manifestation de l'opposition contre le régime du président Robert Mugabe fait un mort. Morgan Tsvangirai, chef du Mouvement pour le changement démocratique (M.D.C.), est arrêté. Toute manifestation est, depuis février, interdite dans le pays. Ces tensions politiques s'ajoutent à une situation économique dramatique: le taux d'inflation, alors proche de 2 000 p. […] Lire la suite

France. Majorité absolue pour l'U.M.P. à l'issue des élections législatives. 5-16 juin 2002

Le 5, lors d'une intervention télévisée, le président Jacques Chirac dénonce la cohabitation et demande aux Français, qui l'ont réélu en mai, de lui donner « une vraie majorité » à l'Assemblée nationale à l'occasion des élections législatives à venir. Il met en garde les candidats de l'Union pour la majorité présidentielle (U.M.P.) contre toute alliance avec le F.N. et dément tout projet d'« amnis […] Lire la suite

Pour citer l’article

Benoît VERRIER, « M.D.C. (Mouvement des citoyens) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-des-citoyens/