M.D.C. (Mouvement des citoyens)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans l'histoire politique française récente, le Mouvement des citoyens (M.D.C.) est un parti politique dont la chronologie est a priori aisément repérable : il est créé au congrès de Saint-Égrève, en 1993, par des socialistes principalement (Jean-Pierre Chevènement, Didier Motchane, Georges Sarre, Jean-Pierre Michel), autour d'un triple refus – libéral, atlantiste et européen ; il disparaît en tant que tel en 2002, remplacé par un Mouvement républicain et citoyen (M.R.C.), qui ne comprend plus aucun député – alors que le M.D.C. comptait sept élus en 1997. Dix courtes années, tumultueuses, qui auront vu le principal dirigeant du M.D.C., Jean-Pierre Chevènement, revenir à des fonctions ministérielles (au sein d'un gouvernement de « gauche plurielle » conduit par Lionel Jospin) avant de démissionner, pour la troisième fois de sa carrière, en août 2000. Le pari de la création d'un parti neuf et de la recomposition partisane dans les années 1990 paraît paradoxal dans la mesure où le discours dont il s'accompagne décrit la politique et les hommes politiques comme décrédibilisés ou « en crise ». C'est pourquoi un détour par l'histoire du groupe initialement formé par les fondateurs est indispensable pour comprendre comment des socialistes ont créé une marque politique propre, renonçant alors aux facilités (financières, militantes, idéologiques) offertes par leur ancien parti. Le groupe Chevènement des années 1960, parce qu'il apparaît initialement comme peu constitué politiquement, apprend à se transformer et à se laisser transformer dans des configurations différentes, par des élus, des militants, des intellectuels, des experts. Cette capacité assure sa longévité en politique et explique largement ses recompositions ultérieures.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur en science politique, chercheur associé (contractuel) au Groupe de sociologie politique européenne, I.E.P. de Strasbourg

Classification


Autres références

«  M.D.C. (Mouvement des citoyens)  » est également traité dans :

CHEVÈNEMENT JEAN-PIERRE (1939- )

  • Écrit par 
  • Bruno DIVE
  •  • 727 mots

Né le 9 mars 1939, énarque, Jean-Pierre Chevènement commence sa carrière comme attaché commercial au ministère de l'Économie et des Finances avant de devenir conseiller commercial à Djakarta. Il adhère en 1964 à la S.F.I.O., crée l'année suivante le Centre d'études, de recherche et d'éducation socialistes (C.E.R.E.S.) et s'allie à François Mitterrand au congrès d'Épinay en 1971, ce qui permet à ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-pierre-chevenement/#i_38202

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 262 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Vote-sanction lors des législatives anticipées de 1997 »  : […] Jacques Chirac choisit comme Premier ministre un de ses proches, Alain Juppé, secrétaire général du R.P.R., ministre des Affaires étrangères de 1993 à 1995. Les fortes attentes générées par le discours sur la fracture sociale et la volonté de changement vont laisser place rapidement à l'amertume et à l'insatisfaction. Il n'y aura pas d'état de grâce. Les deux têtes de l'exécutif mènent, il est vr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-les-annees-chirac-1995-2007/#i_38202

P.S. (Parti socialiste), France

  • Écrit par 
  • Frédéric SAWICKI
  • , Universalis
  •  • 7 369 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le temps des fiefs et des clans (1988-1995) »  : […] La défaite électorale aux législatives de 1986, dont les effets sont atténués par l'adoption du scrutin proportionnel (avec 31 p. 100 des voix, le P.S. sauve 206 sièges), est vite oubliée en raison de la large réélection de François Mitterrand en 1988 avec 54 p. 100 des voix sur le thème de « la France unie ». La politique d'ouverture décidée par le président sortant s'impose au P.S. qui n'en n'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/p-s-parti-socialiste-france/#i_38202

Voir aussi

Les derniers événements

29 juillet - 3 août 2018 • ZimbabweÉlection d’Emmerson Mnangagwa à la présidence.

du Mouvement pour le changement démocratique (MDC) à l’élection présidentielle, plutôt que son ancien vice-président Emmerson Mnangagwa, candidat de la ZANU-PF, qui lui a succédé à la tête de l’État. Il s’agit des premières élections générales depuis l’indépendance du pays en 1980 auxquelles Robert Mugabe ne [...] Lire la suite

15 septembre 2008 • ZimbabweAccord de partage du pouvoir.

Le président Robert Mugabe et les opposants Morgan Tsvangirai et Arthur Mutambara signent un accord de partage du pouvoir, élaboré sous l'égide du président sud-africain Thabo Mbeki. Arrivé en tête au premier tour de l'élection présidentielle, en mai, Morgan Tsvangirai s'était retiré du second tour, le mois suivant, sous les pressions du camp présidentiel. L'accord prévoit que Robert Mugabe reste  [...] Lire la suite

1er-24 mai 2008 • ZimbabweRésultats du premier tour de l'élection présidentielle.

Le 1er, alors que la tension est toujours très vive dans le pays, la Commission électorale annonce les résultats du premier tour de l'élection présidentielle tenu en mars. L'opposant Morgan Tsvangirai, candidat du Mouvement pour le changement démocratique (M.D.C.), arrive en tête avec 47,9 p. 100 des suffrages, devant le président sortant Robert Mugabe, de la Z.A.N.U.-P.F. ( [...] Lire la suite

11-29 mars 2007 • ZimbabweDégradation de la situation politique.

Le 11, à Harare, la répression d'une manifestation de l'opposition contre le régime du président Robert Mugabe fait un mort. Morgan Tsvangirai, chef du Mouvement pour le changement démocratique (M.D.C.), est arrêté. Toute manifestation est, depuis février, interdite dans le pays. Ces tensions politiques s'ajoutent à une situation économique dramatique: le taux d'inflation, alors proche de 2 000 p. [...] Lire la suite

5-16 juin 2002 • FranceMajorité absolue pour l'U.M.P. à l'issue des élections législatives.

Le 5, lors d'une intervention télévisée, le président Jacques Chirac dénonce la cohabitation et demande aux Français, qui l'ont réélu en mai, de lui donner « une vraie majorité » à l'Assemblée nationale à l'occasion des élections législatives à venir. Il met en garde les candidats de l'Union pour la majorité présidentielle (U.M.P.) contre toute alliance avec le F.N. et dément tout projet d'« amnis [...] Lire la suite

24 septembre 2000 • FranceAdoption du quinquennat par référendum.

Au terme d'une campagne électorale terne, le référendum constitutionnel visant à adopter le projet de réduction à cinq ans du mandat présidentiel est marqué par un taux d'abstention sans précédent, de 69,81 p. 100. Le oui l'emporte très largement, avec 73,21 p. 100 des suffrages exprimés. Les bulletins blancs et nuls atteignent le taux record de 16,09 p. 100 des votants. Appelaient à voter oui, à  [...] Lire la suite

1er-19 juin 1997 • FranceVictoire de l'opposition de gauche aux élections législatives et nomination de Lionel Jospin comme Premier ministre.

Le 1er, l'opposition de gauche remporte le second tour des élections législatives anticipées en obtenant 319 sièges sur 577 à l'Assemblée nationale, dont 241 pour le Parti socialiste (P.S., + 187 par rapport à l'Assemblée élue en mars-avril 1993), 38 pour le Parti communiste (P.C., + 15), 12 pour le Parti radical socialiste (P.R.S., ex-Radical), 7 pour les Verts et autres éc [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Benoît VERRIER, « M.D.C. (Mouvement des citoyens) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-des-citoyens/