MOTRICITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La motricité chez les Mammifères

Conformément aux remarques ci-dessus, l'analyse de la motricité des Mammifères se fera par niveaux successifs de complexité, en cherchant à isoler d'abord des phénomènes moteurs segmentaires (les réflexes), puis des mécanismes de coordination intersegmentaire, puis enfin des processus de contrôle suprasegmentaire.

Réflexes segmentaires, plurisegmentaires et intersegmentaires

Définissons un réflexe comme la réponse motrice stéréotypée à l'excitation d'une certaine catégorie de récepteurs de la sensibilité générale. On ne décrira ici que quelques types de réflexes.

– Les réflexes à point de départ musculaire, plus précisément le réflexe myotatique : ses récepteurs sont dans le muscle lui-même (fuseau musculaire) et sont excités lorsque celui-ci subit une traction. À une telle traction, le muscle répond par une contraction ; en sorte qu'à la limite il pourra conserver une certaine longueur quelle que soit la traction exercée, ce qui réalise le plus simple des systèmes asservis. Grâce à ce tonus d'origine réflexe, la position des articulations sera maintenue et contribuera en particulier à la station debout, par « résistance active » des extenseurs. Il s'agit d'un réflexe segmentaire, très localisé, puisqu'il n'intéresse en principe que le muscle étiré lui-même.

D'autres récepteurs de l'appareil musculaire – ceux des tendons en particulier – ont une action réflexogène plus complexe, puisqu'ils peuvent, au contraire des récepteurs fusoriaux, entraîner l'inhibition de la contraction du muscle impliqué. La physiologie du mouvement est actuellement riche d'informations sur les effets de ces messages musculaires sur les différents groupes fonctionnels de motoneurones.

– Les réflexes à point de départ cutané : plus complexes, ces réflexes répondent à la stimulation des récepteurs tactiles et surtout nociceptifs (sensibilité douloureuse). Lorsqu'on met ainsi en jeu ceux d'un membre, il se fléchit, ce qui revient à la contraction de l'ensemble des fléchisseurs et, d'un point de vue finaliste, au retrait du [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Musculature

Musculature
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Motricité: formalisation

Motricité: formalisation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : membre de l'Académie des sciences, professeur émérite à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Autres références

«  MOTRICITÉ  » est également traité dans :

APPROCHES TRANSVERSALE ET LONGITUDINALE EN PSYCHOLOGIE DU DÉVELOPPEMENT

  • Écrit par 
  • Henri LEHALLE
  •  • 1 042 mots

S’informer sur le développement des enfants et des adolescents impose de pouvoir comparer leurs comportements aux différents âges. Pour cela, diverses approches méthodologiques sont possibles. Selon une première approche « transversale », les groupes d’âge à comparer sont constitués par des échantillons d’enfants différents : autant d’échantillons que de groupes d’âge. À chaque âge, on note les co […] Lire la suite

APRAXIE

  • Écrit par 
  • Didier LE GALL, 
  • François OSIURAK
  •  • 1 282 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Qu’appelle-t-on apraxie ? »  : […] Pour les neuropsychologues du début du xxi e  siècle, l’apraxie est un désordre spécifique de l’activité gestuelle, distinct d’un trouble du langage ou de la mémoire, engendré par des lésions affectant des régions spécifiques du cerveau, en particulier le lobe pariétal gauche. Pour mettre en évidence ces troubles, les cliniciens demandent aux malades de réaliser différents types de gestes. Quels s […] Lire la suite

ASTASIE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 67 mots

Ce symptôme qui réalise une véritable « apraxie de la marche » se rencontre dans les lésions bilatérales du cortex frontal ou des noyaux lenticulaires. L'astasie-abasie est l'impossibilité de maintenir la station debout et de marcher, en l'absence de paralysie et sans qu'existent des troubles du tonus et de la sensibilité profonde ou des troubles cérébelleux. […] Lire la suite

ATAXIE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 132 mots

Perturbation de la motricité (volontaire et involontaire) qui fait suite à une altération de la sensibilité profonde. La possibilité de mouvements normaux sous le contrôle de la vue contraste dans l'ataxie avec les troubles qui se produisent dès l'occlusion des yeux. Lorsque ses yeux sont fermés, le sujet atteint fait preuve d'une grande instabilité segmentaire et d'une quasi-incapacité de mainten […] Lire la suite

BELL sir CHARLES (1774-1842)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 371 mots

Anatomiste écossais dont les travaux sur le système nerveux ont marqué dans l'histoire de la physiologie une date aussi importante que celle de la découverte de la circulation du sang par Harvey. Charles Bell étudie l'anatomie sous la direction de son frère cadet, le chirurgien John Bell. Admis en 1799 au Royal College of Surgeons, sa carrière à Édimbourg, sa ville natale, est entravée par les jal […] Lire la suite

BORELLI GIOVANNI ALFONSO (1608-1679)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 410 mots

Ayant rencontré Campanella à Rome vers 1628 et étudiant avec Benedetto Castelli, bénédictin disciple de Galilée, Borelli assiste à l'effervescence provoquée par la publication du Dialogo de Galilée, qu'il a probablement connu. Il enseigne les mathématiques à Messine à partir de 1635 et, en 1642, le sénat de cette ville l'envoie recruter d'éminents professeurs de droit et de médecine pour l'univer […] Lire la suite

BULBE RACHIDIEN

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 4 093 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Fonctions »  : […] Par sa complexité structurale, le bulbe présente des fonctions multiples. On peut, d'abord, indiquer son rôle de lieu de passage et de relais pour certaines grandes voies des sensibilités tactile, thermoalgésique, kinesthésique et proprioceptive inconsciente. De même, nous avons vu qu'il contient la décussation des fibres motrices pyramidales et que de nombreux faisceaux moteurs extrapyramidaux le […] Lire la suite

CERVEAU ET PRODUCTION ÉCRITE

  • Écrit par 
  • Marieke LONGCAMP, 
  • Jean-Luc VELAY
  •  • 1 195 mots
  •  • 1 média

L’écriture est à la fois langage et motricité. Langage, car pour exprimer des idées il faut choisir les mots, former des phrases grammaticalement correctes, respecter l’orthographe. Motricité, car il faut coordonner finement les mouvements des doigts et du poignet pour tracer ces mots sur le papier. Écrire implique donc une cascade de processus cognitifs, et la frontière théorique entre ceux qui […] Lire la suite

CERVEAU ET MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Séverine SAMSON
  •  • 1 025 mots

Identifier les zones du cerveau qui traitent la musique et préciser leur rôle respectif dans la perception, la mémoire, les émotions et la pratique musicale font l’objet de nombreux travaux en neuroscience de la musique. C’est à partir de l’observation des patients présentant des lésions cérébrales et des études en neuro-imagerie que les scientifiques ont réussi à apporter des preuves solides con […] Lire la suite

CERVEAU HUMAIN

  • Écrit par 
  • André BOURGUIGNON, 
  • Cyrille KOUPERNIK, 
  • Pierre-Marie LLEDO, 
  • Bernard MAZOYER, 
  • Jean-Didier VINCENT
  •  • 12 726 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les ganglions de la base »  : […] Le système des ganglions de la base (appelé aussi noyaux gris centraux) est un ensemble de noyaux cérébraux qui se situe à la base du télencéphale, sous les régions antérieures des ventricules latéraux (cf. fig. 1). Ils comprennent trois subdivisions principales : le globus pallidus , le noyau caudé et le putamen . Le noyau caudé et le putamen constituent ce qu'il est convenu d'appeler néostri […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre BUSER, « MOTRICITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/motricite/