MOSAÏQUE, art

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mosaïque de pavement

Mosaïque de galets

La mosaïque de galets est née au nord de l'Asie Mineure (Gordion) au viiie siècle avant J.-C. Des galets de deux (blanc et noir) ou de trois (blanc, noir et rouge) couleurs, de 1 à 2 centimètres de longueur, fichés verticalement dans un lit de pose de ciment, formaient des tapis à décor géométrique. La technique a dû passer en Grèce au vie siècle ; on a trouvé un échantillon de cette époque à Delphes. Dès le siècle suivant, des mosaïques de galets à sujets figurés apparaissent à Corinthe et en Sicile, pour se multiplier au ive et au iiie siècle (Athènes, Érétrie, Olynthe, Olympie, Pella en Macédoine, Rhodes, Sicyone, Égypte). Sujets mythologiques, animaux fantastiques de type oriental s'associent dans ces œuvres aux ornements de l'art grec classique. Généralement à deux tons, dessin clair sur fond sombre, ces mosaïques ressemblent par la palette et par le style aux peintures des vases à figures rouges. Les personnages et certains ornements ont été cernés de filets de plomb ou de terre cuite qui rappellent les contours incisés de ces peintures. Cependant, les galets ne pouvant être joints étroitement, le béton rosâtre du lit de pose est visible et forme une fine résille de lignes qui produit un effet esthétique particulier. Cet art semble avoir atteint son apogée vers 300 avant J.-C. dans les mosaïques de Pella (à 40 km au nord-ouest de Thessalonique), capitale de la Macédoine sous Alexandre le Grand. Des tons plus riches, des dégradés plus délicats sont obtenus par des galets d'une gamme de couleurs variées et par des tesselles de composition chimique (en particulier dans les tons verts et jaunes). Néanmoins, le contraste entre la tonalité claire des sujets et le fond sombre est toujours respecté.

Pella, Macédoine antique

Photographie : Pella, Macédoine antique

Ruines du palais de Pella. Au premier plan, pavement en mosaïque sur galets. Vers 300 av. J.-C., Grèce. 

Crédits : Carole Raddato/ flickr ; CC BY-SA 2,0

Afficher

Tout en se rattachant par la typologie et par la bichromie à la mosaïque de galets, des mosaïques d'une technique intermédiaire, qui associe des galets coupés en deux et des cailloux, annoncent la véritable mosaïque de tesselles. On en a découvert, datant des iiie, iie et ier siècles, en Grèce à Sparte et à Mantinée, en Égypte à Shahbi, enfin en Italie du Sud.

Mosaïque de tesselles

L'invention qui devait révolutionner l'art de la mosaïque et lui donner les caractères qu'elle a gardés pendant plus d'un millénaire est l'utilisation de tesselles taillées avec soin et jointes étroitement les unes aux autres de manière à réduire au minimum les interstices. Dès lors devint possible l'imitation des plans de couleurs unies ou dégradées de la peinture à l'aide de cubes de pierre, de marbre, de terre cuite et de pâtes de verre opaques ou translucides. Par la suite, la technique se diversifie : l'opus tessellatum à cubes de 1 à 2 centimètres carrés sera utilisé pour la mosaïque courante, l'opus vermiculatum, à cubes de dimensions parfois minuscules (1 mm2), représentera les scènes figurées. Les tableaux particulièrement soignés sont exécutés à l'atelier sur des supports mobiles en terre cuite ou en pierre pour être insérés dans le pavement ; on les désigne du terme grec emblema.

Les plus anciennes mosaïques de tesselles, du milieu du iiie siècle, encore sous l'emprise du style des mosaïques de galets, ont été découvertes à Morgantina en Sicile. Il n'est pas impossible que le procédé ait été inventé dans ce pays, et plus particulièrement à Syracuse, l'un des centres de la vie artistique grecque à cette époque. Un siècle plus tard apparaissent à Pergame (Asie Mineure) les premiers pavements qui imitent à s'y méprendre la peinture. À Morgantina, les dimensions des tesselles étaient encore proches de celles des galets, à Pergame elles ont parfois moins de 1 centimètre carré. Outre des pavements ornés de cadres (postes, grecques en perspective et murailles crénelées), le site a livré un petit emblema, qui représente un perroquet, et une magnifique frise d'acanthe de style hellénistique (musées de Berlin).

Le nombre élevé de mosaïques à tesselles dégagées à Délos dans des maisons privées, antérieures à la destruction de la ville en 88 avant J.-C., prouve la large utilisation de ce genre de décor dans le monde hellénistique à la fin du iie et au début du ier siècle avant J.-C.

Dionysos chevauchant une panthère

Photographie : Dionysos chevauchant une panthère

Dionysos chevauchant une panthère, mosaïque hellénistique de la « maison des Masques » à Délos, IIe siècle avant J.-C. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Mosaïque de pavement [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Pella, Macédoine antique

Pella, Macédoine antique
Crédits : Carole Raddato/ flickr ; CC BY-SA 2,0

photographie

Dionysos chevauchant une panthère

Dionysos chevauchant une panthère
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Maison du Faune, Pompéi : pavement

Maison du Faune, Pompéi : pavement
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Bataille d'Alexandre contre Darius, mosaïque

Bataille d'Alexandre contre Darius, mosaïque
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 13 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MOSAÏQUE, art  » est également traité dans :

AFRIQUE ROMAINE

  • Écrit par 
  • Noureddine HARRAZI, 
  • Claude NICOLET
  •  • 9 559 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La mosaïque »  : […] Les études d'ensemble les plus récentes consacrées aux mosaïques d'un certain nombre de sites africains (Utique, Thuburbo-Majus), tout en couvrant de larges tranches chronologiques, semblent, malgré leur nombre limité, suggérer qu'il faut attendre le ii e  siècle après J.-C. pour qu'apparaisse une production caractérisée par la polychromie et par la présence de thèmes figurés. Cette production att […] Lire la suite

ALICATADO

  • Écrit par 
  • Colette CROUZET
  •  • 214 mots

Le terme d' alicatado désigne, en Espagne, une mosaïque constituée par des fragments de céramique émaillée de formes et de couleurs différentes, incrustées dans du plâtre. Ces fragments de faïence sont obtenus à partir d' azulejos monochromes sur lesquels on trace un décor et dont on détache ensuite la partie dessinée à l'aide de pinces appelées alicates , en frappant le carreau à petits coups. […] Lire la suite

ALLÉGORIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG, 
  • Jean-François GROULIER, 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN, 
  • Daniel POIRION, 
  • Daniel RUSSO, 
  • Gilles SAURON
  •  • 11 640 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'Antiquité »  : […] Le terme grec allegoria ne se rencontre qu'à partir de l'époque hellénistique dans le vocabulaire de la rhétorique pour désigner, du point de vue du créateur, une suite continue de métaphores par lesquelles celui-ci rend accessible un concept abstrait à l'imagination de son lecteur (Quintilien, Inst. or. , 9, 2, 46) ou, parfois, pour dissimuler sa pensée jusqu'à forger des « énigmes » (Cicéron, […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - L'Antiquité tardive

  • Écrit par 
  • Noël DUVAL
  •  • 4 295 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Formes et goûts nouveaux »  : […] L'architecture reste directement tributaire de l' Antiquité, mais des villes et des quartiers nouveaux naissent ou se développent, notamment là où réside l'empereur. Parmi les palais du iv e siècle, seul celui de Trèves (avec peut-être celui de Thessalonique dont l'identification reste incertaine) a laissé des vestiges significatifs, et notamment la « basilique » à nef unique se terminant par un […] Lire la suite

APOCALYPSE DE JEAN

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 6 532 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La mosaïque romaine »  : […] L'art chrétien s'inspira très tôt des visions de l'Apocalypse. Même en Orient, où l'ouvrage était quelque peu suspect, on trouve dans la décoration des lieux de culte une atmosphère apocalyptique, qui s'exprime en particulier dans les thèmes byzantins de l' hétimasie, préparation du trône pour le retour du Christ, ainsi que dans le sujet voisin du Jugement dernier. Mais les illustrations littérale […] Lire la suite

BALDOVINETTI ALESSO ou ALESSIO (1425-1499)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 487 mots

L'art de Baldovinetti constitue un point de rencontre entre les deux tendances qui s'étaient affirmées dans la peinture florentine de la génération précédente, celle des coloristes et celle des dessinateurs. Il se rattache plus profondément au premier groupe, à Domenico Veneziano surtout, qui fut son maître et lui enseigna l'art des tonalités affinées par la lumière, des compositions sereines et l […] Lire la suite

BETH ALPHA

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 330 mots

La synagogue galiléenne de Beth Alpha, découverte en 1929 (E. L. Sukenik, The Ancient Synagogue of Beth Alpha , Jérusalem, 1932), possède un pavement de mosaïque intégralement conservé. La construction appartient au troisième type des synagogues, celui dont le plan à triple nef — une nef centrale séparée des bas-côtés par deux rangées de colonnes, et terminée en une abside hémisphérique — reprend […] Lire la suite

BOISSONNET EDMOND (1906-1995)

  • Écrit par 
  • Max BOISSONNET, 
  • Françoise GARCIA
  •  • 337 mots

Edmond Boissonnet, né le 20 juillet 1906 à Bordeaux, est un artiste français du xx e  siècle. Son indépendance ne l’empêchera pas de suivre de près les grands courants artistiques de son temps. Après un apprentissage en sculpture sur bois à l’école des Beaux-Arts de Bordeaux, il travaille dans une entreprise de décoration. Il participe en 1929 à la fondation de la Société des artistes indépendant […] Lire la suite

BYZANCE - Les arts

  • Écrit par 
  • Catherine JOLIVET-LÉVY, 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 13 618 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'époque protobyzantine »  : […] La mosaïque, par la somptuosité des coloris, la simplification du dessin et, surtout, le rôle joué par la lumière, convenait parfaitement à l'expression du surnaturel, et les artistes des v e et vi e siècles en perfectionnèrent la technique pour en exploiter toutes les possibilités. Les monuments conservés à Thessalonique (rotonde Saint-Georges, Hosios-David, Saint-Démétrius) et à Ravenne (maus […] Lire la suite

BYZANCE, 330-1453 (exposition)

  • Écrit par 
  • Christian HECK
  •  • 1 037 mots

Du marbre représentant le monstre marin rejetant Jonas sur la rive à la plaque d'orfèvrerie de l'éclatant saint Michel archange et à l'icône de l' Échelle sainte de Jean Climaque, plus de trois cents objets ont exprimé, lors de l'exposition Byzance, 330-1453 (Royal Academy of Arts, Londres, 25 octobre 2008-22 mars 2009), l'intensité, la fécondité, l'intégration à la fois dans une spiritualité ex […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre DARMON, Henri STERN, « MOSAÏQUE, art », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mosaique-art/