MORPHOLOGIE (psycholinguistique)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Apprentissage de la langue par l’enfant

La morphologie dérivationnelle décrit les unités minimales du langage porteuses de signification. On distingue les bases, qui sont des formes lexicales, des affixes, préfixes ou suffixes, qu’on adjoint pour former un mot nouveau. Par exemple, le mot « conteur » est formé de deux morphèmes, la base « conter » et le suffixe -eur. Chez l’enfant, la connaissance des unités et des principes morphologiques peut constituer un outil puissant pour le développement du langage, notamment pour l’acquisition et la compréhension du vocabulaire, ainsi que pour l’apprentissage de la lecture et de l’orthographe.

Produire et comprendre des mots complexes

Il est fréquent d’observer le jeune enfant produire des néologismes, tels que « démariage » ou « glissage ». Ces productions témoignent que l’enfant, qui n’a pas encore appris et mémorisé la forme lexicale usuelle, est capable de produire un mot adapté par construction morphologique. Cette connaissance peut aussi lui permettre de comprendre des mots construits morphologiquement qu’il n’a jamais entendus. Le jeune enfant n’a pas conscience d’utiliser des procédés morphologiques. Pour comprendre le rôle que jouent ces connaissances morphologiques dans le développement langagier, les chercheurs ont développé des situations permettant d’évaluer ces connaissances dans un contexte standardisé.

Conscience morphologique et vocabulaire

La conscience morphologique est définie comme la capacité à analyser et à manipuler les unités morphologiques de la langue. Les épreuves correspondantes requièrent de l’enfant qu’il complète des phrases avec des formes dérivées (« celui qui ment est un… ? » « … menteur »), qu’il produise une forme dérivée sur la simple base d’un modèle (chanter et chanteur, travailler et travailleur), ou qu’il juge du lien morphologique entre deux mots (chanter et chanteur ; couler et couleur). [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : professeure des Universités
  • : professeure des Universités, vice-doyenne à la recherche, faculté des arts, lettres, langues et sciences humaines, université d'Aix-Marseille

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Séverine CASALIS, Pascale COLÉ, « MORPHOLOGIE (psycholinguistique) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/morphologie/