MORONOBU HISHIKAWA (mort en 1694)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le génie de l'illustrateur

S'il fut remarquable comme peintre, Moronobu conquit une célébrité inaltérable par son œuvre gravé. De 1670 à 1685, il paraît y avoir consacré le plus clair de son temps. Il fut d'ailleurs l'un des illustrateurs les plus féconds de toute l'histoire de l'ukiyo-e : on ne dénombre pas moins de cent cinquante ouvrages auxquels il collabora en dix ans. Il y aborda les sujets les plus divers, depuis les conseils horticoles jusqu'aux scènes amoureuses, celles-ci formant une part plutôt restreinte.

Les débuts de la xylographie profane remontent aux environs de 1600. Dans un écart croissant d'avec les traditions classiques, elle évolua comme la peinture de genre, à la recherche d'une expression personnelle. C'est surtout à Edo, après le grand incendie de 1657 qui fit disparaître toute trace de publication illustrée, que se dessine le style de l'ukiyo-e. Encore mal affermi et quelque peu grossier, il progresse pendant les années 1660, surtout à travers les manuels de sexualité et les recueils critiques des courtisanes. Mais il lui manque un chef de file. Parmi les ouvrages les plus anciens et les plus beaux de style ukiyo-e, il faut citer Yoshiwara makura (L'Oreiller de Yoshiwara, anonyme, 1660) : cet ouvrage annonce Moronobu par la grâce du trait et le soin de la composition. Beaucoup d'historiens d'art le lui attribuent d'ailleurs, ainsi qu'un bon nombre des illustrations produites au cours des années 1660. Mais on ne peut retracer sûrement l'itinéraire artistique du maître qu'à partir de 1672, avec sa première œuvre signée : Buke hyakkunin isshu (Les Cent Poètes guerriers).

Moronobu est arrivé à point nommé pour unifier les diverses tendances suivies en xylographie. Bien plus, il va fixer l'idéal d'une époque. Si, pour commencer, il s'inspire de ses devanciers anonymes d'Edo, très rapidement il atteint un style personnel, dégagé de toute gaucherie. Quel que soit le sujet abordé, on sent la recherche du beau, non pas la joliesse facile. Il met au point l'inimitable « ligne chantante » sans raideur ni sécheresse, ondoyante, dynamique et vigoureuse, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : conservateur des collections Japon, Chine et Corée aux Musées royaux d'art et d'histoire, Bruxelles, gestionnaire des musées d'Extrême-Orient

Classification


Autres références

«  MORONOBU HISHIKAWA (mort en 1694)  » est également traité dans :

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « L'Ukiyo-e »  : […] Le terme ukiyo-e se traduit généralement par « image du Monde Flottant ». L'expression « Monde Flottant » ou ukiyo apparut au Moyen Âge dans le vocabulaire du bouddhisme pour désigner ce monde de douleur qu'est la vie humaine avec tout ce qu'elle a de transitoire, d'impermanent et d'impersonnel. Mais au xvii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-les-arts/#i_25835

Voir aussi

Pour citer l’article

Chantal KOZYREFF, « MORONOBU HISHIKAWA (mort en 1694) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/moronobu/