MORALISTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Entre littérature et philosophie

Dans son ouvrage pionnier consacré aux Morales du Grand Siècle (1948), Paul Bénichou avait souligné qu'il abordait la littérature en tant que « creuset où notre expérience directe de la vie et de la société s'élabore déjà philosophiquement mais sans rien perdre encore de sa force immédiate ». Il remarquait aussitôt que la littérature française, en général, répondait « plus que toute autre » à cette définition : « Il n'en est pas qui laisse apparaître de façon plus saisissante le lien qui unit les problèmes de la vie et ceux de l'esprit. On ne dit pas autre chose quand on l'appelle littérature de moralistes. » Ce caractère de « littérature à idées » trouverait dans la courte période des moralistes proprement dits – pour nous en tenir à la « vulgate » (J. Lafond) évoquée pour commencer : Pascal, La Rochefoucauld, La Bruyère – une sorte de foyer et se développerait ensuite dans toute une tradition, qu'il faut faire remonter aux Essais de Montaigne, et qui va s'épanouissant au xviiie siècle avec Montesquieu, Voltaire, Diderot ou Rousseau.

Ces moralistes ne sont pas des philosophes, du moins au sens actuel : car à l'époque le terme leur convient, qui désigne plutôt ceux qui cherchent la sagesse, en un sens essentiellement pratique. Ils ne s'efforcent donc pas d'élaborer une pensée systématique (ils s'en défient tout au contraire) et ne revendiquent aucune technicité, aucune compétence particulières. Ils n'écrivent pas pour autant des fictions, mais une prose de description et d'analyse, aiguë, oscillant de la satire à la sentence. Cette « prose d'art » se développe dans de petits genres, qui relèvent d'une éloquence familière, par opposition à la grande éloquence politique ou à l'éloquence de la chaire. Elle se distingue en refusant le traité, le manuel, l'exposition méthodique qu'un Descartes, un Malebranche, accordent alors à l'étude des passions.

Du point de vue stylistique, les moralistes prennent la suite de longs d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MORALISTES  » est également traité dans :

DEVOIR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 242 mots

Dans le chapitre « Un déterminisme social  ? »  : […] Deux siècles après Rousseau, ce sont les sciences humaines, en particulier la psychanalyse et la sociologie, qui ont mis en évidence les illusions de la conscience morale. Dans ses Essais de psychanalyse (1915-1923), Sigmund Freud (1856-1939) ironise sur cette voix de la conscience qui ne serait rien d’autre, en réalité, que l’écho des voix de l’enfance : « Notre conscience […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/devoir-notions-de-base/#i_39839

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « Les moralistes »  : […] Cette dimension morale que présentent aussi le théâtre de Racine ou la poésie de La Fontaine accorde au xvii e  siècle français une place éminente dans la longue histoire de la connaissance de soi, qui avait pris son essor lointain dans la Grèce antique. Un grand héritier de Socrate, Montaigne, veille d’ailleurs aux portes du siècle où la question […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_39839

MARIVAUX PIERRE CARLET DE CHAMBLAIN DE (1688-1763)

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 4 529 mots

Dans le chapitre « Une pensée de la subjectivité »  : […] Marivaux n’a jamais écrit de poétique ni exposé de doctrine systématique. Il préfère aux théories, détachées de la pratique, une pensée active dans l’écriture. Cependant, ses journaux et les réflexions qui émaillent ses romans proposent bel et bien une réflexion sur son art. Soutenant activement les Modernes, comme Fontenelle, Houdart de la Motte ou Dufresny, Marivaux n’entend pas jouer au nouvel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marivaux-pierre-carlet-de-chamblain-de/#i_39839

Voir aussi

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « MORALISTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/moralistes/