MORALE SOCIALE

CIVISME

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 4 694 mots

Dans le chapitre « Le fondement du civisme »  : […] Civisme et moralité pure . Il serait en effet tentant de faire du civisme une obligation de la moralité pure. Si l'on y parvenait, l'anticivisme se changerait en incivisme de la pensée, c'est-à-dire, encore que les termes jurent entre eux, en une faute purement théorique. Kant a pourtant voulu fonder un devoir de servir la société politique. On sait que, contre Wolff, Kant r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civisme/#i_12677

CONSCIENCE MORALE

  • Écrit par 
  • Laurent BÈGUE
  •  • 1 163 mots

La faculté de formuler des jugements sur la valeur morale des actions humaines, ou conscience morale, a fait l’objet de développements importants en psychologie, notamment depuis la parution en 1932 de l’ouvrage Le Jugement moral chez l’enfant de Jean Piaget. Au moyen de protocoles d’observation, d’entretiens et de brèves histoires soumises à l’évaluation de ses jeunes part […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conscience-morale/#i_12677

FAMILLE - Le droit de la famille

  • Écrit par 
  • Catherine LABRUSSE-RIOU
  • , Universalis
  •  • 6 941 mots

Dans le chapitre « Sources du droit de la famille »  : […] Le droit de la famille, contrairement à d'autres branches du droit civil, n'est pas neutre, car ses règles et ses méthodes ne peuvent être déterminées et définies par les seules ressources d'une technique juridique abstraite. Le lien familial est trop essentiel à l'individu et à la société pour que le droit qui en régit la constitution, les effets et la dissolution ne soit pas fortement imprégné p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/famille-le-droit-de-la-famille/#i_12677

LOI

  • Écrit par 
  • Georges BURDEAU, 
  • Universalis
  •  • 12 636 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le déclin de la loi »  : […] La loi connaît aujourd'hui un incontestable déclin. Elle n'occupe plus, dans le panthéon des valeurs juridiques, la place prééminente qui était la sienne autrefois. Et, ce qui est plus grave, elle ne jouit plus, dans la mentalité collective, de l'autorité qui fut sienne à l'époque où elle incarnait à la fois les exigences de la raison et celles de la volonté populaire. Juridiquement, ce déclin se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi/#i_12677

LOYAUTÉ

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 3 711 mots

Dans le chapitre « Les cadres sociaux de la loyauté »  : […] C'est dans trois contextes que se pose le problème de la loyauté : celui de la famille, celui des organisations, celui de l'État. Bien entendu, être loyal à ses parents n'est pas la même chose qu'être loyal à l'égard de l'entreprise qui nous emploie, ou envers l'État dont nous sommes citoyens. Mais, dans les trois cas, la loyauté s'analyse comme un ensemble de devoirs plus ou moins contraignants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loyaute/#i_12677

MARIVAUX PIERRE CARLET DE CHAMBLAIN DE (1688-1763)

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 4 529 mots

Dans le chapitre « Une pensée de la subjectivité »  : […] Marivaux n’a jamais écrit de poétique ni exposé de doctrine systématique. Il préfère aux théories, détachées de la pratique, une pensée active dans l’écriture. Cependant, ses journaux et les réflexions qui émaillent ses romans proposent bel et bien une réflexion sur son art. Soutenant activement les Modernes, comme Fontenelle, Houdart de la Motte ou Dufresny, Marivaux n’entend pas jouer au nouvel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marivaux-pierre-carlet-de-chamblain-de/#i_12677

MÉLODRAME

  • Écrit par 
  • Anne UBERSFELD
  •  • 3 298 mots

Dans le chapitre « Mélodrame et Révolution »  : […] Le début de la Révolution de 1789 marque la naissance du mélodrame, comme si l'intervention de l'histoire dans la vie concrète des hommes de la rue et le droit nouveau du tiers état aux privilèges de la culture étendaient le champ d'action du théâtre. En effet, les premières œuvres datent de 1790-1791 (Olympe de Gouges, Le Couvent, ou les Vœux forcés , 1790 ; Lemierre d'Argy, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melodrame/#i_12677

MORALE

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 15 730 mots

Dans le chapitre « Règles morales, mœurs et sociétés »  : […] Le passage de l'analyse typologique à l'explication sociologique (historico-sociologique) se fait à partir d'ici, pour ainsi dire, insensiblement. Le fait d'observer que différentes communautés à des moments différents connaissent d'autres conflits et d'autres solutions conduit tout naturellement à la question de savoir pourquoi tel type se rencontre ici, tel autre là, quels facteurs font que des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morale/#i_12677

ORDRE PUBLIC

  • Écrit par 
  • Robert VOUIN
  •  • 2 644 mots

Dans le chapitre « Le maintien de l'ordre »  : […] Aux termes d'un décret du 20 mai 1903 portant règlement sur l'organisation et le service de la gendarmerie, « la police administrative a pour objet la tranquillité du pays, le maintien de l'ordre et l'exécution des lois et règlements d'administration publique » (art. 59). À cet égard, selon les termes du même décret, la gendarmerie est invitée à adresser des rapports spéciaux, dans le plus bref dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordre-public/#i_12677

OSTRACISME

  • Écrit par 
  • Pierre BOUDOT
  •  • 9 368 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les techniques de rejet »  : […] Tout se passe en effet comme si l'être humain, à peine né, devait faire son éducation dans les seules limites imposées par le modèle utile à la société telle qu'elle se définit. Limites religieuses, politiques, culturelles, sexuelles, etc. Le hors-limites est aussitôt soumis aux techniques sociales de rejet, de menaces ou de sanctions. S'il y a des cas dans lesquels ces limites sont infranchissabl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ostracisme/#i_12677

POLITIQUE - La philosophie politique

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 10 294 mots

Dans le chapitre « De Machiavel au « contrat social » »  : […] C'est Machiavel qui formule les principes de la nouvelle pensée politique avec le plus de rigueur. Seul un État fort à l'intérieur comme à l'extérieur peut donner à ses citoyens ce que ceux-ci regardent légitimement comme leurs droits fondamentaux : la sécurité de leur vie, de leur honneur (protection contre les insultes), de leur fortune. Les hommes ne cesseront d'être immoraux, violents, menteur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/politique-la-philosophie-politique/#i_12677

PROSTITUTION AU MOYEN ÂGE

  • Écrit par 
  • Amélie MAUGÈRE
  •  • 2 352 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La justification des cités pour organiser la prostitution »  : […] La doctrine religieuse autour de la prostitution s’assouplit progressivement : les églises acceptent les aumônes des prostituées car leur activité est avant tout un métier et, selon Thomas d’Aquin (1224 ou 1225-1274), l’activité sexuelle rémunérée est une pratique moins infamante que la fornication libre, fruit de la spontanéité des pulsions. Les autorités municipales ont pu puiser dans cet argum […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostitution-au-moyen-age/#i_12677

PROSTITUTION À L'ÉPOQUE MODERNE (XVe-XVIIIe SIÈCLES)

  • Écrit par 
  • Amélie MAUGÈRE
  •  • 3 105 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les prostituées, entre destin obscurci et stratégies d’émancipation »  : […] Nous n’avons que peu de traces de la complexité des parcours et des mobiles des femmes qui tarifient leurs faveurs sexuelles. Nous n’avons accès qu’à des histoires simplifiées, travesties par le contexte ou par la source qui les produit. Ainsi, au tribunal, les filles font le récit imperturbable du malheur d’avoir été trompées et abusées ; selon leurs sensibilités, les hommes clients ou simples ob […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostitution-a-l-epoque-moderne-xve-xviiie-siecles/#i_12677

RURAUX SOCIOLOGIE DES

  • Écrit par 
  • Patrice MANN, 
  • Henri MENDRAS
  •  • 5 599 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'homogénéité culturelle »  : […] Vivant entre eux, relativement coupés du monde extérieur, les villageois avaient en commun une civilisation particulière. C'était vrai de chaque petite unité territoriale, de chaque « pays ». Cette marqueterie de sociétés rurales se traduisait dans la variété des langues, qui sont le produit et l'instrument de la civilisation. La langue se distinguait souvent de village à village ; les mots et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-des-ruraux/#i_12677

THÉOPHILANTHROPIE

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 800 mots

La création du culte théophilanthrope répond au désir de sauver la République, en fournissant aux citoyens les bases d'une morale publique. Le besoin d'une nouvelle religion s'était fait sentir, dès l'échec de la Constitution civile du clergé, en 1791, et plusieurs tentatives officielles avaient été faites : culte de la Raison, fête de l'Être suprême. Ce besoin fut ressenti d'une manière plus pres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theophilanthropie/#i_12677

VALEURS, philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre LIVET
  •  • 10 285 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Norme et valeur »  : […] En voyant dans la société la source de toute valeur, Durkheim pouvait justement opposer les valeurs collectives aux désirs individuels. Il s'appuyait sur l'unification que permettaient le concept de valeur et celui de norme entre les domaines économiques, esthétiques et moraux, afin de mettre les différentes valeurs sur le même plan. Durkheim et ses successeurs préféreront d'ailleurs souvent parl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeurs-philosophie/#i_12677