JÓKAI MÓR (1825-1905)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un précurseur de la science-fiction

Au cours de la seconde période de Jókai, sa curiosité à l'égard des sciences naturelles imprime une nouvelle tendance à son imagination romantique.

Parmi ses anticipations, aussi ingénieuses que celles de Jules Verne ou de H. G. Wells, on trouve une bataille aérienne entre engins de guerre volants, dans A jövo század regénye (Le Roman du siècle futur, 1872). Nombre de ses œuvres d'alors ont déjà un air de science-fiction. Mais il n'oubliait pas l'intérêt qu'il portait aux problèmes psychologiques ; le héros de Az aranyember (littéralement « l'homme d'or ») souffre d'un dédoublement de la personnalité : une partie de sa vie se passe dans l'Île, refuge romanesque, lieu d'élection symbolique pour l'évasion dans les rêves, et l'autre est celle d'un homme d'affaires prospère.

Avec l'âge, la puissance créatrice de Jókai décline. Le canevas de ses romans s'apparente alors à celui des récits populaires : le « bon » combat le « méchant » et triomphe de lui après avoir surmonté d'innombrables obstacles. Cependant, Jókai réussit parfois encore à produire un roman digne de ceux qui l'ont précédé : Rab Ráby (1879) et Sárga rózsa (Rose jaune, 1893). En 1894, la Hongrie rendit hommage au doyen des lettres nationales et célébra son jubilé par une édition de luxe de ses œuvres en cent volumes. Jókai publia son deux cent deuxième roman à Budapest, l'année même de sa mort. De cette immense production, il disait lui-même : « Le secret de ma fécondité vient de ma communion avec la nature. »


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  JÓKAI MÓR (1825-1905)  » est également traité dans :

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 150 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Une pléiade de romanciers »  : […] À cette époque, seuls les romanciers soutiennent la comparaison avec les poètes : ils sont les véritables fondateurs du roman et de la nouvelle en Hongrie et restent encore fort lus aujourd'hui. Cette faveur persistante n'est pas tout à fait imméritée, car personne n'a surpassé, dans les lettres hongroises modernes, les conceptions grandioses, l'imagination fertile et l'invention romanesque du bar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hongrie/#i_12604

Pour citer l’article

Lorant CZIGANY, « JÓKAI MÓR - (1825-1905) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mor-jokai/