MONSTRES, esthétique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Angoisse, désirs et monstres

Mais les liens qui unissent le monstre de l'art aux affects sont plus importants que ceux qui le relient aux savoirs. Plus qu'à notre volonté de savoir, c'est à nos désirs, à notre angoisse que le monstre a affaire.

Bien des monstres naissent de l'angoisse et la suscitent. Henri Michaux (Plume) écrit : « Avec simplicité, les animaux fantastiques sortent des angoisses et des obsessions [...]. La fièvre fit plus d'animaux que les ovaires n'en firent jamais. » Le monstre réveille en l'homme des peurs très primitives. Cette manière de replonger dans notre archaïsme, de retourner (sans trop le savoir) en notre prime enfance, est sans doute, comme le souligne le philosophe Paul Ricœur (Finitude et culpabilité), « le moyen détourné par lequel nous nous immergeons dans l'archaïsme de l'humanité ». Dans l'un de ses romans d'horreur, Howard Phillips Lovecraft indique que l'apparition des monstres évoque, chez les témoins, des images « amenées de ces cellules secrètes où sont gravées nos sensations ancestrales les plus terrifiantes » (La Couleur tombée du ciel).

Le monstre hybride suppose, préalablement à son élaboration, un démembrement des corps d'où sont issus les éléments qui le constituent. Les anatomies sont mises en pièces, morcelées, avant que ne soient tentées des greffes sauvages. Jacques Lacan (Écrits) précise : « Ce corps morcelé se montre régulièrement dans les rêves, quand la motion de l'analyse touche à un certain niveau de désintégration agressive de l'individu. Il apparaît alors sous la forme de membres disjoints et de ces organes figurés en exoscopie, qui s'ailent et s'arment pour les persécutions intestines, qu'à jamais a fixées par la peinture le visionnaire Jérôme Bosch [...]. Mais cette forme se révèle tangible sur le plan organique lui-même, dans les lignes de fragilisation qui définissent l'anatomie fantasmatique, manifeste dans les symptômes, de schize ou de spasme, de l'hystérie. »

Freud a montré le rôle, dans les rêves, de la condensation et du déplacement. Ces mécanismes permettent aux formes de bouger et, dans une certaine mesure, de s'inventer ; ils jouent un rôle essentiel dans la constitution de formes monstrueuses qui deviennent pièges où se prend le désir. Le peintre Hans Bellmer, créateur de la troublante Poupée, décrit ainsi son travail : « Le corps est comparable à une phrase qui vous inviterait à la désarticuler, pour que se recomposent, à travers une série d'anagrammes sans fin, ses contenus véritables [...]. L'image de la dent se déplace sur la main, l'image du sexe sur l'aisselle, celle de la jambe sur le bras, celle du nez sur le talon [...]. Excitation virtuelle et excitation réelle se confondent en se superposant. » Souvent le monstre attire, fascine et dégoûte à la fois ; en partie, sa fascination naît d'un attrait pour l'angoisse et l'abjection ; c'est là une des explications de la présence obsédante des monstres dans les Tentations de saint Antoine.

L'angoisse que suscite le monstre est également liée à ce que la psychanalyste Melanie Klein appelle l'oralité sadique. Bien des monstres sont dévorants. On citera, parmi d'autres, la «  tarasque » de Noves ; les énormes gueules de l'enfer ; les diables aux dents cruelles ; le Cerbère de Dante aux trois gosiers voraces qui « griffe, écorche, écartèle » ; les ogres ; le géant Chronos de Goya ; l'orange, imaginée par Eugène Sue, qui mord la main, broie les os de l'opiomane ; les représentations inspirées par le fantasme du vagin denté.

Il faut noter enfin que le monstre, dans l'art, s'il imite rarement les monstres biologiques, est mis par les spectateurs en relation de continuité avec eux. Nos réactions devant le monstre dans l'art dépendent en partie de notre angoisse devant les échecs de la vie. Philosophe de la biologie, Georges Canguilhem (« La Monstruosité et le monstrueux », in Diogène, oct.-déc. 1962) a montré cette angoisse : « Une crainte radicale s'empare de nous [...]. Un échec de la vie nous concerne deux fois, car un échec aurait pu nous atteindre et un échec pourrait venir par nous. » Nous aurions pu naî [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Tapis aux sorcières

Tapis aux sorcières
Crédits : Index/ Bridgeman Images

photographie

Gizeh

Gizeh
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite de philosophie de l'art à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art, écrivain

Classification

Autres références

«  MONSTRES, esthétique  » est également traité dans :

ART BRUT JAPONAIS II (exposition)

  • Écrit par 
  • Nelly FEUERHAHN
  •  • 1 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Monstres et merveilles »  : […] Les œuvres en argile émaillée sont nombreuses et habitées par les monstres du folklore japonais, ces y ō kai capables d’actions et de transformations effrayantes, ou les représentations grimaçantes des gardiens géants des monastères bouddhiques : ainsi les créatures étonnantes que sont les démons de Kontani Akio, les visages monstrueux de Sakai Kiyoshi, les y ō kai de Matsumoto Naoya dont un sup […] Lire la suite

BESTIAIRES

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Daniel POIRION
  •  • 10 712 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le Moyen-Orient antique »  : […] L'Antiquité n'a pas seulement retenu de l'animal le dynamisme des luttes paroxystiques. L' art égyptien nous offre des images de plénitude tranquille et assurée. L'art funéraire tout d'abord inclut l'animal familier dans le cortège des êtres sauvegardés dans l'au-delà, image et essence, pour le seul plaisir d'un défunt prestigieux. Reproduits dans leur vérité spécifique, canonisés en quelque sort […] Lire la suite

BOSCH JÉRÔME (1450-1460 env.-1516)

  • Écrit par 
  • Claude-Henri ROCQUET
  •  • 8 724 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les sources de l'imaginaire »  : […] Comme il connaît les ars moriendi – ces gravures du savoir-mourir –, les clefs des songes et le Tarot, les traités d'alchimie et ceux d'astrologie, Bosch a lu les ouvrages des mystiques, La Nef des fous de Brant, La Légende dorée où sont décrites les tentations de saint Antoine, et Les Visions de Tungdal , poème traduit de l'irlandais et qui montre une sorte de don Juan du xiii e  siècle gratifié, […] Lire la suite

BROWNING TOD (1882-1962)

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 1 046 mots
  •  • 2 médias

Le premier et le plus célèbre des cinéastes fantastiques américains était un homme qui se méfiait du surnaturel, le déjouant souvent ou s'en moquant dans ses films, pour insister sur la vraie nature de l'étrange : celle qui habite l'âme humaine. Il était plus proche d'un auteur réaliste tel que Eric von Stroheim que de ses nombreux épigones plus soucieux d'effets chocs que de recherches psychologi […] Lire la suite

BURGONDES

  • Écrit par 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 3 324 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Chefs-d'œuvre de l'art burgonde : garnitures de ceinture de bronze et de fer damasquiné »  : […] Une coïncidence significative entre la distribution géographique de certains accessoires vestimentaires et objets de parure, découverts dans les sépultures postérieures à la chute du royaume burgonde, et les limites territoriales de ce royaume, à l'époque de sa plus grande expansion, témoigne de l'existence d'un art post-burgonde . Cet art, que l'on peut en fait qualifier de burgonde dans un sens […] Lire la suite

CABINET DE CURIOSITÉS ou WUNDERKAMMER

  • Écrit par 
  • Myriam MARRACHE-GOURAUD
  •  • 4 019 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Voyageurs, apothicaires, chanoines, médecins… »  : […] Les possesseurs de cabinets de curiosités ne sont cependant pas tous des princes ; dès la fin du xvi e  siècle et pendant tout le xvii e , le goût des curiosités se répand chez des apothicaires, des nobles, des hommes d’Église, des médecins, des commerçants ou des voyageurs, selon leurs moyens financiers et leurs réseaux d’approvisionnement. Comme André Thevet (1516-1590), moine et cosmographe du […] Lire la suite

DEL TORO GUILLERMO (1964- )

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 108 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une poésie de l’horreur »  : […] Il se fait remarquer avec son premier long métrage d’horreur Cronos (1993), réalisé au Mexique. Parmi les acteurs du film, on note déjà la présence de Ron Perlman, à qui il restera fidèle (quatre films, une série télévisée et de nombreuses productions), et de Claudio Brook, qui tenait le rôle principal de Simon du désert ( Sim ó n del desierto , 1965), ce qui souligne la parenté d’inspiration […] Lire la suite

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 412 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La Tène III »  : […] Le groupe intitulé la « Bête de Noves » (musée d'Avignon) est probablement contemporain des dernières sculptures d'Entremont, s'il ne leur est pas légèrement postérieur. Il figure la mort sous la forme d'un carnassier androphage, tenant à la fois du lion, d'inspiration méditerranéenne, et du loup, d'origine gauloise. Il montre combien les Gaulois ont été obsédés par la mort et dominés par le sent […] Lire la suite

GORGONE, iconographie

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 067 mots
  •  • 3 médias

Des trois sœurs appelées Gorgones, Euryalé, Sthéno et Méduse , la dernière, seule à être mortelle, est la plus fameuse en raison de son pouvoir de pétrifier les humains qui rencontrent son regard et de sa fin tragique. C'est presque toujours Méduse qui apparaît figurée, dès l'époque grecque archaïque et durant toute l'Antiquité classique, dans une grande variété de contextes (vases, monnaies, inta […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce

  • Écrit par 
  • Pierre DEVAMBEZ, 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 18 521 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre «  L'archaïsme »  : […] Le vii e  siècle avait été période de recherches, il avait créé des formes qui traduisaient pour l'essentiel la nature même de l'hellénisme. Il restait à classer toutes ces inventions, à perfectionner des moyens d'expression encore rudimentaires, à préciser un idéal, une conception de la vie qui n'étaient encore qu'esquissés. En une centaine d'années à peu près, qui équivalent dans la vie du peupl […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilbert LASCAULT, « MONSTRES, esthétique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/monstres-esthetique/