MONSTRES, esthétique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Tapis aux sorcières

Tapis aux sorcières
Crédits : Index/ Bridgeman Images

photographie

Gizeh

Gizeh
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Le classicisme déguise le monstre

Pour comprendre comment le monstre peut subsister masqué, une étude du xviie et du xviiie siècle français est éclairante.

Classicisme et monstres s'opposent. Michel Foucault (Histoire de la folie) a montré comment l'âge classique exclut les malades mentaux de la société, sépare radicalement folie et raison, enferme les fous. Un mouvement parallèle ostracise les monstres, les chasse de l'art, les prive du droit de cité dans l'univers esthétique. L'exclusion a lieu d'abord dans l'art religieux. Après le concile de Trente, l'Église refuse en même temps les représentations « ridicules ou superstitieuses », certaines nudités et les monstres. Molanus (De picturis et imaginibus sacris, 1570) se scandalise des tableaux où la Trinité est peinte dans le ventre de la Vierge, ou bien représentée par un personnage à trois faces. À ces prohibitions religieuses s'en juxtaposent d'autres, plus proprement esthétiques. Soucieux de vraisemblance, le classicisme lit le monstre comme l'impossible, l'insituable. Épris d'ordre, il le considère comme un chaos constitué par le démembrement des êtres organisés par Dieu. Le monstre conteste le goût de l'harmonie et le respect de la nature ; instaurant l'angoisse et la terreur, il ne fait pas « plaisir », au sens que les classiques donnent à ce mot. Toutes les normes classiques amènent donc les théoriciens à reprendre et citer la condamnation d'Horace (Art poétique) : « Pourrait-on s'empêcher de rire d'un peintre qui représenterait la tête d'un homme sur le cou d'un cheval ou qui, joignant ensemble les membres de différentes espèces d'animaux, les couvrirait de divers plumages et les terminerait tous en sorte que le haut de la figure représenterait une belle femme et le bas un monstre marin ? »

Mais au moment même où ils sont condamnés, les monstres sont produits. Ils doivent [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite de philosophie de l'art à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art, écrivain

Classification


Autres références

«  MONSTRES, esthétique  » est également traité dans :

ART BRUT JAPONAIS II (exposition)

  • Écrit par 
  • Nelly FEUERHAHN
  •  • 1 091 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Monstres et merveilles »  : […] Les œuvres en argile émaillée sont nombreuses et habitées par les monstres du folklore japonais, ces y ō kai capables d’actions et de transformations effrayantes, ou les représentations grimaçantes des gardiens géants des monastères bouddhiques : ainsi les créatures étonnantes que sont les démons de Kontani Akio, les visages monstrueux de Sakai Kiyoshi, les y ō kai de Matsumoto Naoya dont un sup […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-brut-japonais-ii-exposition/#i_15184

BESTIAIRES

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Daniel POIRION
  •  • 10 708 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le Moyen-Orient antique »  : […] L'Antiquité n'a pas seulement retenu de l'animal le dynamisme des luttes paroxystiques. L' art égyptien nous offre des images de plénitude tranquille et assurée. L'art funéraire tout d'abord inclut l'animal familier dans le cortège des êtres sauvegardés dans l'au-delà, image et essence, pour le seul plaisir d'un défunt prestigieux. Reproduits dans leur vérité spécifique, canonisés en quelque sort […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bestiaires/#i_15184

BOSCH JÉRÔME (1450-1460 env.-1516)

  • Écrit par 
  • Claude-Henri ROCQUET
  •  • 8 722 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les sources de l'imaginaire »  : […] Comme il connaît les ars moriendi – ces gravures du savoir-mourir –, les clefs des songes et le Tarot, les traités d'alchimie et ceux d'astrologie, Bosch a lu les ouvrages des mystiques, La Nef des fous de Brant, La Légende dorée où sont décrites les tentations de saint Antoine, et Les Visions de Tungdal , poème traduit de l'irlandais et qui montre une sorte de don Juan du xiii e  siècle gratifié, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jerome-bosch/#i_15184

BROWNING TOD (1882-1962)

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 1 044 mots
  •  • 2 médias

Le premier et le plus célèbre des cinéastes fantastiques américains était un homme qui se méfiait du surnaturel, le déjouant souvent ou s'en moquant dans ses films, pour insister sur la vraie nature de l'étrange : celle qui habite l'âme humaine. Il était plus proche d'un auteur réaliste tel que Eric von Stroheim que de ses nombreux épigones plus soucieux d'effets chocs que de recherches psychologi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tod-browning/#i_15184

BURGONDES

  • Écrit par 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 3 322 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Chefs-d'œuvre de l'art burgonde : garnitures de ceinture de bronze et de fer damasquiné »  : […] Une coïncidence significative entre la distribution géographique de certains accessoires vestimentaires et objets de parure, découverts dans les sépultures postérieures à la chute du royaume burgonde, et les limites territoriales de ce royaume, à l'époque de sa plus grande expansion, témoigne de l'existence d'un art post-burgonde . Cet art, que l'on peut en fait qualifier de burgonde dans un sens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/burgondes/#i_15184

CABINET DE CURIOSITÉS ou WUNDERKAMMER

  • Écrit par 
  • Myriam MARRACHE-GOURAUD
  •  • 4 017 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Voyageurs, apothicaires, chanoines, médecins… »  : […] Les possesseurs de cabinets de curiosités ne sont cependant pas tous des princes ; dès la fin du xvi e  siècle et pendant tout le xvii e , le goût des curiosités se répand chez des apothicaires, des nobles, des hommes d’Église, des médecins, des commerçants ou des voyageurs, selon leurs moyens financiers et leurs réseaux d’approvisionnement. Comme André Thevet (1516-1590), moine et cosmographe du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cabinet-de-curiosites-wunderkammer/#i_15184

DEL TORO GUILLERMO (1964- )

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 108 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une poésie de l’horreur »  : […] Il se fait remarquer avec son premier long métrage d’horreur Cronos (1993), réalisé au Mexique. Parmi les acteurs du film, on note déjà la présence de Ron Perlman, à qui il restera fidèle (quatre films, une série télévisée et de nombreuses productions), et de Claudio Brook, qui tenait le rôle principal de Simon du désert ( Sim ó n del desierto , 1965), ce qui souligne la parenté d’inspiration […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillermo-del-toro/#i_15184

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 409 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La Tène III »  : […] Le groupe intitulé la « Bête de Noves » (musée d'Avignon) est probablement contemporain des dernières sculptures d'Entremont, s'il ne leur est pas légèrement postérieur. Il figure la mort sous la forme d'un carnassier androphage, tenant à la fois du lion, d'inspiration méditerranéenne, et du loup, d'origine gauloise. Il montre combien les Gaulois ont été obsédés par la mort et dominés par le sent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaule/#i_15184

GORGONE, iconographie

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 066 mots
  •  • 3 médias

Des trois sœurs appelées Gorgones, Euryalé, Sthéno et Méduse , la dernière, seule à être mortelle, est la plus fameuse en raison de son pouvoir de pétrifier les humains qui rencontrent son regard et de sa fin tragique. C'est presque toujours Méduse qui apparaît figurée, dès l'époque grecque archaïque et durant toute l'Antiquité classique, dans une grande variété de contextes (vases, monnaies, inta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gorgone-iconographie/#i_15184

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce

  • Écrit par 
  • Pierre DEVAMBEZ, 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 18 509 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre «  L'archaïsme »  : […] Le vii e  siècle avait été période de recherches, il avait créé des formes qui traduisaient pour l'essentiel la nature même de l'hellénisme. Il restait à classer toutes ces inventions, à perfectionner des moyens d'expression encore rudimentaires, à préciser un idéal, une conception de la vie qui n'étaient encore qu'esquissés. En une centaine d'années à peu près, qui équivalent dans la vie du peupl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-les-arts-de-la-grece/#i_15184

MICHAUX HENRI (1899-1984)

  • Écrit par 
  • Robert BRECHON, 
  • Pierre ROBIN
  •  • 3 506 mots

Dans le chapitre « Le peintre »  : […] Il est particulièrement difficile de « donner à voir », à l'aide des mots, ce que Michaux , contre les mots, invente, de traduire sa vision au moyen d'un langage qu'il a voulu, justement, fuir dans l'image. Et il ne saurait être question de retracer, en quelques lignes, un itinéraire aussi sinueux que le sien, à travers tant de techniques diverses : huile, lavis, gouache, aquarelle, dessin, encre, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-michaux/#i_15184

LA MONSTRUEUSE PARADE, film de Tod Browning

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 929 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le jeu trouble des apparences »  : […] Freaks est le film de la transgression des limites et de l'inversion des valeurs. Ce sont les personnages d'apparence « normale », Cléopâtre et Hercule, qui se révèlent les vrais « monstres », moralement parlant, alors que les êtres difformes rayonnent d'humanité et de tendresse. Cléopâtre et Hercule, images conventionnelles de la force et de la beauté, sont les plus monstrueux parce qu'ils sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-monstrueuse-parade/#i_15184

SPHINX, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Monique HALM-TISSERANT
  •  • 970 mots
  •  • 2 médias

Hybride léonin à tête humaine, le sphinx apparut en Égypte sous la IV e  dynastie, avant de se répandre dans l'iconographie orientale, au III e  millénaire avant J.-C. Couché ou passant, il appartient à la grande statuaire (sphinx de Gizeh ), mais sa présence dans les tombes et sur les amulettes indique d'emblée sa double nature, funéraire et prophylactique. Piétinant ses ennemis, il symbolise Pha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sphinx-histoire-de-l-art/#i_15184

Pour citer l’article

Gilbert LASCAULT, « MONSTRES, esthétique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/monstres-esthetique/