MONGOLIE, République mongole

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielMongolie (MN)
Chef de l'ÉtatUkhnaagiin Khürelsükh (depuis le 25 juin 2021)
Chef du gouvernementLuvsannamsrai Oyun-Erdene (depuis le 27 janvier 2021)
CapitaleOulan-Bator
Langue officiellemongol
Unité monétairetugrik (MNT)
Population3 388 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)1 564 100

Société et économie

Mode de vie

En zone montagneuse comme en Gobi, l'élevage nomade s'est trouvé être, dès une époque reculée, la forme d'exploitation la mieux adaptée aux conditions naturelles – les bovidés et les yaks prédominant en montagne ; les moutons, les chèvres et les chevaux en zones de steppe ; les chameaux en régions semi-désertiques. L'habitat traditionnel est la large tente ronde ou ger (désignée improprement par les Occidentaux du mot turc de « yourte »). Cette demeure, formée d'un treillis de bois pliant que recouvrent des feutres clairs, peut être démontée et remontée en peu de temps par une ou deux personnes et tient facilement, avec tout son mobilier, sur une bête de bât ou, maintenant que l'ameublement est devenu plus important, sur un camion. Ainsi le pasteur peut-il suivre son troupeau selon un circuit constant, qui le mène des pâturages d'hiver aux pâturages d'été et vice versa.

Troupeau de moutons et ger (Mongolie)

Photographie : Troupeau de moutons et ger (Mongolie)

La Mongolie est le pays où la densité humaine au kilomètre carré est la plus faible. Près de Dzuunmod, province de Töv. 

Crédits : Michel Setboun/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Artisanat du tapis (Mongolie)

Photographie : Artisanat du tapis (Mongolie)

Fabrication traditionnelle de tapis dans la province de Bayan-Ölgiy, à l'extrémité ouest de la Mongolie. 

Crédits : Paul Harris/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Les activités, strictement réparties entre les deux sexes, suivent le rythme des saisons et sont centrées sur le bétail, d'où l'éleveur tirait jadis toute sa fortune et sa subsistance : nourriture (produits laitiers, dits « nourriture blanche », en été ; viande séchée, dite « vivres gris », en hiver), boisson (lait, alcool distillé du lait), vêtements et bottes, feutres, couvertures et tentures de la demeure, chauffage même (par les excréments séchés), moyen de locomotion, etc. Dans les siècles passés, il ne lui fallait acquérir au-dehors que du thé (en briques), de la farine et des objets de luxe (bijoux féminins, statuettes religieuses, soie). De nos jours, l'alimentation est plus diversifiée, mais le cheptel reste une des richesses du pays – véritable capital dont l'accroît forme les revenus.

Depuis la libéralisation de 1990, une résurgence flamboyante des traditions séculaires remet à la mode la multitude des rites qui, jadis, entouraient les occupations quotidiennes et saisonnières pour les rendre fastes ; elle en fait le support du sentiment identitaire national. D'ailleurs, le régime communiste n'avait pas pu les éliminer totalement. Seuls ceux dont la coloration religieuse était trop évidente avaient été interdits, ainsi la consécration du bétail à des divinités, le culte du feu, l'offrande des prémices aux dieux. Beaucoup d'autres avaient pu survivre atrophiés, comme actes symboliques à caractère folklorique faste : la purification par le feu, l'offrande rituelle d'une écharpe de soie bleue – le (khadag) –, le culte des lieux élevés (par des monticules de pierres dits obō), etc. Et tout le code de politesse et de convenances avait été maintenu, avec la fierté d'une spécificité inaliénable, pour régler les rapports entre les sexes (répartition particulière de l'intérieur de la yourte, qui attribue le côté oriental aux femmes et à leurs activités et le côté occidental aux hommes), entre les générations (déférence à l'égard du chef et de l'aîné, formes d'adresse courtoises), entre les parents et les proches (cérémonies familiales et cadeaux). Les fêtes aussi, qui marquaient le début ou la fin de chaque activité saisonnière, ont laissé de nombreuses traces dans un folklore toujours vivant, et les trois sports traditionnels (lutte, tir à l'arc, courses de chevaux) constituent maintenant plus que jamais le climax des grandes fêtes annuelles du naadam.

Fêtes de Naadam (Mongolie)

Photographie : Fêtes de Naadam (Mongolie)

Chaque année, en juillet, dans tout le pays et notamment à Oulan-Bator, se déroulent les fêtes de Naadam au cours desquelles les Mongols commémorent leur passé guerrier à travers des courses de chevaux et des tournois de lutte et de tir à l'arc. 

Crédits : Nancy Brown/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

La branche principale de l'artisanat traditionnel, l'art lamaïque, réapparaît, aiguillonné par la renaissance du sentiment religieux, mais freiné par la rareté des artistes capables de peindre des thangkas selon les rites, de sculpter des divinités en bronze, délicates ou effrayantes. Quelques activités artisanales se sont, toutefois, maintenues vivaces : le modelage en papier mâché des masques utilisés dans les danses religieuses du tsam annuel, la confection d'objets utilitaires, tels les coffres peints de rouge et d'or, l'orfèvrerie décorative du harnachement. Sur les sept cents monastères bouddhiques en service avant les destructions des années 1930, quelque cent cinquante ont été reconstruits et fonctionnent avec deux mille cinq cents moines au moins. Quant à la croyance profonde en une intercommunication avec le monde des esprits (esprits du gibier pour les chasseurs, esprits des ancêtres pour les éleveurs) qui forme la base traditionnelle du chamanisme, elle renaît sous la forme d'un chamanisme urbain qu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Mongolie : carte physique

Mongolie : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Mongolie : drapeau

Mongolie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Chevaux en Mongolie

Chevaux en Mongolie
Crédits : Michel Setboun/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Culture mongole

Culture mongole
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MONGOLIE, République mongole  » est également traité dans :

MONGOLIE, République mongole (chronologie contemporaine)

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

AÏMAG

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 121 mots

À l'origine, chez les peuples turcs, mongols et parfois toungouso-mandchous, l'aïmag (ou aïmak, ou ayimaq) est une unité sociale plus ou moins étendue qui repose sur la parenté patrilinéaire. À partir du XIII e  siècle, chez les Mongols, c'est une sous-tribu ayant un territoire de nomadisation propre, puis un grand fief et même un khanat. À l'époque moderne, chez les Mongols (en Bouriatie et en Ré […] Lire la suite

AMOUR, fleuve

  • Écrit par 
  • Laurent TOUCHART
  •  • 2 311 mots

Dans le chapitre « Le grand fleuve de l'Extrême-Orient »  : […] Long d'environ 4 400 km (4 384 à 4 444 selon la source considérée), l'Amour draine un bassin de 1 855 000 km 2 . Né dans les plateaux du nord-est de la Mongolie et de la Transbaïkalie russe, le fleuve s'écoule d'abord parallèlement aux grandes fractures, du sud-ouest au nord-est. Après son coude entre la chaîne russe de Toukouringra et le massif chinois du Grand Khingan, il se dirige vers le sud […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le « socle de Cathay » »  : […] La Chine du Nord et du Nord-Est, ainsi qu'une partie de la Corée, correspond au Bouclier chinois ( Sinian shield ), que nous appellerons « socle de Cathay », constitué de terrains cristallins, micaschistes, gneiss et granites. Les plis ont été usés jusqu'à la racine. Sur ce socle reposent, en discordance, des couches sédimentaires, primaires ou secondaires, très variées, notamment des calcaires et […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Asie orientale  »  : […] La partie orientale et nord-orientale de l'Asie est la plus difficile à identifier du continent eurasiatique. Le pays le plus vaste, le plus peuplé et le plus ancien de cet ensemble, la Chine, s'est toujours considéré au centre de l'écoumène, ni à l'est ni au nord-est de quelque chose, fût-ce un continent. En outre, pour ce « Pays du milieu » ( Zhongguo ), le nord-est de l'Asie désigne les provin […] Lire la suite

BOURIATES

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 2 387 mots

Dans le chapitre « La colonisation russe »  : […] Au xvii e  siècle s'amorcent les premiers contacts avec les Russes, lorsque vers 1620-1630 apparaissent les Cosaques partis de leur propre initiative à la découverte de la Sibérie ; viennent ensuite les commerçants attirés par les fourrures, l'or, l'argent, les pierres précieuses, et les paysans en rupture de servage. En 1640 et 1660, pour tenir en main le pays bouriate, les autorités russes y é […] Lire la suite

ČAKHAR ou TCHAKHAR

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 803 mots

Principale tribu des grands khāns mongols du xvi e siècle, les Čakhar (ou Tchakhar ou Chakhar) sont les descendants de Gengis khān. Au début du xvii e siècle, leur souverain, le grand khān Ligdan khān (ou Legdan khān, ou Lingdan khān), dont le règne se situe entre 1604 et 1634, tente de reconstituer la puissance mongole effritée par les rivalités internes. Mais il se heurte au pouvoir grandissan […] Lire la suite

ČOIBALSAN KHORLŌGHĪN (1895-1952)

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 335 mots

Qualifié de « Staline mongol », il repose aux côtés de Sükhe-Bātor, le « Lénine mongol », dans un mausolée dressé sur la place centrale d'Ulān-Bātor, au pied du palais gouvernemental. Issu d'un milieu pauvre, Čoibalsan reçoit une éducation soignée pour son temps et son milieu, d'abord dans une lamaserie puis dans la première école secondaire ouverte en Mongolie (fondée en 1912 à Urga, la capitale, […] Lire la suite

COMMUNISME - Histoire économique des pays communistes

  • Écrit par 
  • Marie LAVIGNE
  •  • 10 454 mots
  •  • 7 médias

L'ensemble des pays appartenant au système socialiste d'économie pouvait se définir, jusqu'à l'effondrement de ce système en 1989-1990, à partir de trois critères principaux. En premier lieu, les activités économiques, tout comme la vie politique, étaient subordonnées aux décisions d'un parti unique, qu'il fût dénommé Parti communiste ou portât un autre nom (Parti socialiste ouvrier hongrois, Par […] Lire la suite

GOBI DÉSERT DE

  • Écrit par 
  • Guy S. ALITTO, 
  • Mikhail Platonovich PETROV
  •  • 2 133 mots
  •  • 1 média

Les géographes européens ont souvent désigné sommairement sous le nom de désert de Gobi une vaste région semi-désertique d'Asie centrale, qui s'étend en Mongolie et en Chine. Le terme mongol gobi désigne de larges bassins fermés, à fond surtout caillouteux, qui abondent dans ces régions. Les massifs dunaires et les étendues sablonneuses y sont dans l'ensemble limités. Le Gobi s'étend au nord jus […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

18 février 1990 Mongolie. Instauration du multipartisme

La création, avec l'aval du pouvoir, du Parti démocratique mongol, issu de l'Union démocratique mongole (U.D.M.) formée en décembre 1989, marque la fin du système du parti unique en république populaire de Mongolie. Le congrès constitutif, qui se tient à Oulan-Bator, en présence de représentants du pouvoir, donne l'occasion aux six cent dix délégués de dénoncer la politique de collectivisation suivie par le Parti populaire révolutionnaire (P. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise AUBIN, Marie-Dominique EVEN, « MONGOLIE, République mongole », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mongolie-republique-mongole/