MONGOLIE, histoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La Haute Asie prémongole

Par les caractères et les formes tant de ses traits géographiques que de sa vie économique, sociale et culturelle, la Mongolie se place au centre d'un hinterland asiatique que limitent les chaînes himalayennes, le Saian-Altai, le Pamir et les monts Xing'an (ou Khingan). Sur cet immense territoire steppique bordé de hautes montagnes et s'ouvrant respectivement à l'est et à l'ouest sur les plateaux iraniens et les plaines chinoises, les populations anciennes de l'Asie centrale ont joué un rôle fondamental : par elles se trouvèrent mises en contact les diverses cultures agricoles ; elles eurent aussi une influence déterminante sur l'apparition de l'élevage, source de la première différenciation socio-économique des mondes préhistoriques.

Une riche industrie lithique

Les découvertes archéologiques faites par les savants soviétiques et mongols, principalement depuis 1960, et, depuis 1992, par la Mission archéologique française sous l'égide de l’U.N.E.S.C.O., ont comblé de vastes lacunes. De nombreux sites paléolithiques inscrits dans leur contexte stratigraphique ont prouvé l'existence d'un âge de la pierre taillée sur tout le territoire actuel de la République mongole. Fonds de cabanes, établissements saisonniers ou ateliers ont livré le témoignage d'une riche industrie lithique. Les pièces les plus anciennes proviennent de l'extrémité orientale de l'Altai du Gobi (Bogdo-somon). Ce sont des outils à faciès levalloisien et levalloiso-moustérien du type Quina. À Baga-Bogdo, les outils les plus caractéristiques sont de grands éclats massifs dont le plan de frappe présente un profil « en chapeau de gendarme ». Dans cette même région apparaissent des nucléus cordiformes ou triangulaires dont le plan de frappe est incliné par rapport à l'axe. Dans la vallée de l'Orkhon, le faciès des outils est aussi levalloiso-moustérien avec, dès les premières couches, des grattoirs et des nucléus du type sibérien déjà évolué. Dans la vallée du Selenge, les cultures sont plus tardives ; mais, à côté de grattoirs semi-lunaires et de pointes sibériennes, gisent des outils à facture archaïque, lames et nucléus de type levalloisien. Ces outils sont souvent accompagnés de couperets (choppers) de facture primitive. Les matériaux employés sont principalement des galets que charrient les torrents ou qui, fréquemment, proviennent des veines rocheuses que renferment les montagnes du pays. En dernière étape, les nucléus prismatiques croissent en nombre, les outils se miniaturisent et leur qualité s'améliore. À Shara I Qada ont été découverts des os d'animaux qui prouvent que les chasseurs errants ou semi-errants de l'époque prisaient déjà, entre autres choses, la viande de cheval sauvage. Au nord, au Pont de l'Iro, à 65 kilomètres au sud de Sükhebator, l'inventaire est des plus riches : les couperets, les pointes et les grattoirs disparaissent ; le plan de frappe devient perpendiculaire à l'axe ; les petits grattoirs à bord arrondi et les lamelles abondent. C'est déjà le Mésolithique et le Néolithique précéramique. Toute l'industrie lithique confirme le rôle essentiel joué par la Mongolie dans l'ensemble des échanges qui eurent lieu entre les cultures paléolithiques de l'Eurafrique et celles de l'Asie orientale.

Les cultures néolithiques

Les fouilles néolithiques en Mongolie couvrent, depuis 1948, toutes les provinces. Le site le plus intéressant reste celui de Bayan-zug (Šabarakhusu). On y trouve de nombreux outils lithiques et des restes de foyers entourés d'ossements d'oiseaux et d'animaux divers. Les poteries, de forme semi-ovoïdale, ont un décor cordé. Le site renferme aussi des pilons, des moulins à grain, des haches taillées et polies, des lamelles, des grattoirs, des burins et des pointes de flèches à base asymétrique : ces outils sont taillés dans du silex, du jaspe ou de la calcédoine. Leur ressemblance avec les industries néolithiques de la Sibérie méridionale et de la Chine autorise à considérer la Mongolie d'alors comme partie intégrante de l'ensemble des cultures du IIe millénaire avant notre ère.

À cette époque, les régions d'Asie centrale se partageaient entre la culture d'Andronovo à l'ouest et celle de Glaskovo à l'est. Cette dernière, sise autour du lac Baikal, présentait de nombreuses affinités avec les culture [...]

-2000 à -1000. Les empires du Bronze

Vidéo : -2000 à -1000. Les empires du Bronze

Âge du bronze. Expansion de l'architecture collective. Apogée de l'Égypte.Au IIe millénaire s'épanouissent les grandes civilisations de l'Âge du bronze.En Mésopotamie d'abord, où rayonne brièvement le premier Empire babylonien, avec Hammourabi et son célèbre code juridique.L'Égypte... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 27 pages

Médias de l’article

-2000 à -1000. Les empires du Bronze

-2000 à -1000. Les empires du Bronze
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

-600 à -200. Philosophes et conquérants

-600 à -200. Philosophes et conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

500 à 600. Reconquêtes

500 à 600. Reconquêtes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

800 à 900. Déclin des empires

800 à 900. Déclin des empires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 22 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S. et à la Fondation nationale des sciences politiques (C.E.R.I)
  • : conservateur en chef du musée Guimet, directeur d'études à l'École pratique des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  MONGOLIE, histoire  » est également traité dans :

EXPANSION MONGOLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 206 mots

1206 Temüdjin est reconnu khan universel (Gengis khan).1215 Prise de Pékin et annexion de la Mandchourie.1221 Gengis khan atteint l'Indus.1229 Ögöd […] Lire la suite

MONGOLIE, République mongole

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Marie-Dominique EVEN
  •  • 7 774 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Instauration d'une monarchie théocratique »  : […] Après plus de deux siècles passés sous la domination des suzerains mandchous, les Mongols sont confrontés aux politiques d'assimilation et de colonisation décrétées par Pékin en 1901. Mais la dynastie Qing, financièrement exsangue, minée par les agressions occidentales et les mouvements antimandchous, est sur le point de s'effondrer : Puyi abdiquera en février 1912. L'été précédent, dans la ville […] Lire la suite

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Établissement d'une dynastie étrangère »  : […] Dans les premières années du xiii e  siècle est formée, au nord des empires Jin et Xi Xia, une nouvelle fédération de peuples de la steppe par un chef mongol du nom de Temügin qui prend, en 1206, le titre de Chenghiz-khan, « empereur des mers » . La capitale de ce nouvel empire, qui a pour antécédents illustres les empires des Xiongnu ( ii e - i er  s. avant J.-C.) et des Turcs ( vi e - vii e  s.) […] Lire la suite

OÏRAT

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 2 092 mots
  •  • 1 média

En 1207, Gengis-khan, proclamé depuis l'année précédente empereur, envoyait son fils aîné J̌öči à la conquête des peuples de la forêt de la Sibérie méridionale (cf. mongolie - Histoire). C'est ainsi que les Oirat, qui nomadisaient le long de l'Enisei à l'ouest du lac Baikal, entrèrent dans l'orbite de la confédération mongole, mais ils ne participèrent à sa grandeur que par l'intermédiaire de co […] Lire la suite

KHALKHA

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 523 mots

Ethnie principale de la République mongole (qui s'est appelée successivement Mongolie-Extérieure puis république populaire de Mongolie), les Khalkha (ou Qalq-a, ou Xalx) étaient estimés à 1 777 730 en 1993, ce qui représente 78,8 p. 100 de la population totale du pays (2 256 000 hab.). Ils appartiennent au groupe ethno-linguistique des Mongols orientaux. La mise en place de cette ethnie au nord d […] Lire la suite

SIBÉRIE

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Pascal MARCHAND, 
  • Guy MENNESSIER
  •  • 14 142 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Avènement des Toungouses »  : […] Au x e  siècle, les Kitan battirent les Khirghiz et régnèrent sur leur territoire. Le même sort atteignit les Mohe qui, voisins des Xianbei, avaient, sous l'influence chinoise, fondé le royaume de Bohai dont la puissance engagea la dynastie des Tang à lui donner un statut d'allié. En 719, leur souverain prit même le nom d'empereur avec des noms d'ère à l'image de la cour chinoise ; il traitait d' […] Lire la suite

ČAKHAR ou TCHAKHAR

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 803 mots

Principale tribu des grands khāns mongols du xvi e siècle, les Čakhar (ou Tchakhar ou Chakhar) sont les descendants de Gengis khān. Au début du xvii e siècle, leur souverain, le grand khān Ligdan khān (ou Legdan khān, ou Lingdan khān), dont le règne se situe entre 1604 et 1634, tente de reconstituer la puissance mongole effritée par les rivalités internes. Mais il se heurte au pouvoir grandissan […] Lire la suite

MUSICALES (TRADITIONS) - Musiques d'inspiration chinoise

  • Écrit par 
  • TRAN VAN KHÊ
  •  • 8 750 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les instruments »  : […] Plusieurs instruments de même type, souvent de même nom, se rencontrent en Chine, en Corée, au Japon, en Mongolie et au Vietnam (pays dont les noms, à la suite des désignations vernaculaires d'instruments ou de pièces de musique, seront abrégés comme suit : Ch, C, J, M, VN). Ainsi, les flûtes traversières en bambou avec ou sans mirliton : di (Ch), Tang tchuk (C), yokobue (J), luu-tu biskigür (M), […] Lire la suite

TIBET (XIZIANG)

  • Écrit par 
  • Chantal MASSONAUD, 
  • Luciano PETECH, 
  • David SNELLGROVE, 
  • Pierre TROLLIET
  • , Universalis
  •  • 26 829 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'émiettement médiéval »  : […] La période qui s'étend de 850 à 1050 est fort obscure. On a peu de renseignements sur l'histoire politique. On est mieux informé sur les événements religieux. Le bouddhisme, persécuté et presque annihilé, reprit lentement pied dans le Tibet central, grâce à l'activité de Bla-chen-po (892-975) et de Klu-mes (env. 950-1025) ; c'était toujours l'école bouddhiste du temps de Khri-srong-Ide-brtsan, ce […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La domination turque »  : […] Avec la disparition des Samanides, le pouvoir passa de nouveau aux mains des Turcs, venus des steppes du Nord en quête de pâturages. Leur modèle s'imposa encore une fois, mais heureusement la destruction, au moins en Afghanistan, resta limitée. Car les nouveaux conquérants, qui avant d'arriver au pouvoir avaient passé quelque temps au service des Samanides, avaient non seulement adhéré à l'islam, […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

7 juillet 2017 Mongolie. Élection de Khaltmaa Battulga à la présidence.

L’ancien lutteur et homme d’affaires Khaltmaa Battulga, candidat du Parti démocrate (PD, centre droit), remporte le second tour de l’élection présidentielle avec 50,6 p. 100 des suffrages valides. Il bat le président du Parlement et ancien Premier ministre Miyeegombo Enkhbold, candidat du Parti du peuple mongol (PPM, social-démocrate) au pouvoir depuis juin 2016, qui obtient 41,2 p. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise AUBIN, Vadime ELISSEEFF, « MONGOLIE, histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mongolie-histoire/