MONGO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Économie et organisation sociale

Avant l'arrivée des Européens, les Mongo exploitaient leur biotope forestier de diverses façons. La chasse, activité masculine, était restée importante. On la pratiquait individuellement ou en groupe, par poursuite, encerclement ou piégeage. Le partage du butin entre la parenté était soumis à des règles précises. La pêche était pratiquée par ceux qui vivaient près des rivières. La cueillette de fruits sauvages, de champignons, de tubercules et la récolte de miel, de chenilles et larves du bois fournissaient un appoint alimentaire. Dans les clairières, la culture principale était celle du manioc ; puis venaient le maïs et l'igname, la canne à sucre et certains légumes.

Poterie, vannerie, taille d'objets de bois sont des artisanats encore florissants. Les fonderies de fer, jadis renommées, ont disparu. Les forgerons ne fabriquent plus que l'outillage de la chasse et de la pêche ; un rituel compliqué témoigne de leur importance passée. En plus des armes et des outils, ils battaient les monnaies : bracelets et chevillères de cuivre, lances de fer laissées à l'état d'ébauche. Ces objets, dotés d'une valeur conventionnelle précise, circulaient dans tout le pays mongo et au-delà.

Les Mongo n'avaient pas d'organisation politique unifiée. Le pouvoir était détenu par les chefs des lignages patrilinéaires. Sur le plan territorial, ces lignages correspondaient au village, ou à une partie de village. Les lignages, qui ne cessaient de se segmenter, étaient exogames des côtés paternel et maternel. L'accueil des parents, spécialement du côté maternel, constituait une obligation. L'ethnologue G. Murdock, examinant les termes de parenté des Mongo occidentaux, y décèle les vestiges d'une ancienne organisation matrilinéaire. Dans la terminologie, en effet, on retrouve le modèle Crow classique, qui est associé partout ailleurs avec la descendance matrilinéaire. Cette anomalie est expliquée par l'institution de la nkita : lorsqu'une fille se mariait, les biens matrimoniaux reçus pour elle pouvaient être utilisés pour procurer une épouse à l'un de ses frères. Cette épouse était la nkita de sa belle-sœur, qui elle-même devenait nkolo. Les fils de la nkita ne pouvaient hériter de leur père que parce que celui-ci avait employé les biens de mariage de sa sœur pour épouser leur mère ; la succession patrilinéaire était donc justifiée par une raison qui relève de l'ordre matrilinéaire. D'autre part, les fils de la nkolo avaient des droits sur leur oncle maternel, le mari de la nkita : il était obligé de leur donner les biens nécessaires à leur mariage si leur propre père ne pouvait le faire, et, dans ce cas, ils passaient avant les fils de la nkita. Ainsi, chez les Mongo, les survivances du système matrilinéaire jouaient dans les cas où le patrilignage était déficient. Elles sont donc justifiées fonctionnellement.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MONGO  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Ethnies, États, nations »  : […] Outre leur appartenance à un groupe linguistique et leur adhésion à une religion, les populations africaines se reconnaissent dans des groupes ethniques, surtout en Afrique noire car, au nord du Sahara, l'adhésion presque exclusive à l'islam et l'ancienneté des identités nationales relèguent au second plan la question ethnique, sauf en ce qui concerne le statut des Berbères par rapport à la majori […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 142 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des Mbole aux Metoko »  : […] Les Mbole et les Yela appartiennent au peuple mongo par la langue et la culture. Ils résident sur les rives de la Tshuapa et de la moyenne Lomami. L'institution dirigeante était celle du Lilwa, qui règlait les relations entre les lignages majeurs ( okenge ). Leur production artistique, connue par des statues aux bras ballants le long d'un corps étroit, évoque de façon symbolique des hommes pendus […] Lire la suite

Les derniers événements

11-14 avril 2006 Tchad. Échec d'une offensive rebelle

), dirigés par le capitaine Mahamat Nour et soutenus par le Soudan, qui poursuivent leur progression vers N'djamena depuis le 30 mars, s'emparent de la ville de Mongo, à 400 kilomètres à l'est de la capitale. Une première offensive du F.U.C., en décembre 2005, avait échoué. Le 13, l'armée repousse l'offensive des rebelles contre N'djamena. Le bilan officiel fait état de quelque quatre cents morts, pour la plupart des rebelles, mais d'autres sources évoquent un bilan plus lourd. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques MAQUET, « MONGO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mongo/