MONDIALISATIONLe point de vue internationaliste

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'Angleterre victorienne à la mondialisation néolibérale

La mondialisation victorienne du xixe siècle fut portée par une première grande révolution technique dans les transports et les communications. En quelques années, le réseau de chemin de fer s'est étendu et ramifié. Le télégraphe a commencé à étendre sa toile câblée sur la planète. La navigation à vapeur a permis de rêver un tour du monde en quatre-vingts jours ; la machine à écrire et la rotative d'imprimerie ont fait naître une presse à gros tirages. Ce furent l'Internet, les satellites et les télécommunications de l'époque. Les années 1860 ont également vu le grand commerce naissant, l'essor du crédit bancaire, les passions et les fièvres boursières, les fortunes aussi vite perdues que faites, les faillites retentissantes et les scandales politico-financiers. Les banqueroutes du Crédit mobilier of America en 1872, de la Compagnie du canal de Panama en 1889 ou de compagnies de chemin de fer éliminées par une concurrence impitoyable furent l'équivalent des mirages de la nouvelle économie ou de la chute du groupe Enron, un siècle et demi plus tard. Ce fut aussi l'époque des dernières expéditions coloniales, d'une militarisation des nations conduisant à une véritable « industrie du massacre » selon l'expression de Marx, de l'apparition d'une délinquance financière et de logiques mafieuses, décrites par Jack London dans une fiction inachevée, Le Bureau des assassinats.

De même, la mondialisation néolibérale a son cortège de criminalité mafieuse, de trafics en tous genres, des armes à la drogue, de piratage électronique et d'e-terrorisme, de concurrences impitoyables et de guerres impériales. Car elle ne saurait se limiter à la circulation des biens et des capitaux. Elle signifie aussi la globalisation des violences sans frontières, des crises écologiques, des paniques boursières. Une crise locale, comme les crises asiatiques de 1997, ou comme la crise argentine de 2001, se propage dans le système mondialisé comme l'effet papillon cher aux physiciens du chaos.

Cette mondialisation que ses apologistes présentent comme une fatalité ou comme la conséquence inéluctable des lois de l'économie, a ses raisons que la déraison médiatique veut ignorer : la boulimie d'espace et la frénésie d'accélération inhérentes à la logique de l'accumulation capitaliste. Pour surmonter ses propres limites et les contradictions sociales qu'il génère, pour contrecarrer les tendances à la rentabilité décroissante, le capital élargit sans cesse son champ d'action et emballe le rythme de ses métamorphoses et de ses rotations. Les révolutions informatiques et biotechnologiques amplifient ce mouvement de longue durée.

Un nouveau partage du monde

Mais les modalités de la mondialisation impériale contemporaine ne sont pas mécaniquement dictées par les logiques économiques et les conditions technologiques. Elles répondent aussi à la nouvelle donne politique consécutive à la chute du Mur de Berlin, à la réunification allemande, à la désintégration de l'Union soviétique et de son glacis. L'équilibre mondial bipolaire négocié à Yalta et à Potsdam a été maintenu tant bien que mal pendant un demi-siècle, malgré les crises et les conflits régionaux. Sa rupture met à l'ordre du jour un nouveau partage du monde, tel qu'il s'en est produit au xixe siècle avec le traité de Vienne de 1815 et la conférence de Berlin de 1885 et, au xxe siècle, avec les grands traités consécutifs aux deux guerres mondiales. Sur le « grand échiquier » planétaire, la partie ne se joue pas pacifiquement sur le tapis vert des chancelleries. Les positions s'établissent et se distribuent par le fer et par le feu. Contrairement aux promesses rhétoriques de George Bush senior, annonçant en 1991 un « nouvel ordre mondial » synonyme de paix et de prospérité, le meilleur des mondes marchands possible a connu depuis lors des guerres incessantes, depuis celles du Golfe à celles d'Asie centrale, en passant par celle des Balkans ou par les guerres civiles africaines. Le militarisme va de pair avec l'impérialisme. Les budgets militaires des puissances dominantes atteignent de nouveaux records et celui des États-Unis représente à lui seul plus de 40 p. 100 des dépenses militaires de la planèt [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : maître de conférences en philosophie, directeur de la revue Contretemps

Classification

Autres références

«  MONDIALISATION  » est également traité dans :

MONDIALISATION - Histoire de la mondialisation

  • Écrit par 
  • Bertrand BLANCHETON, 
  • Universalis
  •  • 4 014 mots
  •  • 11 médias

La mondialisation économique désigne un processus d'intensification des échanges internationaux de toute nature : marchandises, capitaux, informations... Ce n'est ni un phénomène économique nouveau, ni un phénomène irréversible. À d'autres périodes de l'histoire correspondent d'autres formes de mondialisation, qui parfois ont pris fin dans une phase de repli autarcique. Le phénomène actuel se cara […] Lire la suite

MONDIALISATION - Pour une régulation économique internationale

  • Écrit par 
  • Michel AGLIETTA
  •  • 8 103 mots

Au cours des deux dernières décennies du xxe siècle, les interdépendances se sont approfondies de manière inégale entre les pays et les régions du monde. Les échanges commerciaux se sont intensifiés, les firmes multinationales se sont déployées par les investissements directs à l'étranger et les différentes formes de partenariat, la mobilité des capit […] Lire la suite

MONDIALISATION - Globalisation financière

  • Écrit par 
  • Philippe MARTIN, 
  • Dominique PLIHON
  •  • 8 378 mots
  •  • 2 médias

Les débats concernant la globalisation financière sont nombreux et s'étendent à des sujets aussi divers que la nature du capitalisme, les rapports entre l'État et le marché, les institutions internationales, la puissance américaine, l'environnement, les inégalités ou l'homogénéisation culturelle pour n'évoquer que quelques-unes des questions liées au thème géné […] Lire la suite

MONDIALISATION (sociologie)

  • Écrit par 
  • Denis COLOMBI
  •  • 2 356 mots

Le terme mondialisation (globalization en anglais) s’est imposé pour désigner une interconnexion croissante à l’échelle mondiale : les personnes, les institutions, les lieux et, plus généralement, les sociétés seraient de plus en plus reliés par-delà les frontières nationales, du fait de l’accroissement des mouvements des capitaux, d […] Lire la suite

AÉRONAUTIQUE CIVILE (INDUSTRIE)

  • Écrit par 
  • Georges VILLE
  •  • 2 397 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le défi concurrentiel »  : […] La construction aéronautique civile s'insère, dès les années 1950, dans la mondialisation en raison du caractère international du transport aérien et de ses propres spécificités ; ainsi, une analyse macro-économique simple montre que le niveau global des livraisons (de l'ordre de 800 à 1 000 appareils par an) permet l'amortissement des investissements pour deux constructeurs au maximum, avec des […] Lire la suite

AGRICOLE RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Abel POITRINEAU, 
  • Gabriel WACKERMANN
  •  • 10 248 mots

Dans le chapitre « Les impératifs de la mondialisation »  : […] Si la révolution agricole marque la période industrielle et inversement, ses répercussions furent multiples : elles ont introduit la spécialisation en fonction des avantages offerts par les marchés nationaux, continentaux et transcontinentaux, eux-mêmes activés par la progression du libre-échange et, surtout, des moyens de locomotion ; l'irruption de la machine à vapeur a accéléré la mise au poi […] Lire la suite

ALTERMONDIALISME

  • Écrit par 
  • Christophe AGUITON, 
  • Isabelle SOMMIER
  •  • 5 468 mots
  •  • 1 média

Comme pour tout mouvement social, la dénomination du mouvement « altermondialiste » est l'enjeu, en son sein et à l'extérieur, de luttes symboliques ayant pour objet le sens à lui donner. Elle fait par conséquent l'objet de discussions et de variations d'un pays et d'un groupe à l'autre, mais aussi dans le temps pourtant court de son histoire. À la date fondatrice de la protestation du sommet de […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE RÉFLEXIVE

  • Écrit par 
  • Olivier LESERVOISIER
  •  • 3 441 mots

Dans le chapitre « De la critique politique à la critique culturelle »  : […] Si l'analyse réflexive des conditions de terrain s'est faite attendre, en revanche, le regard distancié sur la discipline a pris très tôt la forme d'une critique politique, à travers l'appel à l'engagement des anthropologues pour la défense des peuples colonisés (Leiris, 1969), ou la dénonciation de toute collusion entre l'anthropologie et l'impérialisme colonial (Asad, 1973 ; Hymes, 1974 ; Copans […] Lire la suite

NUMÉRIQUE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Julien BONHOMME
  •  • 1 438 mots

Dans le chapitre « Le numérique et la mondialisation »  : […] L’anthropologie du numérique ne se limite cependant pas à l’ethnographie virtuelle. Il est plus intéressant de combiner « terrain en ligne » et terrain classique afin d’éclairer les pratiques numériques des enquêtés à la lumière des autres facettes de leur vie sociale, comme l’ont souligné Daniel Miller et Don Slater à propos de leurs études des usages d’Internet à Trinidad. Ce genre d’approche pe […] Lire la suite

ART CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD, 
  • Raymonde MOULIN
  •  • 12 402 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Déterritorialisation et interdépendance des marchés »  : […] L'internationalisation du commerce de l'art ne constitue pas un fait récent. De plus, elle n'exclut pas le maintien et le développement des marchés locaux, régionaux et nationaux qui ont leur dynamique propre. La spécificité de la période récente réside dans le fait que le marché de l'art ne fonctionne plus comme une juxtaposition de marchés nationaux communiquant plus ou moins bien entre eux, mai […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel BENSAÏD, « MONDIALISATION - Le point de vue internationaliste », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mondialisation-le-point-de-vue-internationaliste/