MOLÉCULES BIOLOGIQUES, structure et fonction

ADN (acide désoxyribonucléique) ou DNA (deoxyribonucleic acid)

  • Écrit par 
  • Michel DUGUET, 
  • David MONCHAUD, 
  • Michel MORANGE
  • , Universalis
  •  • 10 066 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les structures de l’ADN »  : […] Avant 1944, il était donc difficile d’imaginer que l’acide désoxyribonucléique, l’ADN, pouvait être le support matériel de l’hérédité. Sa composition chimique assez pauvre (seulement quatre bases organiques, du phosphate et un sucre, le désoxyribose) paraissait incapable de coder la diversité des protéines d’un organisme. La préférence allait aux protéines, si diverses. Deux expériences célèbres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adn-dna/#i_91967

ALCALOÏDES

  • Écrit par 
  • Jacques E. POISSON
  •  • 5 684 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Détermination de la structure »  : […] Il n'existe pas de procédés propres à cette catégorie de substances naturelles, et il est fait appel à l'ensemble des méthodes physiques maintenant classiques. Elles permettent, sur de faibles quantités de produit, et en quelques semaines, voire quelques jours ou heures, d'établir la structure spatiale exacte de la molécule. À titre de comparaison, l'établissement de la formule de la strychnine a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcaloides/#i_91967

ANFINSEN CHRISTIAN BOEHMER (1916-1995)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 301 mots

Biochimiste américain né à Monessen (Pennsylvanie) et décédé à Boston (Massachusetts). Christian Boehmer Anfinsen fait des études de chimie à l'université de Pennsylvanie puis à l'École médicale de l'université de Harvard, où il obtient un doctorat en 1943 et où il reste comme assistant jusqu'en 1946. Il rejoint alors comme assistant le Département de chimie biologique de la même université. En 19 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christian-boehmer-anfinsen/#i_91967

ANTIGÈNES

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF
  •  • 7 370 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les déterminants antigéniques (structure épitopique des Ag) »  : […] Le concept de déterminant (site) antigénique élaboré dès 1950 est actuellement un des paradigmes fondamentaux de l'immunologie. Les premiers travaux qui ont étayé ce concept ont été menés entre 1930 et 1965. Ils concernent l'étude de la réactivité des haptènes, des antigènes (protéines et polyosides) et de leurs fragments obtenus par clivage enzymatique ou chimique avec les anticorps homologues ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antigenes/#i_91967

AQUAPORINES

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 2 340 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Structure et fonction de l'aquaporine-1 »  : […] Sans entrer davantage dans les détails, la protéine AQP1 s'ancre dans les membranes cellulaires par six pieux, formés principalement d'hélices α, placées grosso modo en parallèle, perpendiculairement à la surface de la membrane. De plus, la structure de cette AQP1, en sa disposition membranaire, ménage un pore suivant l'axe. La forme d'ensemble de cette cavité la fit qualifier d'emblée de « sabli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aquaporines/#i_91967

ARGILES

  • Écrit par 
  • Daniel BEAUFORT, 
  • Maurice PAGEL
  •  • 2 644 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Argiles et origine du monde vivant »  : […] L' origine de la vie pourrait se trouver dans les propriétés catalytiques des surfaces des minéraux argileux qui auraient favorisé la polymérisation de molécules organiques complexes capables de donner naissance à des structures moléculaires aussi complexes que l'ARN. Les phyllosilicates auraient alors non seulement fourni les surfaces catalytiques nécessaires à la synthèse des molécules complexe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/argiles/#i_91967

ARN (acide ribonucléique) ou RNA (ribonucleic acid)

  • Écrit par 
  • Marie-Christine MAUREL
  •  • 2 763 mots
  •  • 2 médias

Faut-il voir dans une molécule biologique omniprésente dans toute structure cellulaire des êtres vivants, l'ARN (acide ribonucléique), la première étape de l'histoire de la vie ? Les ARN contemporains sont-ils les fossiles d'anciennes molécules ? Les voies métaboliques primordiales ont-elles été guidées par de petits ARN ? La biologie moléculaire, en mettant en évidence l'extraordinaire diversité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arn-rna/#i_91967

BIOCHIMIE

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  •  • 3 873 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Biochimie structurale »  : […] La biochimie structurale nous apprend aujourd'hui que les êtres vivants sont constitués de quatre grandes catégories de molécules : les protéines, les glucides, les lipides et les acides nucléiques. Les protéines , molécules de tailles très variables, sont formées de la combinaison de vingt molécules de petites tailles, les acides aminés : le premier isolé, l'asparagine, fut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biochimie/#i_91967

BIOLOGIE - La maintenance de l'organisme

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD
  •  • 2 732 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Renouvellement moléculaire »  : […] Le renouvellement d'un constituant d'une molécule complexe englobe implicitement d'une part son renouvellement à l'intérieur de la molécule, d'autre part le renouvellement de la molécule entière, le constituant étant soumis à la fois au métabolisme cellulaire et aux transferts et échanges au sein de l'organisme. La vitesse globale de renouvellement correspond à la résultante de ces divers phénomèn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biologie-la-maintenance-de-l-organisme/#i_91967

BIOLOGIE - La bio-informatique

  • Écrit par 
  • Bernard CAUDRON
  •  • 5 439 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les banques de données biologiques  »  : […] L'origine des banques de données biologiques remonte à l'utilisation des premiers ordinateurs par des cristallographes ou des biochimistes. Parmi ceux-ci, Margaret Dayhoff, biochimiste américaine, fut la première à voir l'intérêt de rassembler toutes les données sur les séquences des protéines afin d'étudier leurs relations évolutives et de les classer en familles. Elle publia le premier atlas de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biologie-la-bio-informatique/#i_91967

BIOPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Claude Michel GARY-BOBO
  •  • 6 408 mots

Dans le chapitre « Investigation des structures moléculaires »  : […] La biophysique moléculaire se donne pour tâche l'étude de l'organisation spatiale des macromolécules en relation avec leurs interactions fonctionnelles dans le milieu biologique. C'est peut-être dans ce domaine que la puissance des méthodes physiques se révèle de façon le plus spectaculaire, par leur pouvoir de résolution aussi bien spatiale que temporelle ; certaines de ces méthodes mesurent de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biophysique/#i_91967

BIOSPHÈRE

  • Écrit par 
  • Paul DUVIGNEAUD, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • François RAMADE
  •  • 3 426 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Composition chimique »  : […] Les éléments chimiques qui sont présents dans la biosphère, c'est-à-dire qui constituent la matière des êtres vivants, sont nombreux, mais leur importance quantitative est très variable. Le carbone est l'élément de base de la matière organique, qui renferme aussi en quantités non négligeables de l'azote, du phosphore et, dans une moindre mesure, du soufre et du fer. L'abondance de l'oxygène et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biosphere/#i_91967

CANAUX IONIQUES

  • Écrit par 
  • Laurent COUNILLON, 
  • Mallorie POËT
  •  • 4 294 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les canaux ioniques sont des protéines membranaires »  : […] Les canaux ioniques sont des protéines capables de changer de conformation et d'osciller entre des états fermés, inactivés et ouverts (fig. 5), selon des équilibres qui peuvent être caractérisés, comme pour tous les édifices macromoléculaires, par des constantes cinétiques, ou constantes de temps. Par un traitement mathématique que nous ne détaillerons pas ici, l'analyse fine de la distribution d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canaux-ioniques/#i_91967

CHAPERONNES PROTÉINES

  • Écrit par 
  • Roger DURAND
  •  • 964 mots

On appelle « molécules chaperonnes » (Laskey, 1978) des protéines dont le rôle est d'éviter, chez d'autres protéines, des « écarts de conduite » comme le faisaient autrefois auprès des jeunes filles des personnes que l'on appelait « chaperons » Elles participent ainsi à des fonctions vitales essentielles : résistance au stress, maintien de la conformation correcte des protéines, trafic intracellu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proteines-chaperonnes/#i_91967

CHIRALITÉ, chimie

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 342 mots

Un objet est chiral s'il n'est pas superposable à son image dans un miroir, ou image spéculaire. Nos mains appartiennent à cette classe des objets chiraux, d'où leur nom, dérivé du grec kheir , « main ». Nos mains, gauche et droite, sont l'image spéculaire l'une de l'autre. De la même manière, les autres objets chiraux suivent la même dichotomie et sont soit de type gauche, s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chiralite-chimie/#i_91967

CHLOROPHYLLES

  • Écrit par 
  • Alexis MOYSE
  •  • 3 556 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Structure et propriétés chimiques »  : […] Les chlorophylles sont les pigments verts des végétaux capables de photosynthèse. On en trouve également dans diverses bactéries qui utilisent aussi l'énergie lumineuse. Les chlorophylles les plus communes sont les chlorophylles a et b , présentes dans les chloroplastes des cellules de tous les végétaux de couleur verte : plantes à fleurs, fougères, mou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chlorophylles/#i_91967

CLASSIFICATION DU VIVANT

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS, 
  • Pascal TASSY
  •  • 7 194 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Face aux défis phylogénétiques »  : […] Aujourd'hui, les arbres construits à partir des caractères moléculaires sont majoritairement construits par les méthodes probabilistes qui, selon l'algorithme utilisé, sont dites de « maximum de vraisemblance » ou « bayesiennes ». Pourquoi de telles méthodes propres aux caractères moléculaires ? Il est vite apparu que les substitutions multiples affectant des régions données (sites) de tel ou te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classification-du-vivant/#i_91967

COMPLÉMENTARITÉ, biochimie

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 538 mots

La présence de motifs structuraux à conformation complémentaire sur des molécules organiques non identiques permet leur assemblage à la manière des pièces d'un puzzle par stéréospécificité. La complémentarité est rigoureuse quand elle dépend de l'organisation séquentielle des motifs d'assemblage. C'est le cas pour la molécule d'ADN, constituée par deux brins conjugués entre eux longitudinalement g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/complementarite-biochimie/#i_91967

DEISENHOFER JOHANN (1943- )

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 200 mots

Chimiste cristallographe allemand né le 30 septembre 1943 à Zusamaltheim (Bavière), Johann Deisenhofer fait ses études à l'université technique de Munich, puis à l'institut Max-Planck de biochimie de Martinsried, près de Munich. En 1974, il soutient un doctorat, préparé dans le laboratoire de Robert Huber à Martinsried, sur les applications de la cristallographie de rayons X à des molécules biolo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-deisenhofer/#i_91967

EDELMAN GERALD MAURICE (1929-2014)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 932 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La structure des anticorps »  : […] Edelman utilise toutes les ressources de la chimie des protéines de l’époque pour déterminer d’abord la structure moléculaire des anticorps : deux chaînes d’acides aminés dites légères et deux chaînes dites lourdes, associées entre elles par des liaisons disulfures (S-S). Edelman et son groupe déterminent ensuite la manière dont les acides aminés de chaque chaîne sont liés les uns aux autres (leur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerald-maurice-edelman/#i_91967

ÉLICITINES

  • Écrit par 
  • Pierre RICCI
  •  • 683 mots

La résistance des plantes aux micro-organismes pathogènes met en jeu leur aptitude à percevoir une grande diversité de molécules étrangères en tant que signaux ( éliciteurs ) activant des mécanismes de défense. Les élicitines (découvertes au centre I.N.R.A. d'Antibes à la fin des années 1980) sont de petites protéines sécrétées par un groupe de champignons Oomycètes ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elicitines/#i_91967

ENCÉPHALOPATHIES SPONGIFORMES

  • Écrit par 
  • Dominique DORMONT
  •  • 6 588 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La nature des agents transmissibles non conventionnels »  : […] Deux grandes séries d'hypothèses ont été envisagées par la communauté scientifique : les hypothèses dites « virales » et les hypothèses dites « protéiques ». Bien que les théories protéiques ne puissent pas expliquer l'ensemble des observations et des résultats expérimentaux, la présence d'un virus conventionnel est considérée comme hautement improbable par la majorité des scientifiques. Néanmoin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encephalopathies-spongiformes/#i_91967

ENZYMES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 12 668 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La formation du complexe enzyme substrat dans le site actif »  : […] Considérons une enzyme E et son substrat S. La découverte de Michaelis et Menten a été la démonstration que la condition du pouvoir catalytique d'une enzyme est la formation entre l'enzyme et son substrat d'un complexe, appelé ES, dans lequel le substrat est fixé de manière spécifique au sein d'un creux de l'enzyme, le site actif (fig. 2 ) appelé encore site catalytique. La première preuve de l'ex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enzymes/#i_91967

E.S.R.F. (European Synchrotron Radiation Facility)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis LACLARE
  •  • 2 508 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Biologie et médecine »  : […] Comme avec la matière inerte, on peut avec la matière vivante « voir » dans le détail les arrangements atomiques et étudier l'architecture des molécules importantes, comme les enzymes, les protéines et les acides nucléiques. Il est même possible de filmer la catalyse d'une réaction chimique par une enzyme ou la réaction virus-traitement antiviral. L'E.S.R.F. constitue un outil extrêmement puissant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/european-synchrotron-radiation-facility/#i_91967

FENN JOHN B. (1917-2010)

  • Écrit par 
  • Arnaud HAUDRECHY
  • , Universalis
  •  • 516 mots

John Fenn est un chimiste américain qui a reçu, en 2002, le prix Nobel de chimie, conjointement avec Koichi Tanaka et Kurt Wüthrich, pour ses travaux concernant le développement de méthodes d'identification et d'analyse structurale de macromolécules d'intérêt biologique, et notamment de la spectrométrie de masse. John Bennet Fenn est né le 15 juin 1917 à New York (États-Unis). Il obtient une licen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-b-fenn/#i_91967

FRANKLIN ROSALIND ELSIE (1920-1958)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 960 mots

Scientifique britannique née à Londres le 25 juillet 1920 et décédée le 16 avril 1958 en cette même ville. La courte carrière scientifique de Rosalind Franklin ne se lit pas seulement dans sa remarquable contribution à l'application d'une technique physique – la diffraction des rayons X – pour la détermination de la structure de molécules mal cristallisables (comme celles du charbon, de l'ADN, des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rosalind-elsie-franklin/#i_91967

ÉDITION DES GÉNOMES

  • Écrit par 
  • Gilles SAUCLIÈRES
  •  • 3 922 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De nouvelles mutations, outils nécessaires de la génétique »  : […] Chercher à introduire des caractères nouveaux dans une espèce n’est pas une idée particulièrement novatrice. De toute antiquité, on a observé les différences entre individus d’une même espèce et on a cherché à comprendre et influencer leur transmission. Sans doute la première tentative rapportée – sans préjuger de son contenu symbolique – peut être celle de Jacob triant les moutons blancs des mou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edition-des-genomes/#i_91967

ENCODE PROJET

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 418 mots
  •  • 1 média

Le projet Encode ( Encyclopedia of DNA elements ) a été lancé en 2003. Son but était de rechercher tous les éléments fonctionnels présents dans l'ADN du génome humain. La première synthèse de ce travail gigantesque, qui a impliqué plusieurs dizaines de laboratoires et quelques centaines de chercheurs, a été publiée dans la revue Nature (qui héberge le s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/projet-encode/#i_91967

GLUCIDES

  • Écrit par 
  • Jean ASSELINEAU, 
  • Charles PRÉVOST, 
  • Fraidoun SHAFIZADEH, 
  • Melville Lawrence WOLFROM
  •  • 10 646 mots
  •  • 10 médias

Les glucides, les lipides et les protides sont les trois grandes familles de composés naturels dont le rôle biologique est fondamental. Glucides est le nom moderne de ce que l'on appelait autrefois « saccharides ». En fait, les glucides comprennent, outre des matières naturelles sucrées, dont le type est la saccharose, un certain nombre d'analogues purement synthétiques et de nombreux dérivés, na […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glucides/#i_91967

HÉMOGLOBINE

  • Écrit par 
  • Max Ferdinand PERUTZ
  •  • 3 877 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Structure et fonction de la molécule »  : […] Félix Haurowitz a découvert en 1938 que la désoxyhémoglobine et l' oxyhémoglobine cristallisaient différemment, comme si elles étaient chimiquement différentes, ce qui implique que l'hémoglobine n'est pas un bidon d' oxygène mais un poumon moléculaire dont la structure change selon qu'il capte l'oxygène ou qu'il s'en décharge. En 1965, Jacques Monod et J.-P. Changeux, ainsi que Jeffries Wyman ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hemoglobine/#i_91967

HISTOCOMPATIBILITÉ

  • Écrit par 
  • Jean DAUSSET, 
  • David GRAUSZ
  •  • 4 807 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Structure tridimensionnelle et rôle d'une molécule HLA de classe I ou de classe II dans l'activation de la réponse immunitaire »  : […] Le mécanisme par lequel le complexe d'histocompatibilité intervient dans la réponse immunitaire ne pouvait être défini avant que la structure tridimensionnelle de ses molécules ne fût résolue. Cette résolution a permis de mettre en évidence l'existence d'une poche (PBR) au sein de laquelle les peptides à caractère antigénique pourront être intimement associés (fig. 3). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histocompatibilite/#i_91967

HODGKIN DOROTHY MARY CROWFOOT (1910-1994)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 397 mots
  •  • 1 média

Biochimiste britannique née au Caire (Égypte), décédée à Ilmington (Warwickshire). Dorothy Mary Crowfoot Hodgkin commence en 1928 ses études de chimie à Oxford et les poursuit en 1932 à Cambridge, où elle s'initie, sous la direction de John Desmond Bernal, à la détermination de structures cristallines par diffraction des rayons X. Elle revient en 1934 à Oxford, où elle va effectuer le reste de sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dorothy-mary-crowfoot-hodgkin/#i_91967

HUBER ROBERT (1937- )

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 272 mots

Chimiste cristallographe allemand né le 20 février 1937 à Munich, Robert Huber fait ses études à l'université technique de cette ville et il y soutient en 1963 un doctorat préparé sous la direction du biochimiste P. Karlson et du cristallographe W. Hoppe. Il entre à l'institut Max-Planck, où il exerce rapidement les fonctions de chef de division en biochimie. Il se tourne vers la chimie des proté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-huber/#i_91967

IMMUNITÉ, biologie

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF, 
  • Michel FOUGEREAU, 
  • Dominique KAISERLIAN-NICOLAS, 
  • Jean-Pierre REVILLARD
  •  • 21 516 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Différenciation des lymphocytes T »  : […] À partir du pool des cellules souches hématopoïétiques, des cellules pré-T migrent vers le thymus, où elles se multiplient, tandis que s'effectue leur différenciation au contact des cellules réticuloépithéliales. La maturation se fait progressivement depuis la périphérie de l'organe, ou corticale, vers le centre, ou médullaire. Une petite partie des cellules nées par division dans le thymus achèv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immunite-biologie/#i_91967

INFORMATION GÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Henri ATLAN
  •  • 6 223 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Codage génétique et biosynthèse des protéines »  : […] Les caractères héréditaires « visibles », mais aussi toutes les propriétés d'un organisme sont déterminés, au niveau de la biochimie cellulaire, par des réseaux de réactions physico-chimiques, dont chacune est catalysée par une enzyme spécifique. Telle ou telle réaction est« branchée » ou « débranchée » suivant que l'enzyme responsable est ou non présente sous une forme active. Les enzymes sont de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/information-genetique/#i_91967

KARPLUS MARTIN (1930- )

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 448 mots
  •  • 1 média

Physico-chimiste austro-américain, Prix Nobel de chimie en 2013, Martin Karplus naît à Vienne (Autriche) le 15 mars 1930 dans une famille juive qui fuit la Shoah en émigrant aux États-Unis en 1938. Après des études universitaires à Harvard, il prépare son doctorat sous la direction de Linus Pauling à l’Institut de technologie de Californie (Caltech) et soutient sa thèse en 1953. Une bourse de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-karplus/#i_91967

KENDREW sir JOHN COWDERY (1917-1997)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 327 mots
  •  • 1 média

Biochimiste britannique né le 24 mars 1917 à Oxford et mort le 23 août 1997 à Cambridge, sir John Cowdery Kendrew effectue des études de chimie à l'université de Cambridge puis, pendant la Seconde Guerre mondiale, travaille dans un centre de recherche du ministère de la guerre à la mise au point du radar. Après la guerre, il revient à Cambridge, où il rencontre Max Ferdinand Perutz, qui deviendra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kendrew-sir-john-cowdery/#i_91967

LECTINES

  • Écrit par 
  • Jacques MIÈGE
  •  • 2 166 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Structure et propriétés »  : […] Elles sont composées d'une ou plusieurs sous-unités associées par des forces non covalentes en une molécule polymère. La mieux connue, la con A, est un tétramère dans lequel des ions métalliques interviennent dans l'assemblage des sous-unités et dans la configuration du site de liaison, configuration d'une grande importance pour son activité . La phytohémagglutinine de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lectines/#i_91967

LEVITT MICHAEL (1947- )

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 400 mots
  •  • 1 média

Biophysicien et chimiste américano-israélo-britannique, Prix Nobel de chimie en 2013, Michael Levitt naît à Pretoria (Afrique du Sud) le 9 mai 1947. Après des études supérieures en physique au King’s College de l’université de Londres, il prépare son doctorat en biophysique au laboratoire de biologie moléculaire de l’université de Cambridge (Royaume-Uni) et soutient sa thèse en 1972 sur l’analys […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-levitt/#i_91967

LIAISONS CHIMIQUES - Liaisons biochimiques faibles

  • Écrit par 
  • Antoine DANCHIN
  •  • 5 907 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Morphogenèse des macromolécules et de leurs associations »  : […] Les macromolécules biologiques sont des polymères à la structure originale. Deux classes particulièrement importantes sont les acides nucléiques , dont la structure est associée à leur rôle de matrice du patrimoine héréditaire, et les protéines , qui sont les objets de l'expression de ce patrimoine et les effecteurs de la vie cellulaire. Les protéines s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liaisons-chimiques-liaisons-biochimiques-faibles/#i_91967

LIPIDES

  • Écrit par 
  • Jean ASSELINEAU, 
  • Bernard ENTRESSANGLES, 
  • Paul MANDEL, 
  • Jean-Claude PROMÉ
  •  • 6 802 mots
  •  • 11 médias

Le terme « lipides » recouvre un ensemble de composés naturels qui ont la propriété d'être insolubles dans l'eau, en raison de la présence, dans leurs molécules, de longues chaînes hydrocarbonées d' acides gras ou de dérivés. À l'inverse, ils sont solubles dans la plupart des solvants organiques. Dans les lipides naturels, les acides gras sont rarement présents à l'état libre. Le plus souvent, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lipides/#i_91967

MACROMOLÉCULES

  • Écrit par 
  • Michel FONTANILLE, 
  • Yves GNANOU, 
  • Marc LENG
  •  • 13 783 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Les macromolécules biologiques »  : […] Tous les êtres vivants sont constitués de cellules, d'une seule, comme chez les bactéries ou les algues primitives ; ou de plusieurs, environ 10 15 , comme chez les mammifères. Il est généralement admis que tous les êtres vivants dérivent d'un système protocellulaire, apparu sur la Terre il y a environ 3,5 milliards d'années. Ce germe s'est reproduit et les descendants ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macromolecules/#i_91967

MALADIES NEURODÉGÉNÉRATIVES

  • Écrit par 
  • Nathalie CARTIER-LACAVE, 
  • Caroline SEVIN
  •  • 4 601 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les agrégats protéiques »  : […] Les tableaux cliniques et les gènes incriminés dans les MND sont nombreux. Cependant, les mécanismes responsables de la dégénérescence neuronale semblent communs à une grande majorité de ces maladies. Une caractéristique commune est l'existence dans le système nerveux d'agrégats fibrillaires de protéines « mal repliées », constituant des dépôts amyloïdes (ou plaques amyloïdes) dans les cellules […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-neurodegeneratives/#i_91967

MICHEL HARTMUT (1948- )

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 328 mots

Biochimiste allemand né le 18 juillet 1948 à Ludwigsburg. Hartmut Michel fait ses études de biochimie à l'université de Tübingen, puis à l'université de Würtzburg, où il obtient son doctorat en 1977. À Tübingen, Michel commence une longue et fructueuse collaboration avec D. Oesterhelt, un spécialiste de bioénergétique et des protéines membranaires. Michel travaille à mettre au point des méthodes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hartmut-michel/#i_91967

NUCLÉIQUES ACIDES

  • Écrit par 
  • Jacques KRUH, 
  • Ethel MOUSTACCHI, 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE, 
  • Alain SARASIN
  •  • 13 449 mots
  •  • 17 médias

Découverts en 1868 par le biologiste suisse Friedrich Mischer dans les noyaux cellulaires, d'où leur nom (du latin nucleus , noyau), mais également présents dans le cytoplasme, les acides nucléiques sont des molécules d'origine naturelle qui jouent un rôle fondamental dans la vie et la reproduction des cellules animales, végétales et microbiennes. Tels qu'on peut les isoler […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acides-nucleiques/#i_91967

ORGANISME VIVANT

  • Écrit par 
  • Jean GÉNERMONT
  •  • 1 645 mots

Dans le chapitre « Cellules et organismes »  : […] Selon la théorie cellulaire, née au xix e  siècle et actuellement incontestée, tout être vivant est formé d'au moins une cellule, volume délimité par une mince et souple membrane plasmique, au travers de laquelle les milieux intracellulaire et extracellulaire échangent matière et énergie. Les molécules de la cellule appartiennent à deux catégorie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/organisme-vivant/#i_91967

ORIGINE DE LA VIE

  • Écrit par 
  • André BRACK
  •  • 11 454 mots

Dans le chapitre « Une vie primitive organique et asymétrique »  : […] Aujourd'hui, la vie « utilise » des molécules organiques construites sur un squelette d'atomes de carbone associés à des atomes d'hydrogène, d'oxygène, d'azote, de phosphore et de soufre. La plupart de ces molécules sont réduites, c'est-à-dire que les atomes de carbone sont plus souvent liés à des atomes d'hydrogène qu'à des atomes d'oxygène. Le fonctionnement de tous les systèmes contemporains, q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/origine-de-la-vie/#i_91967

PAULING LINUS CARL (1901-1994)

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 2 388 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La biologie moléculaire »  : […] Pauling fut incité à obliquer vers la biologie par Warren Weaver (1894-1978), de la Fondation Rockefeller, qui eut l'intuition des vastes possibilités offertes par les grands problèmes de la biologie, s'il parvenait à y intéresser des physiciens et des chimistes. Un petit nombre d'autres pionniers, comme John Desmond Bernal (1901-1971) en Angleterre, commençaient à étudier la structure des protéi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linus-carl-pauling/#i_91967

PAULING ET LES PROTÉINES

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 230 mots

Après avoir appliqué la mécanique quantique aux liaisons chimiques et défini les liaisons faibles, Linus Pauling (1901-1994) se consacra à l'étude des protéines. Il élabora, en 1951, la structure secondaire des protéines fibrillaires (kératine des cheveux, fibroïne de la soie, etc.), point de départ des études sur la biologie structurale des protéines. Toutes les protéines ont une structure primai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pauling-et-les-proteines/#i_91967

PERUTZ MAX FERDINAND (1914-2002)

  • Écrit par 
  • Joël JANIN
  •  • 1 071 mots

Max Perutz, Prix Nobel de chimie 1962, est né à Vienne (Autriche) le 19 mai 1914. À partir de 1936, il réside à Cambridge (Angleterre) et c'est là qu'il réalise les travaux qui fondent la cristallographie des protéines et lui valent le Nobel. Issu d'une famille juive établie dans l'industrie textile, le jeune Perutz s'est orienté vers la chimie à l'université de Vienne, puis au Cavendish Laborator […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-ferdinand-perutz/#i_91967

PHARMACOLOGIE

  • Écrit par 
  • Edith ALBENGRES, 
  • Jérôme BARRE, 
  • Pierre BECHTEL, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Georges HOUIN, 
  • Henri SCHMITT, 
  • Jean-Paul TILLEMENT
  •  • 20 274 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Récepteurs et mécanismes physiologiques »  : […] La notion de récepteur, d'abord intuitive, s'est peu à peu affirmée d'abord pour les substances endogènes, puis pour des produits exogènes tels que les médicaments. Elle peut être assez large et recouvrir l'ensemble des macromolécules biologiques sur lesquelles viennent agir, de façon plus ou moins spécifique, des ligands (substrats d'enzymes, hormones, médicaments, toxiques, etc.). Le récepteur p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pharmacologie/#i_91967

PORPHYRINES

  • Écrit par 
  • Alfred GAJDOS
  •  • 3 196 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Caractères chimiques »  : […] Les porphyrines constituent une vaste famille. Toutes sont des pigments. Toutes présentent à l'état libre et en lumière ultra-violette une magnifique fluorescence rouge, nettement décelable dans une solution de porphyrine allant de 50 à 1 000 millionièmes, ce qui est un caractère analytique précieux. Toutes les porphyrines sont des dérivés tétrapyrroliques cycliques, dont les formules peuvent êtr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/porphyrines/#i_91967

PRIX NOBEL DE CHIMIE 2013

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 397 mots
  •  • 3 médias

Le prix Nobel de chimie récompense en 2013 trois théoriciens experts de la simulation numérique des réactions chimiques. L'Austro-Américain Martin Karplus (né le 15 mars 1930 à Vienne en Autriche) est professeur émérite à l'université Harvard et directeur du laboratoire de chimie-biophysique de l'Institut de science et d'ingénierie supramoléculaires (I.S.I.S.) à Strasbourg ; l'Américano-Israélo- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prix-nobel-de-chimie-2013/#i_91967

PROTÉINES

  • Écrit par 
  • Yves BRIAND, 
  • Philippe BRION, 
  • René LAFONT, 
  • Jean-Claude MEUNIER, 
  • Pierre VIGNAIS
  •  • 20 685 mots
  •  • 19 médias

On classe les substances organiques présentes chez les êtres vivants en quatre catégories : les glucides, les lipides, les protides et les acides nucléiques (cette dernière catégorie, moins abondante, étant négligée par les nutritionnistes). Les protides se distinguent des glucides et des lipides en ce qu'ils contiennent non seulement du carbone, de l'hydrogène et de l'oxygène, mais également de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proteines/#i_91967

PRUSINER STANLEY B. (1942- )

  • Écrit par 
  • Vincent BARGOIN
  •  • 576 mots

Neurologue américain. Alors que la crise de la vache folle n'était pas encore retombée, le soixante-seizième prix Nobel de physiologie ou médecine a été attribué en octobre 1997 à Stanley Prusiner, auteur de la seule théorie proposée à ce jour pour rendre compte d'un certain nombre de particularités, et notamment de la transmissibilité des encéphalopathies spongiformes, maladies neurologiques fat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stanley-b-prusiner/#i_91967

QUININE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 105 mots

Dans le chapitre « Chimie thérapeutique de la quinine »  : […] La quinine, C 20 H 24 O 2 N 2 (poids moléculaire 324,4), cristallise en fines aiguilles incolores, très peu solubles dans l'eau, solubles dans l'alcool, le chloroforme et le benzène. Elle possède un noyau quinoléique, relié par une fonction alcool secondaire à un noyau quinuclidique portant une chaîne vinyle. Sa synthèse totale, réalisée par Robert Burns Woodward et William E. Doering en 1944, n' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quinine/#i_91967

RÉPLICATION DE L'ADN

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 305 mots
  •  • 1 média

La découverte, par James D. Watson et Francis H. C. Crick, en 1953, de la structure en double hélice de l'ADN (acide désoxyribonucléique) fait naître une redoutable difficulté : comment une molécule aussi complexe peut-elle se dérouler et se dupliquer à chaque division cellulaire ? Ces scientifiques suggèrent alors un modèle semi-conservatif, dans lequel l'hélice s'ouvre pour que chaque brin serve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/replication-de-l-adn/#i_91967

RIBOZYMES

  • Écrit par 
  • Joël CHOPINEAU, 
  • Alain FRIBOULET, 
  • Sabine PILLE, 
  • Daniel THOMAS
  •  • 347 mots

À l'instar des protéines enzymatiques, certaines molécules d'ARN, les ribozymes, possèdent naturellement des propriétés catalytiques. Le prix Nobel de chimie décerné en 1989 conjointement à Sydney Altman et à Thomas Cech a ainsi mis l'accent sur une découverte inattendue qui a bouleversé bien des idées tant sur la nature des molécules capables de catalyser les réactions chimiques que sur l'origin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ribozymes/#i_91967

SÉQUENCE, biochimie

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 150 mots

Les acides nucléiques et les protéines sont des molécules organiques comparables à des chaînes dont les maillons, ou sous-unités, sont respectivement des nucléotides et des acides aminés. L'existence de plusieurs types de nucléotides et de nombreuses espèces d'aminoacides détermine au long des chaînes qu'ils constituent une hétérogénéité structurale, dite séquentielle. Elle est comparable à celle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sequence-biochimie/#i_91967

STÉRÉOCHIMIE - Stéréochimie organique

  • Écrit par 
  • Henri B. KAGAN, 
  • Charles PRÉVOST
  •  • 14 210 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Activités biologiques et chiralité »  : […] Les activités biologiques des molécules organiques sont extrêmement variées et sont très sensibles à leur stéréochimie. Très souvent, un énantiomère donné possède essentiellement toute l'activité biologique, le deuxième énantiomère étant inactif, ou ayant des propriétés biologiques nouvelles. Cette spécificité remarquable tient au fait que les récepteurs biologiques, si complexes soient-ils, son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stereochimie-stereochimie-organique/#i_91967

STÉRÉOSPÉCIFICITÉ

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 23 mots

Configuration moléculaire stéréochimiquement responsable de la spécificité de fonction ou d'origine d'une biomolécule. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stereospecificite/#i_91967

STÉROÏDES

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET, 
  • Daniel PHILIBERT
  •  • 7 595 mots
  •  • 13 médias

Les stéroïdes forment une vaste famille chimique qui regroupe toutes les molécules naturelles dont le squelette carboné polycyclique s'apparente au gonane (perhydro-1,2-cyclopenténophénanthrène) . Ils sont très répandus dans la nature où on les rencontre à tous les échelons du règne végétal et du règne animal. Leur biosynthèse comporte une ou deux étapes principales. La première, par l'intermédiai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/steroides/#i_91967

STRUCTURE, biologie

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE, 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 10 000 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Structure et activité pharmacologiques »  : […] L' état présent des connaissances sur la structure d'une molécule biologique confère à cette dernière une structure générale type : une partie chimiofonctionnelle contribuant à la liaison de la molécule avec le récepteur correspondant ; une partie biofonctionnelle responsable de l'activité biologique. Chaque molécule douée d'une activité biologique pre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structure-biologie/#i_91967

STRUCTURE EN DOUBLE HÉLICE DE L'ADN

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS
  •  • 250 mots
  •  • 1 média

L'acide désoxyribonucléique (ADN), qui constitue les chromosomes, est le détenteur de l'information héréditaire. Sa structure tridimensionnelle est élucidée en 1953, via l'étude des diagrammes de diffraction de cette molécule aux rayons X, grâce à la collaboration d'un jeune biologiste américain, James Dewey Watson, et d'un cristallographe anglais, Francis Harry Compton Crick. Les deux chercheurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structure-en-double-helice-de-l-adn/#i_91967

SYNCHROTRON RAYONNEMENT

  • Écrit par 
  • Yves FARGE, 
  • Marie-Paule LEVEL, 
  • Paul MORIN, 
  • Yves PETROFF
  •  • 2 419 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Utilisation en biologie et en médecine »  : […] Le rayonnement synchrotron est de plus en plus utilisé dans l'étude des matériaux biologiques. Sa grande intensité permet de déterminer la structure tridimensionnelle de protéines et de virus de très grandes tailles (∼ 100 nm) par diffraction de rayons X. Or il existe une relation entre cette structure et la fonction biologique. Il permet aussi d'étudier l'évolution dans le temps de changements d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-synchrotron/#i_91967

TANAKA KOICHI (1959- )

  • Écrit par 
  • Arnaud HAUDRECHY
  •  • 424 mots

Koichi Tanaka est né en 1959 à Toyama City (Japon). En 1983, il obtient son degré en ingénieur de l'université de Tōhoku et rejoint l'entreprise Shimadzu Corp. à Kyōto, au laboratoire de recherche centrale. Au début de 1992, il effectue un stage en Angleterre au groupe PLC Kratos. Fin 1992, Koichi Tanaka retourne au Japon au sein de la division recherche et développement des instruments analytique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tanaka-koichi-1959/#i_91967

WARSHEL ARIEH (1940- )

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 347 mots
  •  • 1 média

Biochimiste israélo-américain, Prix Nobel de chimie en 2013, Arieh Warshel naît dans le kibboutz de Sdé-Nahum en Palestine (alors sous mandat britannique) le 20 novembre 1940. Après des études supérieures au Technion d’Haïfa, il prépare son doctorat en chimie-physique à l’institut Weizmann de Rehovot (Israël) sous la direction du professeur Schneior Lifson (1914-2002). Après avoir participé à la g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arieh-warshel/#i_91967

WÜTHRICH KURT (1938- )

  • Écrit par 
  • Arnaud HAUDRECHY
  •  • 487 mots

Kurt Wüthrich naît en 1938 à Aarberg (Suisse). Il obtient sa licence de chimie en 1962, puis devient docteur en chimie inorganique en 1964 à Bâle. En 1967, il effectue deux stages post-doctoraux, à Bâle et à Berkeley. De 1967 à 1969, il travaille pour les laboratoires Bell Telephon Murray Hill, dans le New Jersey. En 1969, il entre à l'École polytechnique fédérale de Zürich, où il est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kurt-wuthrich/#i_91967


Affichage 

ADN

vidéo

Structure et composition de l'ADN La double hélice et les quatre bases azotéesL'ADN, acide désoxyribonucléique, porte le message génétique de l'individu Il se charge de transmettre, de génération en génération, toute une série de caractères morphologiques et physiologiquesL'ADN se... 

Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

Afficher

Affinité pour l'oxygène

graphique

Les courbes d'équilibre traduisent l'affinité pour l'oxygène des molécules d'hémoglobine et myoglobine L'axe vertical du graphe mesure la quantité d'oxygène liée à chacune de ces protéines, en pourcentage de la quantité totale capable d'être fixée On notera que l'affinité vis-à-vis... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

ARN de transfert : structure en feuille de trèfle

dessin

Alanyl-ARNt de levure Cette structure représente la conformation primaire et secondaire d'un ARN de transfert selon le modèle dit en feuille de trèfle Le résidu adénylique terminal (en haut) est lié à l'alanine par une liaison amino-acyl-adénylate La boucle inférieure comporte l'anticodon... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Concanavaline A

dessin

Représentation schématique de la forme tétramérique de la concanavaline A proposée par Edelman (1972) Les sites de fixation des saccharides (G), sites agglutinants, sont localisés dans une invagination à caractère hydrophobe Des ions manganèse et calcium sont également présents 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Ferritine : structure de la molécule

dessin

Structure de la molécule de ferritine La molécule de ferritine est un hétéropolymère de 24 sous-unités (a), les sous-unités pouvant être de type H (en blanc) ou L (en gris) La proportion des deux sous-unités dans une même molécule est variable suivant les tissus Les sous-unités H et L... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Fibronectine plasmatique

dessin

Représentation schématique de la structure de la fibronectine plasmatique Dans la partie supérieure, sont représentées les 2 chaînes peptidiques A et B avec le poids moléculaire des sous-unités (75 K = 75 000 daltons) et avec la désignation des spécificités des sous-unités quant aux... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Groupes principaux

tableau

Groupes principaux d'alcaloïdes d'après leur structure (voir tableaux de formules) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Hémoglobine : structure quaternaire

dessin

En haut, schéma de la structure quaternaire de l'hémoglobine En bas, schéma montrant les surfaces d'association entre les chaînes protéiques d'une molécule d'hémoglobine L'intégrité de ces surfaces est nécessaire à la cohésion et à la stabilité de la molécule 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Molécule, aspects

dessin

Deux aspects de la molécule d'hémoglobine montrant son architecture tétramérique, dans laquelle les monomères occupent les sommets d'un tétraèdre dont l'axe de symétrie a été indiqué par l'ovale noir; au centre de la molécule à droite 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Molécule d'hémoglobine

dessin

Structure de la molécule d'hémoglobine En haut, la conformation des chaînes a et ß, reconstituée en 1959 par la méthode de diffraction à rayons X à basse résolution : en trait plein, le trajet de la chaîne proprement dite Au-dessous, la structure secondaire de la chaîne ß avec ses huit... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Molécules constitutives des nucléotides

dessin

Tableau des molécules constitutives des nucléotides 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Protéine du prion

dessin

Représentations de la protéine du prion dans sa conformation normale (a) et anormale (b) La conformation schématiquement représentée en a, correspondant à la structure de la protéine normale, a été déterminée expérimentalement par spectroscopie à résonance magnétique par l'équipe de... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Protéines: structure secondaire

dessin

Structure secondaire des protéines (d'après J Yon) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Protéines: structures supersecondaires

dessin

Interactions entre segments structurés de la chaîne polypeptidique : interactions entre deux hélices, entre deux segments de structure ß, entre deux segments de structure ß et une hélice avec leur représentation schématique (d'après Levitt et Chothia, 1976) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Repliement des protéines: postulat d'Anfinsen

dessin

À partir de 1957, les expériences de Christian Anfinsen sur la ribonucléase A (RNase A) ont abordé l'étude de la renaturation des protéines sur une base quantitative La RNase A est constituée d'une chaîne polypeptidique unique de 124 acides aminés avec 4 ponts disulfure situés entre les... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Rôle des liaisons dans la structure des protéines

dessin

Rôle des liaisons faibles dans la structure des protéines : en haut, hélice a d'une chaîne polypeptidique ; en bas, feuillet plissé ß antiparallèle 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Structure d'un canal ionique

dessin

En a, représentation schématique de l'insertion d'un segment transmembranaire dans une bicouche lipidique Noter la structure hélicale, permettant un masquage des groupements C=O et N-H, et le contact des chaînes latérales hydrophobes, R avec les lipides membranaires En b, représentation... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Temps de renouvellement moléculaire

tableau

Temps de renouvellement moléculaire 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

ADN
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Affinité pour l'oxygène
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

ARN de transfert : structure en feuille de trèfle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Concanavaline A
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ferritine : structure de la molécule
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Fibronectine plasmatique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Groupes principaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Hémoglobine : structure quaternaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Molécule, aspects
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Molécule d'hémoglobine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Molécules constitutives des nucléotides
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Protéine du prion
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Protéines: structure secondaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Protéines: structures supersecondaires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Repliement des protéines: postulat d'Anfinsen
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Rôle des liaisons dans la structure des protéines
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Structure d'un canal ionique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Temps de renouvellement moléculaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau